Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cinéma !!!

  • REAL STEEL de Shawn Levy °

    reak steek de shawn levy, Hugh Jackman, Dakota Goyo, Evangeline Lilly, cinéma !!!reak steek de shawn levy, Hugh Jackman, Dakota Goyo, Evangeline Lilly, cinéma !!!reak steek de shawn levy,hugh jackman,dakota goyo,evangeline lilly,cinéma !!!

    Dans un futur proche la boxe et toutes les formes de combats sur ring ont disparu. Dur pour les amateurs. Mais c'est leur faute aussi, ils en voulaient toujours plus. Plus de sang, plus de violence, plus de mort ! Du coup, ce sont des robots spécialement "entraînés" pour combattre qui s'y collent et le rêve est bien sûr de faire participer le sien à la WRB (World Robot chéplus quoi, Box je crois). Alors donc, il y a Charlie qui est un ancien champion boxeur qui traîne sa lose dans son gros camion et trimballe un robot tout pourri qu'il fait participer à des combats dans les foires aux cochons de bouselands. Un jour, des gus viennent lui annoncer que son ex qu'il n'a pas vue depuis dix ans a passé l'arme à gauche et qu'elle lui laisse un moutard qu'il n'a pas revu depuis toutes ces années. Il s'appelle Max le teigneux. Tout le monde sait que Charlie est infoutu de s'occuper d'un rejeton vu qu'il est lui-même pas bien fini dans sa tête sans doute parce qu'il a pris trop de coups dessus. Toujours est-il que c'est quand même lui le père et comme le couple qui accepte d'adopter le casse-burettes doit partir deux mois en vacances et qu'un chiard, ça gêne, Charlie se propose de faire baby-sitter pendant ce laps pour 100 000 dollars. Tout cela est très choupinou, vendre un gosse, se le refiler comme une patate chaude etc, et voilà nos deux gugus partis sur les routes tasuniennes avec plein de mésaventures à l'intérieur. Ils en profiteront pour apprendre à se connaître avant de se tomber dans les bras l'un de l'autre et que l'enquiquineur apprenne à dire "Adriaaaaaaaaaan" euh "papa" et envoyez les violons !

    Ne faites pas vos malins, vous savez très bien pourquoi je me suis fourvoyée dans cette galère sans rame. Mais je ne pensais pas que ce serait à ce point et que mon Hugh Jackman qui doit bien mesurer 2 m 12 et qui a des bras comme mes cuisses (j'ai mesuré) servirait un jour de faire valoir à un mouflet aussi infernal que celui-ci ! Dès sa première apparition, des visions d'apocalypse me sont apparues, j'ai eu envie de rétablir la peine de mort, de légaliser l'euthanasie. C'est le genre de marmot qui justifierait la stérilisation, la torture, le rétablissement du supplice du pal, de la roue, l'exécution par écartèlement  le chevalet, la poire d'angoisse, les brodequins, l'estrapade, le chat à neuf queues, la torture par l'eau  et j'en passe. Un moujingue aussi insupportable ne peut naître que dans l'esprit malade d'un scénariste sadique qui veut faire payer cher au public ses échecs passés. Ce petit cabotin crâneur est le pire singe savant jamais vu sur un écran. Il fait de la boxe, il danse, il surjoue... et tout cela avec une immodestie stupéfiante. Son bagout, son assurance, sa mégalomanie, sa cupidité sont un spectacle absolument ahurissant... Et tous les adultes autour de lui de s'extasier : "ce qu'il est chou. J'adore ce gosse !!!" Comment est-ce possible ? Il enchaîne les scènes, les mimiques avec un aplomb, une assurance et machinalement comme s'il avait 50 ans de carrière et qu'il était totalement désabusé. Ce freluquet bêcheur est déjà tout infatué de lui-même et on a bien du mal à comprendre comment il parvient à séduire ce père qui n'en avait rien à battre quelques jours plus tôt. C'est la magie du cinéma j'imagine qui parfois s'apparente plutôt ici à de la sorcellerie. Que la mère de ce petit morbac détestable soit morte n'est qu'à peine évoqué à la toute fin où il se fend d'un "elle était classe ma mère !"... bel hommage ! Cela dit c'est peut-être le fait que personne veuille de lui qui l'a rendu aussi tache. Il faut voir la façon dont le couple d'adoptants le plante sur le trottoir pour partir en vacances !

