Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BOHEMIAN RHAPSODY

de Bryan Singer ***

2028013.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg


Avec Rami Malek, Lucy Boynton, Aaron McCusker, Jospeh Mazzello, Aiden Gillen, Jim Beach

Synopsis : Bohemian Rhapsody retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique.

Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique.

Si vous désirez un avis sur ce film, il va falloir vous diriger ailleurs car je ne pense pas être en mesure d'en parler objectivement. Vous l'avez compris, je suis une grande fan de Queen et plus encore de Freddie Mercury puisque j'ai même ses albums solo et ce film qui lui rend hommage m'a complètement électrisée et j'en suis ressortie toute ragaillardie et totalement sourde à la tendre indifférence du monde. Des fourmis dans les pattes, des chansons dans la tête, une envie de pleurer, de rire et de chanter. Ce n'est pas rien, c'est même beaucoup.

Question cinéma, je dois bien reconnaître que le scénariste et le réalisateur ne se sont pas foulés le poignet. Ils prennent même j'imagine (je ne vais pas faire de recherches) certaines libertés qui ne nuisent néanmoins pas au grand plaisir que j'ai pris à voir le film. Il me semble que lors du Concert de Wembley, Freddie n'était pas encore malade, que les relations du groupe s'étaient fortement dégradées (ce qui est vaguement évoqué mais ils se retombent très facilement dans les bras les uns des autres) et les 4 membres sont présentés comme faisant partie d'une famille alors que dans mon souvenir leurs fortes personnalités se heurtaient souvent. La fête démentielle, orgiaque (visible sur le net) des 39 ans de Freddie est montrée comme une gentille petite party ordinaire. Le réalisateur préfère insister sur son amour des chats... Passons.

Seul le vilain Paul Prenter est présenté comme un être lamentable, sangsue parasite, vénal et sans doute à l'origine de la maladie de Freddie et des moments les plus délicats du groupe et de sa carrière. Peu importe. On est heureux de savoir que Freddie ait enfin pu vivre un amour partagé jusqu'à la fin de sa vie avec Jim Hutton.

On peut également apprécier que Bryan Singer ne cède pas à la construction en flash-backs parfois pesantes dans ce genre de reconstitution sans s'appesantir sur les traumas (les dents, la peau, les origines). Il va droit au but, de façon linéaire certes mais c'est ce qui au fond nous intéresse : voir Freddie créer et sur scène.

Au début du film Freddie s'appelle encore Farrokh Bulsara, il est britannique d'origine parsis, il poursuit des études d'art et est bagagiste à l'aéroport lorsqu'il rencontre Brian May et Robert Taylor déjà musiciens mais qui viennent de perdre leur chanteur. Brian May se moque des dents du jeune homme. Mais dès lors tout va très vite. La voix de Farrokh séduit instantanément les autres membres du groupe, il devient Freddie et le groupe devient Queen. C'est parti...

Je vous laisse découvrir la suite. Tout est plutôt gentil, le groupe est ultra soudé, l'amour de la vie de Freddie, Mary est omniprésente. Et parfois pourtant les larmes me sont montées aux yeux...

Contrairement à ce que j'ai lu, le film m'a donné à moi des envies de me lever, de battre des pieds, des mains, d'hurler We are the champions. A chaque chanson j'avais tous les poils des pattes hérissés et en sortant je n'avais qu'une envie regarder des vidéos des concerts de Freddie Mercury (ce dont je ne me suis pas privée) et l'intégralité du concert de Wembley dont Bob Geldof lui-même dit que la prestation de Queen fut la plus extraordinaire.

J'ai aimé découvrir la création de We will rock you, même si elle est imaginaire. Ce que Freddie Mercury donnait et partageait lorsqu'il était sur scène est complètement inédit et insensé. Un échange et un partage qu'on retrouve rarement aujourd'hui. J'ai adoré redécouvrir à quel point la chanson de 6 minutes (format inadmissible pour un passage en radio) Bohemian Rhapsody est une merveille aux excès opératiques ahurissants. Sublime, géniale, intemporelle. Et que ceux qui n'aiment pas se gardent de m'en faire part.

