Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dominique reymond

  • Adieu Gary de Nassime Amaouche ***

    Et aussi Adieu Yasmine, car il me semble en effet important de rappeler que l’acteur principal du film qui tient le rôle de Samir est mort samedi dans un accident de scooter. En dehors de ses amis et de sa famille, il doit être douloureux pour toute l’équipe de soutenir ce beau film ainsi endeuillé.

    …………………………………………………….

     Jean-Pierre Bacri, Yasmine Belmadi, Nassim Amaouche dans Adieu Gary (Photo) Dominique Reymond, Jean-Pierre Bacri, Nassim Amaouche dans Adieu Gary (Photo)

    Samir sort de prison et rejoint son père et son frère dans la petite maison qu’ils occupent dans une cité ouvrière qui se vide progressivement. Le dernier espoir de cette communauté dont le lien, en dehors de la mixité ethnique est l’évidence d’appartenir au milieu ouvrier, semblait résider dans l’usine locale qui vient de fermer ses portes. A mesure que l’usine est démontée pièce par pièce, on accompagne quelques uns des habitants du quartier qui choisissent de rester, de partir ou simplement de rêver de le faire...

    Dans ce petit monde clos, il y a :

    Francis (Jean-Pierre Bacri) qui a travaillé toute sa vie sur une machine et continue de la réparer, pour rien, par amour du travail bien fait et accompli, jusqu’à ce qu’elle soit emportée. Avec ses façons tendres, bourrues et maladroites, il tente d’inculquer à ses grands garçons qu’il a eus avec une marocaine morte depuis, la valeur et l’importance du travail.

    Maria (Dominique Reymond) la voisine très très proche de Francis, et mère d’un ado, José, qui croit que son père est Gary Cooper et qui regarde mutique tous les vieux westerns de l’acteur en attendant le retour du héros. Maria qui, sous le regard inquiet de Francis teste des médicaments pour l’industrie pharmaceutique.

    Samir, le fils qui est sans doute « tombé » à la place d’un autre (on le comprendra, peut-être, sans effet appuyé de la part du réalisateur), accepte un travail qu’il trouvera rapidement humiliant : déguisé en souris pour la « semaine du fromage », il remplit les rayons d’une supérette avec son frère Icham qui rêve de partir au bled qu’il ne connaît pas. Il apprend d’ailleurs, dans des scènes assez hilarantes à parler l’Arabe avec énormément de difficultés.

    Il y a Nejma (sublime Sabrina Ouazami) dont Samir tombe amoureux (on le comprend) mais qui va choisir de quitter cette province sinistrée pour « monter » à Paris.

    Et puis, il y a José qui attend Gary à côté d’Abdel aimé de tous, dangereusement insoupçonnable bien que revendeur de drogues…

    Mille thèmes sont brassés ou effleurés sans zèle ni prosélytisme par un réalisateur qui aime, respecte, écoute les autres : le monde ouvrier, les syndicats, l’intégration, les racines, le rôle et la place de la religion dans une société laïque et on applaudit Nassime Amaouche de réussir un film de cinéma aussi beau (visuellement), aussi fort avec autant de délicatesse.

    Il est entouré par le lumineux Yasmine Belmadi, les très solides Jean-Pierre Bacri et Dominique Reymond, et on comprend aussi la participation amicale de Bernard Blancan dans un film aussi discrètement militant.

    Sans oublier le dernier "personnage" du film, la sublime et obsédante musique du Trio Joubran.

    Dans la chaleur écrasante d’un été du sud de la France, cette cité se résume à une allée bordée de platanes, entourée par l’usine abandonnée et la voix ferrée. Elle finira par le miracle du cinéma par se transformer en un véritable décor de western avec son unique rue déserte, balayée par la pluie et traversée par un poor lonesome cow-boy : Gary Cooper himself ? J Pur instant de magie cinéphile et mélancolique.

    Un film et des personnages regroupés autour d’une valeur frémissante qui paraît désuète et dépassée : la fraternité !

     Nassim Amaouche dans Adieu Gary (Photo)