    Sinon, ce que ce gosse veut par dessus tout c'est se faire du pognon avec un robot aux jolis yeux bleus qu'il a trouvé au fond d'un trou et qui est mille fois plus émouvant que lui.

    Et Hugh dans tout ça ? Ben il joue les utilités pour cet odieux rase motte à tête à baffes. Et il est très beau, et très musclé.
    Ah oui, dans ce film, il y a aussi une meuf MDR. Evangeline Lilly qu'elle s'appelle. Connais pas. Elle sert à rien. Elle a une face de canard avec la lèvre supérieure qui ressemble à un pneu michelin. Pardon au Bibendum.

    Next.

  • Avatar de James Cameron *

    AvatarAvatar

    AVATAR-OPHILES : Passez votre chemin, ça peut être douloureux. MerciJ

    Et mes excuses à la congrégation.

    Il est très très tard, dans les 2100 et des poussières et donc la terre a un big méga maousse gros problème à résoudre : la crise énergétique. La Terre et tous les pourris terrestres (les industriels aidés par les militaires) comptent bien sur la planète Pandora pour leur fournir un précieux minerai qui sauverait les terriens de la mouise. Sauf que les Na’vi ne sont pas d’accord étant donné que le minerai en question se trouve sous l’arbre de vie vénéré Halleluya de tous. Donc, les humanoïdes ont créé le programme Avatar qui comme son nom ne l’indique pas clairement permettra à un vétéran hou-ha de la guerre revenu sans ses pattes arrière (Jake Worthington MDR) de s’infiltrer parmi les schtroumpfs, de revenir avec des infos top secret et tout ça quoi.

    Ce qui est bien quand t’es Avatar, c'est que tu remarches (si t’étais en chaise roulante, sinon, tu deviens simplement très grand et très bleu avec quatre doigts). Evidemment, cte quiche va tomber raide dingue in love de Nefertiti (ou je ne sais plus comment) une fille canon toute nue et prête à l’emploi, en moins de temps qu’il ne faut pour dire « chef oui chef ». Parce qu’au début le Jake, c’est un marine, même ex en fauteuil roulant, il pense marine, il respire marine, il bouffe marine, il parle marine ah ah ah. Bref, i pense pas quoi !

    La fille canon lui dit « oh la la, t’es plus con qu’un moutard toi, pffff ». ça l’empêchera pas plus tard, de courir comme une sotte dans la forêt en poussant des ptits cris pour qu’il la rattrape et la roule dans l’humus. Mais je vais trop vite, Nefer, c’est pas une fille facile, elle couche pas au premier rendez-vous.

    Bon, reprenons quand notre Jake est tout vexé, rrrrroooolalalala, de se faire traiter. Alors il devient un mec qui pense. Enfin, il va penser un peu et après, il va refaire la guerre (chassez le naturiste bla bla bla...) mais en tant que chef, pas en tant que bleubite, quoiqu’il sera bleu, mais pas queue !

    Bon allez, je vais pas faire ma mijorée. Pendant une heure, je peux dire que ça allait. Ça faisait un peu jolie storiette genre :

    « Il sera une fois sur une planète bleu et vert où les flamands sont mauves… »,

    et on découvre la planète Pandora bleu vert, d’une beauté à tomber, peuplée de gigantesques bestioles inconnues pleines de dents et d’ailes mais pour la plupart inoffensives et de grands êtres bleus et nus très élégants avec des tatouages, un pif de panthère, de jolies tresses et des grigris plein partout ; des indiens quoi. Mais passée la surprise d’avoir parcouru un peu la forêt, il n’y a plus de surprise.

