Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emmanuelle devos - Page 2

  • POURQUOI TU PLEURES de Katia Lewkowicz ***

    pourquoi tu pleures de katia lewkowicz,cinéma,benjamin biolay,emmanuelle devos,éric lartigau,valérie donzelli,nicole garciapourquoi tu pleures de katia lewkowicz,cinéma,benjamin biolay,emmanuelle devos,éric lartigau,valérie donzelli,nicole garciapourquoi tu pleures de katia lewkowicz,cinéma,benjamin biolay,emmanuelle devos,éric lartigau,valérie donzelli,nicole garcia

    Quelques jours avant son mariage, CuiCui enterre comme il se doit sa vie de garçon avec quatre de ses meilleurs amis. Pas de bol, c'est pile ce soir là qu'il rencontre Léa. Il emmène la jeune femme chez lui qui dès lors ne va plus quitter ses pensées. Alors que sa fiancée Anna est introuvable, il revoit Léa et se met à douter du bien fondé de son futur engagement. Le very bad trip post lendemain de beuverie entre potes, c'est seul qu'il va le vivre. D'autant que la future mariée jouant les arlésiennes il doit se charger de récupérer une partie de son envahissante et bruyante belle famille israëlienne à l'aéroport et de s'occuper de certains préparatifs de la fête qui ne le passionnent guère tels que le choix des fleurs ou l'emballage des dragées dans des petits sachets de tulle. Sa mère, bourgeoise hystérique et égoïste n'est pas un réconfort. Il ne peut compter que sur l'inébranlable complicité de sa soeur qui répond au doux surnom de CoinCoin mais qui elle aussi l'enjoint à faire ses choix et à prendre ses responsabilités. Quatre jours infernaux au cours desquels la fiancée va finalement reparaître et annoncer qu'elle aussi était en proie aux doutes mais qu'elle les a résolus en s'éloignant un peu. Ce qui ne va pas rassurer notre CuiCui...

    Contre toute attente et alors que les premières minutes ne laissent pas augurer du meilleur, ce film qui lorgne du côté des comédies américaines où le futur (et parfois la future) se prend à tergiverser à quelques heures de la cérémonie de mariage, vous cueille en douce tant elle alterne les séquences drôles et farfelues et d'autres beaucoup plus attendrissantes et troublantes où le personnage parvient à nous faire partager ses angoisses.

    Irrésistiblement absurde par moments, touchante à d'autres, l'histoire de ce triste CuiCui qui semble complètement se laisser porter par les événements doit évidemment beaucoup à l'acteur principal. Ce garçon avec sa nonchalance qui frôle parfois l'inertie aurait tout de la tête à claques si Benjamin Biolay ne parvenait à lui insufler ce charme sournois et pourtant bien réel qui fait qu'on a constamment envie de le rassurer au lieu de le secouer et lui en vouloir.

    Il est entouré d'une bande de potes dont Eric Lartigau (vous vous souvenez ? Mon Président !!!) habituellement réalisateur qui se livre ici à un grand numéro que j'ai trouvé hilarant. Mais aussi de Nicole Garcia tyranniquement mère, qui ne peut appeler sa fille que "l'autre", qui ne peut se remettre d'avoir été abandonnée par son mari plus de trente ans plus tôt et ce malgré la mort de l'intéressé. De Sarah Adler délicieuse et malménée. De Valérie Donzelli agaçante puis déterminée, sûre d'elle-même et finalement touchante. Et d' Emmanuelle Devos, comme d'habitude plus que parfaite dans ses seconds rôles qu'elle rend indispensables et qu'elle mène au sommet avec son énergie et son naturel rares.

    Une belle surprise inattendue, déroutante et drôle.

  • LA PERMISSION DE MINUIT de Delphine Gleize **

    19637136_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110113_031030.jpg19637142_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110113_031034.jpg19637147_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110113_031104.jpg

    Depuis sa naissance Romain est atteint d'une maladie rare : le XP (xeroderma pigmentosum). On parle aussi des "enfants de la lune" car si j'ai bien compris, les enfants qui en sont victimes atteignent rarement leur vingtième année. Les enfants (1 sur 1 million) touchés par cette maladie ont la peau d'une sensibilité extrême à la lumière. Condamnés à ne vivre que sous une lumière artificielle, à ne sortir que la nuit ou protégés d'un scaphandre, ils développent néanmoins et irréversiblement des lésions cutanées de plus en plus graves qui se transforment en tumeurs multiples. C'est David chirurgien et dermatologue qui soigne Romain depuis ces longues années. Une relation de confiance et d'intimité lie le docteur à son patient. Jusqu'au jour où David obtient enfin le poste dont il rêvait depuis une dizaine d'années. L'accepter c'est partir loin de Romain. Mais il repousse chaque jour le moment de lui annoncer la nouvelle !

    La réalisatrice se concentre davantage sur la relation qui lie Romain à son médecin, et plus encore à l'échéance de la séparation que sur la maladie du garçon. On découvre que ce jeune garçon en sursis élevé dans un bunker, surprotégé (même si le père a fui, effrayé par la maladie), isolé du monde, a développé une lucidité et une maturité hors normes pour un enfant de son âge. On sent toute la rage contenue à l'idée de savoir qu'il ne connaîtra jamais des tas de choses essentielles et vitales tel que l'amour par exemple. On comprend le sentiment d'abandon inconsolable lorsqu'il découvre brutalement que son docteur, en qui il a placé toute sa confiance va s'éloigner. On apprécie que malgré la mort qui plane imminente et inéluctable il n'y ait aucun excès de pathos. Mais justement, on aimerait pleurer un peu car le thème est fort et que les enfants condamnés à mort, c'est une injustice à hurler. Mais à force de pudeur, d'ellipses et de non dits, Delphine Gleize livre un film plutôt froid où les sentiments ne s'expriment jamais ni en gestes ni en paroles. Evidemment il y a les actes du médecin mais sans doute accomplirait-il les mêmes pour un patient qu'il n'aurait pas pris en affection. Toujours tenu à distance, le pauvre spectateur regarde une relation se déliter alors même qu'il n'a pas eu la moindre possibilité de constater qu'elle était hors du commun.

    Alors évidemment il y a Emmanuelle Devos belle, puissante, humaine. Elle est celle qui remplacera David à son poste et prendra désormais soin de Romain. Mais quelle idée saugrenue d'avoir suggéré l'amorce d'une histoire qui fera long feu entre les deux collègues, totalement hors sujet, reléguant la pauvre Emmanuelle au rang de faire-valoir séductrice.

    Et puis il y a Vincent Lindon en mode supra sensible. Le film n'est pas à la hauteur des sommets d'émotion et d'intensité qu'il dégage dès qu'il est à l'écran.

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    COMPLICES de Frédéric Mermoud ***(*)

    19211058_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091211_034011.jpg

    LA DATE DE TREFLE de Jérôme Bonnell ***

    19208784_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091204_062933.jpg

    OU SONT PASSES LES MORGAN ? de Mark Lawrence

    19204643_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091126_105300.jpg

    LE LIVRE D'ELI de  Albert et Allen Hugues °

    19204678_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091126_113959.jpg

    ..........................................................

    MES COUPS DE COEUR ET MES COUPS AU COEUR

    Malik ZidiSarah LeonorJérôme BonnellComplices

  • Complices de Frédéric Mermoud ****

    ComplicesComplicesComplices

    Vincent, 19 ans est retrouvé mort dans le Rhône, des marques de strangulation au cou, une profonde plaie au genou sans doute causée par une batte de base-ball. Sa petite amie, Rebecca a disparu. Deux flics, Hervé et Karine enquêtent et retracent le parcours de Vincent et de Rebecca au cours des deux derniers mois. Il se prostituait, elle était encore lycéenne.

    Je ne saurais dire ce qui est le plus captivant dans ce film où tout est impressionnant de maîtrise.

    S’agit-il d’un film déconstruit ou reconstruit ?

    En tout cas si dès les premières images, Vincent mort n’est plus qu’un cadavre bouffi et tuméfié et qu'on craint de « tomber » une nouvelle fois sur une histoire de loubards, il n’en est rien. Rapidement on remonte quelques mois en arrière et on retrouve Vincent (Cyril Descours, un ange renversant !) dans un cyber café. Il « drague » le client sur Internet. C’est dans ce café que son regard croise celui de Rebecca (Nina Meurisse, exceptionnelle) et c’est l’amour. Instantanément. Vincent note le numéro de Rebecca, ils se revoient, l’évidence, ils s’aiment.

    Le réalisateur, dont c’est le premier film, ne cessera d’alterner entre le cheminement de l’enquête et la vie des deux tourtereaux avant qu’elle ne bascule violemment et définitivement dans l’horreur.

    Il ne s’agit pas pour autant d’un énième polar classique, ce qui serait déjà pas mal tant l’enquête est passionnante et nous permet d’explorer un thème pas courant : la prostitution masculine chez de très jeunes garçons. C’est aussi, c’est encore, c’est surtout un film qui observe, décortique et met en parallèle la psychologie des deux jeunes gens souvent insouciants et celles des deux enquêteurs quadras pas mal cabossés par la vie. Les seconds se projetant pas mal dans les premiers jusqu’à y voir un peu le résultat de ce qu’auraient pu être leurs propres erreurs et même jusqu’à se dire qu’ils pourraient être leurs enfants !

    Rebecca, d’abord affectée d’apprendre que Vincent se prostitue le rejette puis souhaite partager avec lui ses rencontres. Ils vont donc jouer à ce jeu dangereux mais lucratif, avec beaucoup d’insouciance puis d’imprudence.

    Ils boivent des vodka/pomme et mangent des fraises tagada… font preuve d’une maturité saisissante du point de vue de leurs pratiques sexuelles et ne sont par ailleurs pas encore tout à fait sortis de l’enfance notamment dans leur rapport puéril à la nourriture. Mais les jeux d’adultes vénéneux auxquels ils se livrent les font plonger dans une spirale de violence inattendue et irréversible.

    On connaît l’issue concernant Vincent mais il reste néanmoins plein de zones d’ombre : qui l’a tué, où est Rebecca ? Ce suspens haletant est maintenu de bout en bout, et les incursions dans la vie de Karine et Hervé les deux flics, n’est pas l’aspect le moins passionnant de l’histoire. Ils sont collègues et amis mais Karine aveuglée par sa solitude ne  voit pas le désarroi d'Hervé lorsqu’elle lui raconte les rencontres qu’elle fait sur « Meetic ».

    Parler de désir, de séduction, de solitude, de rapports amoureux, de sexe mais aussi de cœurs qui battent, pas forcément à l’unisson, dans un polar, est vraiment formidable et inédit. Ce premier film est une totale réussite.

    La faute en incombe évidemment aussi à Emmanuelle Devos et Gilbert Melki, plus que parfaits l’un comme l’autre. Il faut notamment voir le macho Melki se faire tripoter par un très beau jeune homme ! Mais leurs tête-à-tête au restaurant ou autour d’une table de ping-pong sont plus éloquents que bien des discours.

    Et puis les deux jeunes acteurs, amoureux dans le film, empoignent leur rôle avec beaucoup d’audace, d’énergie et de conviction. On peut dire qu’ils n’ont pas froid aux yeux et parviennent à faire admettre des scènes osées pas courantes avec un naturel déconcertant.

    Polar et film d’amour à la fois, ce film porte admirablement son titre car la complicité des 4 acteurs principaux déchire l’écran. La toute dernière scène, la toute dernière réplique sont vraiment poignantes.

     

     

    Je précise que ce premier film fera l’ouverture du Festival d’Annonay le vendredi 29 janvier et si toute la sélection est de ce niveau… vivement !

  • Ma semaine au cinéma et Mes coups de coeur

    A l'origine de Xavier Giannoli ****

    19183664_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091015_011657.jpg
    ............................................................
    ............................................................
    ............................................................
    Mes coups de Coeur :
    Xavier : je t'aime d'amour...
    19102527_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090507_031005.jpgL'Imaginarium du Docteur ParnassusL'Imaginarium du Docteur Parnassus
    tumblr_kt1fel0ouN1qzsuffo1_500.jpg
  • A l'origine de Xavier Giannoli****

    A l'origineA l'origine

    A l'origine, il y a un scarabée. Mais reprenons au commencement...

    Philippe est un petit escroc qui vit d'arnaques plutôt gonflées à des entreprises. Avec de faux documents et un téléphone il organise un trafic de revente de matériel. Jusqu'au jour où en passant devant le chantier de construction d'une autoroute il découvre un projet abandonné depuis deux ans suite à une plainte des écologistes. La population, dont 25 % est au chomage, reprend espoir à l'arrivée de Philippe qui se fait passer pour un représentant d'une des filiales du chantier. Jusque là il n'avait eu affaire qu'à des anonymes mais en rencontrant certains habitants de cette petite commune du Nord de la France sinistrée depuis l'arrêt du chantier, il va être pris à son propre piège. Il ne va pas, comme les autres fois, réussir à s'échapper une fois son forfait accompli et va se retrouver à la tête d'un chantier colossal : construire un bout d'autoroute. Son mensonge devient peu à peu plus grand, plus énorme, trop grand pour lui de toute façon, mais des liens se tissent avec une jeune femme attachante et courageuse, Monika (la jeune Soko, extraordinaire) qui cumule deux petits boulots pour essayer de s'en sortir, son petit ami Nicolas (Vincent Rottiers, formidable) en qui Philippe doit sans doute reconnaître le jeune homme magouilleur qu'il a dû être, et surtout Stéphane, la Maire de la commune qui va non seulement lui accorder une confiance aveugle mais lui réapprendre à sourire, à aimer, à vivre. Un peu...

    Xavier Giannoli filme avec beaucoup d'ambition cette histoire invraisemblable (et pourtant tirée d'un fait divers) à la fois épique et intime. On pourrait évoquer Ken Loach tant l'aspect social est au cœur même du film. Mais le réalisateur ne tombe jamais dans le misérabilisme ou la compassion facile. Il filme ample des paysages un peu désolés, des briques rouges souvent assombries par la pluie, des ciels bas à l'horizon du plat pays. Il donne aux machines des allures d'oiseaux métalliques, de grands monstres en fer irréels et leur fait exécuter de véritables ballets nocturnes. C'est magnifique mais pas seulement. Giannoli donne une dimension supra-sensible aux joies, aux espoirs et aux drames humains qu'il met en œuvre dans cette aventure incroyable. Il parle d'enthousiasme collectif, d'équipe, de solidarité.

    Peut-être qu'à l'origine, les hommes étaient comme cela...

    Et tout cela en nous racontant l'histoire d'un petit malfaiteur sans grande envergure mais plutôt malin et opportuniste. Ce truand c'est François Cluzet, une nouvelle fois épatant. Tendu, nerveux, silencieux, parfois désorienté par l'étendue de sa propre escroquerie, puis transfiguré par le bonheur des sentiments qu'il découvre (amour, amitié), il est constamment d'une justesse inouïe. Face à lui, Emmanuelle Devos rayonne de douceur.

    Ce film asphyxiant à cause de l'ombre de l'imposture qui plane sur lui, est un GRAND film.

  • Coco avant Chanel de Anne Fontaine *

    Coco avant Chanel - Audrey TautouCoco avant Chanel - Audrey Tautou

    Comme son titre l'indique et comme sans doute plus personne ne l'ignore, ce film retrace la vie et les difficultés de Gabrielle dite Coco, mais juste avant qu'elle ne devienne Chanel. Petites provinciales abandonnées dans un orphelinat par leur père, Gabrielle et sa soeur vont d'abord être chanteuses sans talent de beuglants plus ou moins bien fréquentés, puis couturières chez un tailleur, avant de trouver chacune un « protecteur » chez lequel elles s'installent. Pour Coco, il s'agit d'Etienne Balsan, châtelain richissime, propriétaire et éleveur de chevaux, d'abord très intrigué puis séduit et amoureux de cette petite bonne femme pas comme les autres. C'est vrai qu'elle est différente de toutes les «cocottes» de l'époque qui étalaient leur condition grâce à leur apparence; plus elles portaient de plumes et de « quincaillerie » plus elles s'estimaient respectables. Coco ne le voit pas ainsi, elle qui est déjà différente par son physique qui ne correspond pas aux canons des voluptueuses de l’époque. Maigre et androgyne, elle ne supporte pas toutes ces dentelles, toutes ces parures, ces maquillages. Elle va peu à peu créer le style et la mode qui vont libérer les femmes, les « décorseter », leur permettre de respirer enfin, et même sans être fashionista à « blog de filles » avec les « pieds en dedans » l’envie de suivre cet itinéraire semblait passionnant.

    Hélas, on voit peu de choses concernant la création, les affres et difficultés de devenir unique dans un monde et à une époque où le travail des femmes était considéré comme inutile. Evidemment on voit plusieurs fois Coco se glisser parmi les « belles » et soupirer « trop de dentelles, trop de maquillage, trop de tout », déjà chez les bonnes sœurs de l’orphelinat elle scrutait les ourlets des cornettes. Bien sûr on la voit s’extasier puis porter le fameux pull marin à rayures bleues des pêcheurs lors d’une escapade à Deauville, ajouter un (moche) col Claudine sur une robe (encore plus moche) à carreaux, couper une cravate pour en faire un nœud, porter des pantalons d’hommes trop grands pour elle… Sinon, c’est à peine si on la voit couper quelques tissus sans voir le résultat final. Et comble de tout, le film s’achève sur ce qui marque le début de l’ascension de Chanel : un défilé de très longs mannequins très maigres qui portent moult froufrous, dentelles et robes vaporeuses…

    Le film qui reconstitue manifestement à la perfection un triste orphelinat, puis les bars à filles de provinces, puis la vie chichiteuse du Paris de la Belle Époque, se concentre surtout sur les relations amoureuses ou pas, de Coco avec deux hommes : Balsan d'abord (Benoît Poelvoorde, formidable, qui possède toujours cette intelligence ou cette facilité à balancer ses répliques comme s’ils les avaient écrites lui-même ) puis Boy Capel (Alessandro Nivola moins sexy qu'un flacon de parfum), tous deux très riches et qui seront néanmoins bien utilisés par la belle indépendante pour lui permettre de réaliser ses rêves. Les acteurs ne sont donc pour rien dans ce semi ratage, ou semi réussite (diront les plus indulgents) et surtout pas Audrey Tautou qui semble posséder et rend admirablement la volonté, le courage et l’obstination de son modèle jusqu’à finir dans les derniers plans (simplement grâce à une coiffure et à un maquillage… pas un masque en latex de 3 cms d’épaisseur) à lui ressembler étonnamment. Il ne faut pas oublier Emmanuelle Devos qui s’amuse comme une folle et aère le film à chacune de ses apparitions. Partager entre le désir de plaire, d’être à la mode et celui de se libérer de tout ce tralala, capable d’interpréter à l’écran une mauvaise comédienne, elle est irrésistible.

    Mais, interminable et paresseux, je me suis mise à bâiller poliment (avec ma main devant ma bouche) devant ce film tout propre sur lui et plein de froufrous…