Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LES AMANTS PASSAGERS de Pedro Almodovar *

    Les Amants passagers : affiche

    Deux employés d'aéroport (Antonio et Penelope en guests...) roucoulent au lieu de faire leur boulot et c'est la négligence. Le personnel du vol 2549 de la compagnie Peninsula doit rapidement faire face en plein ciel à cette évidence : l'avion ne pourra pas atteindre sa destination Mexico. Il doit se poser en urgence. En attendant de trouver un aéroport susceptible de l'accueillir, l'avion doit tourner en rond. Les membres de l'équipage ne savent comment annoncer la nouvelle aux passagers de la classe affaire, sachant que le sort de ceux de la classe économique a été réglé, ils ont été endormis !

    Il ne reste donc que quelques passagers qui se doutent que quelque chose ne tourne pas rond, hormis l'avion. Deux jeunes mariés mis KO par la fête de leurs noces, un financier escroc en fuite, un mexicain basané et mystérieux, une voyante vierge, une ex actrice reconvertie dans une affaire d'escorts girls et un tombeur. Les stewards, les pilotes, très alcoolisés, drogués éludent le problème et sont plus préoccupés par leurs histoires personnelles de couples et de famille. Ils finissent par révéler l'avarie de l'avion aux passagers et tentent de les faire patienter le plus agréablement possible.

    Pedro s'est répandu partout que son film, celui-là précisément, serait une métaphore de l'état de l'Espagne. Tout va mal, rien ne va plus et on tourne en rond en attendant des solutions. La réponse d'Almodovar à la crise ? Baiser ! Fellations, drogues, alcools et karaoké ! Mouais, soit. En tout cas son film ressasse en boucle les mêmes blagounettes pas bien finaudes : un pédé suce t'il mieux qu'une femme (le personnel est 100 % gay) ? Et pour essayer de boucler une heure et demi de film, le réalisateur s'égare parfois hors de l'avion. L'histoire des deux ex petites amies du don juan tombe comme un cheveu sur la soupe et fait perdre le peu de rythme qu'il y avait déjà. Pour remplir le vide, il aurait mieux fait de demander à Blanca de Li de chorégraphier plusieurs chansons. Les deux ou trois minutes chantées et dansées par les stewards homos sont réjouissantes. Sinon... Bof.

  • GUERRIÈRE de David Wnendt **(*)

    Guerrière : affiche

    Marisa a une personnalité complexe. Elle est tendre avec sa mère, très proche de son grand-père hospitalisé à qui elle rend de fréquentes visites. C'est ce grand-père adoré qui l'a toujours appelée "ma guerrière", lui apprenant dès son plus jeune âge à résister, à la douleur, à l'effort... avec de drôles de jeux bizarres ! Mais Marisa est aussi la petite amie de Sandro et partage ses idées nationales-socialistes. Ils font partie d'un gang de néo-nazis. Ils sèment la terreur et la violence dans leur petite ville du nord de l'Allemagne.

    Marisa aime son pays mais n'est que haine vis-à-vis de tout ce qui n'est pas allemand, responsable selon elle des difficultés économiques du pays. Sa rencontre avec un réfugié afghan qui souhaite rejoindre sa famille en Suède et Svenja, jeune fille sage hypnotisée par la vie du groupe va faire vaciller ses certitudes.

    Terrifiant portrait réaliste d'une jeune femme qui ne s'exprime que par la haine et la violence, Guerrière fait vraiment flipper. Mais en voulant dénoncer (je suppose, j'espère) la montée ou les dérives de ces fanatiques le réalisateur en fait trop. Trop dans la caricature des néo-nazis crânes rasés, croix gammées et aigle de la Werhmacht tatoués sur tout le corps. Ces brutes décérébrées sont incapables d'aligner deux mots, se gavent en boucle des discours d'Hitler, ruminent sans fin leur haine des juifs et des étrangers. Trop dans la dramatisation, la prise de conscience et le destin de son héroïne.

    Il n'en demeure pas moins un (premier) film fort, courageux au sujet rarement traité. Evidemment, la crise, le désoeuvrement, le poids de l'éducation pèsent lourd dans l'évolution de Marisa tout comme dans la rébellion de Svenja. David Wnendt insiste particulièrement sur l'influence décisive des parents, de la famille. La dernière réplique du grand-père (inattendue pour moi) fait froid dans le dos.

