Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

animation

  • MA VIE DE COURGETTE

    de Claude Barras ***

    230428_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Courgette est un petit garçon de 9 ans qui vit avec sa maman. Premier commentaire du Doudou de 3 ans (dans 3 jours) qui m'accompagnait : "c'est le bazar dans la chambre de Courgette !" Courgette se prénomme en fait Icare mais sa maman lui a donné ce surnom et il aime son surnom. Il n'a pour seuls jouets que les canettes de bière vides que sa maman boit à longueur de journée.

    Lire la suite

  • TOY STORY de Lee Unkrich **

    19183391_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_061723.jpg
    19183402_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_061737.jpg
    19183384_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091014_061648.jpg

    Andy l'heureux propriétaire des jouets Buzz et Woody (on ne présente plus je suppose) a beaucoup grandi et part dans quelques jours pour l'université. L'heure arrive donc où Andy doit débarrasser sa chambre des encombrants. Trois solutions pour faire sont tri : le carton pour l'université, le carton pour le grenier ou le sac poubelle. A la suite d'une fausse manip, le sac de jouets se retrouve à la benne à ordures puis dans une garderie "SunnySunshine". Si la plupart des jouets, abandonnés depuis des années par Andy devenu trop grand, sont ravis de découvrir qu'ils vont de nouveau retrouver leur raison d'être : jouer, Woody toujours fidèle à Andy ne veut absolument pas l'abandonner. D'abord seul, ses autres compagnons le rejoindront rapidement dans ses aventures pour regagner la maison, dès qu'ils se seront aperçus que les moutards de la garderie sont d'affreux morveux qui hurlent, bavent, détruisent et qui les maltraitent. Ajoutons à cela que les jouets de la garderie sont dirigés par Lotso un nounours rose qui sent la fraise qui se montre d'abord accueillant et révèle rapidement sa véritable nature de despote.

    Plein d'aventures donc, et de nouveaux personnages dont Barbie et Ken, respectivement doublés en français par Frédérique Bel et Benoît Magimel, un régal. Tout est parfait, un scenario bourré de rebondissements et d'imprévus, de la rigolade, de l'émotion à revendre, des personnages aux expressions plus qu'humaine. Le seul reproche est la durée du film qui gagnerait à être raccourci d'un bon quart d'heure... quelques "démontages" de Monsieur Patate auraient fait l'affaire. Difficile de bouder son plaisir quand même.

    Je ne l'ai su qu'après avoir vu le film, mais si vous ne l'avez pas encore vu, vous pouvez toujours vous amuser à retrouver ceci :

    Dans le film se cachent :

    - 3 voitures de Cars (Flash McQueen, un tracteur, un camion de pompier),
    - une nouvelle voiture de Cars 2,
    - Sid, le méchant de Toy Story,
    - le logo de Newt, un projet Pixar abandonné
    - 1 carte postale de Carl et Ellie, le couple star de Là Haut,
    - un camion Pizza-Planet,
    - la raie du Monde de Nemo,
    - des piles Buyn N Large (la société au centre de Wall E),
    - Boo de Monstres et Cie,
    - un Totoro.

  • SUMMER WARS de Mamoru Hosoda ???

