Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Prémonitions de Mennan Yapo *

    Prémonitions

    Jim aime Linda ! La preuve il lui offre une maison typique, charpente en bois, 72 fenêtres… On les retrouve une dizaine d’années plus tard (peut-être un peu moins…) avec deux fillettes irréprochables (vous savez, le genre qui se lèvent le matin en sautant sur le lit et en couinant d’une voix impossible : « bonjour maman, je suis contente de te voir »… d’où l’intérêt de ne faire que des garçons !), mais Jim et Linda n’ont plus l’air de s’aimer : ils ne se font plus de bisous au ptit déj et il part travailler en claquant presque la porte et en faisant presque la moue l’air de dire « pourquoi j’ai épousé une feignasse ! ». Le lendemain, Linda se réveille, Jim n’est pas là. Un policier vient lui annoncer que Jim est mort. Linda pleure un peu. Le lendemain du lendemain, Linda se réveille, Jim est là. Elle pleure parce qu’elle est contente. Le lendemain du lendemain du lendemain, Linda se réveille, Jim est mort, sa fille a le visage couturé de cicatrices et sa mère (la mère de Linda, suivez un peu) la fait enfermer dans un hôpital psychiatrique. Le lendemain du lendemain du lendemain du lendemain, Linda se réveille près de Jim… et ainsi de suite !!! En gros, sont-ce des pré-monitions ou des post-monitions ???
    Scénario abscons et alambiqué dont vous n’obtiendrez aucune explication ce film est un ovni dont on ressort avec les yeux exorbités en se demandant : qu’est-ce que c’est ??? Sandra Bullock après l’hilarant « Entre deux rives » s’abonnent aux films ésotériques et elle va finir par ne plus imprimer la pellicule ! Monsieur Yapo a dû regarder en boucle « Sixième sens », « Incassable » etc… mais a oublié de nous expliquer la pirouette finale… par contre il n’omet pas la « leçon » : quand vous avez des soucis (surtout des gros) : Priez… Les miracles c’est pas fait pour les chiens !

  • Mr Brooks de Bruce A. Evans *

    Mr. Brooks - Kevin Costner

    Mr Brooks est un homme heureux. Il est un riche homme d’affaires, maniaque de la propreté et marié à une gourde décervelée qui (entre deux séances de body building) a deux rêves dans la vie : avoir un chienchien et devenir grand mère. Quand sa fille de 17/18 ans (un nouveau clone de Keyra Knighley… au secours !!! faites qu’elle ne soit pas repérée…) lui annonce qu’elle est enceinte, elle pleure (de joie) et promet d’élever le bébé comme le sien. Ça promet. Mr Brooks aime à la folie ces deux idiotes.

    Néanmoins, il a besoin régulièrement d’un orgasme qu’il ne peut obtenir qu’en tuant des gens. Ce qu'on peut comprendre (la compassion, c'est bien) quand on connaît sa femme et sa fille. Cette addiction (il fréquente les A.A.A. : « Bonjour je m’appelle Earl et je suis addict… ») est entretenue par son Géminy Cricket (William Hurt, grotesque) qui lui mène la vie dure alors qu’il voudrait raccrocher.

    Par ailleurs, la personne  chargée de découvrir l’auteur des meurtres en série est une fliquette (Demi Moore s’acharnant comme toujours a anéantir toute féminité en elle)  multi millionnaire en instance d’un divorce glauque à souhait est poursuivie par un serial killer (un autre) barbare qu’elle a fait coffrer mais qui s’est évadé de prison et qui entend bien lui faire payer cher. Il y a aussi un photographe aussi con qu’antipathique qui a surpris un meurtre et souhaite faire chanter (plus ou moins) Mr Brooks mais ce serait trop long à expliquer !

    La grande question du film est : est-ce que les déviances (psychiatriques, sexuelles etc…) sont solubles dans la génétique ; en d’autres termes est-ce qu’un enfant de serial killer devient serial killer ? La réponse est OUI !!! Je vous laisse quelques surprises.

    Donc, c’est clair, pas une seconde de répit ni d’ennuie pendant ce polar-thriller où il n’est pas interdit de sourire tant les ficelles sont colossales. La bonne surprise vient de Kevin Costner (oui, j’aime aussi cet acteur que j’ai hâte de revoir) qui s’est obstiné à interpréter des rôles de gentil alors qu’il est un tordu, psychopathe de première. Le voir prendre son pied quand il tue quelqu’un est un régal. D’ailleurs, je trouve qu’il ne tue pas assez à mon goût !