Et puis il y a les acteurs, les membres du groupe ressemblent étonnamment à leurs modèles et même s'ils sont en général toujours d'accord avec le leader, un peu en retrait, ils parviennent quand même à exister. Je regrette que le prothésiste ait un peu abusé sur la dentition et Rami Malek pourrait faire sienne une réplique de Cyrano : "ces dents... qui d'un quart d'heure en tous lieux me précèdent".

Malgré ces réserves qui ne m'empêchent pas d'adorer le film, et bien qu'il soit moins beau, moins athlétique, moins flamboyant que l'original, Rami Malek se tire admirablement de la performance très attendue au tournant, d'autant qu'il ne m'avait pas fait forte impression lors du récent Papillon et que je n'ai pas vu Mr Robot (dois-je ?). Très sensible et toujours discret sur sa vie privée, il réussit à être comme son modèle, exubérant, extravagant sur scène. Il rend compte admirablement de l'humour irrésistible parfois cassant de la star, de la présence et du charisme hallucinants de Freddie Mercury.
Bravo. Bismillah ! Galileo !

 

Commentaires

  • Grand fan de Queen que j'ai eu le privilège de voir en live en 86 , G pas envie de voir le Robot Malek en Killer Queen.
    https://www.lepoint.fr/pop-culture/cinema/pourquoi-bohemian-rhapsody-s-est-rate-31-10-2018-2267508_2923.php

  • L'avoir vu en Live, ça c'est une aventure EXCEPTIONNELLE que je t'envie.

    Le Point est de très mauvaise foi. Le film s'arrête au concert de Wembley (1985) date à laquelle il retrouve Jim Hutton pour vivre avec lui une belle histoire d'amour, donc effectivement leur histoire n'occupe qu'une petite partie du film mais elle est très bien exprimée je trouve.
    Ne pas voir de scènes SM dans des bars gays ou ne pas voir les garçons s'embrasser avec la langue ne me gêne strictement pas. Les scènes de sexe au cinéma sont toujours ridicules ou débiles. On comprend qui aime qui sans avoir à passer par la case plumard. ça me va très bien.
    L'histoire avec son amie Mary prend effectivement un peu de place, mais l'actrice est d'une telle fadeur, qu'on l'oublie totalement.
    Je ne vois pas non plus en quoi Sacha Baron Cohen est le sosie de Freddie !!!
    Et comme je le dis dans ma note, tout le monde est très gentil et a un rôle hyper positif dans le film... ça ne fait pas très réel mais j'ai été emportée par l'énergie des moments musicaux et ça m'a mis la pêche.
    Et Bryan Singer a violé un enfant !!! Le Point balance ça comme s'il s'agissait d'un point météo. Bel article en effet, grand journal ! Je n'en avais jamais entendu parler et je découvre que la plainte a été retirée.

    Et franchement Rami Malek est FORMIDABLE

  • Exceptionnel.
    Ahurissant.
    Époustouflant.
    Ebouriffant.
    Chef d'oeuvre absolu.
    Je ne m'en suis toujours pas remise et compte aller le voir une seconde fois.
    J'ai fini en larmes.
    La salle blindée a applaudi. Jamais vu ça.
    Personne ne pouvait se lever de son siège jusqu'à la fin du générique.
    Quelle claque,quel acteur.
    Magistral et monumental.

  • Ravie que ça t'ait plu.
    Le générique n'incite pas à quitter la salle puisqu'on voit le vrai Freddie.
    Rami parvient à le faire revivre, c'est très fort.
    Confidence : je suis déjà allée le revoir. Il fait trop de bien ce film.

