Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • COMMISSARIAT de Ilan Klipper et Virgil Vernier ***

    19539902_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101014_054913.jpg19539904_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101014_054915.jpg19539905_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101014_054935.jpg

    J'avais vu ce documentaire en avant première en juillet dernier lors du Festival Paris Cinéma. Je n'ai hélas pas pu le revoir car il n'est malheureusement pas encore sorti chez moi mais je vous le recommande vivement. Il s'agit d'un documentaire dénué de tout commentaire et c'est tout à fait bienvenu. Le titre, les images et les situations parlent d'elles-mêmes et c'est avec humanité, bienveillance et humour parfois que les réalisateurs ont partagé et suivi le quotidien d'un commissariat de province. Loin de l'administration abstraite qu'on imagine, il y a dans ce drôle d'endroit qu'est un commissariat des êtres humains avec une vie et des problèmes qui se confrontent chaque jour à la vie et aux problèmes de plus mal lotis qu'eux. La frontière entre les deux catégories d'individus est d'ailleurs parfois bien mince tant le "flic" de base, celui qui est sur le terrain, semble parfois issu du même milieu défavorisé que les personnes qu'il appréhende. S'il y a parfois des interrogatoires un peu brusques voire musclés, il faut bien reconnaître que le policier face à la misère et à la détresse humaines est obligé de jouer les assistantes sociales, les psy ou simplement faire office d'oreille attentive.

    J'avais noté une petite phrase, à la fois hilarante et assez édifiante d'un policier s'adressant à un de ses collègues en parlant d'un jeune qui dort dans la rue : "ils sont pas aidés en terme de dotation de cerveau"... 

  • DATE LIMITE de Todd Phillips ***

    19537436_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101011_044559.jpg19496474_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100820_110409.jpg19496475_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100820_110410.jpg

    Peter est à Atlanta, il doit rejoindre sa femme à Los Angelès prête à accoucher. Rien de plus simple en deux coups d'ailes d'aéroplane à moteur. Sauf si le hasard fripon s'en mêle en mettant sur la route de Paul lorsqu'il se rend à l'aéroport : Ethan, un bouseux du terroir, lunaire et immature décidé à conquérir Hollywood grâce à son talent d'acteur ! Dès leur rencontre percutante, les événements en chaîne et en forme de désastre ne vont faire que s'enchaîner. Contraints finalement de faire le voyage (3 000 Kms environ) tous les deux en voiture vont affronter ensemble les diverses péripéties dont je ne vous révèlerai rien tant elles sont abracadabrantesques mais la plupart du temps hilarantes ! Comment Peter va t'il finir la chemise en vrac, le nez qui pisse le sang, un bras dans le plâtre, une balle dans le ventre ??? vous le saurez en allant voir le road-trip-movie avec Peter et Ethan dans les rôles de Thelma et Louise... enfin, pas vraiment en fait.

    J'ai toujours adoré traversé les Etats-Unis en voiture avec deux zigotos. A condition qu'ils soient drôles. Et c'est le cas. Si j'écarte la scène vraiment pas marrante du chien qui se masturbe (deux fois au cas où on en aurait pas cru nos yeux éblouis !!!), si j'élimine d'ailleurs le chien, accessoire absolument superflu voire parasite, je dois dire que j'ai ri, pouffé, me suis esclaffée beaucoup, énormément et quasiment non stop. ça fait du bien. Je dois reconnaître que Zach Galifianakis est drôle et qu'il assure en gentil nounours naïf (quoique pas tant que ça...) qui ne s'arrête jamais de déconner la plupart du temps inconsciemment. Mais franchement et même si le duo fonctionne à merveille, c'est Robert Downey Jr. qui, avec son physique (bougez pas j'ai chaud je vais ouvrir un peu la fenêtre) pourrait se contenter de jouer les beaux gosses, est le grand malade totalement barré de l'affaire. Balancer un coup de poing dans le ventre d'un gamin qui l'agace à lui chipoter la cravate mon rêve ! mais je ne porte pas de cravate, cracher sur un klébar moche et stupide my dream come true et réussir à laisser poindre l'émotion lorsqu'il regarde ce gros Zach se ridiculiser... ça c'est de l'acting !

  • LE BRAQUEUR de Benjamin Heisenberg ***

    19479588_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100720_115022.jpg

    Johann Retterberger court sans cesse. Dans la cour de la prison et dans sa cellule où un tapis de course lui a été installé, vraisemblablement pour aider à sa reconversion à sa sortie. Mais Retterberger n'est pas très coopératif avec son agent de probation qui lui demande, inquiet, ce qu'il compte faire lorsqu'il sera de nouveau libre. L'inquiétude est d'ailleurs tout à fait justifiée puisque dès sa sortie Retterberger se remet à braquer des banques. Il porte sur le visage un masque mi effrayant mi ridicule et échappe toujours à ses poursuivants grâce à ses talents de coureur. Entre deux hold-up il participe à des marathons qu'il remporte. Aucune de ces deux activités ne semblent lui apporter la moindre satisfaction. Une improbable histoire d'amour viendra un temps l'humaniser et l'ouvrir à des sentiments qu'il découvre...

     

    Totalement dépouillé de toute psychologie ce film est un choc brutal qui met le spectateur en tension croissante. Ce que j'aime. J'aime les courses effrenées où la musique percutante accélère le rythme cardiaque. J'aime ce personnage froid, totalement individualiste qui emplit des sacs de billets de banque manifestement sans but, sans qu'en tout cas on ait la moindre explication. Il avance, conditionné par un instinct de survie hors du commun ou une addiction irrépressible.

     

    Beaucoup moins convaincante et réussie est l'histoire d'amour. Néanmoins ce film est littéralement porté par un acteur génial, impassible et glacial, Andreas Lust, dont les comportements sont parfois traversés d'éclats de violence insensés, et qui m'a entraînée dans sa course.

    ......

    Les mois ont passé sur ce film que j'ai vu en juillet lors du Festival Paris Cinéma où j'étais membre du jury des blogueurs. Lors des délibérations... étranges... je m'étais ridiculisée distinguée en hésitant trop et mal entre deux films aussi opposés que différents (et réciproquement). Aujourd'hui, je peux clamer haut et fort que je continue en fait de défendre ce film ci que j'ai une envie folle de revoir (mais il n'est pas encore sorti chez moi) alors que de l'autre qui m'a fait hésiter mais qui avait été bien défendu par ceux qui le défendaient mais qui étaient moins nombreux pour empêcher ce braqueur de gagner (vous suivez ?), assez fragile, léger et volatile, il ne me reste que quelques images qu'on peut voir et revoir dans "Thalassa".

    Courez donc voir ce Braqueur, il le mérite, et découvrir un acteur prodigieux, ça ne se refuse pas !

  • POTICHE de François Ozon ****

    19512090_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100917_112557.jpg19512086_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100917_112553.jpg19512087_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100917_112555.jpg

    Robert Pujol dirige d'une main de fer et d'une humeur massacrante l'entreprise de parapluies qu'il a obtenue de la dote de son mariage avec Suzanne. Vaniteux et pédant il n'a que mépris pour tous ceux qui l'entourent. En premier lieu pour sa femme, cette potiche à qui il n'accorde qu'à peine la parole mais qui rêveuse et résignée semble s'être accomodée de cette position, pour ses deux enfants qui ne répondent pas non plus à ses critères de réussite, une fille presque plus réac' que lui, un fils davantage attiré par les arts que par l'économie, et sa maîtresse qui est également sa dévouée secrétaire. Inutile de préciser qu'il n'a aucune considération pour ses employés. Totalement défait par la grève dont son usine fait l'objet, il est victime d'une attaque qui le contraint à s'en éloigner pour une cure de repos. Les enfants étant déclarés incompétents c'est contre toute attente Suzanne qui reprend les rênes de l'entreprise et montre instantanément d'évidentes qualités d'écoute et de négociation. Elle parvient grâce à sa gestion juste et humaine ainsi qu'à l'aide du député maire communiste à mettre fin à la grève et à relancer l'activité avec des idées inédites et créatrices. Evidemment dès son retour Robert, toujours aussi borné ne va se réjouir de ces innovations...

