Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Rien que pour vos cheveux de Dennis Dungan **(*)

    Rien que pour vos cheveux - Adam SandlerRien que pour vos cheveux - Adam Sandler

    Zohan est tellement une star sur une plage de son pays, Israël, qu’on l’appelle LE Zohan. Il est aussi le meilleur agent du Mossad. Il réussit où tout le monde échoue à capturer les plus dangereux terroristes palestiniens dont le terrible « Fantôme ». Mais son rêve est de devenir coiffeur à New-York. Un jour il s’échappe, s’installe aux Etats-Unis mais son passé et le Fantôme le rattrapent.

    J’ai ri, mais j’ai ri. J’ai tellement ri que j’en ris encore. J’ai même cru qu’un type assis pas loin de moi avait quitté la salle à cause de mes glapissements... Mais non, je crois que ce film ne peut pas plaire à tout le monde tellement il est débile. Et puis faire rire avec le conflit israëlo-palestinien il fallait oser, même si le message est naïf mais clair : les israëliens et les palestiniens se ressemblent beaucoup…

    Je m’aperçois que je n’ai vu que deux films avec Adam Sandler, « Punch, Drunk, Love » et « Amour et amnésie » qui ne doivent donc pas être très représentatifs de ce que ce taré est capable de faire dans l’humour gras, la bêtise, la vulgarité, la provocation et le mauvais goût… mais il m’a tellement fait rire, que c’est décidé, je vais partir à la découverte d’Adam Sandler. J’y ai vu un mélange de Dujardin, de Chabat et de Gad Elmaleh. Je ne sais comment il est d’habitude mais là, survolté, déchaîné, frénétique il part en vrille du début à la fin. Ses prouesses corporelles (et capillaires) aidées de quelques effets spéciaux absolument parfaits (parce qu’invisibles) sont tout simplement prodigieuses. Ce type est une machine comique, un clown délirant.

    Evidemment, le film qui démarre à 200 à l’heure… (si vous n’aimez pas les 5 premières minutes, pas la peine d’insister, quittez la salle) ressent un ptit coup d’mou vers le milieu et la fin complètement con ne ressemble à rien, mais il faut bien (hélas) finir de rigoler un jour. En attendant, vous pourrez aussi déguster l'immense John Turturro, même si ici il paraît presque sobre à côté de son collègue/ennemi, il est toujours parfaitement hilarant quand il est grotesque et prétentieux, et nous gratifie d’une parodie de « Rocky » tout bonnement grandiose ! Je ne vous parle même pas des guests stars (une star du tennis, une chanteuse à forte poitrine voix…). Vous pourrez également rire aux dépens de Mel Gibson sur qui ce film s’acharne pas mal.

    En un mot vous l’aurez compris ce « You don’t mess with the Zohan » (titre original) ne fait pas dans la dentelle mais tant mieux pis, s’en payer une bonne tranche même pas light, ça fait foutrement du bien !

  • Be Happy de Mike Leigh ***

    Be Happy - Sally HawkinsBe Happy - Sally Hawkins et Eddie Marsan

    Poppy exerce avec passion et compétence un métier qu’elle aime : institutrice. Il faut dire qu’elle semble être restée aussi jeune que ses élèves. Elle vit avec sa meilleure amie Zoé avec qui elle partage des sorties arrosées et des confidences. Elle fait du trampoline et suit des cours de Flamenco. Et même s’il ne lui manque que l’amour, Poppy rayonne.

    Passé le moment d’adaptation au fait que Poppy a décidé une fois pour toutes de positiver et de rire de tout ce qui lui arrive : le vol de son vélo, les hurlements de son moniteur d’auto école raciste et caractériel, la violence d’un élève, une vertèbre coincée etc…, deux options vont s’offrir au spectateur : soit l’adorer, soit la détester. Imperceptiblement c’est la première option qui s’est imposée à moi. Et-même si je n’ai pas cru réellement à cet optimisme forcené qui vire parfois à l’euphorie, je suis tombée sous le charme de Poppy. Curieusement, c’est une scène (avec un SDF), la seule vraiment incompréhensible, improbable et plutôt abberante, qui m’a fait comprendre pourquoi Poppy m’a fait un bien fou. C’est simple, ce genre de personnes n’existe pas, et pourtant elle m’a enchantée, enthousiasmée. J’ai eu envie d’être elle, d’être sa copine. Et quand je l’ai vue à la fin ramer (en riant) vers sa vie d’adulte (il est temps, elle a trente ans), j’ai eu envie de lui souhaiter tous les bonheurs du monde et aussi d’avoir de ses nouvelles.

    J’ai aimé les dialogues drôles et percutants, les couleurs vives, l’énergie positive qui se dégage de l’ensemble et Sally Hawkins m’a séduite. Ce film très atypique de la part de Mike Leigh et très singulier par son surprenant dynamisme m’a fait du bien.

