Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ne touchez pas la hache de Jacques Rivette ****

    « Ne touchez pas à la hache », c’est ce qu’aurait dit le gardien montrant la hache qui avait servi à trancher la tête de Charles 1er ! Or Antoinette ne se rend pas compte qu’elle touche à la hache en se refusant obstinément à Armand tout en continuant à le séduire.

    Armand de Montriveau est un général héroïque grand blessé des guerres napoléoniennes (interprété par Guillaume Depardieu éblouissant et grand blessé de la vie). Le jour où il rencontre Antoinette, Duchesse de Langeais (interprétée par Jeanne Balibar, sublime presqu’irréelle), il en tombe éperdument amoureux. Elle va encourager le véritable culte qu’il lui voue tout en refusant pendant des mois de lui appartenir. Les prétextes multiples et variés (migraine, bals, convenances, religion…) dénotent simplement une grande hypocrisie et un jeu cruel et stupide dont elle semble ne pas avoir conscience. Armand, fiévreux, éperdu accepte, résiste puis comprend que cette femme ne sera jamais à lui. Plutôt que renoncer, il décide de se venger. La victime devient bourreau et réciproquement. C’est au tour d’Antoinette de se languir puis de dépérir devant la cruauté de son virtuel amant.

    Les face à face des deux amants, leurs dialogues littéraires sont servis par deux acteurs vraiment inspirés qui se consument de passion. Leurs personnages, affolés d’amour et de désir s’embrasent et se détruisent sous nos yeux effarés. Autour d’eux gravitent quelques figures dont Michel Piccoli et Bulle Ogier, rayonnants l’un et l’autre, d’une étonnante modernité. Guillaume Depardieu, acteur extraordinaire est parfait pour ce rôle extraordinaire. Jeanne Balibar soupire ses répliques, sourit irrésistiblement. Grâce à elle ce personnage qui aurait pu être antipathique est crédible et touchant. Ce couple atypique, intemporel, pas du tout "en vogue", se révèle idéal et bouleversant. Quant à la réalisation, elle est d’une telle perfection qu’il n’y a rien à en dire.

    C’est un film qui nous parle d’un rendez-vous manqué, il est hors du temps, hors des modes, c’est un film unique, magnifique, tourmenté, passionné qui nous dit pourtant : « trop tard »…

    Ce film est tiré du roman de Balzac "La Duchesse de Langeais".

  • La tête de maman de Carine Tardieu **

    « Le premier qui m’appelle Lucille je lui éclate la tronche. J’m’appelle Lulu. Point barre » !

    Ainsi parle Lulu donc, ado boudeuse et rageuse de 15 ans dont la maman dépressive chronique souffre de maux de ventre depuis des années. Lulu rêve d’une mère idéale aimante et compréhensive qui serait Jane Birkin… mais elle va tout tenter pour rendre à sa vraie mère son amour de jeunesse qui a disparu de sa vie en emportant son sourire.

    Du drame à la comédie, de la comédie au drame, ce joli film aux trouvailles oniriques bienvenues oscille et offre aux comédiens une belle partition douce amère. La jeune Chloé Coulloud (Lulu) tour à tour butée, masculine et soudain pleine de charme et de douceur féminins habite ce rôle avec détermination. Les belles apparitions de Jane Birkin en fée maternelle idéale sonnent juste. Karin Viard perdue et amoureuse découvre avec grâce la maternité. Pascal Elbé assure avec beaucoup de séduction son rôle de papa et de mari aimants. Quant à Kad Merad, de film en film on ne cesse de découvrir quel acteur il est ! Capable d’imposer avec sa dégaine nonchalante et un physique ordinaire la figure masculine fantasmée. Chapeau.

    Amateurs de happy end prévisible s’abstenir !

  • 300 de Zack Snyder °

    300 -

    Le spartiate Léonidas (roi de la tablette) reçoit la visite d’émissaires du roi perse Xerxès (qui se prend pour un Dieu parce qu’il mesure 2 m 12 !!!). Ils lui disent :

     

    « - soumettez-vous spartiates !

     

    - Hein ? Quoi ? j’ai bien entendu ? Soumission n’est pas spartiate, va te faire voir chez les Grecs mon gars ! »…

     

    et pan, les messagers sont balancés dans un gouffre sans fond !

