Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ALIEN : COVENANT

de Ridley Scott *

133613_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Avec Michael Fassbender, Katerine Waterson, Billy Crudup

Synopsis : Les membres d’équipage du vaisseau Covenant, à destination d’une planète située au fin fond de notre galaxie, découvrent ce qu’ils pensent être un paradis encore intouché. Il s’agit en fait d’un monde sombre et dangereux, cachant une menace terrible. Ils vont tout tenter pour s’échapper.

Etait-il besoin pour Ridley Scott de remettre le couvert et donner une suite au préquel que fut Prometheus (nettement plus réussi) ? Ma réponse est non.

La longue scène d'ouverture est à la fois belle et ridicule. Michael-David/Walter-Fassbender déambule tel un robot dans une pièce aseptisée avec vue sur une nature trop belle pour être vraie. Peter Weyland (Guy Pearce) lui annonce : je suis ton père ! Et là, il est bien difficile de ne pas, soit hurler de rire, soit crier au plagiat, voire pire, à l'hérésie. Personne ne devrait plus avoir le droit d'utiliser cette réplique cultissime sauf pour en faire éventuellement une parodie, ce qui n'est pas le cas ici. Le sérieux avec lequel Guy Pearce prononce la sentence ne laisse aucun doute.

La bonne idée de l'habilleuse, qu'elle en soit mille fois remerciée, est d'avoir cousu la combinaison immaculée de Michael-David/Walter-Fassbender directement sur lui. Et donc, alors qu'on s'ennuie déjà, il n'est pas interdit de se rincer l'œil. David s'inquiète de savoir s'il est parfait... J'ai la réponse.

Puis, ellipse, on se retrouve directement à bord du Covenant, vaisseau spatial, propriété de papa à destination d'une planète très très lointaine avec pour objectif d'y implanter une colonie. A bord du vaisseau, l'équipage et 2 000 futurs colons en hibernation et 1 000 embryons humains. Seul Walter est en état d'alerte maximum et veille au grain. Et paf... un machin heurte le truc et comme dans le récent et pas bien intéressant non plus Life : origine inconnue, l'équipage est obligé de se réveiller plus tôt que prévu. Je ne me souviens déjà plus si certains vomissent.

Très vite, il y a des victimes dues à l'avarie et certains membres de l'équipage décident contre l'avis d'autres, d'aller explorer la planète voisine d'où émane un mystérieux message. Une chanson !!! Peut-être est-elle plus accueillante et pourra les recevoir plus tôt que prévu.

Sur place, ils découvrent... Je ne vous dis rien. Si je n'ai pas réussi à vous faire économiser votre temps et votre argent, je ne voudrais pas gâcher votre plaisir.

Pour moi, cela n'a aucun intérêt. Les scénaristes des films de SF ne parviennent plus à se renouveler et manquent totalement d'imagination. C'est toujours la même histoire : on embarque dans le vaisseau, puis Houston on a un problème, il y a des morts pendant qu'on essaie de résoudre le problème, et on repart. La bestiole se multiplie et n'est que haine et agressivité alors qu'il suffirait de savoir lui souffler sur le museau... On sursaute, ça fait peur, il y a du sang et des plaies. Le mini twist final que j'avais prévu (alors que je suis pas une flèche en révélation de dernière seconde...) ne rehausse pas le niveau et annonce juste que... oui, on n'en a pas fini avec la saga.

On pourra admirer que Michael Fassbender (seul intérêt du film) se paie le luxe de parcourir majestueusement le vaisseau au son de L’Entrée des dieux dans le Valhalla de Wagner, rien que ça, et déplorer une scène de douche complètement con et superflue.

Pour le reste, on notera que le casting à l'exception de Michael Fassbinder et de Katerine Waterson très vaillante, est dénué du moindre charme. Le gros, le black, la moche et compagnie... tout le monde est présent mais Ridley ne se donnant pas le temps de nous présenter les membres de l'équipage, on se moque complètement de qui disparaît et on ne sait pas toujours qui est encore là ou pas.

Commentaires

  • Faux twist final, parce qu'à partir du moment où il avait été annoncé que deux autres Alien étaient en préparation ou en projet, tu te doutes que la bête n'allait pas mourir. La bête ne meurt jamais, dans les films d'horreur.

    Côté casting, je plaide mon ignorance, ne connaissant pas grand monde. De toute façon, tout le monde meurt ou presque. Même Ripley est morte y'a des années, alors j'attendais pas grand chose.

    Entre Life et Alien, qui a gagné ? La première bébête avait une certaine majesté dans l'espace, cette sorte de poulpe ou de calamar (je m'y connais pas trop en mollusques marins). La seconde est une assoiffée de sang et de chair humaine, presque dans la tradition d'Alien.

    Houston, on a un problème. De toute façon, là-haut, y'a toujours des problèmes. Alors pourquoi vouloir toujours y aller, si c'est pour se faire bouffer le cerveau et voir ses tripes exp(l)osées.

    La scène de cul aurait être plus gore, lançant un nouveau genre, le space-porno-gore. Un regret.

