Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

abbie cormish

  • 7 PSYCHOPATHES de Martin McDonagh ***

    Marty est scénariste à Hollywood mais sèche complètement devant sa page blanche. Pour son prochain scénario il n'a que le titre : 7 psychopathes mais pas la moindre idée de comment commence ou finit l'histoire. Billy son meilleur ami est un barjot qui se rêve acteur mais démolit le portrait des réalisateurs qui ne l'engagent pas. Pour arrondir ses fins de mois, ce fêlé des pâtes a organisé avec un ancien tueur à la retraite un trafic de chiens. Ils les kidnappent et les ramènent à leurs maîtres pour toucher la récompense. Sans mettre ce lucratif passe-temps entre parenthèses, Billy se propose d'aider Marty à retrouver l'inspiration. Il passe une annonce dans un journal dans laquelle il demande à de véritables psychopathes de se manifester. En rencontrant des serial-killers, Marty sera forcé, c'est évident, de faire travailler son imagination. C'est donc ainsi que Marty et Billy vont être confrontés à un gangster sadique dont le chien adoré a disparu, à un serial-killer de serial-killers masqué, à un tueur amoureux et quelques autres tarés bien allumés ! Jusqu'au règlement de comptes final qui doit obligatoirement s'achever dans un bain de sang.

    Tout aussi barré mais forcément moins surprenant que le formidable Bons baisers de Bruges, ce film ne mérite pas ses 3 ***, mais 2 ** ne seraient pas suffisantes. Malgré une loufoquerie, un humour très noir et des situations abracadabrantes totalement improbables, il faut bien reconnaître que le scénario un poil mou, répétitif et paresseux recycle en boucle la bonne idée du départ. La toute première scène est un hommage appuyé mais réjouissant à Tarantino. Hélas toutes les saynètes qui suivront ne seront pas de ce niveau. Le réalisateur semble se reposer entièrement (et il n'a finalement pas complètement tort) sur l'atout imparable du film : son casting de luxe. Et le trio de tête mérite à lui seul de faire le déplacement.

    Marty/Colin Farrell, scénariste irlandais alcoolique en panne sèche d'inspiration est vraiment impayable lorsqu'il prend des notes, écrit trois mots puis en rayent deux. Et ses sourcils mobiles et indépendants l'un de l'autre sont une attraction. On sent bien que ses relations avec Billy/Sam Rockwell, toujours très à l'aise dès qu'il s'agit de faire le mariol et totalement siphonné, vont conduire à la catastrophe. Ces deux là sont parfaits pour jouer les abrutis rapidement dépassés par des événements trop grands pour eux.

    Christopher Walken (adepte comme Clint du pantalon taille hyper haute porté directement sous les aisselles) n'a toujours rien perdu de sa superbe, même si ici, à de nombreuses reprises il se fait appeler sans broncher "le vieux" :-( Son regard transperce toujours l'écran. On ne sait jamais s'il va afficher le plus craquant sourire ou faire déferler sa colère. Son visage est magnétique et sa démarche de danseur chaloupée. Il réussit la performance d'être émouvant dans un film qui n'a pas la prétention de l'être. Et puis encore, il a une tirade unique au monde dans laquelle il défend les femmes au cinéma et encourage son pote scénariste (et tous les scénaristes) à leur écrire des rôles qui soient autre chose que des faire-valoir de leurs homologues masculins. "Je connais des tas de femmes qui savent faire des phrases correctes de plus deux mots" dit-il, ou quelque chose d'approchant. 

    Aaaaaaaaaaaaaaah ! Christopher ! What a fucking legend !

  • Bright Star de Jane Campion **

    Bright StarBright StarBright Star

    John Keats, jeune poète pauvre de 23 ans et sa voisine Fanny Brawne font connaissance et commencent par être comme chien et chat puis rapidement happés, envahis par un amour bouillonnant qui les submergent.

    Le meilleur ami de Keats et la mère de Fanny tentent de s’opposer à cet amour que seule la mort pourra anéantir.

    Cette histoire est d’un romantisme insensé et d’une pureté rare. Les deux amoureux s’effleurent, du bout des doigts, du bout des lèvres et s’en contentent manifestement. Ce qui les enchante et les transporte au-delà de tout sont les mots et les lettres qu’ils s’échangent qui les embrasent littéralement.

    Devenus plus qu’amis, vivant sous le même toit mais dans des chambres séparées, Fanny couturière élégante mais pas sotte demande à John de lui apprendre la poésie. Elle semble mieux que quiconque comprendre le talent du jeune homme dont le premier ouvrage est massacré par la critique.

    Les poèmes de Keats comme ce film sont hantés et habités par la beauté, beauté évidente bien que pas classique des interprètes, beauté de la nature caressée par la caméra amoureuse de Jane Campion, beauté des textes et l’imminence de la mort « Je rêve que nous sommes des papillons n'ayant à vivre que trois jours d'été..." Cette proximité de la mort et la noirceur de certains textes n’effraient en rien la jeune fille qui aime à s’en rendre malade à la moindre séparation. Tout comme le jeune homme qui affirme « J’ai l’impression de me dissoudre » dès qu'il s'éloigne de son aimée.

    Malgré ce souffle d’un romantisme exacerbé, la perfection de l’ambiance, de la nature luxuriante, lumineuse et colorée, des intérieurs élégants et moelleux, de la jeunesse et de la fougue des deux acteurs parfaits, Ben Whishaw et Abbie Cormish (impressionnant sosie de Nicole Kidman), de leurs sentiments fiévreux et exaltés, malgré mon attirance pour les romances délicieuses et enivrantes du XIXème siècle, et mon cœur de midinette qui ne rêve plus du prince charmant, à aucun moment je n’ai été transportée et enivrée par cet amour. Il semble que les deux tourtereaux soient plus amoureux de l’idée qu’ils se font de l’amour que de la personne cause de tous leurs tourments. Ils ne paraissent jamais si ardents que lorsqu’ils sont séparés.

    En outre, on ne comprend pas bien les oppositions à leur union puisqu’ils vivent sous le même toit… Et le personnage de Brown l’ami omniprésent et empêcheur de s’aimer en rond est horripilant comme il est rare qu’un l’acteur puisse l’être.

    Incroyable qu’un film romantique aussi tragique m’ait laissé les yeux secs. Il est d'une élégance folle, empli d'images et de sentiments sublimes mais m'a toujours tenue à distance.

    Cela dit le générique de fin est l’un des plus beaux que j’ai jamais entendu… mais le rendez-vous est quand même manqué selon moi et je le regrette infiniment.

     

    "Cette main vivante, à présent chaude et capable

    D’ardentes étreintes, si elle était froide

    Et plongée dans le silence glacé de la tombe,

    Elle hanterait tes journées et refroidirait tes nuits rêveuses

    Tant et tant que tu souhaiterais voir ton propre cœur s’assécher de son sang

    Pour que dans mes veines coule à nouveau le flot rouge de la vie,

    Et que le calme revienne dans ta conscience – regarde, la voici, –

    Je te la tends."