    19434006_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100422_103309.jpg
    19434005_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100422_103308.jpg
    OZ est un "réseau social" en ligne planétaire sur lequel on peut se connecter depuis n'importe quel bidule avec écran. Un virus attaque le truc et c'est tout l'ordre mondial virtuel qui se trouve perturbé. Natsuki, une lycéenne invite son copain de classe,  Kenji, une tronche en maths, à la suivre dans sa famille à Nagano. Le gamin timide (qui rougit même des jambes) va se trouver au milieu de ce véritable clan, les Jinnouchi, qui se réunit pour fêter les 90 ans de mémé. Par ailleurs, ils vont tous ensemble devoir lutter pour rétablir l'ordre au sein d'Oz (si j'ai bien compris) !
    Bon je n'irai pas par quatre chemins : je n'ai pas tenu. Au bout d'une heure, sachant qu'il en restait une à tenir, j'ai craqué. Je suis sortie et néanmoins je ne me fais pas trop de soucis pour Oz et ses surdoués du clavier.
    Je me croyais open mind, toujours prête à vivre une aventure cinématographique mais si je me suis retrouvée dans cette salle c'est qu'il m'arrive souvent d'aller voir des films sans en avoir rien vu, lu, entendu. Là, j'ai juste cru comprendre qu'il s'agissait d'un film d'animation japonais. Fan inconditionnelle de Miyazaki (père et fils), je n'ai donc pas hésité. Erreur fatale. A présent, j'ai une certitude : je ne suis pas et ne serai sans doute jamais une geekette !
    Donc, je ne peux absolument pas vous dire ce que vaut ce film. Tout ce que je peux faire c'est vous dire qu'il existe... qu'il m'a semblé interminable quoique très beau quand il montre la vie d'une famille japonaise (même si cet aspect des choses m'a rendu complètement claustrophobe... moi et la famille... ça m'urticairise !). Mais voir des avatars débiles se rentrer dans le chou en poussant des oh et des ah, le virtuel, les jeux vidéos tout ça, ce n'est décidément pas ma tasse !

  • 5 x 2 PLACES A GAGNER POUR L'ILLUSIONNISTE

    grâce à Talent Group.
    l-illusionniste-5755-1853542911.jpg
    N'hésitez pas à vous rendre sur le site officiel du film ICI qui est une petite merveille et vous comprendrez que ceux qui vont gagner ces places sont vraiment chanceux !
    Voici la bande-annonce du film :

    Il faut donc que vous retrouviez : le titre ET le réalisateur des films cachés sous les images à carreau !
    UNE seule réponse à la fois par personne. On ne rejoue que lorsque j'ai donné mon avis sur la réponse.
    BON AMUSEMENT :-)
    .
    Les gagnants sont : Marion, COMAGI91, Florence, Frédérique, Marine.
    GAME OVER. Merci
    .
    LE DVD de PLAYTIME DE Jacques Tati ira à Ed qui m'a fait rigoler avec son haïku :
    "T'as t'y oublié que j'étais ta meilleure copine de blogs ? ".
    1
    1.jpg
    Le plus grand cirque du monde de Henry Hathaway trouvé par Marine
    01791402-photo-le-plus-grand-cirque-du-monde.jpg
    2
    2.jpg
    ITINERAIRE D'UN ENFANT GÂTE de Claude Lelouch trouvé par COMAGI 91
    1205493455_18863376_w434_h_q80.jpg
    3
    3.jpg
    BIG FISH trouvé par Mister Loup très aidé par marion
    bigFish6.jpg
    4
    4.jpg
    BRONCO BILLY de avec Clint Eastwood trouvé par marion
    bronco-billy.jpg
    5
    5.jpg
    Sous le plus grand chapiteau du monde " de Cecil B. DeMille
    charlton-heston-297537.jpg
    6
    6.jpg
    Dumbo, de Walt Disney et Ben Sharpsteen trouvé par Florence
    Dumbo-Wallpaper-classic-disney-7344835-1024-768.jpg
    7
    11.jpg
    LA FILLE SUR LE PONT de Patrice Lecomte trouvé par Fred
    00841300-photo-la-fille-sur-le-pont.jpg
    8
    22.jpg
    ELEPHANT MAN de David Lynch trouvé par marion
    elephant_man_1980_reference.jpg
    9
    33.jpg
    TRAPEZE deCarol Reed trouvé par Fred
    trapeze2.jpg
    10
    44.jpg
    LA STRADA de Federico Fellini trouvé par Marion
    strada2.jpg
    Synopsis : À la fin des années 50, une révolution agite l’univers du music-hall : le succès phénoménal du rock, dont les jeunes vedettes attirent les foules, tandis que les numéros traditionnels – acrobates, jongleurs, ventriloques – sont jugés démodés. Notre héros, l’illusionniste, ne peut que constater qu’il appartient désormais à une catégorie d’artistes en voie de disparition. Les propositions de contrats se faisant de plus en plus rares, il est contraint de quitter les grandes salles parisiennes et part avec ses colombes et son lapin tenter sa chance à Londres. Mais la situation est la même au Royaume-Uni : il se résigne alors à se produire dans des petits théâtres, des garden-parties, des cafés, puis dans le pub d’un village de la côte ouest de l’Écosse, où il rencontre Alice, une jeune fille innocente qui va changer sa vie à jamais.
    .......................................
    DEUXIEME JEU :
    A gagner également un DVD du film de Jacques Tati datant de 1967.
    Pour remporter ce DVD, vous devez me dire ici uupascale@gmail.com  en 5 lignes maximum ce qui peut me donner envie de vous l'offrir.
    Le message le plus drôle, le plus original bref, celui qui me plaira le plus l'emportera
    LE DVD de PLAYTIME DE Jacques Tati ira à Ed qui m'a fait rigoler avec son haïku :
    "T'as t'y oublié que j'étais ta meilleure copine de blogs ? ".
    410JCFTQBQL__SL500_AA300_.jpg

