Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

james cameron

  • MA SEMAINE AU CINEMA ET MES COUPS DE COEURS

    LE PERE DE MES ENFANTS de Mia Hansen-Love****

    19210962_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091211_013647.jpg

    QU'UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT de Léa Fehner****

    19201618_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091119_011921.jpg
    .............................................................................................
    .............................................................................................
    .............................................................................................
    MES COUPS DE COEUR
    Qu'un seul tienne et les autres suivront
    Qu'un seul tienne et les autres suivrontQu'un seul tienne et les autres suivrontQu'un seul tienne et les autres suivrontLe Père de mes enfants19195105_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091106_031613.jpgLe Père de mes enfantsArthur et la vengeance de Maltazard
  • Avatar de James Cameron *

    AvatarAvatar

    AVATAR-OPHILES : Passez votre chemin, ça peut être douloureux. MerciJ

    Et mes excuses à la congrégation.

    Il est très très tard, dans les 2100 et des poussières et donc la terre a un big méga maousse gros problème à résoudre : la crise énergétique. La Terre et tous les pourris terrestres (les industriels aidés par les militaires) comptent bien sur la planète Pandora pour leur fournir un précieux minerai qui sauverait les terriens de la mouise. Sauf que les Na’vi ne sont pas d’accord étant donné que le minerai en question se trouve sous l’arbre de vie vénéré Halleluya de tous. Donc, les humanoïdes ont créé le programme Avatar qui comme son nom ne l’indique pas clairement permettra à un vétéran hou-ha de la guerre revenu sans ses pattes arrière (Jake Worthington MDR) de s’infiltrer parmi les schtroumpfs, de revenir avec des infos top secret et tout ça quoi.

    Ce qui est bien quand t’es Avatar, c'est que tu remarches (si t’étais en chaise roulante, sinon, tu deviens simplement très grand et très bleu avec quatre doigts). Evidemment, cte quiche va tomber raide dingue in love de Nefertiti (ou je ne sais plus comment) une fille canon toute nue et prête à l’emploi, en moins de temps qu’il ne faut pour dire « chef oui chef ». Parce qu’au début le Jake, c’est un marine, même ex en fauteuil roulant, il pense marine, il respire marine, il bouffe marine, il parle marine ah ah ah. Bref, i pense pas quoi !

    La fille canon lui dit « oh la la, t’es plus con qu’un moutard toi, pffff ». ça l’empêchera pas plus tard, de courir comme une sotte dans la forêt en poussant des ptits cris pour qu’il la rattrape et la roule dans l’humus. Mais je vais trop vite, Nefer, c’est pas une fille facile, elle couche pas au premier rendez-vous.

    Bon, reprenons quand notre Jake est tout vexé, rrrrroooolalalala, de se faire traiter. Alors il devient un mec qui pense. Enfin, il va penser un peu et après, il va refaire la guerre (chassez le naturiste bla bla bla...) mais en tant que chef, pas en tant que bleubite, quoiqu’il sera bleu, mais pas queue !

    Bon allez, je vais pas faire ma mijorée. Pendant une heure, je peux dire que ça allait. Ça faisait un peu jolie storiette genre :

    « Il sera une fois sur une planète bleu et vert où les flamands sont mauves… »,

    et on découvre la planète Pandora bleu vert, d’une beauté à tomber, peuplée de gigantesques bestioles inconnues pleines de dents et d’ailes mais pour la plupart inoffensives et de grands êtres bleus et nus très élégants avec des tatouages, un pif de panthère, de jolies tresses et des grigris plein partout ; des indiens quoi. Mais passée la surprise d’avoir parcouru un peu la forêt, il n’y a plus de surprise.