     

    A partir de là, une bande de 300 couillus en sandalettes avec casques à pointe, boucliers magiques et lances pointues s’en va, testostérone en bandoulière tendre une embuscade à une armée invincible (environ 1 million de guerriers survoltés), heureusement pas toujours très finaude question stratégie militaire. Avant le départ, Léonidas fait l’amour à sa femme (reine topless) au ralenti et s’en va en découdre, au ralenti, avec l’autre bande de furieux. Comme ils ont eu de la route à faire, on voit bien qu’ils n’ont pas eu le temps de faire l’amour, du coup, ça se sent qu’ils ont envie de rentrer chez eux.

     

    C’est l’histoire d’un réalisateur qui a dû voir en boucle Le Seigneur des Anneaux et Gladiator, (pardon James, pardon Peter, il ne sait pas ce qu'il fait), on a même droit au vent dans le champ de blé, la femme de Léonidas est un sosie de Connie Nielsen et Faramir est là… et qui s’est dit : « tiens, je vais faire la même chose mais en moche et con ! ». Pari tenu, pari gagné, haut la main, c’est d’une bêtise et d’une hideur à pleurer ou à rire... Niveau aberration j’ai même entendu : « nous allons dominer l’Europe !!! ». On est quand même en 480 avant Jésus-Christ. Je comprends mieux pourquoi ça s’appelle le Vieux Continent.

     

    Sinon, ici ce n’est pas le courage et la bravoure qui sont glorifiés mais la cruauté, la vanité et l’orgueil. Deux armées arrogantes, sûres de leur supériorité envoient les uns contre les autres des hommes gavés de haine et assoiffés de sang. Visuellement et auditivement, tout est là pour tenter d’en mettre plein la vue et les oreilles : abondance de ralentis (voilà pourquoi ça dure deux heures), le sang gicle partout, les bras, les jambes, les têtes tranchées plein écran s’amoncellent, un empilement de cadavres sert de protection, de jolies femmes lascives dansent (au ralenti)… L’ingénieur son a poussé l’ampli à 25 et le peintre n’a pas lésiné sur le marron. Quant à l’interprétation !!! Gérard Butler expressif et sexy comme une chasse d'eau, balance ses tirades pompeuses et solennelles avec une emphase et un sérieux irréprochables. C’est laid, une vraie croûte mais au final, assez risible.

    HA HOU !*

    *cri de guerre spartiate !

    Mouarf.

    300 -

  • Golden Door de Emanuele Criaelese ***

     

    Début du XXème siècle en Sicile. Salvatore (Vincenze Amato, époustouflant du début à la fin) quitte sa misère et embarque avec ses deux fils et sa mère pour le Nouveau Monde. Ses rêves d’Amérique sont bercés par des photos truquées où les légumes ont la taille d’une maison, où des pièces d’or tombent des arbres… Durant la traversée, il rencontre Lucie (Charlotte Gainsbourg, mystérieuse, aristocratique, idéale).

    Il va me manquer des mots pour évoquer cette baffe monumentale administrée par ce film unique. Ni historique, ni politique cette histoire l’est pourtant mais le réalisateur ne porte ni jugement et n’incite pas à la polémique. Il expose et démontre que l’histoire et la richesse d’un pays s’écrivent parfois, voire souvent par et avec son immigration (à qui le conseilleriez-vous ???). Il est italien de l’Ancien Monde et la destination est l’Amérique mais à aucun moment on ne sent d’amertume ou de sentence. Evidemment, à l’arrivée les services d’immigration (pratiquement toujours hors champ) font un « tri » parfois douloureux mais c’est le rêve, l’espoir et la foi qui animent toujours les futurs citoyens américains.

    Avant d’en arriver là, il y a la traversée en « troisième classe » dans des conditions révoltantes mais acceptées sans résistance. Emanuele Crialese nous enferme littéralement avec les personnages, et leurs promenades sur le pont sont pour eux comme pour nous, des moments de respiration ("Respiro"...). Ce film est claustrophobique et il n’y a jamais sans doute moins de 15 personnes à l’écran. La promiscuité suinte de toute part et pourtant des scènes magiques, magistrales parcourent l’aventure comme celles des femmes se peignant les unes les autres les cheveux, ou encore celles oniriques où Salvatore rêve de Lucie dans une rivière de lait ! Oserai-je évoquer Fellini ? Lors d’une tempête, le réalisateur choisit encore une fois de ne pas montrer la mer déchaînée mais plutôt les passagers malmenés, chahutés dans leur cale étouffante qui semble sans issue. Les trouvailles scénaristiques pullulent et c’est visuellement d’une beauté à tomber.