    Tout est TROP dans ce film et c'est sans doute ce qui en fait son premier charme et sa grande réussite. François Ozon n'a sans doute pas dû rigoler (autant que moi) tous les jours à faire ce merveilleux film mais il est selon moi une totale réussite à tous points de vue. Un scénario solide avec des personnages qui stagnent ou évoluent, une ambiance kitsch et nostalgique à souhait (l'action se situe en 1977) et des acteurs dirigés qui semblent fiers et heureux de l'être, pouvant ainsi donner libre court à leur fantaisie explosive et démesurée.

    Dès les premiers plans on plonge dans l'atmosphère avec Catherine Deneuve, tordante et délicieuse en joggeuse à bigoudis qui s'extasient par des "oh" et des "ha" devant les petites ou grosses bestioles de la forêt. On croirait Blanche Neige découvrant la nature ! Dès qu'elle rentre chez elle, une grande demeure bourgeoise de Province au toit de chaume, on a l'impression d'être "Au théâtre ce soir" où les décors seraient "de Roger Hart et les costumes de Dolnald Cardwell". La façon de déclamer et d'articuler des dialogues très écrits ne contredit pas cette sensation.

    On va assister avec joie et bonheur à l'éclosion d'une femme libre et épanouie qui jusque là était toujours restée dans l'ombre d'un père aimé puis d'un mari tyrannique. Car oui, sous ses aspects de comédie hilarante et décalée à de nombreuses reprises, "Potiche" est un véritable manifeste féministe et le personnage de Suzanne est vraiment emblématique de la révolte qui sommeillait en beaucoup de femmes de ces années 70. Les hommes tenaient encore des discours (et l'on en découvre des extraits de "micro-trottoirs" de l'époque) tels que "les femmes sont faites pour rester à la maison..." ou "elles peuvent travailler, ça les occupera..." ou encore "à condition qu'elles n'aient pas le même salaire que nous" etc... Il faut bien reconnaître que les hommes en ont pris pour leur grade dans ces années là et qu'ils ont beaucoup perdu de leur superbe (pour ne pas dire de la supériorité qu'ils étaient (étaient ???)convaincus d'avoir...) depuis et grâce à ces femmes qui les ont affrontés.

    Bien qu'il place l'action de son film en 1977, Ozon lui accorde parfois quelques accès de "modernité" en rendant Robert Pujol (Fabrice Luchini, très à son affaire en type odieux constamment excédé) plus sarkoziste que le vrai et plaçant de ci de là des petites phrases comme "casse-toi pauv' con !" ou "travailler plus pour gagner plus"... Et la grève qui agite l'usine n'est évidemment pas sans évoquer le contexte social actuel qui secoue un peu la France ces temps ci.

    Le casting brillantissime dont s'est entouré le réalisateur se charge du reste, avec en premier lieu un look seventies très convaincant. Judith Godrèche au brushing Farrah Fawcett plus vrai que vrai, toujours prête à envoyer les CRS contre la racaille pour leur faire comprendre qui est le chef, ose tenir des propos d'un autre âge mais est au fond une de ces filles sacrifiées qui ne peut, bien qu'elle soit persuadée du contraire, se dépêtrer du rôle de potiche qui lui est dévolu. Jérémie Rénier est un fils à maman très sensible qui porte avec beaucoup de crânerie les ptits pulls moulants et les pantalons taille haute. Sa tignasse blond soleil avec mèche laquée à la Claude François est nickel. Karin Viard est la secrétaire modèle, toujours parfaite dans ses tailleurs près du corps et qui finit par cesser de croire que la promotion passe par le canapé. Gérard Depardieu arbore une moumoute copiée sur celle de Bernard Thibault et n'a aucun mal à se forcer pour être crédible en maire communiste. Il est étonnant de voir évoluer ce géant d'acteur qui, plus il tonitrue à tort et à travers IRL plus il se montre sobre, juste, modeste, touchant et donc IMMENSE dans ses rôles de cinéma.