    Lorsque Jake débarque… c’est un vrai bourrin, et il est un peu comme E.T. oublié sur une planète inconnue mais rapidement il sympathise et plus (suffit de se brancher la queue de cheval) avec la fille du roi (tant qu’à faire) qui fait sa mauvaise tête au début (elle fait hamac à part), mais pas longtemps. Elle est chargée de lui apprendre les codes et la langue parlée des Na’vi (c’est comme ça qu’ils s’appellent les habitants autochtones indigènes). De bulot, notre Jake se transforme en génie. Il devient total bilingue et comprend tout mais surtout que la nature, on lui doit tout Halleluyah, il faut la préserver Inch Allah, gloire à Dieu, le père, le fils, le saint d’esprit, l’âne, le bœuf et les bruns d'herbe, ainsi soit-il ! C’est Noël, youkaïdiyoukaïda !

    Les humains s’aperçoivent que le Jake a viré Na’vi. Ils le débranchent et s’en vont faire péter l’arbre de vie. C’est horrible un arbre qui tombe. Si, c’est vrai, là j’ai pas aimé. C’était triste. Surtout que les gros nazes arrivent avec leurs gros vaisseaux spatiaux et leurs missiles contre les bleus qui ont des lance-pierres !!!

    Jake se rebranche en Avatar, se réconcilie avec tous les bleus… ah oui, j’ai oublié, entre temps il était considéré comme un traitre AUSSI par les Na’vi à qui il avait avoué qu’il était venu pour les espionner. Oui, le Na’vi est un gros naïf, c'est rien de le dire. Un terrien vient chez lui et malgré son sixième sens surdimensionné testé en laboratoire, il se méfie pas. Soit.

    Après s’être réconcilié avec sa famille d’adoption, notre Jakouille devient chef des Na’vi et là… la guerre peut commencer. UNE HEURE ET DEMI, mesdames et messieurs, une interminable heure et demi sans fin, de guerre chlack boum patatra avec tous les ingrédients de tous les films de guerre réunis en un seul, dialogues bourrins compris, jusqu’à la très jolie pilote d’hélico en tenue « élection de la miss ti-shirt mouillé » (mais mon Jules m’a dit que c’était beaucoup plus pratique pour faire la guerre… C’est un garçon, il s’y connaît mieux en guerre).

    Je ne vous raconte pas la fin, c’est trop bon., ou trop triste, je ne sais plus, je suis sortie en courant !

    Un petit mot quand même sur la musique car il serait dommage de prétendre que ce grand zim boum assourdissant passe inaperçu… voilà c’est fait.

     

    C’est donc « ça » le grand film révolutionnaire du troisième millénaire, que plus rien ne sera pareil après car rien n’était pareil avant ???

    Et ben !!!

    J'ai pas perdu ma journée.

    Les vilains yankees contre les gentils indiens sauvages !!! John Wayne doit se marrer au paradis du bien et du mal. La forêt amazonienne est en danger et nous on va tous mourir. Merci James. Une pincée de « Danse avec les loups », une cuillère à café de « La ligne rouge », une cuillère à soupe de « Le nouveau monde »… et hop, tout le reste en effets techniques, spéciaux, trois D etc…

    Hou ha !

    Pour moi la grande révolution du cinéma c’est pas ça, du tout...

    C'est que de vieux réalisateurs septua voire octogénaires (non, je n’ai pas de nom qui me vient là comme ça) se renouvellent encore film après film comme si c’était leur premier, que de toutes jeunes réalisatrices comme Mia Hansen-Love ou Léa Fehner fassent des premiers films prodigieux comme si elles avaient déjà des décennies de cinéphilie et d’expérience derrière elles, que des acteurs comme Tahar Rahim, Reda Kateb, Pauline Etienne apparaissent comme des ovnis sur grand écran alors qu’on ne les connaissait pas avant d’entrer dans la salle, et qu'on me raconte des histoires…

    Des films comme « Avatar » me font très peur parce que j’ai l’impression que des milliers de gens l’attendent depuis des mois voire des années. Et moi je ne peux me résoudre à imaginer qu’un jour les films se feront au téléphone portable ou intégralement en effets spéciaux, même s’ils sont très beaux… parfois.

    Snif.