Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ne les ratez pas :

    "Le Secret de Brokeback Mountain" d'Ang Lee

    "Good Night and Good Luck" de Georges Clooney

    "Munich" de Steven Spielberg

    "Le Nouveau Monde" de Terence Malick

    "The Ballad of Jack and Rose" de Rebecca Miller

    "Romanzo Criminale" de Michele Placido

    "Inside man" de Spike Lee

    Sophie Scholl, les derniers jours de Marc Rothemund :

    April snow :

    The Secret Life of Words :

    C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée :

    A BITTERSWEETLIFE de Kim Jeewoon :

    MARIE-ANTOINETTE DE Sofia Coppola :

    LE CAÏMAN de Nanni Moretti :

    The Road to Guantanamo de Michaël Winterbottom :

     Avril de Gérard Hustache-Mathieu

    Paris Je t'aime

     Changement d'adresse d'Emmanuel Mouret

     Meurtrières de Patrick Grandperret

    Superman Returns

     La raison du plus faible de Lucas Belvaux

     Arrivederci Ciao Amore de Michele

     La tourneuse de pages de Denis Dercourt

    Brick de Rian Johnson

     Nausicaä de la Vallée du Vent

     La Jeune fille de l'eau de M. Night Shyamalan

     Le vent se lève de Ken Loach

    Indigènes de Rachid Bouchareb

    12 and Holding

    A scanner darkly

    Little Miss Sunshine

    Quand j'étais chanteur de Xavier Giannoli

    Je vais bien ne t'en fais pas

    Le Parfum

    Une vérité qui dérange

    The Queen de Stephen Frears

    Les fils de l'homme d'Alfonso Cuaron

    Ne le dis à personne de Guillaume Canet+

    Libero de Kim Rossi Stuard

    Scoop de Woody Allen

    Babel d'Alejandro Gonzales Inarritu

    Le Prestige de Christopher Nolan

    Casino Royale de Martin Campbel

    Je m'appelle Elisabeth de Jean-Pierre Améris

    Azur et Asmar de Michel Ocelot

    Le labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro

    Les Infiltrés de Martin Scorcese

    La Flûte Enchantée de Kenneth Branagh

    Arthur et les Minimoys de Luc Besson

    The Fountain de Darren Aronofski

     

  • En 2005, Il ne fallait pas les rater :

    "Million Dollar Baby" de Clint Eastwood

    "Le Château Ambulant" d'Hayao Miyasaki

    "Tu marcheras sur l'eau" de Eytan Fox

    "The machinist" de Brad Anderson

    "Sideways" d'Alexander Payne

    "Les tortues volent aussi" de Bahman Gobhadi

    "Le cauchemar de Darwyn" d'Hubert Sauper

    "Palindromes" de Todd Solonz

    "Locataires" de Kim Ki-Duk

    "Garden State" de Zach Braff

    "Last days" de Gus Van Sant

    "Star Wars" de Georges Lucas

    "Trois enterrements" de Tommy Lee Jones

    "Narnia" d'Andrew Adamson

    "Charlie et la Chocolaterie" de Tim Burton

    "Paradise now" de Hany Abu-Assad

    "Joyeux Noël" de Christian Carion

    "Les noces funèbres" de Tim Burton

    "Match point" de Woody Allen

    "History of Violence" de David Cronenberg

    "Le temps qui reste" de François Ozon

    "L'enfant" de Jean-Pierre et Luc et Dardenne

    "L'été où j'ai grandi" de Gabriele Salvatore

    "Une belle journée" de Gaby Dellal

     

    "Rize" de David Lachapelle

    "Ray" de Taylor Hackford

     

    "J'ai vu tuer Ben Barka" de Serge Le Péron

    "Avanim" de Raphaël Nadjari

  • Mes meilleurs à moi...

    1) "Sur la Route de Madison" de Clint Eastwood

     

    2) "Autant en emporte le vent" de Victor Fleming

     

    3) "Voyage au bout de l'enfer" de Michaël Cimino

     

    4) "2001 l'Odyssée de l'Espace" de Stanley Kubrick

     

    5) "An affair to remember" de Leo Mc Carey

     

    6) "L'aventure de Mrs Muir" de Joseph Mankiewicz

     

    7) "Le Parrain" , ex aequo "Apocalypse Now" de Francis Ford Coppola,

     8) "Edward aux mains d'argent" de Tim Burton

     

    9) "La sirène du Mississipi" de François Truffaut

     

    10) "Manhattan" de Woody Allen et "Mulholland Drive" de David Lynch

     

     

    Je sais, les ex-aequo c'est pas normal, mais c'est moi qui décide !

    Suivent de très près :

    "Lost in translation" de Sofia Coppola,

    "Donnie Darko" de Richard Kelly,

    "Master and commander" de Peter Weir

    "Fisher king" de Terry Gilliam,

    "Vivre" de Zhang Yimou",

    "Le Docteur Jivago de David Lean,

    "Un après-midi de chien" de Sydney Lumet,

    "Tout sur ma mère" de Pedro Almodovar,

    "Le Prince de New-York" dAbel Ferrara,

    "Le troisième homme" de Carol Reed,

    "The shop around the corner" de Ernst Lubitsch...

    tous les films de : Marilyn Monroe, Al Pacino, Pedro Almodovar, Woody Allen, Clint Eastwood, Jake Gylenhall, Gus Van Sant, Tim Burton, Terry Gilliam...

