Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CONCERTS ET THEATRE - Page 4

  • Vincent Delerm

    Certaines savent qu’hier pour différentes raisons, j’étais « à l’ouest », je me suis donc complètement plantée dans les horaires, les adresses de salles et les titres de films… De fait, je n’ai rien vu en scope mais je n’ai pas perdu ma journée pour autant, ou plutôt ma soirée. Loin s’en faut.

    Vous me direz…

    si, vous me direz :

    « quel rapport y’a-t-il entre un concert de Vincent Delerm et le cinéma ? ».

    Et je répondrai « tout, absolument tout ». Car Vincent Delerm a dû être cinéaste dans une vie antérieure, ou bien il le sera dans la prochaine.

    Evidemment j’y suis allée toute seule comme une grande car je suis entourée de gens comme vous et vous qui ont pris Vincent en horreur et qui ne se donneront pas la peine de découvrir qu’entre ses albums (que je vénère) et la haute tenue de ses concerts (que j'idolâtre), il y a un univers inimaginable. Je suis déçue de ne pas réussir à convaincre les « contre » mais je comprends aussi car même si on me démontrait le talent incontournable de certain(e)s (pour les noms, il faut demander gentiment… je balance des horreurs pour presque rien !), il faudrait me torturer pour que j'aille les voir.

    Mais revenons-en plutôt à Vincent Delerm. Comment parler d’un album et d’un spectacle qui s’ouvrent par ces mots « Tous les acteurs s’appellent Terence… » ? Sans doute faut-il commencer par dire que l’artiste qui scénarise généralement ses spectacles et dont la réputation sur scène n’est plus à faire, a choisi d’orienter définitivement et exclusivement celui-ci vers le cinéma. Et c’est éblouissant du début à la fin.

    Un écran apparaîtra parfois en fond de scène. En ouverture, le lion de la MGM rugira comme si on y était et à la fin un générique façon vieux film des années du muet énumère toutes les personnes que Vincent Delerm remercie ou qui ont contribué à l’album ; ce qui est très malin et beaucoup moins fastidieux qu’un énoncé au micro d’une liste de gens qu’on doit applaudir et dont on ne sait qui ils sont.

    Vincent Delerm est cinéphile mais il vit dans la vraie vie aussi. Comme moi, disons pour faire court. Le voir et l’entendre sur scène c’est donc trouver des échos à la fois dans la banalité du quotidien grâce à la finesse et la profondeur de son écriture et dans le rêve du grand écran grâce à la beauté et l’intelligence des décors et de la mise en scène. Des silhouettes en carton grandeur nature représentent des stars hollywoodiennes mais leurs visages ont été remplacés par ceux des deux musiciens et du chanteur. Ils les amènent eux-mêmes sur scène. Les hommages au cinéma se succèderont, au cinéma de Lelouch « Deauville sans Trintignant » et la merveilleuse voix de l’acteur, à François Truffaut grâce à une reprise de « L’amour en fuite » de Souchon (présent aussi par la voix) qui s’achèvera sur la tirade de Jean-Pierre Léaud qui martèle « Antoine Doinel… Antoine Doinel, Antoine Doinel, Antoine Doinel… », puis Woody Allen, François De Roubaix, Jacques Tati, Fanny Ardant… Les souvenirs défilent dans la tête, s’imposent, on se souvient, et la musique et les paroles se mêlent aux images.

    Mais aussi, mais surtout, un concert de Vincent Delerm c’est, contre toute attente pour beaucoup j’imagine, plus de deux heures où l’on éclate de rire comme il arrive rarement dans des concerts. Le chanteur ponctue son spectacle d’histoires, d’anecdotes et c’est toujours plein de finesse, d’ironie mais aussi d’énormément d’autodérision. Il faut le voir se moquer de lui-même parce qu’il n’a pas trouvé les bons mots qui rendent intelligents lors d’une interview… comme si le fait d’être « une vedette » vous permettait brusquement d’avoir un avis sur tout. C’est tordant quand il évoque grâce au « Monologue Shakespearien » les âneries qu’on peut entendre à la sortie d’un film ou d’un spectacle.

    Moi-même en sortant de la salle et alors que j’étais sur mon petit nuage (et que j’y suis encore), j’ai entendu :

    « … oui… mais bon… je ne me suis pas sentie prise dans une mouvance… euh ! tu vois quoi ??? ». (Inutile de vous dire que cette personne gît désormais dans le caniveau).

    C’est doux, tendre, infiniment nostalgique, drôle et respectueux. Et parfois une folie douce s’empare de Vincent et de son piano, un ragtime, on s’agite, on tape des mains et on chante, on chante… Car le public (très très féminin) connaît son Vincent sur le bout des lèvres. Mais ce spectacle n’est pas uniquement fait pour les filles de 1973 qui ont de plus en plus, plus de trente ans… Cela dit quand il demande de chanter tour à tour, cela donne :

    - « maintenant les filles de 1973 uniquement ? »… (un joyeux vacarme) ;

    - « les filles des années 70 ? » (beaucoup de bruit),

    - « les filles des années 60 ? » doute de Vincent (un bourdonnement),

    - « les filles… des années 50 ??? » surprise de Vincent (yeeeeeeeeeepaaaaaaaaaaah… un murmure !!!),

    - « euh… les filles des années 40 ??????????? »… silence.

    On sort… Enfin JE suis sortie de la salle, gaie comme un pinson, légère, joyeuse, radieuse, charmée, comblée, ravie et… calme, comme je ne l’ai pas été depuis 12 ans 5 mois et 48 jours... avec en boucle l'album "15 chansons" qui tourne dans la voiture.

     Merci et vivement qu'il revienne.

     

     

    P.S. : Vincent était déçu et un peu en colère car la distribution de « Michoko » qu’il prévoit à chaque concert pendant son faux entracte (hilarant et faux car il ne quitte pas la scène) lui a été refusée et il s’est aperçu aussi que les billets avaient été vendus plus cher qu’ailleurs !!! M’étonne pas moi.

    P.S. 2 : mes photos sont toutes pourries, je n'ai pas l'appareil qu'il faut pour ce genre d'évènement... donc, voilà, je peux juste mettre le plafond genre chapelle Sixtine de la salle. Pas prétentieux pour deux sous dans le coin ...

    DSCI0001.JPG
  • Sur le fil dérisoire de et par Vincent Roca

    224054855.JPG

    Que croyez-vous que je puisse penser d’un spectacle et d’un artiste qui aborde directement son public par : «Je suis très calme mais je vous préviens solennellement : je ne veux pas qu’on me fasse chier ! ». J’ai adoré forcément ce type, le type même du type qui renvoie l’image du mec parfait mais qui souhaite par-dessus tout se défaire de son image positive de chic type ! C’est drôle, hilarant, plutôt fin, élégant (malgré l’amorce), jamais méchant, bien observé et la langue utilisée entre poésie, calembours, jeux de mots, à peu près est un régal de tous les instants pour les oreilles. Vincent Roca est ce gars qui n’aime pas qu’on lui prenne sa place numérotée dans les trains, qu’on lise SON journal, qu’on lui impose des cartes de fidélité, qu’on mette des câpres sur sa pizza napolitaine, qu’on l’abonne à un club du livre, qu’on lui promette un service à jus de fruits après 20 passages à la station service, qu’un taxi lui demande « vous avez un itinéraire ??? », qu’on le prenne à témoin dans une conversation, que les gens klaxonnent dans les mariages, qu’ils lavent les verres à moutarde et les animaux aussi, ça l’agresse.

    250679415.JPG

    Mais Vincent Roca, c’est aussi ça :

    « Je me souviens. J’ai quinze ans. Je passe mes journées au cinéma. Il fait noir. Personne ne s’occupe de moi. Je suis seul avec les images. Réfugié dans ma bulle. Tavernier ! Que la fête commence ! Eteignez la salle ! Envoyez la pelloche ! servez-moi du gros plan en carafe ! Je vais me shooter au nitrate d’argent, je vais m’en mettre plein les mirettes… silence sur le plateau ! Repassez-moi les films-flammes, les plans américains, les vieilles bandes à John Wayne ! ça tourne, j’ai quinze ans ! Tavernier ! C’est ma tournée ! Vas-y Frankie ! envoie la musique de chambre noire ! fondus enchaînés pour tout le monde, la spécialité du chef op’, sortez les scénars ! foncez dans le décor ! il y a de l’émulsion dans l’air, du bromure dans la gélatine, allez ! on la refait ! Allumez les gamelles ! un homme, une femme, j’ai quinze ans… mes murs sont tapissés de photos d’Anouk Aimée, Un album et une femme avec Anouk immortalisée et Jean-Louis m’empoignant !... J’ai quinze ans, la dolce vita… mon harem nommé désir, mon tramway nommé Aimée, ma Lauren buccale, mon Anna magnanime, ma Sophia la reine de cœur, ma Gina Lolos-Lola-briggida, j’ai quinze ans ! Tavernier ! Ressortez les vieilles copies ! envoyez la Comtesse aux pieds nus ! je m’en lèche les bobines, si tu ne viens pas à la Gardner, Ava Gardner viendra à toi ! La prise est sublime, clap clap clap, on la garde ! Tavernier ! Action ! Séquence nostalgie, flash-back sur Gabin et Morgan, oh ! t’as de beau aïeux, tu sais ! Embrasse-moi, j’ai quinze ans, moteur ! Attention, ralentir… travelling ! Tavernier ! Faites-moi lire dans les étoiles ! plongée sur les jambes de Dietrich, contre-plongée en apnée sur mes images de gosse, je fais le Marielle, café Noiret et tranche de Rochefort, j’ai quinze ans, bonbons, caramels, chocolats glacés, le temps passe à vingt-quatre images seconde, les hommes sont tous des frères Lumière, j’ai huit et demi à chaque œil et j’ai quinze ans ! Vas-y Noiret ! fais-nous du Noiret ! refais-nous la vie de château, Alexandre le bienheureux, j’ai des pellicules, je m’enferme à double tour de manivelle, écran géant et son dolby, moteur ! Action ! Toute ressemblance avec des rêves de gosse n’est que pure coïncidence, je me souviens, j’ai quinze ans…West Side Story… les Sharks et les Jets… ».

    Merci.

    1949385495.JPG1082518953.JPG119904121.JPG2005737412.JPG2033623939.JPG76433737.JPG
    161360696.JPG
  • JULIEN

     

     

    98918594b6e59dbc6e428ffffe16669d.jpg 
     

    Il s’appelle Julien et il est sans doute l’artiste que j’ai le plus vu en scène, 10 fois peut-être une de plus, peut-être une de moins mais quand on aime…

    96278c8516157edc5ef88f723e3a1bf6.jpg
    44e758019d5e39fc716df12b973c759f.jpg

    Jamais décevant ! 40 ans que je l’aime, et manifestement, je ne suis pas la seule… N’évoquons même pas la moyenne d’âge en présence. Lui, il en a 60, paraît-il. On s’en fiche. Il arrive à l’heure et ne nous abandonne pas une seconde pendant deux heures dont on sort le cœur plein… La voix est toujours là. Sa musique aussi, hors de tous les temps et de toutes les modes, sur laquelle des auteurs eux aussi hors du commun ont su poser des mots qu’il est le seul à pouvoir prononcer. C’est un troubadour et son spectacle actuel est « Intime » et aussi, difficile de dire pourquoi, cette fois particulièrement émouvant par moments. C’était un concert pour son « Club de Patineurs » ou plutôt de patineuses, les fidèles inconditionnelles qui n’ont jamais été déçues et connaissent par cœur la moindre de ses chansons.

    89c1b79c518953b4633f71b73dfdf4f8.jpg
    ca89228a9747291a17846d639b40c1de.jpg
     

    Les mots de Marcelline Desbordes Vallemore « Les séparés » résonnent encore. Je vous les offre même si vous n’avez pas l’intensité de la façon dont il les a chuchotés :

    N'écris pas ! Je suis triste et je voudrais m'éteindre.

    Les beaux étés, sans toi, c'est l'amour sans flambeau.

    J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre

    Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau.

    N'écris pas ! N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.

    Ne demande qu'à Dieu, qu'à toi si je t'aimais.

    Au fond de ton silence, écouter que tu m'aimes,

    C'est entendre le ciel sans y monter jamais.

    N'écris pas ! Je te crains, j'ai peur de ma mémoire.

    Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent.

    Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire.

    Une chère écriture est un portrait vivant.

     

    N'écris pas ces deux mots que je n'ose plus lire.

    Il semble que ta voix les répand sur mon cœur,

    Que je les vois briller à travers ton sourire.

    Il semble qu'un baiser les empreint sur mon cœur.

    N'écris pas ! N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes.

    Ne demande qu'à Dieu, qu'à toi si je t'aimais.

    Au fond de ton silence, écouter que tu m'aimes,

    C'est entendre le ciel sans y monter jamais.

    Et aussi (quelques extraits de) celle qui dit « qu’elle n’est pas donnée à tout le monde, la chance de s’aimer pour la vie » et qui raconte la vie, pas si douloureuse finalement, des enfants de divorcés que Maxime Le Forestier lui a confectionnée sur mesure :

    « Si quelquefois je vois double

    C'est que l'enfance me revient

    Double vie double silence

    Double sens et double jeu

    Silencieux le coeur balance

    Pourquoi les parents sont-ils deux

    On voit du pays on voyage

    Chaque semaine et chaque été

    Des souvenirs qui déménagent

    Et qu'on ne peut pas raconter...

    Deux maisons, deux quartiers

    Deux gâteaux d'anniversaire

    Multiplier les pères et mères

    N'a pas que des mauvais côtés

    Avant les autres j'aurais su

    Que le seul sentiment qui dure

    C'est le chagrin d'une rupture

    Où je n'aurais jamais rompu… »

    J’y étais avec lui (oui, il y a quelques hommes dans la salle), et si vous ne remarquez rien, prenez rendez-vous chez l’ophtalmo.

    Julien Clerc

    Julien Clerc

    Julien Clerc 

    Et « à la fin, je pleure »...
    aa3676e8af65bac76c8beca3dcfc3052.jpg 

     

     
    Les photos ont été réalisées avec mes petites mains et mon petit appareil, alors indulgence...
  • Goran, Jacques, Izia, Agla...

    9cb2b396c0a7b1a8bd79a347d6b25da2.jpg
    Goran (au Zénith) et Jacques (au Bataclan) sont deux enchanteurs qui aiment la scène, la fête, la musique, leur public... on ne s'en lasse pas !
    0d72decf27183ccc17ba81c4f90addfb.jpg

    Mais la "révélation" inattendue est venue d'Izia fille du Grand Jacques (venue dire Joyeux anniversaire à papa en compagnie d'Arthur H.), sorte de réincarnation d'une Janis Joplin clean, charismatique et timide à la présence évidente et à la voix ensorcelante.

    Hélas, je ne trouve rien d'écoutable sur le Net pour vous la faire découvrir

    Sinon, Paris les jours de grève, c'est comme Paris au mois d'août à condition de ne pas s'aventurer entre Bastille et Nation (1 h 30 pour parcourir 500 mètres)... Et c'est le retour qui est plus délicat ! Vive la SNCF !

    1cff6ba6492a4abd7b1a7fd0c0fb544b.jpg
    b2807546121ba4ba9e0df916922ef5c5.jpg
    c892256d5a8f6a46d87f85190156648f.jpg
    b644eda8541ed480beff95717c7906eb.jpg
  • Goran Bregovic

    42e19c33df255703243fb34e993cc7e0.jpg

    800 kms en 24 heures chrono, des retrouvailles, un repas au bord de l’eau, et contre toute attente, les k-ways, parapluies et bottes en caoutchouc furent de trop… nous avons même dû nous « effeuiller » au fur et à mesure que la nuit avançait…

    937afb2f9cd0399c7aa4d87ccc91977d.jpg

    Il a fait chaud, il a fait beau, ce fut la fête, la vraie dans un décor bucolique.  Les cuivres, les voix et les cordes résonnent encore dans nos têtes ravies, stupéfaites et émerveillées.

    dd0c98831d697182ba85ffefed22f85b.jpg

     

    be35f21406cf55d7366eddac40b515d0.jpg
    4ad6741dc957fa8a1ba97fd8ed673963.jpg
    6558238576cb5f202bfde359e6e17fdf.jpgb1bda2bd3c536a70d2a04391e47f71b6.jpg
    6911a7f7e38c130f6b58cb7cd9fa64ae.jpg
    7ed916548916c0ee94739f9815925e9e.jpg

    Goran Bregovic, une fois encore, une fois de plus a enchanté, enthousiasmé et enivré son public (pas forcément conquis d’avance). Il nous entraîne et nous emporte avec lui dans la folie douce, énergique, douloureuse et insouciante de son orchestre plein de bruit et de fureur. Et dans ses chants parfois déchirants, ses mélodies souvent explosives, son bastringue de fanfare parfois, se réconcilient les serbes, les croates, les jeunes, les moins jeunes, les blancs, les jaunes, les noirs par toutes les musiques du monde !

    Le miracle de Goran, il le résume lui-même  : "si les musiciens s'amusent sur le podium, le monde s'amuse avec nous" (à prononcer avec fabuleux accent serbe).

    df1021a81a81082887cf2e0cddc96def.jpgc5e96daf3ea30f16ed049558c219b929.jpg

    37a7397bf6b7af71a5eff5cbbf8be0d8.jpg

    d614a6c8df289e20f09c45428cf83acf.jpg2c7ab70ddff2cddbd94c14707667cb7d.jpg

    f4ca3a71c1d40ea517d70509df1ef9b9.jpg

    Pour ceux qui ne connaissent pas encore :

    Reportage Chez Agla

     Au seuil de l’été, chaque année, des manouches et des " gadje " mélomanes affluent à Samois, où le guitariste mythique Django Reinhardt vécut jusqu’à sa mort en mai 1953. Dans ce magnifique village aux pierres chargées de mémoire, niché sur les berges de la Seine et ceint par la forêt de Fontainebleau, on rend hommage au père fondateur de ce " gipsy jazz " renommé jusqu’aux États-Unis ou au Japon. La 28e édition a commencé officiellement hier (le 28 juin). Mais la musique y gardera son swing jusqu’à dimanche au milieu de caravanes arrivées des quatre coins de l’Europe.

    Renseignements - réservations : 08 91 70 05 53

    Nous avons rencontré un viking musicien...
    e284fda9c2c180e72553ec54bcceb64b.jpg
  • ARNO

    "Ne korte dikke stoot allesin stikkenne lange

    dunne doet deugdvanbinnen'k heb een kleintje maar'k schiet verre"

    "Putain, putain c'est vachement bien

    nous sommes quand même tous des Européens."

    OH LA LA LA, IL est magnifique !

    Sexy, drôle, émouvant, rock, sentimental, charmant, délirant, agitateur de micro, porte à "gauche", reproche à Mireille Mathieu de l'avoir trompé avec "le ptit", remercie la France de débarrasser la Belgique de Johnny, aime les yeux de sa mère, les moules, Ostende...

    medium_Arno_14.05.07_052.2.jpg

    "Et moi je veux nager
    Encore une fois avec toi
    Et moi je veux nager
    Ma femme n'est pas là.
     