  • J'ai jamais trop pu blairer Queen en fait, la Rhapsody, I want two steaks frites, tout ça, bof... mince, j'ai pas dû lire le truc barré dans le texte ;-)
    A part peut-être quand Brian fait couiner les guitares en cadence avec le fracas de l'épée de Christophe Lambert : Princes of the Universe, sans doute une chanson qui parle de moi, c'est peut-être pour ça.
    En tous cas tu en parles très bien.

  • Oui les trucs barrés sont LES PLUS IMPORTANTS, je nexte donc la réponse.
    Il y aura bien un H41 pour te mettre en joie :-)

  • Bonjour. Qui l'a vu en VF et qui l'a vu en VO ? Dans reportage et bande annonce bus sur le gimm8,je trouvais que R M en en fesait un peu trop....

  • Bonjour, je l'ai vu en VO mais je crois que ça ne change rien à la prestation de Rami Malek.
    Je ne trouve pas qu'il en fasse trop.

  • Nous hésitons encore, parce que souvent déçus des biopics. Pourtant, on a beaucoup écouté les disques (en plus des tubes connus) et lors d'un voyage à Zanzibar, nous avons même vu la maison de Freddie Mercury, où il a vécu pendant quelques années.
    Le genre de film à voir en VO !

  • Vo indispensable. Et aimer Freddie est préférable.
    Ce n'est pas un biopic : enfance gloire mort... c'est une dizaine d'années de sa vie.
    Vous en avez fait des voyages !

  • Nous allons en faire encore des voyages ... !
    Bon dimanche !

  • Je me suis fait la même remarque au niveau du scénario surtout mais j'ai moi aussi beaucoup aimé ce film.

  • J'ai été bluffée par les performances scéniques, Rami est époustouflant. Et j'ai eu envie de revoir le vrai Freddie sur scène. En revanche, pour le reste, je trouve le film trop familial et grand public.
    Belle journée :)

  • Je suis absolument d'accord. Le film est même trop "gentil" à mon goût mais les scènes de concert et Rami : BRAVO !

  • (Il faut que je remette à Mr Robot mais les deux premières saisons sont formidables - et Rami aussi !).
    Je suis globalement d'accord avec toi. La mise en scène n'est pas révolutionnaire, c'est certainement romancé, mais honnêtement le film est généreux, c'est très bien interprété, on a droit aux grands épisodes du groupe et de Mercury sans entrer dans des détails sordides (ça reste adapté pour le grand public et personnellement ça me va !). Une bonne surprise !

  • Voilà c'est parfait. Tu "excuses" mieux que moi les épisodes absents sur sa vie de patachon dans les clubs gays, cuir et fouet... on s'en passe, on sait et on connaît (d'ailleurs je ne sais plus quelle date on a prévu pour y retourner).

  • 2 très bonnes heures avec Mercury et Queen. Si tout n est pas exacte le film nous laisse quand même découvrir l'épopée d un groupe rock des années 70.80. L'acteur me fait plus souvent penser à mick Jaeger qu à Freddie. Mais il n en fait pas trop....

  • C'est un film qui est peut-être un peu trop hagiographique mais j'aime les séances de travail et de concert. Et l'acteur est très bien.

  • On y entend, ou on y voit comment il a composé, Don't stop me now ? Je ne suis pas toujours fan de Queen, mais ce que Mercury fait dans cette chanson d'un point de vue vocal, c'est absolument dingue. We are the champions, c'est une très belle chanson aussi (cette montée de gamme). Moins amateur de Bohemian Rhapsody.

  • On voit plutôt la création de We will rock you. Mais comme je disais à Dan, les séances de travail sont très intéressantes.
    Et la voix de Freddie est vraiment exceptionnelle.
    Bohemian Rhapsodie est too much mais incomparable. Elle m'emporte toujours cette chanson.

  • Disons que dans le film, la voix de Freddie n'est pas un enjeu. Elle est ce qu'elle est.

Écrire un commentaire

Optionnel