  • The Woodsman de Nicole Kassel°

    Pourquoi Woodsman ??? Bûcheron ou homme des bois ??? En tout cas, dans le film Walter (Kevin Bacon) est menuisier !

    Walter sort de douze ans de prison parce qu'il aimait trop les petites filles : "ce n'est pas ce que tu crois, je ne leur fais pas de mal !!!". Un homme l'embauche illico à sa sortie de taule en lui disant "je te prends uniquement pour ce que tu as fait à mon père !!!", sauf que ce qu'il a fait au père, on ne le saura pas. Walter trouve un appartement : juste en face d'une école, normal. 

    Rapidement, on découvre que Walter aime toujours les petites filles... de toute façon, c'est simple, dans le bus, dans la rue, dans le parc, il n'y a que des petites filles de 10/12 ans, pile poil la tranche d'âge qui fait frémir Walter. Devant l'école, il y a un pédophile qui lui, aime les petits garçons, Walter l'observe mais Walter ne peut pas le dénoncer car il attirerait l'attention de la police sur lui : il le laisse donc emmener un petit garçon dans sa voiture !!! Quand il redépose le petit garçon la nuit suivante, Walter lui met une râclée et lui casse la mâchoire, non mais...

    Walter se trouve une petite amie (la très masculine et très grimaçante Kyra Sedgwick), il lui raconte son "deep secret", elle lui dit deux fois "y'a pas grand chose qui me choque", mais elle lui fait la gueule pendant quelques jours puis elle revient le chercher, lui offre une plante verte et le fait emménager chez elle.

    Walter suit une petite fille dans un parc. Il ne lui offre pas de bonbons, il lui parle des oiseaux. La petite fille a un papa qui aime bien la prendre sur ses genoux donc elle veut bien s'asseoir sur les genoux de Walter, ça ne la dérange pas mais ça la fait pleurer quand même.

    Walter voit un psy régulièrement et il lui demande "quand est-ce que je serai enfin normal ?". Le psy ne sait pas et dit "on se revoit la semaine prochaine".

    S.T.O.P.

    Que peut-on tirer d'un film où un pédophile est posté devant chaque école, où un pédophile qui sort de prison s'installe devant une école, où un pédophile ne croise que des enfants où qu'il aille ?

    Kevin Bacon, 45 ans et  physique d'éternel ado ambigu, inquiétant, inquiet, parvient à composer une interprétation discrète et pudique d'un personnage déplaisant mais c'est trop peu pour sauver du naufrage ce film vain et vaguement nauséeux. 

     

  • La doublure de Francis Véber *

    Si l'on passe outre l'invraisemblable propos de départ, on peut passer un bon moment et rire parfois franchement, sourire aussi. Un top model (l'interminable Alice Taglioni) est contrainte de vivre avec et chez un prolo  pour sauver son amant d'un divorce qui le ruinerait puisque c'est sa femme qui détient 60% de l'entreprise... L'appart est petit, minable et bordélique car, c'est bien connu, le prolo n'a aucun sens de l'ordre et de la déco.

    Le prolo c'est l'adorable Gad Elmaleh alias François Pignon, qui pour l'occasion s'est fait la tête du premier de la classe : cheveux plaqués, raie sur le côté, chemise blanche. Comme tous les François Pignon, il est gentil, naïf, rêveur, intelligent... bref adorable comme Gad Elmaleh. Ce rôle rend Gad Elmaleh particulièrement introverti : c'est surprenant mais pas désagréable.

    Concernant le film : c'est une mécanique bien huilée avec des dialogues ciselés et percutants, c'est beaucoup beaucoup moins vulgaire que "Les Bronzés", beaucoup beaucoup plus drôle que "Fauteuils d'orchestres" qui se prétendait une comédie, donc, même si c'est dans la catégorie que je nomme "sitôt vu, sitôt oublié", cela n'a rien d'indigne.

    J'avoue quand même avoir eu un gros gros faible pour l'acteur Patrick Mile dans un rôle très secondaire de beauf, dragueur, sûr de lui et du pouvoir magique de sa profession : vendeur de portables aux sonneries improbables (La chevauchée des Walkyries, la Marseillaise...) ! Ce genre de personnes, ce genre de sonneries : ça n'existe pas... N'est-ce pas ???

    En règle générale, le casting est assez réjouissant : Daniel Auteuil est fiélleux, haineux et lâche, Richard Berry est servile et obséquieux avec jubilation, Christin Scott Thomas est une grande bourgeoise maniérée sans état d'âme...

    Bref, tout ce petit monde est assez caricatural, les méchants très méchants, les gentils très gentils mais comme ce sont les gentils qui gagnent, il n'y a rien à redire.