  • Un mari de trop de Griffin Dunne *

    Un mari de trop - Uma Thurman et Colin FirthUn mari de trop - Jeffrey Dean MorganUn mari de trop - Uma Thurman

    Emma est sur le point de se marier avec Richard. Ils forment le couple parfaitement idéal puisqu’ils sont beaux, riches, intelligents, drôles, complices et qu’ils dorment en pyjamas blancs dans des draps blancs dans un appartement blanc à New-York. Richard est éditeur comme tout le monde et Emma vient d’écrire un best-seller comme vous et moi. Elle anime par ailleurs une émission de radio comme tout un chacun, où elle prodigue des conseils stupides sur le VRAI et grand amour avec un grand H (méfiez-vous les filles, y’a des imitations et des faux !) à des sottes qui ont trop regardé « La Belle au bois dormant » en chantant « Un jour mon prince viendra/ Un jour il me dira/ Des mots d’amour si troublants si tendres/ Que j’aurais tant plaisir à entendre ». J’en sais quelque chose, je suis une de ces sottes, sauf que moi j’ai trouvé y’a belle lurette sans avoir demandé conseil à Macha Béranger ou à Ménie Grégoire (les anciens comprendront…), thanks God !

    Bon, un jour Emma, toujours sûre d’elle et catégorique, fait comprendre à une de ses auditrices qu’elle ferait mieux d’annuler son mariage qui court à la cata avant même d’être consommé. Le promis évincé (Patrick) ne l’entend pas de cette oreille et va chercher à se venger de la belle péremptoire (c'est une catégorie de belle qui commence toutes ses phrases par "je sais de quoi je parle"). Il échafaude un plan machiavélique destiné à lui pourrir la vie bien comme il faut…

    Le principe de la comédie sentimentale (américaine) c’est la dichotomie, oui messieurs dames. Une paire de chromosomes XX et une paire de chromosomes XY qui n’ont rien en commun se rencontrent, se chamaillent, se séparent à l’orée d’un quiproquo et se retrouvent le fond de l’œil humide à roucouler le Canon de Pachelbel, parfois sous la pluie, d’autres fois à l’Eglise, rarement dans un garage. En principe, les individus sont deux, généralement équipés du-meilleur-ami-à-la-vie-à-la-mort plus moche et stupide qu’un bulot, et roule ma poule jusqu’au happy end. Une autre catégorie (et nous y sommes en plein ici) fait intervenir un troisième larron à la limite de la perfection physique, intellectuelle et plus si ça vous dit, qui sera humilié en place publique avant la fin de la dernière bobine alors qu’il ne demandait qu’à faire le bien sur la terre et au-delà. C’est donc le cas, et ça, j’aime pas. L’humiliation en place publique je veux dire. On n’est pas chez les sauvages quand même. Quoique.

    Vous l’aurez compris, ah non pas encore ??? Et bien je vais vous le dire, le seul, l’unique et cela dit, pas négligeable, intérêt de ce film couillon, n’est ni son affiche rose urticante, ni son titre gras crétin, c’est son casting quatre étoiles du luminaire. Et là, on est servi et on en reprend.

    D’abord Uma. Elle est irrésistible et se donne un mal de chien pour faire la rigolote. Elle y parvient parfois, mais elle n’a pas son pareil dans l’émotion et on la préfère de toute façon en Black Mamba déchaînée chez Couennetine. Cela dit, elle est parfaite, belle, drôle et tout et tout. Jeffrey Dean Morgan, parfaitement inconnu pour moi, est une révélation, un sosie, clone, mixe entre Javier Bardem et Robert Downey Jr, donc hotissimo les filles vous m’avez comprise. Sam Shepard est craquant en papa poule (et toujours hot aussi, y'en a des, on sait pas comment ils font... c'est comme ça, on n'a qu'à subir point barre).

    Mais surtout, surtout, il y a Colin Firth, et je sais pas vous mais moi il m’énerve beaucoup ce garçon, dans le sens sexuel du terme bien sûr. Dès qu’il s’approche (enfin, je me comprends), j’ai envie de lui arracher ses vêtements. Mais je ne sais pas s’il apprécierait (il faudra que je me renseigne) parce qu’en toutes circonstances, je trouve qu’il est vraiment la classe incarnée !

    Un mari de trop - Colin Firth

  • Un millier d’années de bonnes prières de Wayne Wang ****

    Un millier d'années de bonnes prières - Henry OUn millier d'années de bonnes prières - Henry O

    Yilan vit aux Etats-Unis depuis 11 ans. Elle vient de divorcer et son père qui vit toujours à Pékin lui rend visite pour tenter de la comprendre et de l’aider.

    Avoir des nouvelles de Wayne Wang de cette façon est un pur bonheur même si (ou peut-être, bien que) son film soit un véritable crève cœur et provoque des palpitations vertigineuses. Le mur qui sépare le père et la fille est infranchissable. Le père a vite fait de se rendre compte qu’Ylan devenue occidentale n’a besoin de personne, et surtout pas de lui, pour se consoler de ce divorce. Et pourtant, il lui parle, lui parle sans cesse alors qu’elle l’a connu si silencieux, cherchant constamment son regard qu'elle détourne inévitablement. