Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dany boon

  • LOLO de Julie Delpy **

    586249_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : En thalasso à Biarritz avec sa meilleure amie, Violette, quadra parisienne travaillant dans la mode, rencontre Jean-René, un modeste informaticien fraîchement divorcé. Après des années de solitude, elle se laisse séduire. Il la rejoint à Paris, tentant de s'adapter au microcosme parisien dans lequel elle évolue. Mais c’est sans compter sur la présence de Lolo, le fils chéri de Violette, prêt à tout pour détruire le couple naissant et conserver sa place de favori.

    Lire la suite

  • Mic Macs à Tire-Larigot de Jean-Pierre Jeunet **(*)

    Micmacs à tire-larigotMicmacs à tire-larigot

    Bazil n'a pas de chance au démarrage. Alors qu'il est enfant son père militaire explose sur une mine. Sa mère folle de chagrin l'abandonne. Trente ans plus tard alors qu'il regarde en boucle de vieux films qu'il connaît par coeur (« Le grand sommeil » d'Howard Hawks par exemple) dans le vidéo club où il est employé, il est la victime collatérale d'un règlement de comptes et reçoit une balle en plein front. Le chirurgien préfère ne pas l'opérer. Lorsqu'il sort de l'hôpital, il perd son travail, son appartement a été reloué, ses affaires ont disparu. Il devient SDF. Il utilise ses talents de ventriloque pour gagner quelques pièces mais c'est surtout sa rencontre avec des laissés pour compte comme lui qui va lui permettre de refaire surface et de se venger, de venger son père en mettant en concurrence deux fabricants d'armes.

    J’ai tant lu et entendu d’horreurs sur ce film que j’en arriverais presque à avoir honte de l’avoir aimé. Et puis non, en fait je n’ai pas honte de l’avoir aimé. J’ai passé un excellent moment même si, comme la plupart, j’attends beaucoup plus de Jean-Pierre Jeunet. J’attends qu’il me surprenne, me déroute et m’embarque. Ici, à part les incroyables et merveilleuses machines qui sont inventées au fur et à mesure de l’intrigue ou n’ayant aucun rapport avec elle, je me suis retrouvée en terrain connu sans être dépaysée et j’ai aimé ça.

    J’ai aimé l’ambiance sépia et mordorée. L’espèce de cave appelée « Tire-Larigot» où vivent tous ces personnages un peu blessés, un peu branques est un joyeux foutoir qui semble propre et organisé mais j’aime ça. Les bons sentiments, la solidarité, le plaisir d’être ensemble, le bonheur de s’entraider sans rien réclamer, la personnalité souvent réduite à une fonction des personnages : Remington, Calculette, Fracasse, Placard, la Môme Caoutchouc, Petit Pierre et Tambouille m'ont séduite. L’atmosphère de franche et bonne camaraderie autour de Bazil, pour l’aider, dans un univers de pacotille foutraque m’a emballée. Et j’ai ri.

    Ce film m’a semblé être un mix de ce qu’on connaît de Jeunet, un peu d’ « Amélie Poulain », du « Long dimanche de fiançailles », de « Délicatessen » et de la « Cité des enfants perdus » que j’ai pris un plaisir infini à retrouver. En faisant cette sorte de synthèse, peut-être veut-il nous dire qu’il va passer à autre chose. Peut-être pas. Peu importe, ce Mic Mac festif, gai et rigolo est bien loin d’être l’objet méprisable dont j’ai entendu parler.

    Quant aux acteurs ils m’ont régalée aussi de leurs répliques, de leurs caractéristiques et Dany Bonn avec sa tête venue d’ailleurs s’est parfaitement fondu dans cet univers baroque de bric et de broc. Et j’avoue que j’ai particulièrement adoré la scène chaplinesque entre lui et une bénévole des restaus du cœur tout droit sortie des « Lumières de la ville ».