    J'suis pas James Bond
    Tu penses, je peux être une star
    Tu penses que je suis assez beau
    Tu penses que j'ai une tête de veau"
    (Je veux nager - "Arno Charles Ernest")
    medium_Arno_14.05.07_160.2.jpg
    "She's a bathroom singer
    Dingelingeling
    She's a bathroom singer
    Dingelingeling."
    (A bathroom singer - "Charlatan")
    medium_Arno_14.05.07_159.3.jpg
    "Allons-y en douceur,
    J'ai pas l'âme d'un boxeur
    Ma technique à moi
    C'est garder mon sang froid".
    (Fais gaffe - "French Bazaar")
    medium_Arno_14.05.07_068.2.jpg
    "J'suis chanteur de charme et riche aussi !
    Je veux être mince comme un pneu de vélo !
    J'veux que tout le monde m'aime, même les clodos".
    (Chanteur de charme - "French Bazaar")
    medium_Arno_14.05.07_200.3.jpg
    "Je m'appelle Richard
    Je suis une pop star
    Oui, je suis un petit salaud
    Mais je suis bien dans ma peau.
    Je ne suis pas n'importe qui
    Je suis unique
    Oui, je suis un petit génie,
    Oui, je suis magnifique".
    (J'ai un problème - Album "A poil commercial")
    medium_Arno_14.05.07_209.2.jpg
    "Elle peut faire d'une vache
    Une danseuse de twist
    Chanter le blues en se marrant
    Danser sur un tapis roulant.
    Ronde(s) et belle(s)
    Si sensuelle(s)
    Elle(s) m'aime(nt) si fort
    Jure(nt) qu'elle(s) m'adore(nt)"
    (Ronde et belle - "A poil commercial").
    medium_Arno_14.05.07_218.2.jpg
    "Fais ta belle, ta cruelle, naturelle
    Comme une vraie demoiselle
    On est moche, mais on s'amuse
    Du rire aux larmes
    Avec mon regard de vieux bébé
    Je me lave les yeux dans ton décolleté".
    (Françoise - "French Bazaar")
     
     
     
     
  • CHRIS(topher Joseph) ISAAK

    medium_Chris_Isaak_012.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    13 dates uniquement dans toute l’Europe et savoir pourquoi ce fringant cow-boy californien de 50 ans (que je classe dans la catégorie : « on n’est pas tous égaux face au temps qui passe… ») est passé près de chez moi restera un mystère. Peu importe, le « show » d’hier soir fut « amazing ». Entre rock, rockabilly, country et balades (slow de l’été qui tue) Chris Isaak a embrasé la salle grâce notamment à ses « séjours » parmi le public où il compte fleurette à ses fans énamourées leur demandant si « elles » préfèreront un spectacle « romantic » ou « satanic »... De l’avis du « djeunz » qui m’accompagnait, tout surpris que malgré la moyenne d’âge sur scène l’ambiance surchauffée soit électrique, le verdict fut sans appel :

    « il assure comme une bête ».

    medium_Chris_Isaak_010.2.jpg

    medium_Chris_Isaak_032.jpgmedium_Chris_Isaak_034.jpgmedium_Chris_Isaak_004.jpgmedium_Chris_Isaak_037.2.jpgmedium_Chris_Isaak_041.jpgJouant parfois de sa ressemblance vocale avec Elvis, il n’hésite pas à entonner un vibrant « don’t be cruel » et à revêtir une improbable tenue de scène tout droit sortie de Las Vegas. Constamment souriant et énergique il parle avec le public, raconte des histoires, invite des danseuses d’un soir sur scène, ne lâche pas sa guitare et communique l’authentique complicité qu’il partage avec ses musiciens qui l’accompagnent depuis… presque 30 ans ! Au-delà de l’attente, mieux que ce que j’espérais !

    Hotissimo et plus si affinités...

    medium_Chris_Isaak_037.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    medium_Chris_Isaak_036.jpg

     

     

    (Je précise que ce sont mes photos à moi réalisées hier avec mes petits doigts.)

     

    My favorite, tout droit sortie de « Eyes wide shut » de Stanley Kubrik… :

    http://www.youtube.com/watch?v=BOINXJFjKHs 

  • Vincent Delerm

    Politesse et respect de gentleman, et de mémoire de « concerteuse » c’est la PREMIÈRE fois que je « surprends » un artiste à arriver à l’heure !