    Quant à Catherine, MA Catherine... où et comment vais-je trouver les mots pour parler une fois encore de ce qu'elle fait ici ? Elle est toutes les femmes réunies en une seule. Elle est le coeur, l'âme, le centre. Elle est sublime, elle est divine, elle est incroyable, drôle, forte, touchante, vibrante. Ses duos avec Gérard Depardieu pleins de douceur et de mélancolie où tout l'amour qu'ils semblent se porter passent dans leurs regards sont les grands moments parmi les grands bonheurs du film. Catherine Deneuve n'a peur de rien ni de personne. Même en se ridiculisant par ces tenues et ces attitudes, elle ne l'est pas, parce qu'elle s'amuse d'elle et avec nous. Elle ne se moque pas. Elle est. Cette femme, cette actrice est une vraie rebelle. Elle est folle et indisciplinée, énergique et enthousiaste. VIVANTE. Je l'aime.

    P.S. : cerise confite sur le clafoutis, l'action se déroule dans une ville où toutes les voitures sont immatriculées 59 et où il y a de la brique rouge en pagaïe

  • LE DERNIER VOYAGE DE TANYA de Aleksei Fedorchenko °

    1286065925_le_dernier_voyage_de_tanya__ovsyanki___silent_souls_.jpgle-dernier-voyage-de-tanya_p9.jpg

    Tanya, l'épouse chérie de Miron vient de mourir. Il ne souhaite pas faire intervenir les pompes funèbres mais se charger lui-même du dernier voyage de sa femme en la ramenant, selon le rite de la tribu des Méria dont elle est issue, à l'endroit où ils ont été heureux ou un truc comme ça. Il demande à son ami Aist, qui vraisemblablement a également aimé Tanya (si j'ai bien compris) de l'accompagner. Après avoir longuement fait la toilette du corps, les deux hommes partent pour un périple de deux jours avec la défunte dans le coffre et deux passereaux dans une cage.

    Bon ! J'aurais bien aimé m'extasier devant la beauté de ce film... Sauf que, comme je vous l'ai sans doute déjà dit, je n'y entrave que pouic à la poésie qui me gonfle puissante 10 et j'imagine que ce film, si j'en crois le joli texte qui l'accompagne non stop en est une illustration. En effet, les deux garçons du film étant absolument incapables d'incarner la passion, le chagrin et le manque qu'ils sont censés éprouvés, une envahissante voix off nous explique pendant 1 h 20 ce que nous sommes nous, censés voir et ressentir. Alors bon, que les rites des Méria imposent que lorsqu'un mec perd sa femme il parle exclusivement des prouesses sexuelles qu'il est persuadé avoir accomplies, soit, mais ça ne me bouleverse pas. Que la pauvre Tanya livrée à son mec libidineux dont la rumeur prétend qu'elle en avait peur et qu'elle ne l'aimait pas se prenne des litres de vodka sur la tête et sur le corps pour faire plaisir à monsieur, re soit... mais le cinéma dans tout ça ??? Hein ?

  • BURIED de Rodrigo Cortès *

    19500063_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100830_063123.jpg19500064_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100830_063124.jpg

    Paul se réveille, oppressé et mal en point. Normal, il doit être six pieds sous terre, enterré vivant dans un cercueil sommaire, une boîte en bois. Le temps de reprendre ses esprits et d'avoir dépassé l'intense moment de panique qui lui fait appréhender la situation, il se souvient. Paul n'est pas un soldat, il est chauffeur de camion pour une société américaine qui envoie du matériel nécessaire à la reconstruction d'un pays : l'Irak. Le convoi dont il faisait partie a été caillassé, attaqué près de Bagdad et tout le monde à l'exception de Paul a vraisemblablement été tué.

    C'est étrange, il arrive parfois que la fin, l'épilogue d'un film ne soient pas à la hauteur du film lui-même. Et là, c'est l'inverse, le film n'est pas à la hauteur de sa conclusion totalement scotchante, sidérante, inattendue. Quel dommage, mais quel dommage ! Néanmoins, il y a deux superbes idées dans ce film. Cette fin donc, absolument immense, déconcertante et inattendue et le fait que l'acteur Ryan Reynolds soit  seul à l'écran du début à la fin. Les autres acteurs crédités au générique ne sont que des voix. Jamais nous ne sortons du cercueil pour voir ou comprendre ce qui se passe à l'extérieur. Ce qui rend d'autant plus étrange et regrettable le fait qu'à plusieurs reprises le réalisateur nous montre le personnage dans la boîte toujours, mais sans couvercle ou sans montant sur un des côtés... Comme pour nous dire à nous autres pauvres abrutis de spectateurs que "hé ho, c'est pour du faux... l'acteur est pas tout seul enfermé dans une boîte !!!". Oui Monsieur Cortès on se doute qu'une équipe de tournage ne tient pas dans un cercueil de 2 mètres de long sur 50 cms de hauteur. Merci.

    Alors oui, la métaphore est hardie et l'on comprend que les Etats-Unis se sont enlisés (buried ?) en Irak dans un conflit jamais justifié. On comprend que la vie d'un homme ne pèse pas lourd dès qu'il s'agit d'un anonyme, d'un civil, simple victime collatérale. On comprend que l'administration américaine soit un poil trop lourde : lorsqu'un citoyen appelle au secours on lui demande son numéro de sécu et j'en passe...

    Alors oui, six feet under, personne ne vous entend pas crier, certes... mais alors pourquoi n'ai-je jamais ressenti de sympathie pour le personnage alors qu'il n'a absolument rien d'antipathique, m'a même tout l'air d'être un brave type le Paulot, super papa, gentil mari, bon camarade de travail, quoiqu'un peu injurieux avec une pauvre fille qu'il agresse au téléphone. Pourquoi n'ai-je jamais éprouvé cette impression d'asphyxie, de suffocation et d'angoisse que la situation filmée au plus près de la peur du héros aurait dû provoquer ?

    Chaque événement est proposé l'un après l'autre comme autant de chapitres, Paul et son briquet, Paul et son portable (oui, dans sa caisse Paulot a un téléphone portable, un couteau, un stylo, un zippo et son lexomyl !!!), Paul a peur, Paul se calme, Paul s'énerve... Le grand moment reste sans doute Paul et le serpent (excusez-moi j'ai un peu pouffé !).

    En résumé, la grande scène d'enfermement, d'ensevelissement la plus traumatisante que j'ai jamais vue au cinéma reste celle de Kill Bill II où Black Mamba se débrouillait bien mieux avec ses petits doigts musclés, celle qui m'a fichu la trouille ma vie dans une salle de ciné.

    Reste quand même les cinq dernières minutes de ce film... Pfiou quelle fin !!!

  • JOUONS

    pour rien !

    Je vous propose un morceau d'affiche.
    Vous me dites de quel film il s'agit.

    Une seule réponse par personne à la fois.

    Il y a UN point commun. Si vous le trouvez, ça peut aider.

    Et finissez ce jeu CI bordel. Merci.

    1

    THE MASK trouvé par Lenny

    1.jpg3388334502306.jpg

     

    2

    ASTERIX MISSION CLEOPATRE

    aff_asterix_w434_h_q80.jpg28537-b-asterix-et-obelix--mission-cleopatre.jpg

     

    3

    LE CORNIAUD trouvé par Julie et Dom

    20.jpgaffiche_Corniaud_1964_1.jpg

    4

     BIENVENUE CHEZ LES CHTIS trouvé par Yohan

    4.jpgbienvenue_chez_les_ch_tis.jpg

    5

    DIDIER trouvé par Fabian

    5.jpgdidier.jpg

    6

    HANCOCK trouvé par caro54

    6.jpghancock,1.jpg

    7

    VERY BAD TRIP trouvé par marion

    12.jpgvery-bad-trip-affiche-film.jpg

    8

    L'EMMERDEUR trouvé par Manu

    8.jpgL'emmerdeur.jpg

    9

    LE PERE NOEL EST UNE ORDURE trouvé par Camille fantasme

    11.jpgpere noel affiche.jpg

    10

    LE SCHPOUNTZ

    10.jpgle-schpountz-a01.jpg

  • FAIR GAME de Goug Liman *

    19452303_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100520_031310.jpg19534139_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101005_041915.jpg19534140_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101005_041933.jpg

    Après la tragédie du World Trade Center le 11 septembre 2001, Valerie Plame (véritable agent de la CIA) mène l'enquête concernant l'existence des ADM (armes de destruction massive) en Irak. Son mari Jo Wilson, ancien ambassadeur, se voit confier par l'Agence la mission de prouver la vente d'Uranium enrichi par le Niger. Bien que les preuves soient apportées que ni les ADM, ni l'Uranium n'existent, George W. Bush ignore les conclusions, se répand en déclarations télévisuelles alarmistes et compassées pour ainsi justifier la guerre qu'il déclare à Saddam Hussein. Dès lors, l'identité et la fonction de Valerie seront révélées dans la presse. L'administration abandonnera lâchement son employée et son mari, grande gueule ne désirant pas se laisser piétiner, multipliera les actions et déclarations publiques via les média le faisant passer un temps pour un ennemi supplémentaire de son épouse.

    Sur ce thème passionnant, Doug Liman nous jump un film mou du genou et le transforme même à partir de la moitié en chronique sentimentalo conjugale encore plus planplan dont on n'a que faire. Ah qu'il est dur et contrariant d'avoir une femme agent secret ! Val et Jo vont-ils divorcer ?

    Tout ici ne semble qu'effleuré. Le sort des "équipes" de Valerie mises en danger de mort car déployées à travers le monde qui saute sous les bombes, est évoqué certes, mais jamais approfondi. Les victimes "collatérales" des décisions sont accessoires. Quant aux risques quotidiens encourus par Valerie et sa famille, il est évoqué par un unique appel téléphonique anonyme et insultant. A aucun moment on ne voit la menace peser. On s'en doute, on nous dit qu'elle existe mais jamais on ne la ressent.

    Sean Penn, acteur et personnalité fascinantes (c'est MON avis !) n'a pas de mal à rendre crédible son personnage de type incapable de se taire, de ne pas s'emporter, qui se bat et réagit épidermiquement au racisme et à l'indignité de l'administration Bush. Mais j'ai toujours trouvé que Naomi Watts était une actrice très très surestimée. Excepté une scène époustouflante dans "Mullholand drive" où elle passe un casting face à un acteur vieillisant, libidineux et très hâlé, je l'ai toujours trouvée inexistante. Ici, elle arbore un brushing soleil "drôle de dame" très seventies (comme la vraie Valerie Plame) et démontre en gros plan qu'elle n'a recours ni au botox ni à la chirurgie (mais quand même, ça n'empêche pas les crèmes hydratantes !). Mais bon, et alors ? Affichant calme et totale maîtrise de soi, elle semble terne et sans réaction. Et puis, je sais que ça ne se fait pas mais j'ai toujours trouvé qu'elle avait des joues de hamster et ça me gêne !