Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gilles cohen

  • LES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa **

    LES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa, catherine deneuve, nicolas duvauchelle, jean baptiste lafarge, gilles cohen, géraldine pailhas, jean marc barr, marisa parédès, marina doïs, cinémaLES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa, catherine deneuve, nicolas duvauchelle, jean baptiste lafarge, gilles cohen, géraldine pailhas, jean marc barr, marisa parédès, marina doïs, cinémaLES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa, catherine deneuve, nicolas duvauchelle, jean baptiste lafarge, gilles cohen, géraldine pailhas, jean marc barr, marisa parédès, marina doïs, cinémaLES YEUX DE SA MERE de Thierry Klifa, catherine deneuve, nicolas duvauchelle, jean baptiste lafarge, gilles cohen, géraldine pailhas, jean marc barr, marisa parédès, marina doïs, cinéma

    Ce que Mattieu Roussel romancier sans inspiration a en tête n'est guère reluisant : "infiltrer" la vie de Lena Weber star de la grand messe cathodique du 20 h pour en publier une biographie non autorisée qui sera forcément un best-seller. Il faut dire qu'il y en a des choses à dire sur les non-dits de la vie de famille de Lena. Une mère indigne, une mère absente, une mère qui abandonne son enfant à la naissance parce qu'il compromettrait sa carrière. Mais aussi une mère morte, une mère adoptive, une mère de substitution... Et puis un père mort, forcément idéal, victime du franquisme. Un tout jeune homme de 20 ans également dont on ne comprend pas immédiatement comment il va intégrer l'histoire.

    Matthieu donc, profite d'un congé de grossesse dans l'entourage professionnel proche de Lena pour se faire embaucher et devenir en un clin d'oeil l'assistant, celui qui devance le moindre désir et se rend donc ainsi parfaitement indispensable. Mathieu redouble de charme et de douceur et séduit tout ce qu'il approche en une oeillade. Y compris Maria, la fille de Lena, danseuse étoile. Les deux femmes entretiennent des rapports réfrigérants, la première reprochant sans fin à la seconde d'avoir privilégié sa carrière de grand reporter à son éducation. Mais l'histoire se reproduit parfois, les enfants battus deviennent des parents qui battent etc... La douce Maria (la toujours insupportable et douce Géraldine Pailhas pour une fois pas cocue... désolée, ce n'est que mon avis, quand ça passe pas, ça passe pas. Cette actrice on voit qu'elle "joue" !) s'est toujours réfugiée auprès de sa tante Judit (IMMENSE et magnifique Maria Paredès) omniprésente, aimante et rassurante. Cependant il me faudrait un peu plus qu'une actrice espagnole, et non des moindres, et un titre maternisant pour rapprocher comme je le lis beaucoup, ce petit mélo touffu du sublime et limpide "Tout sur ma mère" du grand Pedro. C'est dit !

    Et oui, on comprend vite que tous ces personnages, certains à Paris, d'autres en Bretagne vont finir par se rencontrer ou au moins avoir un pan de l'histoire en commun. La manière dont s'y prend le réalisateur pour parvenir à ses fins relèvent parfois du miracle et les coutures cousues au gros fil blanc finissent rapidement par se voir et rendre la moindre rencontre parfaitement invraisemblable et très maladroite. Le summum revenant à un accident de voiture, suivi de comas, plaies, croûtes et bosses... résolus en un claquement de doigts...

    Toute proportion gardée dans l'ambition, le personnage de Mathieu (interprété avec beaucoup de trouble et de charme par Nicolas Duvauchelle) m'a rappelé celui de Terence Stamp dans le Théorème de Pasolini où un mystérieux Visiteur venait semer le trouble dans une famille bourgeoise. Mais ici, rien de sulfureux et on sent trop ici la patte de la famille Thompson (Christopher au scenario) dont les préoccupations tournent autour des heurts et malheurs de grands bourgeois auxquels finalement rien ne peut arriver. Dans le dernier quart d'heure l'émotion commence enfin à poindre mais on y arrive après moult artifices...

    Evidemment chez Thierry Klifa, et ce n'est pas rien, il y a le casting cinq étoiles et un amour infini pour les acteurs. Cela dit, il n'y a pas assez de Catherine Deneuve dans ce film. Même si elle est la figure centrale de l'histoire elle n'en est pas le personnage principal et de Catherine je ne suis jamais rassasiée tant elle m'ensorcèle et me fascine, ici encore et toujours.

    Nicolas Duvauchelle (il faut articuler mon garçon) sort avec bonheur et réussite de ses rôles de bad boy, et réussit une étreinte infiniment touchante avec un jeune garçon. Marina Foïs est convaincante en maman poule qui craint le pire. Retrouver Jean-Marc Barr est toujours un plaisir... En un mot, la direction d'acteurs est primordiale et Thierry Klifa excelle dans l'exercice mais il faudrait qu'il se rassemble un peu, condense ses histoires au lieu de les multiplier et de les démêler de façon un peu moins mécanique et convenue.