    La jeune actrice Alina Levshin dont c'est le deuxième film, est impressionnante.

    guerriÈre de david wnendt,cinéma,alina levshin,jella haase,sayed ahmad wasil mrowatguerriÈre de david wnendt,cinéma,alina levshin,jella haase,sayed ahmad wasil mrowat

  • MYSTERY de Lou Ye ***

    Mystery : affiche

    Une jeune femme est percutée de plein fouet par une voiture lancée à vive allure. A l'intérieur, des jeunes gens ronds comme des queues de pelles ! Ils sortent de la voiture complètement sonnés et l'un deux achève la mourante à coups de pieds ! Démarrage choc et inattendu pour un film qui ne va cesser de changer de direction et additionner les révélations laissant le spectateur et les personnages KO.

    Lu Jie et Yongzhao sont mariés et semblent heureux dans leur bel appartement. Il a un bon boulot. Elle s'occupe de leur petite fille. Flash-back. Lu Jie fait la connaissance de Sang Qi dont le fils fréquente la même école. Les deux femmes se revoient. Sang Qi se confie en larmes à sa nouvelle amie. Elle craint que son mari ne la trompe. Au moment où elle reçoit cette confidence, Lu Jie aperçoit son mari au bras d'une jeune fille, prêts à entrer dans un hôtel. C'est la fille du début qui a succombé à ses blessures. Lu Jie, effondrée, se met à épier son mari, entame une descente aux enfers. Ce qu'elle va découvrir la plonge dans un abyme d'incompréhension, de désespoir. A la lisière des passions qui agitent les personnages principaux, un inspecteur mène l'enquête.

    Comme dans le nauséabond Love and bruises, Lou Ye martèle que la chair est faible et la plupart du temps bien triste. Les personnages ont bien souvent comme seul argument de s'exprimer avec leur corps dans des rapports parfois contraints. Mais ici, les protagonistes sont plus manipulateurs que victimes et le drame familial, conjugal s'étoffe d'un polar dont tous les pièges se referment peu à peu sur ces êtres immoraux, manipulateurs, destructeurs. La ville de Wuhan et ses fréquentes pluies torrentielles créent une ambiance particulièrement appropriée à cette sulfureuse histoire.

  • LA RELIGIEUSE de Guillaume Nicloux ***

    La Religieuse : affiche

    En 1765, Suzanne jeune fille de 16 ans charmante et cultivée est envoyée au couvent. Ses parents désirent ainsi parfaire son éducation. Malgré sa foi sincère, elle ne comprend pas cet enfermement auquel n'ont pas été soumises ses deux soeurs aînées, mais y consent puisqu'il ne doit durer qu'une année. Sa bonté et son amour de Dieu provoquent l'admiration de la Mère Supérieure. Mais lorsque le curé, ami de sa famille vient annoncer à Suzanne que sa mère souhaite qu'elle prononce ses voeux, elle ne comprend pas ce désamour, refuse, finit par céder contrainte par une révélation de sa mère qui lui demande de l'aider à expier ses propres péchés, puis se révolte !

    Bien qu'on ne quitte quasiment pas l'enceinte d'un couvent, à aucun moment on a la sensation d'assister au procès des pratiques, rites et traditions de la religion catholique. Respectueux mais pas prosélyte, Guillaume Nicloux ne met pas la religion elle-même en cause mais bien les individualités qui la composent. Au travers du combat obstiné de Suzanne, le réalisateur dessine le portrait d'une scandaleuse dont la foi n'a d'égale que la force de caractère et la volonté implacable. Suzanne aime Dieu mais n'entend pas être "enfermée vivante". Et c'est avec infiniment de douceur, de patience et de courage qu'elle va tenir tête à toute la hiérarchie ecclésiastique. L'affronter sans faillir ni se laisser briser. Suzanne est un roseau qui plie souvent mais ne rompt point et se relève toujours de toute la cruauté dont elle est parfois victime. Même la bienveillance et la gentillesse de sa première Mère Supérieure ne la détourneront pas de son but. La cruauté, le sadisme d'une autre l'affaibliront sans l'abattre.

    Suzanne aura tout à affronter, le chantage affectif, la manipulation, la brutalité, le harcèlement moral et physique. Le courage de dire non, son combat pour la liberté sont un véritable hymne à la résistance, à l'émancipation féminine, à l'audace voire à l'héroïsme. Et tout ça sans jamais renier sa foi à laquelle on cherche aussi à lui faire renoncer. Suzanne est une guerrière d'une douceur impressionnante. Et comble d'impertinence, ce sont des hommes, curé, évêque, avocat, père... qui vont la soutenir dans son combat.

    Dire que Pauline Etienne illumine le film de sa radieuse présence est un doux euphémisme.

    NB. : à la demande générale, voici l'autre atout imparable, incontournable, irrésistible de ce film... qui donne envie d'avoir besoin, ou besoin d'avoir envie... d'un avocat : 

    la religieuse de guillaume nicloux,pauline étienne,louise bourgoin,isabelle hupper,cinéma

  • LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM POLICIER DE BEAUNE

    se tiendra du 3 au 7 avril prochains. Comme chaque année une riche sélection de films noirs seront présentés pour la plupart en avant-première. Après London Polar en 2012, le Festival International du Film Policier de Beaune rend hommage, pour sa cinquième édition, à deux villes emblématiques pour leur influence et leur dimension mythologique au sein du genre policier : Rome et Naples.

    beaune-affiche-festival_0.jpg
    Cette année STOKER, le nouveau film de Park Chan-wook et L'HYPNOTHISEUR de Lasse Hallström seront présentés en avant-première française, avant leur sortie en mai 2013.
     
    Un hommage sera rendu au cinéaste David Lynch et à la comédienne Kathy Bates, en leur présence.
     
    Le Prix Claude Chabrol sera remis aux films 38 TEMOINS de Lucas Belvaux et MAINS ARMEES de Pierre Jolivet, en leur présence.

    Vous vous en souvenez peut-être, j'y étais l'année dernière et j'avais particulièrement apprécié ce Festival. Vous pouvez en retrouver l'ambiance ICI. Cette année, sauf imprévu de dernière minute, j'y retourne et j'y serai même accréditée grâce à ce modeste blog. J'ai hâte car le programme me semble très enthousiasmant.

    Le Président du Jury est Pierre Jolivet.

    JurysPortrait_01.jpg
    Les membres du jury sont : Richard Anconina, Pascale Arbillot, Laurent Gerra, Vahina Giocante, Cédric Kahn, Thierry Neuvic, Maya Sansa et Florent Emilio Siri

  • SI ON JOUAIT ?

    Vous devez reconnaître les acteurs et trices ci-dessous. Comme j'ai concocté ça vite fait, il y a peut-être des doublons voire des triplons, mais une chose est sûre, il y aura des surprises et pas des plus raffinées... Pour une fois, vous vous pouvez donner autant de réponses que vous le souhaitez (en mode Nuits du Chasseur). Ce n'est pas parce que vos petits copains pensent avoir trouvé, qu'ils ont bon. Je donnerai des indices pour les plus récalcitrants.

    Je vous donne les résultats. Je vous avais prévenus c'est très joli à voir.

    J'ai trouvé toutes ces horreurs ICI.

    1

    MERYL STREEP trouvée par caro, Claire, Carole

    1.jpg20003617_706a_625x1000.jpg

    2

    HELLEN MIRREN trouvée par caro

    2.jpg20004134_bf40_625x1000.jpg

    3

    BRAD PITT trouvé par caro

    4.jpg20004183_76fc_625x1000.jpg

    4

    ARNOLD SCHWARZENEGGER trouvé par caro

    5.jpg20004184_46a3_625x1000.jpg

    5

    RICHARD GERE trouvé par Carole, Claire, caro

    3.jpg20004179_c3fc_625x1000.jpg 

    6

    BRUCE WILLIS trouvé par caro, Claire

    6.jpg20004205_b855_625x1000.jpg

    7

    DANIEL CRAIG trouvé par caro

    7.jpg20004213_ae23_625x1000.jpg

    8

    TOM HANKS trouvé par caro, Claire

    8.jpg20004360_d23c_625x1000.jpg

    9

    RYAN GOSLING trouvé par caro

    9.jpg20004446_b211_625x1000.jpg

    10

    ASHTON KUTCHER trouvé par caro

    10.jpg20004458_f0d8_625x1000.jpg

    11

    SEAN CONNERY néandertalisé !

    11.jpg20006653_1926_625x1000.jpg

    12

    SIMON BAKER trouvé par Pashmina

    12.jpg20006654_0819_625x1000.jpg

    13

    DANY TREJO trouvé par caro

    13.jpg20006742_cdeb_625x1000.jpg

    14

    NICK NOLTE

    14.jpg20006811_40cb_625x1000.jpg

    15

    MORGAN FREEMAN trouvé par caro

    15.jpg20006812_b0a5_625x1000.jpg

    16

    NATALIE PORTMAN trouvée par caro, Claire

    16.jpg20001216_f30f_625x1000.jpg

    17

    DENZEL WASHINGTON trouvé par caro

    17.jpg20001273_0723_625x1000.jpg

    18

    JACK NICHOLSON trouvé par caro

    18.jpg20001402_04ad_625x1000.jpg

    19

    ANGELINA JOLIE trouvée par caro

    19.jpg20001415_ced1_625x1000.jpg

    20

    HALLE BERRY trouvée par caro

    20.jpg20001220_da9b_625x1000.jpg

    21

    ANTHONY HOPKINS trouvé par caro, Carole

    21.jpg20001211_5725_625x1000.jpg

    22

    JEAN-CLAUDE VANDAMME trouvé par caro

    22.jpg1025651_035d_625x1000.jpg

    23

    BRUCE WILLIS trouvé par caro

    23.jpg1025630_a432_625x1000.jpg

    24

    LEONARDO DICAPRIO trouvé par Ed, caro

    24.jpg1025656_26f6_625x1000.jpg

    25

    ANGELINA JOLIE trouvée par caro, Claire, Carole

    25.jpg1025542_b0c2_625x1000.jpg

    26

    RACHEL WEISZ trouvée par caro

    26.jpg1025652_f0d1_625x1000.jpg

    27

    PENELOPE CRUZ trouvée par caro, Carole

    27.jpg1025303_43c2_625x1000.jpg

    28

    SHARON STONE trouvée par Hugiyo

    28.jpg1025489_41b7_625x1000.jpg 

    29

    ANTHONY HOPKINS trouvé par caro, Carole

    29.jpg1025499_5d66_625x1000.jpg

    30

    SCARLETT JOHANNSON trouvée par caro

    30.jpg1025195_5941_625x1000.jpg

  • WARM BODIES RENAISSANCE de Jonathan Levine **

     Warm Bodies : affiche

    Bon ça y est, une fois de plus la terre a été dévastée par un infâme virus et Bruce Willis n'est pas dans les parages. Il ne reste que John Malkovich, méchant et raciste comme une teigne. Les humains sont barricadés derrière un mur de Berlin, armés jusqu'aux dents du fond pour détruire les morts vivants qui doivent se nourrir des humains, alors que les "osseux", stade terminal du zombie, se repaissent du mort vivant. C'est dire si une ambiance de joyeuse convivialité règne sur la planète bleue.

    Mon voisin de droite m'a interdit de mettre trois *** mais franchement, j'en étais pas loin car j'ai passé un moment de cinéma très plaisant. Les Roméo et Juliette du XXIème siècle m'ont beaucoup plu, même si le film est inégal. L'idée est néanmoins aussi séduisante que naïve : l'amour nous aime et pourrait sauver le monde.

    Le premier quart d'heure se passe chez les morts vivants et c'est R. qui nous conte en voix off son quotidien pas reluisant et c'est drôle, très. R. ne se souvient pas de ce qui lui est arrivé, ni comment il s'appelait, rien. Il sait simplement, qu'il s'ennuie à mourir... Bon d'accord, je suis bon public. Il me suffit d'entendre un zombie dire (oui certains zombies plus évolués parlent) : "mais qu'est-ce qu'on marche lentement !!!" et j'explose. Puis, R. rencontre Julie, bouffe la cervelle de son petit ami et s'éprend d'elle au premier regard.Il la protège de ses semblables et des osseux. Julie s'échappe et doit se rendre à l'évidence : son zombie lui manque. Le film gore vire à la romcom. Et voilà que ceux qui assistent à la naissance de l'amour improbable, inimaginable d'un mort vivant et d'une humaine se mettent à ressentir des émotions, voire plus, qu'ils croyaient totalement perdues.