    Quant à l’interprétation, je tiens à revenir sur la prestation remarquable, absolument sidérante de Vincenzo Amato qui porte ses rêves avec une fraîcheur et une obstination hors du commun.

    En prime, Crialese nous gratifie d’un dialogue amoureux, l’un des plus juste et plus beau que j’ai entendu au cinéma. En effet, pour qu’une fille entre en Amérique il vaut mieux qu’elle soit mariée ou attendue là-bas par un fiancé. Lucie (Charlotte Gainsbourg) un jour de promenade demande à Salvatore :

    -   Voulez-vous m’épouser ?

    -  Bien sûr et tout de suite, répond-il.

    -  Vous savez, je ne vous épouse pas par amour !

    -  Mais enfin, on ne se connaît pas ! Il faut du temps pour l’amour, non ? ».

    Nul doute que des deux-là ont un avenir… 

  • J’attends quelqu’un de Jérôme Bonnell ***

    j'attends quelqu'un -

    Jérôme Bonnell filme la routine d'une petite ville de Province, Louis patron de café divorcé (J.P. Darroussin drôle et mélancolique) amoureux de Sabine une prostituée (Florence Loiret, fragile), sa sœur institutrice (Emmanuelle Devos, magnifique et sensible), un peu délaissée par son mari qui ne la regarde plus beaucoup (Eric Caravaca, hypocondriaque) et l’arrivée de Stéphane (Sylvain Dieuaide, électrique…). Tous ces cœurs, un peu solitaires nous font vibrer car leur quotidien pourrait être le nôtre et que les acteurs sont exceptionnels alors que leurs personnages ne le sont pas. Par petites touches, le réalisateur montre que les actes répétitifs, les habitudes peuvent être bouleversés et à quel point chacun de nous est prêt ou pas à voir surgir l'imprévu.

     

    Tout en finesse, en simplicité et en douceur, le burlesque s’insinue parfois au cœur même de la mélancolie pour nous offrir un film profond, sincère et sans emphase.

     

    Démontrons à ce jeune cinéaste de 29 ans que nous aimons son cinéma pudique, tendu et délicat.

  • Ensemble, c’est tout de Claude Berry **

    Camille jeune anorexique en manque de famille est technicienne de surface, Franck tout dévoué à sa grand-mère et à son métier est cuisinier, Paulette, vieille dame fragile est cette grand-mère qui craint de ne plus vivre chez elle et Philibert aristocrate bègue et émotif rêve d’amour et de théâtre. Ces quatre solitudes résignées vont se rencontrer, s'amadouer, s’aimer, vivre ensemble.

    Rien de révolutionnaire et après un début peu convaincant, on finit par s’attacher aux personnages car ils sont « vrais » avec leurs doutes, leurs angoisses, leurs désinvolture, leur insouciance. Fraîcheur, bons sentiments et altruisme sont au rendez-vous mais les thèmes du corps qui décline et de la mort qui rôde ne sont pas occultés. On y croit, grâce aux acteurs. Guillaume Canet et Audrey Tautou sont parfaits et convaincants comme toujours, mais la révélation vient de Laurent Stocker, extraordinaire.

    Un film généreux, pur, sensible comme le livre, tout simplement !

     

  • Catherine Deneuve

     

    Jusqu'au 2 avril, la Cinémathèque, à Paris, rend un hommage particulier à Catherine Deneuve en projetant une cinquantaine de ses films.

    Elle sera présente le 23 mars à 21 heures dans la salle Henri Langlois pour présenter les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy.


    Retrouvez tout le programme ICI.

    Et en plus, parfois, elle chante : "Joyeux anniversaire maman"...

  • Ces deux merveilles ont quelques points communs... Lesquels ?

    Un des points communs de ces deux films me ravit particulièrement : LEQUEL ?

    C'est Doc qui a été le plus complet dans sa réponse (j'ai donc trouvé un moyen de le faire sortir de son Palace...) :

    • ce sont deux films de François Truffaut (dont l'un est mon préféré) : "La Sirène du Mississippi" (1969)  et le "Dernier Métro" (1980),
    • dans les deux films Catherine Deneuve se prénomme Marion,
    • mais surtout,  les personnages reprennent les mêmes répliques :

    Louis  : Tu es si belle. Quand je te regarde, c'est une souffrance.
    Marion: Pourtant hier, tu disais que c'était une joie.
    Louis : C'est une joie et une souffrance.
    Marion : Je vous aime.
    Louis: Je te crois.

    Désolée, je ne l'ai trouvée qu'en italien

  • Ma place au soleil de Eric de Montalier °

    Quelques personnages, hommes et femmes, pas très en forme moralement cherchent leur place dans ce monde de brutes ! J’ai lu ceci : « le réalisateur Eric de Montalier résume Ma place au soleil, un premier long métrage dans lequel il a simplement souhaité parler des choses de la vie et des questions que tout un chacun se pose au quotidien ». OK, mais quand en parlera t’il ?

    Faire un film choral (aïe !) sur l’ultra moderne solitude est une bonne et séduisante idée mais il est quand même préférable d’en écrire l’histoire. Ici les scènes s’enchaînent les unes aux autres sans lien entre elles, les personnages ne se rencontrent pas. Les garçons sont immatures ou infantiles ou égoïstes ou machos ou maladroits ou dépressifs. Certains cumulent plusieurs de ces qualités ! Les filles pas mieux loties, tout aussi paumées, sont en plus évidemment victimes.

    A se demander ce que cet éblouissant casting est allé faire dans cette galère !

    Navrant.

  • La Cité Interdite de Zhang Yimou ?????

    Au Xème siècle pendant la Dynastie Tang : la reine découvre que le roi son époux l’empoisonne à petits feux. Avec l’aide ou pas de son fils, elle va chercher à se venger, ou mieux à renverser le despote.

    Je l’avoue j’ai failli « partir avant la fin du monologue shakespearien » de cet opéra kitsch qui pèse trois mille tonnes et autant de millions de yuans sans doute. Tous ces rouge et or clinquant seraient supportables pour l’œil humain s’il ne s’y ajoutait des rose et mauve fluos du plus mauvais goût qui finissent par donner la nausée. Je ne sais plus qui disait : l’opéra c’est une reine qu’a des malheurs… et bien elle en a des malheurs cette reine. Son mari ne l’aime pas, il lui fait avaler de force et en grande pompe une dose de poison toutes les deux heures, son fils est parti loin mais il revient, elle est amoureuse du fils que son mari a eu d’un précédent mariage, et pour couronner le tout, parfois elle a du mal à mettre ses bigoudis. Tout ça l’énerve, elle tremble, s’agite, transpire en faisant du canevas (elle a quand même 10 000 foulards à broder de chrysanthèmes pour demain)… parfois des larmes jaillissent, de vrais geysers !

    Nous sommes chez les Médicis, les Borgia, la Reine, c’est Margot et entre conspirations, complots, incestes, manipulations et meurtres, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère les Tang, pas le temps de s’ennuyer… mais Zhang Yimou nous enferme dans une Cité Interdite de pacotille à vous rendre claustrophobe et on est tout étonné de se fiche comme d’une guigne de tout ce qui leur arrive. Soudain, ça s’excite et des hommes chauve-souris envahissent l’écran. C’est la plus belle scène : elle dure 2 minutes 12. Ces hommes noirs sont des espèces de grands coupe-coupe géants. Ça tranche, ça coupe, ça élimine, ça gicle partout, youpih de l’action ! ça dégomme à tout va mais tant pis au bout de deux heures, on a vraiment besoin d’air. Tout ce foutoir luxueux se termine par un combat géant et incompréhensible avec effets visuels très très spéciaux et très visibles à l’œil nu où la secte des poignards volants s’empoigne avec les furieux aux chrysanthèmes sur un très joli parterre de fleurs comme il se doit. On devrait toujours livrer bataille sur des champs de fleurs, c’est beaucoup moins violent et les rivières de sang finissent toujours par s’accorder avec le jaune des chrysanthèmes. Un vrai carnage, youplaboum et les quelques survivants se feront terminer à la machette. En un quart d’heure une armée de nettoyeurs balaieront tout ça et on pourra manger tranquille.

    Luxe et profusion ne sont donc pas synonymes de qualité. Cerise sur le clafoutis : GONG LI !!! Que lui est-il arrivé ? Je pense qu’elle peut définitivement (ses trois derniers films à l’appui) postuler au titre de plus mauvaise actrice de tous les temps… Cela dit, elle place la barre très très haut ! Son visage devenu inexpressif est figé en une seule expression : le mépris. Elle tremble beaucoup et au bout du 25ème gros plan sur son visage en sueur, on frôle l’overdose !

    En voyant ce film, je me demande ce qu’est aussi devenu le Zhang Yimou qui m’avait bouleversée, subjuguée avec « Le sorgho rouge », « Epouses et concubines », « Qiu Ju une femme chinoise » et surtout « Vivre ».