    Lorsque Jake débarque… c’est un vrai bourrin, et il est un peu comme E.T. oublié sur une planète inconnue mais rapidement il sympathise et plus (suffit de se brancher la queue de cheval) avec la fille du roi (tant qu’à faire) qui fait sa mauvaise tête au début (elle fait hamac à part), mais pas longtemps. Elle est chargée de lui apprendre les codes et la langue parlée des Na’vi (c’est comme ça qu’ils s’appellent les habitants autochtones indigènes). De bulot, notre Jake se transforme en génie. Il devient total bilingue et comprend tout mais surtout que la nature, on lui doit tout Halleluyah, il faut la préserver Inch Allah, gloire à Dieu, le père, le fils, le saint d’esprit, l’âne, le bœuf et les bruns d'herbe, ainsi soit-il ! C’est Noël, youkaïdiyoukaïda !

    Les humains s’aperçoivent que le Jake a viré Na’vi. Ils le débranchent et s’en vont faire péter l’arbre de vie. C’est horrible un arbre qui tombe. Si, c’est vrai, là j’ai pas aimé. C’était triste. Surtout que les gros nazes arrivent avec leurs gros vaisseaux spatiaux et leurs missiles contre les bleus qui ont des lance-pierres !!!

    Jake se rebranche en Avatar, se réconcilie avec tous les bleus… ah oui, j’ai oublié, entre temps il était considéré comme un traitre AUSSI par les Na’vi à qui il avait avoué qu’il était venu pour les espionner. Oui, le Na’vi est un gros naïf, c'est rien de le dire. Un terrien vient chez lui et malgré son sixième sens surdimensionné testé en laboratoire, il se méfie pas. Soit.

    Après s’être réconcilié avec sa famille d’adoption, notre Jakouille devient chef des Na’vi et là… la guerre peut commencer. UNE HEURE ET DEMI, mesdames et messieurs, une interminable heure et demi sans fin, de guerre chlack boum patatra avec tous les ingrédients de tous les films de guerre réunis en un seul, dialogues bourrins compris, jusqu’à la très jolie pilote d’hélico en tenue « élection de la miss ti-shirt mouillé » (mais mon Jules m’a dit que c’était beaucoup plus pratique pour faire la guerre… C’est un garçon, il s’y connaît mieux en guerre).

    Je ne vous raconte pas la fin, c’est trop bon., ou trop triste, je ne sais plus, je suis sortie en courant !

    Un petit mot quand même sur la musique car il serait dommage de prétendre que ce grand zim boum assourdissant passe inaperçu… voilà c’est fait.

     

    C’est donc « ça » le grand film révolutionnaire du troisième millénaire, que plus rien ne sera pareil après car rien n’était pareil avant ???

    Et ben !!!

    J'ai pas perdu ma journée.

    Les vilains yankees contre les gentils indiens sauvages !!! John Wayne doit se marrer au paradis du bien et du mal. La forêt amazonienne est en danger et nous on va tous mourir. Merci James. Une pincée de « Danse avec les loups », une cuillère à café de « La ligne rouge », une cuillère à soupe de « Le nouveau monde »… et hop, tout le reste en effets techniques, spéciaux, trois D etc…

    Hou ha !

    Pour moi la grande révolution du cinéma c’est pas ça, du tout...

    C'est que de vieux réalisateurs septua voire octogénaires (non, je n’ai pas de nom qui me vient là comme ça) se renouvellent encore film après film comme si c’était leur premier, que de toutes jeunes réalisatrices comme Mia Hansen-Love ou Léa Fehner fassent des premiers films prodigieux comme si elles avaient déjà des décennies de cinéphilie et d’expérience derrière elles, que des acteurs comme Tahar Rahim, Reda Kateb, Pauline Etienne apparaissent comme des ovnis sur grand écran alors qu’on ne les connaissait pas avant d’entrer dans la salle, et qu'on me raconte des histoires…

    Des films comme « Avatar » me font très peur parce que j’ai l’impression que des milliers de gens l’attendent depuis des mois voire des années. Et moi je ne peux me résoudre à imaginer qu’un jour les films se feront au téléphone portable ou intégralement en effets spéciaux, même s’ils sont très beaux… parfois.

    Snif.