    Vincent Delerm pousse l'insolence jusqu’à être là avant d’y être car :

    rideau blanc sur la scène, un film de et sur Vincent est projeté : Vincent joue au ping-pong, Vincent joue au foot, Vincent nage… et déjà c’est drôle. Une partie de son public conquis l’attend. L’autre partie (qui accompagne les afficionados) sera rapidement sous le charme dès qu’à son piano il nous ravira les oreilles de quelques piqûres d’araignées. Moi j’y étais seule, sous le charme, en harmonie complète avec une salle comble avec qui Vincent Delerm installe instantanément une complicité, qui en dehors des chansons que l’on fredonne par cœur, est faite d’histoires drôles, de jeux de mots (très très lourds parfois…), de charades… une véritable conversation. C’est d’autant plus rare que cela semble un authentique besoin chez ce chanteur élégant, heureux d’être là comme s’il s’agissait de son premier concert.

    Cinéphile (chaque chanson est un « film » où plane une ombre) et musicien, il virevolte d’un instrument à l’autre, il occupe tout l’espace, sans jamais interrompre l’échange qui ne se limite jamais à quelques paroles polies entre chaque chanson.

    Il évoque son enfance, son adolescence qui forcément font écho à celles de chacun d’entre nous. Il parle de son époque, de sa ville, de ses amours enfantines, c’est ironique et délicat. Vincent est pudique, rêveur mais c’est aussi un clown. Il invite le public à chanter. Jamais il ne se fait prier, le public. Vincent réduit l’effectif : c’est au tour des « scorpions » de chanter, puis des « scorpions ascendant scorpions », puis des « scorpions qui ont le Bafa »…

    Les rappels se multiplient. Il revient toujours heureux, car j’en suis sûre à présent, c’était son premier concert ! Et le comble, c’est que c’est lui qui finit par nous remercier pour cette belle soirée.

    Hier soir, j’ai rencontré un Prince !

     

  • Goran Bregovic

     

    Lui, est capable de me faire faire 400 kms dans la soirée pour le voir, l'écouter et vivre trois heures durant avec sa bande de furieux, au moins quarante personnes sur la scène (l'Orchestre des Mariages et des Enterrements, Le Choeur (divin) des voix Bulgares et ses poupées serbes qui tirent les larmes avec leurs plaintes déchirantes) un concert à chaque fois renouvelé, à chaque fois inoubliable.

    Serbe et croate, Goran fouille ses sonorités dans les Balkans et mélange une fanfare tzigane, des polyphonies traditionnelles, SA guitare, des percussions traditionnelles aux accents rock. Le rythme est endiablé, les voix du choeur des hommes font frémir...

    Le corps tout entier ne résiste pas car c'est plein de bruit et de ferveur, c'est Goran dans tout son éclat. C'est classique, féerique, magique, c'est flonflon et rock and roll, frémissant.

    Encore quelques dates en France :

    • le 30 mars à Sable Sur Sarthe (72),
    • le 31 mars à Eysines (33),
    • le 7 avril à Angoulême (16),
    • le 21 avril à Paris.


    Ne le ratez pas vous serez conquis !

  • Jacques Wéber est

     

    Seul en scène.

    Il se met à parler toutes langues. Celle de Molière, de Duras, de Musset, de Courteline, de Baudelaire, de la Fontaine, de Claudel, de Corneille, de Flaubert… alors qu’à aucun moment on ne sait de qui sont les textes car tout s’enchaîne admirablement.

    Le comédien est sans transition enfant, violent, Artaud, drôle, Cyrano, terrible, lyrique, naïf, femme ou Rimbaud. Car au théâtre, « je » c’est les autres.

    Et… miracle ! lors de cette rencontre, de ce moment d’échange et de partage, Jacques Wéber nous procure la joie rare de le quitter sur cette merveille :

    … « N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,

    Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,

    Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,

    Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !

    Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,

    Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,

    Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,

    Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,

    Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,

    Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »