Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • MÖBIUS de Éric Rochant ***

    Möbius : affiche

    Gregory Lioubov (notre Jeannot) officier des services secrets russes, oui madame, est chargé avec une équipe de bras cassés, de contrôler Rotovsky, puissant homme d'affaires russe, à Monaco. Le même service d'espions "recrute" Alice une tradeuse de haute voltige (responsable du krash financier mondial et tricarde aux Etats-Unis) pour approcher le vilain ruskof. En échange, elle pourra retourner aux States et retrouver son papounet subclaquant. Alice devient donc espionne russe, manipulée par la CIA. Mais chut ! Elle va rencontrer Gregory, rebaptisé Moïse pour l'occasion et ça lui va super bien. Mais c'est interdit de mélanger boulot et vie privée. Cette relation hotissime va compliquer sévèrement le tableau, d'autant qu'Alice ne connaissant pas la véritable indentié de Gregory va tout faire pour le protéger des malfaisants.

    Vous n'y comprenez rien ? Ce n'est pas grave. Jean Dujardin parle russe comme une vache espagnole ? On s'en fiche ! Car ce qui compte ici c'est Jean et Cécile, Alice et Moïse ! Evidemment Rochant, qui aime les espions et les intrigues tarabiscotées où l'on finit par ne plus savoir qui utilise qui et à quelles fins, réussit de bien belles scènes à haute teneur en adrénaline (aaaaaaaah la scène du téléphone). Les jeux de cache cache entre Gregory et son équipe, entre Gregory et Rostovsky qui en pince pour Alice, sont vraiment bien orchestrés. Gregory, obligé de se cacher pour protéger Alice devient finalement la proie de tous. Et Alice persuadée que son Moïse est un écrivain canadien tente elle aussi de ne pas l'exposer et se met en danger ! On tremble pour les deux puisqu'ils travaillent pour la même équipe sans le savoir. Enfin, si j'ai compris.

    C'est bien mais ce n'est pas LE film.

    Je demande pardon à Eric Rochant si son but était de réaliser un film d'espionnage car il a en fait réussi un grand, un beau, un vrai film d'amour. Et j'avoue qu'il y a une éternité que je n'avais vu, vécu une histoire d'amour passionnée aussi belle, réaliste (en dehors du contexte évidemment) et émouvante que celle d'Alice et Gregory. Au fait, je me trompe où Lioubov (le nom de Gregory) veut dire amour ? Et là, on peut dire que le Dujardin se fait offrir un rôle en or massif, très valorisant pour un garçon. Cécile ne cesse en effet de s'extasier sur ses attributs et performances !!! Et notre Jeannot reste là, imperturbable et souriant, B.E.A.U comme jamais.

    J'ai déjà dit à plusieurs reprises à quel point je trouvais les scènes d'amour et/ou de sexe à l'écran ridicules, risibles voire inutiles. Ici, les corps à corps, les peau à peau de Jean/Grégory (magnifique) et Cécile/Alice (sublime) sont vraiment sexys, charnels, sensuels et beaux à regarder. Evidemment Rochant est un garçon, on voit donc en très très très gros plan les très jolies fesses duveteuses de Cécile et pas celles de Jean, mais je pardonne, parce que leur couple est beau, crédible, il fonctionne ! Et c'est un crève-coeur de les voir ainsi courir à la cata !

    La fin mi fougue mi raison me laisse légèrement perplexe mais un couple aussi glamour et touchant, tellement assorti, en osmose... que Jean et Cécile est vraiment mémorable.

    Et ce qu'il reste encore ce sont leurs larmes, un tatouage, un cadeau et les bras de Jean Dujardin...

  • LES CHEVAUX DE DIEU de Nabil Ayouch ***

    Les Chevaux de Dieu : affiche

    Yassine a 10 ans et il est un enfant du bidonville de Casablanca Sidi Moumen. Il passe ses journées comme tous ses copains entre désoeuvrement et parties de foot sur un terrain vague entre deux voies de circulation. Son frère Hamid, un peu plus âgé, veille sur lui et se pose en terreur à coups de chaîne de vélo ! Le soir les enfants rentrent chez eux et retrouvent leur mère, invariablement plantée devant les programmes télé, leur père dépressif et un autre frère plus âgé et autiste. Lorsque Hamid agresse un flic pour épater la galerie, il est évidemment envoyé en prison. A sa sortie deux ans plus tard, sa rencontre avec l'Islam radical l'a métamorphosé. Il tente de convaincre son frère et ses amis de rejoindre "les frères". D'abord réticents, à la suite d'un drame accidentel Yassine et son ami finissent par céder. Ils rencontrent l'Imam Abou Zoubeir qui les amènera à accomplir le jihâd, les préparera et leur annoncera un jour qu'ils sont les heureux élus pour aller se faire exploser dans différents endroits de Casablanca.

    Ce film relate le cheminement qui a poussé de jeunes kamikazes marocains à accomplir dans la soirée du 16 mai 2003 une série d'attentats meurtriers à Casablanca. Bilan : 11 morts, une centaine de blessés et la stupeur des marocains qui s'attendaient à ce que ces terroristes soient des hommes surentraînés venus d'Afghanistan. Il n'en est rien et Nabil Ayouch s'applique dans la première partie à nous faire partager le quotidien de ces enfants certes destinés à la délinquance mais sans doute pas à se sacrifier en devenant des meurtriers ! Il ne cherche pas à excuser ces actes mais au contraire à dénoncer les méthodes des barbus dont le discours, le charisme et les promesses ne peuvent que séduire ces jeunes gens faibles, analphabètes, oubliés de tous dans des conditions de vie inommables. Ce qui leur est promis n'est ni plus ni moins que le paradis pour l'éternité entourés de jeunes vierges disponibles ! Honte et ignominie sur ces types manipulateurs qui envoient des gamins au sacrifice.

    La première partie s'attarde donc sur la vie de quatre enfants dans le bidonville sordide. Un dédale de ruelles crasseuses où l'intimité n'est pas permise. On peut se parler d'une habitation à l'autre sans sortir de chez soi. Mais comme ces gamins n'ont jamais rien connu d'autre que la promiscuité, les immondices et les parties de foot furieuses, l'insulte toujours au bord des lèvres, ils s'en accomodent. Les enfants s'adaptent à tout, c'est impressionnant. Plus tard, leur quotidien de désoeuvrement se partage entre des petits boulots rackettés (vendeur d'oranges !), des trafics, des deals, de la drogue, de l'alcool. Et la violence toujours proche et menaçante comme seul rempart à la misère. Sinistre, effrayant, douloureux. Ils ne sortiront finalement qu'une fois de leur bidonville pour découvrir la ville si proche et pourtant un autre univers, et mourir.

    La seconde partie est consacrée à l'endoctrinement. Un véritable lavage de cerveaux tout en douceur. Paradoxalement, les petits caïds deviennent doux et dociles alors qu'ils s'apprêtent à commettre l'irréparable. Hélas, si certains doutent ou ont brusquement peur de mourir et renoncent en s'enfuyant au dernier moment, plus rien n'arrête certains qui accomplissent leur abominable mission au nom de Dieu... Glaçant.

  • GOOD BYE MOROCCO de Nadir Moknèche ***

    Goodbye Morocco : affiche

    Responsables d'un chantier pour la construction d'un complexe immobilier à Tanger, Dounia et son amant, un architecte serbe, découvrent des fresques de tombes chrétiennes datant du IVème siècle. Consciente de la valeur de ce butin, Dounia entend bien en tirer un maximum. Le magot escompté doit lui permettre de quitter le pays avec son amant après avoir récupéré son fils que son ex-mari ne lui permet de voir qu'à doses homéopathiques. Les choses se compliquent lorsque Gabriel, ouvrier malien du chantier disparaît.

    Devant la quantité de thèmes abordés, on pouvait craindre un film brouillon et inabouti mais miraculeusement Nadir Moknèche ouvre mille pistes et réussit à cadenasser toutes les intrigues. Son personnage principal, tenu avec virtuosité par Lubna Azabal, est une femme autoritaire dont l'ambiguité permanente la rend mystérieuse et antipathique. Pourtant on la suit fébrilement dans un tourbillon de non-dits et de faux semblants qu'elle installe elle-même. Jusqu'où va t'elle aller ? Qui utilise t'elle réellement ? Pourquoi ne fait-elle que mentir, prendre les mauvaises décisions, faire les mauvais choix jusqu'à ce que tous les pièges se referment un à un sur elle ? L'agitation dans laquelle Dounia, femme de la petite bourgeoisie marocaine, se démène n'est pas sans évoquer les comédies grinçantes chabroliennes qui traquaient l'hypocrisie et les petites bassesses de la bourgeoisie française, tout en organisant d'habiles polars. La musique dissonnante, loin des compositions folkloriques souvent associées aux films du Maghreb, ajoute à la suggestion.

    Tout en brassant des thématiques aussi vastes que l'émigration et le travail clandestins, l'homosexualité dans un pays où elle est interdite et réprimée, la place et les droits de la femme sous haute domination masculine sous ces latitudes, le réalisateur réussit néanmoins un polar étouffant et le portrait d'une scandaleuse à Tanger.

  • MEILLEUR FILM DE L'ANNÉE : OSCAR POUR ARGO de Ben Affleck

    Je suis contente pour Ben et sa famille. Ouf on a échappé à la Bigelow, rien que pour ça je trouve qu'Hollywood reste grand ! Et Ben Affleck dans son Argo sait autrement mieux orchestré un suspens pour une histoire dont on connaît la fin que lors du risible Zero dark thirty (ah ah ah le "Oussama !!! montre-toi" résonne encore à mes oreilles.

    Evidemment aux Oscar comme aux César personne n'a rien compris au message du film d'Haneke l'anti Amour "rien de tout cela ne mérite d'être montré"...

    Le discours très ému de Ben (Oscar annoncé par Madame Obama herself) : 

    Pour le reste, aucune surprise, tout ce qui était prévu est arrivé... Cela dit Oscar de la meilleure mise en scène pour Ang Lee et son Odyssée de Pi (le film le plus moche que j'ai vu cette année), j'ai bien ri.

  • CÉSAR : MON PALMARÈS ET "LE" PALMARÈS

    Edit du samedi : Sa Majesté Haneke n'a pas daigné se déplacer (alors qu'Emmanuelle Riva si, et Jean-Louis Trintignant à Bruxelles par téléphone)... Sans doute Haneke considère t'il son hypothétique victoire hollywoodienne de la nuit prochaine plus estimable que la reconnaissance de la profession et du public français qui ont fait un triomple à son Amour qui pour moi reste TOUT sauf un film d'amour mais un documentaire voyeuriste sur deux vieux en fin de vie qui ont vécu ensemble trop longtemps et ne pouvaient plus se supporter...

    Question soirée c'était comme toujours un mélange de beaux moments et de porte nawak sans intérêt. J'ai trouvé que Jamel Debbouze avait fait le discours de Président le plus réussi de toute l'histoire des César, Laurent Laffitte toujours hilarant et Kevin Costner très classe et très ému.

    L'absence de nomination pour le film d'Alain Resnais Vous n'avez encore rien vu reste un mystère et Holy Motors repart néanmoins et très justement bredouille. De toute façon, monseigneur Carax n'avait pas fait le voyage non plus. Sans doute était-il en train de regarder ses films en boucle MDR. Les adieux à la reine seigneur délivrez-nous de Léa Seydoux ! emporte assez justement tous les César décoratifs (photos, costumes, décors), et De rouille et d'os ceux de la meilleure adaptation, meilleure musique, meilleur montage et évidemment Meilleur Espoir Masculin...

    Les lauréats sont donc en vert...

    En 7 ans de blog, je ne me souviens pas m'être livrée à cet exercice indispensable. Voici donc le résultat, après concertation avec moi-même qui me permettra de renouveler mes amours et d'affirmer mes détestations :-)

    MEILLEUR FILM ET MEILLEUR RÉALISATEUR

    Michael HANEKE pour Amour...

     (il faudra qu'on m'explique... oh et puis non qu'on ne m'explique pas !) comment on peut les différencier.

    Par pitié surtout ni les Adieux à la reine ni cette horreur d'Amour, merci. Mais je crois qu'un des deux va tout rafler...

    Après hésitation avec Dans la maison de François Ozon, je choisis :

    DE ROUILLE ET D'OS de Jacques Audiard

    MEILLEURE ACTRICE :

    Emmanuelle Riva pour Amour...

    Par pitié PAS l'insipide Léa Seydoux, propulsée ici on ne sait par quel miracle...

    Après une lutte acharnée entre Hélène Vincent et Corinne Masiero...

    Corinne Masiero l'emporte pour son rôle dans Louise Wimmer de Cyril Mennegun.

    Louise Wimmer : photo Corinne Masiero, Cyril Mennegun

    MEILLEUR ACTEUR :

    Jean-Louis Trintignant pour Amour...

    Bien que je n'aie pas aimé ce film attrape-nigaud, Denis Lavant le mériterait amplement pour ses 10 prestations dans Holy motors de Leos Carax. Mais je choisis Vincent Lindon pour son rôle dans Quelques heures de printemps et parce qu'il est LE meilleur acteur de toute façon.

    MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE :

    Valérie Benguigui pour le Prénom

    Judith Chemla dans Camille Redouble de Noémie Lvosky. Même si un César collectif serait plus logique pour l'époustouflant trio de jeunes actrices de ce film (India Hair, Julia Faure).

    MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE :

    Guillaume de Tonquedec pour Le Prénom

    Guillaume de Tonquedec révélation dans le Prénom (parce que Samir Guesmi, Benoît Magimel et Claude Rich pour les rôles pour lesquels ils sont nommés : au secours !!!) même si Michel Vuillermoz est très touchant en papa de Camille...

    MEILLEUR ESPOIR FÉMININ :

    Izia Higelin.

    Pitié PAS "les filles de"... merci ! Là encore comment différencier India Hair et Julia Faure  dans Camille Redouble ? India Hair est prodigieuse de bout en bout mais je choisis Julia Faure car il faut retenir son souffle lors d'une scène qu'elle porte haut...

    MEILLEUR ESPOIR MASCULIN :

    Matthias Schoenaerts :-)))

    Je devrais dire Pierre Niney (sinon je vais me faire assassiner par la Miss, mais je choisis Matthias Schoenaerts parce qu'il est "opé" dans De rouille et d'os. Et aussi parce qu'il m'a fait mourir de rire en disant qu'il n'y connaissait rien aux César : "je l'ai eu ou je suis juste nommé ?" Je VEUX et j'EXIGE que ce garçon monte sur scène (même habillé ça ne me dérange pas) !

    MEILLEUR FILM D'ANIMATION :

    Comme je n'en ai vu aucun, je choisis Ernest et Célestine

    MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE :

    LES INVISIBLES (hélas pas vu mais mon Jules qui l'a vu... me dit que c'est génial)

    Comme je n'en ai vu qu'un, je choisis JOURNAL DE FRANCE de Raymond Depardon et Claudine Nougaret.

    MEILLEUR PREMIER FILM

    LOUISE WIMMER :-)

    LOUISE WIMMER de Cyril Mennegun et tous mes encouragements à Hugo Gélin pour Comme des frères 

    MEILLEUR FILM ÉTRANGER :

    ARGO de Ben Affleck :-)

    Sans l'ombre d'une hésitation évidemment, parce que c'est Lui, parce que c'est Elle, LAURENCE ANYWAYS et forever de Xavier Dolan. 

    Je laisse les César techniques aux techniciens même si je trouve que les costumes de Matthias Schoennaerts sont particulièrement seyants.

  • DIE HARD 5 : BELLE JOURNÉE POUR MOURIR de John Moore °

    Die Hard : belle journée pour mourir : affiche

    Je ne vais pas perdre temps et énergie à vous parler de ce film bourrin, indigent. Quelques mots quand même pour vous dire à quel point il est con et peut-être vous faire économiser quelques deniers. Figurez-vous que John McClane (cte bombasse de Bruce Willis) que tout le monde appelle "papy" ou "grand-père" MDR... a un fils et une fille aussi. Le genre d'accessoires dont je ne me souvenais absolument pas. Comme Johnny Chou a passé sa vie à traquer le terroriste et le nazi, il a raté toutes les fêtes d'anniv' et les matchs de base-ball des moutards. Ouiiiiiiiiiiiiiiin. Du coup le filston, John Junior (ct'endive deJay Courtney... comme quoi la bombasse attitude est pas génétique !) est devenu grand délinquant, comprenez agent de la CIA. PTDR ! Il foire copieux une mission à Moscou et papa déboule dare dare chez les vilains ruskofs pour ramener le minot à la maison. Oui, mesdames et messieurs, l'infâme soviétique est de retour, mais Moscou est belle à tomber et fort embouteillée.

    Quoique fâché tout rouge contre son papounet qu'il appelle John, John-Junior finit par être contraint de faire équipe avec lui et d'en revenir aux bonnes vieilles méthodes de l'âge de pierre pour venir à bout des affreux. Il ne faut pas plus de 10 minutes à Bruce/John pour mouiller et tâcher son marcel et démontrer qu'il en a encore sacrément sous le capot malgré ses tempes grisonnantes. Hélas, trois mille fois hélas... l'humour est resté dans le stylo du scénariste et Bruce n'a qu'à répéter des phrases aussi miteuses et ridicules que le scénario : "mais j'suis en vacances !!!... appelle-moi papa... tu veux un câlin..." Si j'ai éclaté de rire à plusieurs reprises c'était indépendant de la volonté du réalisateur. Après une course poursuite interminable dans les rues et sur le périph' moscovites aussi moche que débile, imaginez que John et John se retrouvent à Tchernobyl (oui le vrai Tchernobyl et pas la station de ski Suisse, Grenoble... je n'invente rien...) et qu'il suffit d'arroser la zone pour qu'elle ne soit plus radio-active entre autre absurdité. Tout explose de partout à tout bout de champ et je vous laisse le suspens de deviner si les deux John s'en sortent.

    Imaginer que John Junior puisse reprendre les rênes de la franchise est un scandale car Jay Courtney entre directement dans la catégorie witloof, la team Worthington/Butler/Statham sans même passer par la case départ et toucher 20 000 balles ! Mais où vont-ils chercher ces acteurs bovins ?

  • LES MISÉRABLES de Tom Hooper * * * *

    Les Misérables : affiche

    Jean Valjean, prisonnier 24601 purge une peine de 19 ans de bagne pour avoir volé un pain puis avoir tenté une évasion. Son geôlier Javert lui remet à contre-coeur sa libération conditionnelle et ne cessera de le poursuivre convaincu qu'un criminel le reste toute sa vie. Rejeté de tout côté à cause du fameux passeport jaune des bagnards, Valjean est recueilli par un évêque qui lui offre le gîte et le couvert. Valjean lui vole son argenterie, se fait arrêter par la police mais l'évêque le sauve en assurant qu'il ne s'agissait pas d'un vol mais d'un cadeau. Dès lors Valjean rompt sa conditionnelle et à force de travail et de bonté devient entrepreneur puis Maire de Montreuil sous le nom de Monsieur Madeleine.

    Alors qu'il regarde ailleurs, Fantine se fait injustement virer de l'atelier par le contremaître. Jetée à la rue, elle est contrainte de vendre ses cheveux, ses dents puis son corps pour envoyer de l'argent aux cupides Thénardier à qui elle a confié sa petite Cosette. Plus tard, Valjean découvre le calvaire de Fantine mourante et lui promet de prendre Cosette sous sa protection. Les années passent...à Paris, Valjean toujours contraint de fuir devant Javert protège Cosette qui le considère comme son père. La jeune fille croise le regard de Marius Pontmercy. Les jeunes gens tombent immédiatement amoureux mais ne peuvent se revoir car Valjean et Cosette doivent à nouveau fuir Javert qui les a retrouvés. Marius étudiant, sera avec ses amis sur les barricades parisiennes au déclenchement de l'insurrection de 1832 suite aux obsèques du Général Lamarque... Et je ne vous parle pas de Gavroche, Eponine, Enjolras, Fauchelevent. Et pourtant tous sont ici présents, même s'il aurait fallu quelques heures supplémentaires pour évoquer l'intégralité de l'oeuvre colossale. En effet, rien sur la bataille de Waterloo et d'ailleurs on s'en fiche car ici, comme récemment pour le magnifique Homme qui rit de Jean-Pierre Améris, il ne s'agit pas d'adapter Hugo mot à mot mais de faire une proposition de cinéma.

    Comment parler de misère, de combats, d'injustice, d'honneur, de bonté, de charité, de compassion, de lutte, de justice, de doutes et d'amour en chantant ? Il faut voir ce film unique, inédit, audacieux pour le croire et le comprendre. Jamais l'entreprise n'avait été osée. Car ici, les acteurs au lieu de jouer en faisant mine de s'égosiller en play-back, chantent en direct sur le plateau de tournage. Ce sont eux qui avaient l'ascendant sur la musique et pouvaient se permettre toutes les respirations et émotions qu'ils souhaitaient. Leur interprétation en est absolument surprenante et magique. C'est magnifiquement expliquéici.

    L'esprit d'Hugo plane sur le film et j'ose prétendre comme d'autres assurent l'inverse qu'Hugo, en bon agitateur qu'il était, aurait adoré cette interprétation fièvreuse, audacieuse et respectueuse. Comment avec un titre aussi terrible, Les Misérables, réussir une oeuvre empreinte d'un tel romantisme ? Hugo l'a fait, et Tom Hooper réussit l'exploit d'embarquer le spectateur dans une épopée lyrique et exaltée qui happe le spectateur dès la première scène et ne le lâche plus. A condition de se laisser emporter par la fougue. Comme le suggère une chanson connue, il semblerait que la misère soit moins pénible au soleil. Ici, j'affirme que la misère est plus supportable en chansons. Devant l'avalanche d'épreuves qui s'abattent sur les personnages, le calvaire de Fantine, la douleur d'Eponine, le chemin de croix de Valjean... il est difficile de rester froid face à l'interprétation supra sensible des personnages. Rarement autant de larmes auront été versées sur un écran. Et moi dans mon fauteuil, j'étais une flaque.

    Mixer Hugo, ce génie, et Alain Boublil créateur de la comédie musicale des années 80, pourquoi pas, pourquoi jouer les vierges effarouchées, crier à la trahison et surtout refuser de se laisser submerger par l'émotion ? La passion mélo hugolienne est là. Oui ce film est chanté, intégralement et c'est somptueux, pour les oreilles comme pour les yeux.

    Et moi qui aime tant les performances d'acteurs. Ils sont ici affolants d'intensité et tous excellents chanteurs. Hugh Jackman en tête (ce sacré bonhomme avait déjà fait ses preuves ici). Valjean, d'abord rongé par la haine et un légitime désir de vengeance face à toutes les injustices dont il est la victime passera définitivement du côté du bien après sa rencontre avec l'évêque qui lui sauve la vie. L'acteur, totalement habité par l'âme tourmentée de Valjean, restitue avec une force insoupçonnée toute "la tempête sous un crâne", tous les tourments, les hésitations et la bonté sublime du personnage. Ce qu'il exprime et déclenche comme émotions dans ce film vaut pour moi une belle statuette en or car il est à des années lumières au-dessus de son collègue à échasses.

    Anne Hathaway, bouleversante Fantine, est parfaite et ne volerait pas son petit Oscar non plus, Russel Crowe (impeccable et troublant Javert, loin des habituels et vils corbeaux noirs des autres adaptations), Amanda Seyfried (adorable et touchante Cosette), Eddie Redmayne (fougueux Marius), Aaron Tveit (Enjolras exalté), Samantha Barks (douloureuse Eponine)... sont parfaits.

    Je sens que pour être tout à fait crédible vous réclamez une petite réserve... la voici : les Thénardier, tortionnaires de Cosette, parents indignes d'Eponine et Gavroche sont ici deux pantins burlesques totalement éloignés de la noirceur des personnages du livre. Etrange.

    La fièvre romanesque, le lyrisme, l'ampleur et le romantisme dévastent tout pendant 2 h 30 mais au-delà des larmes, du bruit et de la fureur on n'entend que le calvaire, le cauchemar, la bonté, l'honneur et la conscience de Valjean.

    Emmenez vos ados, ils vont adorer j'en suis convaincue. Et vous, comme moi, peut-être ne résisterez-vous pas à l'appel des mots... Car je vais m'attaquer une nouvelle fois aux 1 700 pages de ce roman dont l'auteur disait "« Ma conviction est que ce livre sera un des principaux sommets, sinon le principal, de mon œuvre ». Ce film lui rend hommage.

  • PASSION de Brian de Palma ***

    Passion : affiche

    Des femmes influentes, ambitieuses, envieuses, amoureuses se livrent une lutte sans merci pour le pouvoir, la reconnaissance et plus si affinités. Christine dirige d'une poigne quasi despotique la filiale allemande d'une multinationale. Elle est la supérieure d'Isabelle. Elle l'utilise, la séduit, la protège, la trahit, l'humilie. Isabelle se livre aux mêmes excès sur sa propre subalterne Dani qu'elle manipule sans la moindre considération. Une blonde, une brune, une rousse dans un imbroglio hitchcockien de la plus belle facture.

    Remake du raté Crime d'amour d'Alain Corneau, Brian de Palma revient en grande forme avec un suspens sexy, glamour et fashion dans des décors glacés et somptueux comme son actrice principale Rachel McAdams. Blonde dominatrice et capricieuse, l'actrice compose avec délectation un personnage de garce manipulatrice qui se laisse prendre à son propre piège. Noomi Rapace en adjointe prétendument soumise cache son jeu sous une apparence sage et modeste. Tapie dans l'ombre la rousse Karoline Herfuth réagira aux multiples affronts endurés.

    La musique de Pino Donaggio insuffle un supplément d'âme et de suspens à ce spectaculaire jeu avec rebondissements en cascade, de manipulation au féminin.

    Dommage que le réalisateur se soit par ailleurs entouré d'un casting manifestement local et low cost tout droit sorti d'un épisode de Derrick qui évidemment ne fait que mettre davantage en valeur le sublime trio d'actrices. Mais on a quand même un peu de mal à comprendre pourquoi et comment Rachel et Noomi en arrivent à se castagner pour le mochtron l'insipide Paul Anderson (troisième du nom).

  • FLIGHT de Robert Zemeckis **

    Flight : affiche

    Quelques instants avant de décoller pour un vol court de routine d'à peine une heure, le pilote Whip Whitaker termine son week-end de beuveries, de sexe et de cocaïne par une petite "ligne" censée le remettre sur pieds. Et c'est le miracle, alors qu'il vacillait, la précieuse poudre blanche lui donne un coup de fouet. Dans son costume prestigieux de commandant de bord il rejoint son avion de sa démarche chaloupée. Mais loupe, signe du destin, la première marche de la passerelle. La charmante jeune femme qui a partagé ces quelques jours de débauche n'est autre qu'une des hôtesses du vol. Malgré une météo désastreuse et un co-pilote inexpérimenté (et inquiet) par l'état de son commandant, l'avion décolle, franchit une zone de turbulences de grande amplitude pour se stabiliser au-dessus des nuages. Tout n'est que joie et satisfaction et le pilote s'endort. Brusquement c'est l'avarie et l'avion dégringole en piqué vers une zone d'habitations. Whip se ressaisit et parvient avec un calme et une maîtrise exemplaires à faire attérir l'engin dans un champ. Sur la centaine de personnes, passagers et équipage, seules 6 trouvent la mort. Un moindre mal. Whip blessé est porté triomphalement en héros jusqu'à ce que les analyses toxicologiques révèlent plus de 2 grammes d'alcool dans le sang et autres substances illicites. Il devra donc faire la preuve devant un tribunal que c'est l'état de l'avion et non le sien qui est responsable de l'accident !

    Il y a de très bonnes choses et d'autres beaucoup moins qui laissent forcément un arrière goût de semi réussite et donc de semi ratage.

    Les plus :

    - Le crash. Pendant de longues minutes, le spectateur est dans l'avion et le plus souvent dans le cockpit. Alors que les moteurs crament un à un, Denzel/Whip imperturbable et efficace réalise l'exploit de retourner l'avion pour lui permettre de planer, puis de le retourner à nouveau et d'attérir sur le ventre en limitant les pertes. Zemeckis s'y connaît en crash d'avions. Celui de Seul au monde était déjà une réussite super flippante. On en mène vraiment pas large dans notre fauteuil qui ne bouge pas.

    - Les deux apparitions de John Goodman en pourvoyeur rock and roll de substances illégales. Ce type, cet acteur génial est un effet spécial à lui tout seul et tant pis s'il n'est pas un exemple pour les enfants !

    - Le mélange des genres savamment orchestré : film catastrophe, film de procès avec "coupable" récalcitrant, étude psychologique, rédemption.

    - L'interprétation subtile de Denzel Washington. Il exprime toutes les ambiguités de son personnage de héros défaillant, pas forcément sympathique, avec un génie incontestable. Menteur, addict, pétri de doutes mais résolu à s'en sortir, son jeu est vraiment impressionnant.

    Les moins :

    - Le personnage de Kelly Reilly en junkie repentie et sa rencontre providentielle à l'hôpital avec Whip. Inutile et invraisemblable, ce personnage coupé au montage aurait réduit le film de la demi-heure de trop. Quant à l'actrice, si elle est d'une beauté indiscutable, son jeu se limite exclusivement à pincer les lèvres.

    - La scène d'hôpital dans l'escalier où un cancéreux au stade terminal fume ("mon cancer va attraper le cancer" ah ah ah !) et se pose en prophète sur l'avenir de Whip et la Junkie ! Ridicule.

    - La femme et le fils du "héros" forcément hostiles à toute tentative de réconciliation.

    - ET SURTOUT : les bondieuseries qui jalonnent tout le film. Dieu présent partout et toujours. Le prêchi prêcha est insupportable au point qu'on ne parvient plus à comprendre si le réalisateur cherche à faire la critique ou l'apologie de la religion. J'ai parfois eu la sensation d'être face à un film catho intégriste. La seule défense de l'avocat en devient même "il faut faire valoir que cet accident est la volonté de Dieu", et le seul bâtiment détruit, le clocher d'une église. J'avoue que l'agacement de toute cette religiosité ambiante m'a vrillé les nerfs tout comme l'acte de contrition larmoyant final.