Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

emmanuelle béart

  • TÉLÉ GAUCHO de Michel Leclerc *

    20311066_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    En 1996 une bande de doux dingues a créé une chaîne de télé locale qui se voulait anti-conformiste avec des programmes pris sur le vif de l'agitation sociale.Tout ce qui se faisait en matière de manifestations était filmé : les sans papiers, la lutte pour (ou contre) l'avortement... Le seul mot d'ordre pour proposer un sujet était qu'il ne soit pas de droite. Le grand ennemi était la télé privée et ses programmes puants de télé réalité déjà ! Victor provincial cinéphile rejoint la bande, tombe amoureux de Clara une fille instable et fragile, fait un stage chez l'ennemi juré, invente une rubrique "les objets qui nous emmerdent"...mais à peu près tout ce que produit cette équipe de bras cassés vire à la cata.

    Et ce film est fatigant. Fatigant d'énergie mal canalisée. Il part dans tous les sens, multiplie les scènes identiques, intègre deux historiettes d'amour sans grand intérêt et finit par être franchement ennuyeux et longuet... 1 h 52 mn quand même . Et surtout on ne sait jamais s'il faut s'attendrir ou se moquer de cette lose qui colle à la peau des personnages, hélas tous cantonnés dans un seul et unique trait de caractère.

    Il ressort néanmoins de ce grand bazar mal ficelé quelques gags qui peuvent tirer un sourire ou deux et l'interprétation d'Eric Elmosmino et Sara Forestier.

  • ÇA COMMENCE PAR LA FIN de Michaël Cohen °

    19418159_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100413_042658.jpg

    Chez les Cohen/Béart on ne doit pas rigoler tous les jours. Mais un jour Michaël, mari d'Emmanuelle dans la vraie vie a eu envie de la filmer dans tous ses états. Et aussi de se filmer lui et puis elle, et eux ensemble, dans tous leurs ébats ! Dans les toilettes des cafés... debouts dans la rue, lui tourné contre le mur et elle s'humectant le doigt... sur le bureau où elle travaille... parfois dans un lit. Pourquoi ? Pourquoi ce film ? Pour déclarer à la femme qu'il aime qu'il l'aime ? Pour nous démontrer à quel point il l'aime ?

    Histoire d'amour dans le désordre, avec un début, un milieu et une fin, quoique, pas sûr. Des bribes de dialogues, des insultes, des soupirs. Des départs, des retrouvailles. Des colères, de la jalousie. Des tentatives de suicides. Du grand n'importe quoi filmé n'importe comment. Et nous, pauvres spectateurs, réduits à l'état de voyeurs, que devons-nous faire de ce spectacle d'un couple qui ne cesse de dire qu'il s'aime puis qu'il se déteste comme jamais ?

    Emmanuelle, parfaitement mal habillée et coiffée/décoiffée a pourtant de véritables éclats, de rire, d'humeur, d'agacement qui prouvent qu'elle s'offre toute à ce film et à son homme qui joue (pas très très bien) l'homme du film, mais elle le porte toute seule le film, bravement avec ses excès de douceur, de brusquerie et de violence.

    La question demeure néanmoins, où est le film dans ce numéro d'exhibitionnistes ?