  • LEGITIME DEFENSE de Pierre Lacan **

    19640250_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110543.jpg19640251_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110544.jpg19640255_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110601.jpg

    Du jour au lendemain la vie de Benoît père tout récent d'un bébé tout mimi, va basculer. L'agence de détective privé de son père a été cambriolée et le bonhomme demeure introuvable. Le quotidien grisouille tendance tristouille de Benoît va se trouver boosté par une succession de faits en cascade qui vont le contraindre à protéger sa petite famille et la jouer finaud en démêlant le passé récent et plus ancien de son papa qui n'est peut-être pas aussi reluisant qu'il l'avait jusque là imaginé. Les flics, des enveloppes emplies de photos compromettantes, une malette qui a disparu avec papa, des vilains bien sadiques prêts à tout pour récupérer leur bien, une jeunette éprise d'un monsieur de trois fois son aîné, une patronne de pompes funèbres responsable d'un trafic étrange vont désormais faire partie de l'ordinaire de Benoît. Il a beau répéter à qui veut l'entendre que les affaires de son très décevant papa lui étaient totalement étrangères, personne ne l'entend crier.

    Je passerai allègrement et sans honte sur le titre et l'idée qu'il suppose. Que serait le pauvre monde si chacun décidait de rendre justice soi-même ? On n'est pas au far west quand même ! Et puis je voudrais bien vous y voir. Ne vous transformeriez-vous en machine de guerre si l'on menaçait de jeter votre poupon avec l'eau du bain ? Cet obstacle allègrement franchi, je dois dire que ce film lacanien où le moi serait traité comme un miroir empreint de structuralisme où la réalité sociale serait appréhencée comme un ensemble formel de relations*, est un polar à la française déjà vu mais pas désagréable. Le type ordinaire plongé dans des situations inextricables et pour le moins extraordinaires qui le transforment en terminator, ce n'est pas une nouveauté. Mais ce qui en fait le petit plus c'est le choix de l'acteur principal. Il est évident que Jean-Paul Rouve avec sa tête de gentil, son physique ordinaire, sa nonchalance, sa façon inimitable de dire qu'il ne comprend rien à ce qui se passe parce qu'il ne comprend VRAIMENT rien à ce qui se passe, rendent ses mésaventures bien flippantes encore plus crédibles. Evidemment, certaines complications (inutiles) en cours de route perdent un peu le spectateur mais un montage habile nous aide à partager le désarroi de Benoît.

    Olivier Gourmet aiguise encore un peu plus son numéro bien huilé de chanmé imperturbable et nous gratifie d'un lancer de nourrisson dans l'eau froide pas piqué des hannetons. Gilles Cohen va finir par se rendre indispensable. Et puis quel plaisir d'entendre Jean-Paul Rouve dire à son INSUPPORTABLE femme (du film) : "pour une fois tu vas m'écouter".

    *est-il besoin de vous préciser que cette phrase ne veut STRICTEMENT rien dire ? C'est JUSTE pour GENRE me faire mousser.

  • UNE PURE AFFAIRE de Alexandre Coffre **(*)

    une pure affaire, cinéma, une pure affaire, cinéma, une pure affaire, cinéma,

    David est un brave garçon. Bien qu'avocat, il reste cantonné à des taches administratives et se fait chiper tous les dossiers intéressants par Brice son collègue aux dents qui rayent l'asphalte (Laurent Laffitte, tout en dents !), le même qui va sans aucun doute lui ravir le poste convointé d'associé du cabinet machin et machin. Chez lui, pas mieux. Sa femme, ses enfants et son beau-père l'ignorent ou le méprisent. David, un peu lâche, un peu faible, se laisse malmener et échappe à toute situation conflictuelle en allant promener son chien. Et justement, c'est en sortant la bestiole un soir de réveillon de Noël qui s'achève en jus de boudin que David "tombe" sur un sac bourré de cocaïne. Il essaie mollement de s'en séparer mais l'encombrant colis s'impose littéralement à lui. Dans le sac, se trouve également un téléphone portable qui sonne souvent. Un jour David décroche... et c'est l'engrenage. Il assure une première livraison. Ce travail très lucratif se déroule sans encombre. Lorsque David révèle à sa femme ses nouvelles activités, elle réagit d'abord violemment et s'indigne. Sa colère est de courte durée et elle devient la partenaire active du trafic. Jusqu'au jour où le véritable propriétaire du sac refait surface et l'affaire prend une tournure plutôt flippante puisque David et Christine ont dépensé une grande partie de leurs gains et n'ont que quelques jours pour rembourser le truand qui les harcèle !

    Bien menée, évitant tout humour bas de plafond et/ou sous la ceinture cette comédie originale et surprenante est une excellente surprise. Les seconds rôles Laurent Laffite (le collègue "puant" aux dents qui rayent le plancher), Nicolas Marié (l'avocat pas bien net qui se la raconte), Gilles Cohen (le  truand volupteux et inquiétant), Didier Flamand (le beau-père dédaigneux) ont tous une présence consistante et malgré leurs personnages caricaturaux, aucun ne tombe jamais dans l'excès. Pascale Arbillot et François Damiens forment un couple tout à fait crédible dont la flamme quelque peu vacillante se ranime à mesure que la situation se complique. Il faut voir François Damiens/David retomber amoureux de sa femme qui le voit différemment depuis qu'il vit dangeureusement. Et même si la comédie vraiment plaisante est délicieusement incorrecte, elle est surtout l'occasion d'offrir à l'inénarrable et irrésistible François Damiens, l'occasion de tenir enfin un premier rôle dont il semble qu'il improvise chaque réplique. Quelques scènes d'émotion et notamment celles où il redécouvre en sa femme son amour de jeunesse, prouvent l'étendue et la justesse de ce qu'il est capable d'interpréter. J'espère que les réalisateurs vont faire preuve d'imagination et "utiliser" cet acteur, comme ici, autrement que comme faire valoir. Son immense talent comique n'est plus à démontrer, mais j'ai hâte qu'il me refasse pleurer, comme ici.