Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

hippolyte girardot

  • AIMER, BOIRE ET CHANTER d'Alain Resnais ***

    aimer,boire et chanter d'alain resnais,sabine azéma,michel vuillermoz,hippolyte girardot,caroline sihol,sandrine kiberlain,andré dussollier,cinéma

    L'ombre de Georges Riley plane sur trois couples. Mais Georges très malade n'a plus que quelques mois à vivre. Colin médecin et sa femme Kathryn, ainsi que Tamara, la femme de Jack meilleur ami de Georges, répètent une pièce de théâtre.

    Lire la suite

  • DERNIER ETAGE GAUCHE GAUCHE de Angelo Cianci *

    19592347_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101117_051014.jpg19592352_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101117_051015.jpg

    François Echeveria huissier de justice se rend au domicile de Mohand Atelhadj pour y pratiquer une saisie entouré de policiers. Comme ça se passe en banlieue et que Salem le fils ne se sent pas bien net avec la légalité, il pète un plomb et voilà notre huissier pris en otage. Au cours des 24 heures qui vont suivre et malgré l'intervention de différents négociateurs, les choses ne vont faire que s'envenimer et l'appartement va se transformer en véritable camp retranché. Le père et le fils ne vont pas tarder à être pris pour des terroristes. Le Préfet et le GIGN vont devoir s'en mêler.

    Pas grand chose à dire sur ce film gentillet qui ne parvient pas à se décider entre le drame absolu et la comédie complètement barge. Les situations alternent entre l'invraisemblable et le plausible. Rien n'est jamais poussé à bout, ni le tragique ni l'absurde. Et du coup, le spectateur se retrouve comme le film, le cul entre deux chaises ! Une chose est sûre, le final ne milite pas en faveur de la paix dans les banlieues pas roses/moroses.

    Par contre, il est incontestable que le casting aide à passer cette heure et demi en excellente compagnie. Le jeune Aymen Saïdi, perpétuellement en pétard nous régale d'un langage entre verlan et argot, une véritable langue étrangère. Hippolyte, ben c'est Hippolyte quoi, parfait. Mais Fellag m'a littéralement sidérée. L'évolution de son personnage est le grand atout du film. Et je lui ai même trouvé un air de ressemblance avec Vittorio Gassman (un des amours de ma vie !), ce qui n'est pas rien.