    C'est malin, ironique et drôle. Et encore une fois mille fois plus intéressant que l'histoire de ces endives de Bella et Edward Cullen...

    Le petit nouveau (enfin pas si nouveau mais je me comprends !) Nicholas Hoult devra faire ses preuves mais semble capable d'exprimer et interpréter beaucoup de choses malgré une mâchoire étrange. Je suis plus hésitante vis-à-vis de Teresa Palmer, clone de Naomi Watts et Kristen Stewart au jeu aussi limité que ceux de Naomi Watts et Kirsten Stewart... ça fait beaucoup trop !

  • THE PLACE BEYOND THE PINES de Derek Cianfrance ****

    20484610_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg20503469_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg20503476_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Luke fait un tabac avec son numéro de cascadeur à moto lancé à toute berzingue dans un globe en feraille. Il va de ville et ville et croise la route de Romina avec qui il avait eu une aventure quelque temps plus tôt. Il découvre alors qu'il est père et décide de ne plus quitter la petite ville de Shenectady pour être près de son fils, le voir grandir, partager sa vie. Mais Romi refuse de quitter l'homme qui partage désormais sa vie. Pour aider ceux qu'il considère comme sa famille, Luke trouve un emploi de mécanicien chez Robin qui rapidement lui propose de commettre des braquages de banques afin d'agrémenter d'un peu de beurre les épinards. C'est alors qu'intervient Avery Cross, jeune flic ambitieux, lui aussi père d'un bébé...

    A partir de là : CHUT ! Et je vous enjoins à trucider de la manière la plus moyen-âgeuse possible (au chalumeau par exemple) toute personne qui vous raconterait quoique ce soit à propos de ce film. En effet, au bout d'une heure, alors qu'on se croit confortablement installé dans un polar un peu crasseux et haletant, le film réalise un virage à 180° totalement ébouriffant. Polar il l'est mais aussi grand mélo des familles, comment et pourquoi être un père, mais aussi un fils ? Et Derek Cianfrance s'y prend comme un maître et prend tout son temps pour raconter une histoire en trois parties bien distinctes et pourtant totalement imbriquées et dépendantes les unes des autres ! Pour une fois la longueur du film n'est pas un handicap et aucun moment de flottement ou d'ennui n'envahit le spectateur. Elle permet en outre de suivre de façon approfondie chaque personnage, son histoire, son destin, ses choix, ses aspirations.

    Difficile de ne pas évoquer James Gray ou Martin Scorsese. Tant pis, c'est fait.

    Côté casting ! Du lourd, du très très lourd. Les deux des trois plus beaux gosses de la planète hollywood actuelle sont là, Ryan Gosling en un long plan (séquence) langoureux d'ouverture torse nu (avec beaucoup de lecture dessus...), merci Derek, Bradley Cooper beaucoup trop habillé, plus fragile et torturé que d'habitude. Ils sont parfaits et portent le film à des sommets. Ray Liotta, plus flippant que jamais fait de son regard un effet spécial. Impressionnant ! A noter également la présence du fiévreux Dan Dehaane, révélé dans Chronicle, confirmé dans Des Hommes sans loi et une fois de plus étonnant ici.

    Un grand film, à voir, à revoir, qui marquera sans aucun doute l'année 2013 et les projets de Derek Cianfrance découvert avec le très très sombre Blue Valentine (apparemment la vie pour Derek, c'est pas de la poilade) à suivre de très très près.

  • LES ÉQUILIBRISTES de Ivano de Matteo ***

    Les Equilibristes : affiche

    Tout allait bien pour Giulio la quarantaine, marié, deux enfants, jusqu'au jour où il donne un malencontreux coup de canif dans le contrat. Pour lui il ne s'agit que d'une "connerie", mais pour sa femme Elena, cette connerie est une souffrance et malgré ses efforts et l'évidence, elle aime toujours son mari, elle ne parvient pas à pardonner. Les semaines passent et le quotidien devient insupportable. Il est de plus en plus difficile pour les parents de cacher la vérité aux enfants. Incapables de feindre et de ne pas se disputer devant eux désormais, ils décident de se séparer. Elena garde l'appartement. Pour continuer de voir ses enfants avec qui il entretient une relation privilégiée, tendre et complice, Giulio essaie de ne pas s'éloigner géographiquement. Malgré son emploi à la Mairie, trouver un logement, payer une pension alimentaire, assurer les dépenses... Giuilio sombre rapidement dans la précarité et c'est la dégringolade...

    Ce film est un peu la version italienne et masculine de Louise Wimmer de Cyril Mennegun. Même acharnement du personnage à essayer de s'en sortir, mêmes difficultés, même dignité et surtout même mutisme. Comme Louise, Giulio ne confie pas ses difficultés à son entourage proche. Lorsqu'il suppliera un copain maraîcher de lui fournir un emploi en complèment du sien, ce dernier ne verra pas à quelle extrémité Giulio en est réduit. Tout comme l'assistante sociale avait taxé Louise d'arrogance. Après avoir passé quelques nuits chez un collègue, Giulio se retrouve à l'hôtel, puis dans un foyer. Il cherche un appartement aidé de sa fille (une ado et jeune actice étonnante Rosabell Laurenti Sellers)  soutien tendre et indéfectible. Mais trouver un logement à Rome avec un salaire médiocre est une mission impossible. Payer par ailleurs l'appareil dentaire du plus jeune, le voyage à Barcelone de la grande et les dettes s'accumulent. Giulio emprunte à l'un pour rembourser l'autre. Le goufre se creuse et il ne lui reste plus que sa voiture comme dernier refuge.

    Cette lente et douloureuse chute est d'autant plus cruelle et touchante que le réalisateur évite tout sentimentalisme et que son film est d'un réalisme bluffant. On suit Giulio dans le labirynthe de ses démarches auprès des services sociaux et différents organismes censés venir en aide aux plus démunis. Mais Giulio fait partie de ces nouveaux pauvres qui ont un travail et n'entrent dans aucun cas de figure pour obtenir des aides. Il ne lui reste plus que le secours des bénévoles de type Restau du Coeur ou Secours Populaire. C'est sinistre et terrifiant cette sensation que le pire peut advenir aussi rapidement.

    L'acteur Valerio Mastandrea, obstiné et désespéré, est très impressionnant. A mesure que le fim avance il semble maigrir à vue d'oeil, devient hagard, déboussolé, tantôt mélancolique, découragé, révolté.

  • QUEEN OF MONTREUIL de Solveig Anspach °

    20461188_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Agathe se trimballe avec une urne funéraire contenant les cendres de son époux fraîchement décédé. Alors qu'elle se demande quoi faire de l'objet, elle rencontre deux islandais paumés et sans abri (une mère (Didda Jonsdottir, actrice catastrophique ! et son grand dadais de fils) ! Les deux hurluberlus trouvant Agathe bien sympathique, s'installe chez elle sans lui demander la permission.

    Il semblerait que le film veuille traiter de "thèmes" forts tels que le deuil, la solidarité et la crise pourquoi pas, tant qu'on y est... sauf qu'à force de vouloir à tout prix mettre de la loufoquerie dans des sujets forcément dramatiques, la réalisatrice ne parvient qu'à accoucher d'un machin pas drôle, pas triste et sans intérêt. Les acteurs se débattent, se démènent devant nos yeux consternés.

    Projeté et vu dans la belle et grande Salle Darsena au dernier Festival de Venise, je suis restée (difficilement, nous avons failli quitter la salle !) après la projection pour entendre ce que l'actrice principale Florence Loiret-Caille et Solveig Anspach avaient à dire de ce film. Comment elles le défendaient !

    Hélas, la réponse est  à l'image du film : VIDE, NEANT, RIEN. Aussi gênées que peu prolixes, les deux femmes étaient ridicules.
    Je suppose que la réalisatrice a eu très envie de filmer une grue (l'engin de chantier) et un phoque (la bête de zoo)... C'est son droit le plus strict et grand bien lui fasse. Mais de là à faire un film... L'absence visible de moyens n'excuse et n'explique en rien ce gâchis.