Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MES CHERS DISPARUS - Page 3

  • CLAUDE MILLER

    20.02.1942 – 4.04.2012 

    299684_le-cineaste-claude-miller-a-lille-le-21-septembre-2007.jpg

    Je suis triste. Claude Miller fait partie des GRANDS réalisateurs français qui ont marqué ma cinéphilie à tout jamais alors que j’étais encore toute jeunette. Au même titre que Truffaut et Sautet par exemple. Il faisait accomplir des miracles à ses acteurs et nous racontait des histoires d’une profondeur inouïe, inoubliables !

    Dans La Meilleure façon de marcher, on découvrait un Patrick Dewaere sadique parce troublé par un sublime Patrick Bouchitey. Dans Dites lui que je l’aime, Gérard Depardieu devenait fou d’amour pour une étrange mariée interprétée par une actrice magnifique Dominique Laffin morte à 30 ans (dont je découvre aujourd’hui qu’elle est la mère de Clémentine Autain). Je ne me lasse du face à face de Lino Ventura et Michel Serrault et de leurs dialogues merveilleux de Garde à vue. Michel Serrault encore et Isabelle Adjani me bouleversent dans Mortelle randonnée. Et la réplique « t’es toujours là mon vieux ? » me hante depuis 30 ans… C’est encore Claude Miller qui nous a offert de découvrir Charlotte Gainsbourg dans l’Effrontée et la Petite Voleuse.

    Un (quasi) sans faute pour une belle et abondante filmographie : l'Accompagnatrice , le Sourire, La Classe de neige, la Chambre des Magiciennes, Betty Fisher et autres histoires, La petite Lili, Marching Band, Je suis heureuse que ma mère soit vivante... et les articles sur ce blog à propos de Voyez comme ils dansent et Un secret,

  • Before the Devil Knows You're Dead

    SIDNEY LUMET

    25 juin 1924 - 9 avril 2011

    Sidney Lumet

    Rarement une liste de titres de films aura aussi bien résumé une impressionnante et exemplaire carrière qui démarre par un choc unanimement encensé par la critique et le public et porté par un Henry Fonda très en forme, un des "Douze hommes en colère".

    60 années pour réaliser 50 films dont certains inoubliables, à avoir fait tourner un grand nombre d'acteurs prestigieux (Marlon Brando, Anna Magnani, Sean Connery, Joanne Woodward, River Phoenix, Al Pacino, Melanie Griffith, Treat Williams, Paul Newman, Charlotte Rampling, Andy Garcia, Michael Caine, Christopher Reeve, John Cazale, Ethan Hawke, Philip Seymour Hoffman...), et comme je ne suis absolument pas douée pour les hommages posthumes, je ne ferai que citer ceux parmi les 50 films que j'ai vus et évoquer en images quelques-uns de mes souvenirs les plus marquants. Tout en n'oubliant pas de rappeler que son dernier film "7 h 58 ce samedi là" était un des meilleurs films vu en 2007.

    1957 : Douze Hommes en colère(12 Angry Men)

    1959 : L’Homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind)

     

    1964 : Point limite (Fail-Safe)

    1965 : La Colline des hommes perdus (The Hill)

    1973 : Serpico

    1974 : Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)

    1975 : Un après-midi de chien (Dog Day Afternoon)

    1976 : Network, main basse sur la TV (Network)

    1977 : Equus

    1978 : The Wiz

    1981 : Le Prince de New York (Prince of the City)

    1982 : Piège mortel (Deathtrap)

    Michael Caine

    1982 : Le Verdict (The Verdict)

    1986 : Les Coulisses du pouvoir (Power)

    1986 : Le Lendemain du crime (The Morning After)

    1989 : Affaire de famille (Family Business)

    1992 : Une étrangère parmi nous (A Stranger Among Us)

    1999 : Gloria

    2007 : 7h58 ce samedi-là (Before the Devil Knows You're Dead)

     

    Ethan Hawke

     Et ici un exemple du génie de Lumet et d'Al pacino au temps où il était acteur :

  • ELIZABETH TAYLOR

    27.02.1932 - 23.03.2011

    leucémie aiguë myéloblastique ou myéloïde

    Frustrée par l'impuissance de son mari qui s'applique à la repousser, la sensualité et le désir de Liz/Maggie explosent dans chaque scène. Dans la moiteur du sud, Maggie ne cesse d'onduler, légère, court vêtue tentant désespérément de s'offrir sans retenue à Paul Newman/Brick qui s'essuie la bouche après chaque baiser alors qu'elle miaule qu'elle se sent "comme une chatte sur un toit brûlant".

    C'est cette image que je garde d'elle, celle de la femme et de l'actrice sublimes au regard triste, au sourire d'enfant... et au physique affolant.

    leucémie aiguë myéloblastique ou myéloïde

  • ANNIE GIRARDOT

    25.10.1931 - 28.02.2011

    annie%20girardot%20rocco.jpg

    Annie_Girardot_Photo_J_VAUCLAIR.jpg

    rien que prononcer son nom est une promesse de cinéma. Bouleversante toujours, bouleversée souvent. Elle n'a aimé que des hommes qui l'ont détruite. Mais elle a aimé. Elle disait "si on me veut, je suis là. Si on ne me veut plus, je m'en vais". Et puis elle a succombé à cette saloperie de maladie qui l'a rendu absente au monde, qui l'a rendu inconsciente à tout ce qu'elle avait été et aimé, le cinéma. C'est affreux, c'est triste. Il nous reste une centaine de films pour continuer à l'aimer.

  • ALAIN CORNEAU

     7 août 1943 - 29 août 2010

    prince-du-pacifique-2000-tou--02-g.jpg

    Je regarde son étonnante filmographie et je m'aperçois qu'à part le premier, j'ai vu tous ses films et même si ceux de 2005 et (hélas !) 2010 ont été pour moi les moins réussis, il aura été l'un de ceux qui marquent à jamais une vie de cinéphile.

    Et s'il fallait n'en choisir et n'en retenir qu'un, ce serait, sans aucune hésitation celui-ci, pour son sujet audacieux, sa musique éblouissante, sa réalisation étourdissante et Guillaume... pour toujours.

  • DENNIS HOPPER

    17 mai 1936 - 29 mai 2010

    photo_1269642542813-1-0.jpg
    dennis_hopper_1971.jpg

    Plus vraiment jeune, mais pas vraiment vieux non plus (et le portrait craché de mon beau-père pour ne rien vous cacher...), si je devais le résumer d'un mot, je dirais peut-être "excessif" tant il semble que sa vie ait été marquée par tous les abus, de tabac, d'alcool, de drogues, de femmes mais c'était aussi et surtout un artiste : acteur, réalisateur, poète, peintre et photographe.

    5 mariages, 4 enfants et 150 films... sa carrière commence avec Nicholas Ray et "Johnny Guitar", vous vous rendez compte ? Puis il rencontre son idole James Dean et partage deux fois l'affiche avec lui dans "La fureur de vivre" et "Géant". Il croise aussi la route de John Wayne.

    Mais c'est en devenant réalisateur du désormais cultissime "Easy Rider" en 1969 au côté de Peter Fonda et Jack Nicholson qu'il va marquer à tout jamais Hollywood et le cinéma mondial. Ce film différent tant sur le plan de la narration que de l'esthétique, libre et atypique, un symbole pour la génération hippie, va permettre aux réalisateurs de rompre avec les diktats des studios hollywoodiens.

    Je ne sais pas faire les oraisons funèbres tant il est difficile d'évoquer quelqu'un en quelques mots. Alors je ferai simple, c'était un grand acteur, différent, un peu fou... Bien sûr il fut Billy, l'Ami américain, Frank Booth  le psychopathe mais j'avoue que le photographe halluciné d'Apocalypse now m'avait particulièrement impressionnée.