  • Ceux qui restent d'Anne le Ny ***

    Ceux qui restent - Vincent Lindon et Emmanuelle Devos

    Bertrand et Lorraine ont un point commun : leurs conjoints sont hospitalisés dans un service de cancérologie pour une durée indéterminée. Ils se rencontrent par hasard dans un couloir et à force de hasard unissent leur chagrin et réagissent à leur façon à cette douleur. Bertrand est plutôt muré dans sa tristesse et le sacerdoce de sa visite quotidienne, quant à Lorraine, parfois anéantie par les reproches qu’elle se fait, elle compense sa peur de l’inconnu par un humour souvent sombre : « on meurt de quoi à votre étage ? ». Entre l’introverti et l’extravertie se tissent des liens que ce drôle d’endroit pour une rencontre rendent parfois culpabilisants…
    Malgré l’extrême pudeur et la délicatesse de la réalisatrice qui réussit un premier film très triste et pourtant parfois drôle, il serait absolument héroïque de ne pas sortir les mouchoirs. Si les deux acteurs sont touchants, intelligents et magnifiques, Vincent Lindon, une fois encore est parfait, attachant, bouleversant et c’est sa douleur impressionnante et muette qui vous transforme en flaque…

  • Disturbia de D.J. Caruso *

    Paranoiak - Shia LaBeouf

    Cale, 17 ans, ne se remet pas de la mort de son papa lors un accident de voiture alors qu’il était au volant. Il multiplie les bêtises, et en tant que mineur, se retrouve « sous contrôle judiciaire » avec un bracelet électronique qui l’oblige à ne pas s’éloigner de chez lui sous peine de voir la cavalerie rappliquer dans les 10 secondes. Cet enfermement le rend quelque peu neurasthénique. Heureusement, il possède une paire de jumelles et commence à observer son voisinage. Alleluyah, juste en face de chez lui s’installe une bimbo qui lit des vrais livres mais se déshabille langoureusement avant de plonger (en maillot) dans sa piscine. Hélas un autre de ses voisins semble être le tueur en série de filles rousses qui sévit dans la région…
    La seule et unique raison qui m’a fait entrer dans cette salle est le désir de revoir Shia LaBeouf (oh la la !!! quelqu’un peut faire quelque chose ???) « la » découverte du récent « Transformers » qui m’avait époustouflée. Je ne suis pas déçue, il est une nouvelle fois absolument formidable. J’espère que vu son grand âge (21 ans quand même !), il se sortira vite de ces rôles de films pour ados qui aiment sursauter. Sinon, pas grand chose à dire sur cette histoire aussi prévisible qu’invraisemblable.
    A part quelques plans, voire quelques scènes qui évoquent le chef d’œuvre de voyeurisme qu’est « Fenêtre sur cour » d’Hitchcock, rien ! Il semble évident que D.J. Caruso se prosterne devant ce film et il est à souhaiter que les plus jeunes auront envie de voir le modèle. Quant à l’interprétation, la voisine blonde est aussi inutile… qu’inutile, David Morse a l’air très très chanmé et la pauvre Carrie Ann Moss a oublié qu’elle avait été Trinity…
    Quand je trouve un titre de film particulièrement mal traduit, je préfère garder le titre original. Ici, il me semble qu’il s’agit effectivement davantage de gens très perturbés que paranoïaques (terme et diagnostic très en vogue chez la jeunesse…). J'espère que cela ne déchaînera pas les foudres des pro-traductions...


    Pour Shia donc !

  • Jindabyne, Australie de Ray Lawrence ***

    Jindabyne, Australie - Gabriel Byrne

    A l’entrée de Jindabyne se trouve un panneau « Welcome »… pourtant les habitants ont plutôt des tronches de cake patibulaires. Quatre amis partent pêcher dans un endroit paradisiaque. Très rapidement, ils découvrent le cadavre d’une jeune aborigène qui flotte sur la rivière. Rien ne pouvant contrarier leur week-end, ils décident de vivre ces trois jours comme si de rien n’était et de ne prévenir la police que le lundi…

    Ce qui intéresse ici n’est pas l’enquête (le spectateur connaît dès le début le meurtrier) mais la réaction extra-ordinaire, surprenante, assez débile des quatre amis et plus tard les répercussions de leur comportement incompréhensible auprès de leurs femmes, amis et de toute la communauté en générale à laquelle ils font honte.

    De ce pays continent on connaît peu de choses et cela donne un film mystérieux, ambigu, unique magnifié par des paysages à couper le souffle et une interprétation de Gabriel Byrne subtile et nuancée.

    Un voyage, une surprise, une secousse…

     

    Jindabyne, Australie
  • THX 1138 (Director”s cut) de George Lucas ***

    THX 1138 Director's Cut

    Dans un futur encore relativement éloigné les humains vivent dans “la coquille”, ils sont ouvriers sur des machines sophistiquées, ils sont drogués pour éviter toute émotion et ils portent des numéros. Un jour THX 1138 et sa compagne LUH 3417 font l’amour ce qui est considéré comme une déviance pathologique. LUH disparaît. Emprisonné, THX va tout tenter pour s’évader et la retrouver…

    Ce film d’amour et de science fiction a 36 ans. Il est esthétiquement parfait et surprenant et c’est le premier de George Lucas qui peut enfin nous le présenter dans la version dont il avait rêvé en 1971. Glaçant dans l’évocation désenchantée de l’humanité qu’il présente, étouffant car l’horizon n’offre qu’une succession de tunnels et de murs blancs, terrifiant à cause des bruits de métal omniprésents, George Lucas nous donne sa vision pessimiste insupportable d’un bonheur programmé et insoutenable.

  • La maison de Manuel Poirier **(*)

     

    La Maison - Bruno Salomone et Sergi Lopez

    Malo tourne en rond. Il écoute des chansons tristes en fumant des cigarettes et en buvant des verres de vin d’Anjou tout seul dans son appartement. En instance de divorce, ses enfants lui manquent. Au retour d’une soirée chez des amis il visite une maison de campagne aux volets bleus mise en vente par adjudication dans laquelle il trouve la lettre d’une petite fille adressée à son père. Il va rencontrer les deux sœurs qui vivent la vente de cette maison comme un crève cœur.

    Comme toujours Manuel Poirier s’attache et nous attache aux êtres, aux amis, aux lieux et laisse une place considérable aux enfants. C’est incroyable, on dirait que Manuel Poirier est un réalisateur qui a une « vraie » vie comme les « vrais » gens ! Pour évoquer cette histoire triste et banale il s’entoure de Bérénice Béjo et Barbara Schultz plus sœurs, sensibles et adorables que jamais et de Sergi Lopez. Qu’il soit triste, gai, qu’il titube, qu’il pleure, qu’il hurle de colère, qu’il éclate de rire… cet acteur est constamment juste et crédible.

    Ceux qui ont connu ce déchirement de devoir se séparer un jour de la maison de leur enfance entreront sans difficulté dans l’intimité de ces cœurs brisés…

    Les autres pinailleront… tant pis pour eux ! 

     

    La Maison - Sergi Lopez
  • Hairspray de d’Adam Shankman ****

    Hairspray

    Tracy ne rêve que d’une chose : danser dans le célèbre show quotidien télévisé de Carry Collins. Le problème est que son physique n’entre pas dans les critères qui sévissaient déjà dans les années soixante (elle n’est ni blonde, ni rachitique…). Elle est exclue lors d’un casting jusqu’à ce qu’elle soit repérée par hasard. Encouragée dans son rêve par des parents farfelus puis témoin d’une injustice raciale, la vie de la jeune Tracy va changer…

    Rien à dire quand on s’approche à ce point de la perfection. Ce film est un pur moment de rock’n’roll  où le bonheur ressenti va crescendo au rythme d’une musique qui donne des fourmis dans les jambes. On trépigne, on se trémousse…

    Film rare où sans mièvrerie toutes les différences (ou presque) sont balayées d’un coup de laque. Les grands, les petits, les gros, les maigres, les noirs, les blancs se mélangent en un joyeux et trépidant ballet.

    Les acteurs heureux rendent heureux avec en point d’orgue un moment sublime, inoubliable : John Travolta (étonnamment juste et touchant) et Christopher Walken (toujours magnétique) dansent…

    M.A.G.I.Q.U.E.

     

    Hairspray
    Hairspray - Christopher Walken
  • Jouons !

    Je n'aurai pas de nouveaux films à vous proposer avant plusieurs jours donc je vous invite à me dire de quels films sont extraits ces morceaux d'affiches.

    I -

    http://img160.imageshack.us/img160/8869/111si.jpg
    Bravo Jordane

    II -

    http://img184.imageshack.us/img184/5319/111ft.jpg

    III -

    http://freebit.free.fr/pic2.JPG

    IV -

    http://img50.imageshack.us/img50/1734/sanstitre1copier5et.jpg
    Bravo r.d.t.

    V -

    http://freebit.free.fr/pic4.JPG

    VII -

    http://img291.imageshack.us/img291/9152/227ly.jpg