    Synopsis : Des touristes américaines ont opté pour une formule de voyage grâce à laquelle elles visitent une capitale par jour. Mais arrivées à Orly, elles se rendent compte que l'aéroport est identique à tous ceux qu'elles ont déjà fréquentés. En se rendant à Paris, elles constatent également que le décor est le même que celui des autres capitales...

  • Mary et Max de Adam Elliot ***

     Adam Elliot dans Mary et Max. (Photo) Adam Elliot dans Mary et Max. (Photo)

    Mary vit en Australie. C’est une petite fille de 8 ans assez moche, triste et seule aux yeux couleur "gadouille". Elle a une tâche de naissance couleur "caca" sur le front. A l’école elle est le souffre-douleur des autres enfants. Son père ne s’intéresse pas à elle et sa mère, kleptomane mal dans sa peau, qui lui a révélé qu’elle était "un accident" noie son mal de vivre dans l’alcool et le tabac. Un jour, Mary arrache la page d’un annuaire américain et écrit au hasard à un New-Yorkais dont le nom l’amuse, elle lui demande d’être son correspondant.

    C’est Max Horowitz qui reçoit la lettre. Il a 44 ans, il est juif, obèse et il souffre d’une forme d’autisme : le syndrome d’Asperger. Sa maladie qu’il refuse de considérer comme un handicap lui provoque, à la moindre contrariété, au moindre évènement qui dérègle l’harmonie symétrique de son quotidien, d’incontrôlables crises d’angoisse. Sa vie sociale est fortement affectée par cette maladie qui l’a déjà conduit et le ramènera encore en hôpital psychiatrique.

    Les deux vont forcément s'entendre et surtout se comprendre.

    Il s’agit de mon premier film en pâte à modeler. Il n’est donc jamais trop tard… Et j’ai été bouleversée.

    Dès les premières images, sublimes, un New-York pré-11-septembre-2001 avec twins de guingois, une banlieue melbournienne de traviole et des personnages tout grisouilles et pas jobards dont le moindre défaut physique est accentué, j’ai oublié la technique pour être littéralement happée par l’histoire délicieuse et douloureuse de Mary et de Max.

    Avant toute chose, sachez que je crois qu’il me semble raisonnable d’éloigner les enfants de ce film. Cette relation épistolaire dépressive et poignante est parfois très éprouvante tant Mary et Max accumulent les chagrins inconsolables et les imprévus négatifs. En dehors de leur amitié solide mais parfois mise à l’épreuve du temps et de la distance sur plus de 20 ans, ils vont connaître bien des déboires, déconvenues, moqueries et trahisons.

    Un film avec de vrais acteurs humains vivants aurait sans doute été un mélo insoutenable… Ici, on assiste à un spectacle de pure poésie animée, ce qui ne retire rien à la force des émotions ressenties.

    L’amitié, l’obésité, la maladie, la sexualité, l’homosexualité, la religion, la difficulté de vieillir, la différence, le passage à l’âge adulte… tout est évoqué avec humour souvent, délicatesse et tendresse toujours, mais à la fin « on » pleure.