    Malgré tout, je ne regrette pas d'y être aller. Alien, ça reste Alien. Et de toute façon, rien de peux surpasser les deux premiers épisodes. Maintenant, si j'allais voir Prométheus...

  • En fait le twist, vaut mieux le danser. Et comme je ne savais pas qu'il y aurait deux épisodes, quelle ne fut pas ma surprise. Et puis après tout, ils en sont bien au Fast and Furious 8 alors why not ?

    Ok on meurt dans l'espace, mais ça aurait plus d'impact s'il y avait de la star. Imagine qu'on embarque Leonardo, Matt et Georges et qu'ils se fassent zigouiller. ça aurait de la gueule et je pleurerais mes tripes.

    Je crois que oui, le poulpe d'origine inconnue était plus choupi.

    C'est vrai que la scène porno-space-gore est minable, on est d'accord... pourtant y'a amorce... vu que la queue de la bête se dirige pile là où il faut !

    Je me souviens du premier Alien. Comment j'avais eu peur. C'était nouveau ce genre à l'époque !

    Mais bon pour causer saga qui s'éternise... Je suis allée voir Logan sans en attendre grand chose et franchement ça envoie du bois alors que là, ça recycle, ça recycle... et mal !

  • Je savais qu'en venant ici je pourrai me marrer un peu. ;-)
    Il faut dire qu'après cette sinistre projection où je suis allé à reculons (vérolée par une bande de jeunes insupportables que je me suis empressé de recadrer), j'avais bien besoin de me refaire le film dans sa version gonzo sur ton blog : comme toi, j'ai adoré bien évidemment tous ces scientifiques scrupuleux et forcément crédibles (sortis de l'école "Prometheus") qui débarquent sur une planète sans l'étudier d'abord dans le détail, qui foutent les pieds partout, qui n'ont bizarrement pas fait gaffe en passant à cette cité gigantesque située à 200 mètres de l'endroit où ils se sont posés. Je te parle même pas du pilote Tennessee (ben oui, y en avait bien un qui s'appelait Dallas dans le premier épisode) qui s'y connaît en "country roads" (le standard de John Denver qui rappelons-le fut repris en version française par la charmante Marie Laforêt sous le titre "mon pays est ici", visez la référence) agrippé à son manche à balai pour faire des figures avec sa navette grue. Toutes ces acrobaties avec pour toile de fond le bon vieux couplet sur "n'oublie pas que vas mourir misérable humain mortel". Sans parler de l'autre andouille qui passe sa tête au-dessus de l'œuf de Pâques (et c'est lui qui commande, je vous raconte pas le niveau de recrutement !)... ça m'a fatigué mais à un point...
    Au moins le poulpe de Gyllenhaal avait l'air plus joli à regarder, non ?

  • Ah je suis contente qu'on soit d'accord. C'est pas bon du tout n'Est-ce-pas ?
    Non mais l'équipe de bras cassés qui débarquent sur la planète sans masque... genre ils ont l'oxygène local incorporé ! Faut pas nous prendre pour des bleus.
    Et la chanson... OMFG... pour que ça ait du sens, il faudrait peut-être nous la faire écouter non ?
    Et le casting cheap !!!

    "l'autre andouille qui passe sa tête au-dessus de l'œuf de Pâques" :tu parles de James Franco ? Qui sert à rien ?

    Et c'est quoi ces couples mariés qui partent ensemble dans l'espace ???

    Ah mais c'est à toi que je devais répondre que le poulpe était effectivement plus choupi.

  • Bonjour Pascale, et bien moi, j'ai aimé cet Alien, je me suis moins ennuyée qu'à Prometheus. Et puis Fassbinder est toujours bien de sa personne d'autant plus qu'on a le droit de le voir en double. L'Alien fait son boulot. La petite Waterston est bien. J'ai eu peur. J'en ai pris plein les yeux même si je ne suis pas sûre de revoir le film. Il faudrait que je revois le 2ème et même le 3ème de Fincher (qui m'avait beaucoup plu, j'ai l'impression d'être la seule). Bonne fin d'après-midi. PS: j'ai vu le film de sur James Baldwin: bien.

  • Bonsoir Dasola,
    c'est drôle mais je ne t'imagine pas du tout aimer ce genre de films... et je me trompe.
    Deux Fassbinder pour le prix d'un, ça c'est une BONNE idée, qu'il ait subi une mise à jour ou pas !

  • Il y a quand même un Fassbender qui a son wikipedia plus à jour que l'autre ;-)

  • FASSBENDER ! Avec un E !

    Tout ce teasing autour du projet pour accoucher d'un nouveau film décevant...
    C'est à croire que l'on a définitivement perdu Ridley Scott. Frustrant !

  • C'est terrible ce nom... Je dois vérifier à chaque fois que je l'écris !!!
    Ridley devrait renoncer à Alien : ON A FAIT LE TOUR !!!
    Surtout là avec ce casting dont on se contrefous... Oui, je sais, je donne trop d'importance aux acteurs mais c'est capital pour moi. Même pour ce genre de film. C'est différent de voir souffrir, galérer ou mourir une tête d'affiche et ses troisièmes couteaux sans charisme ni talent.

Écrire un commentaire

Optionnel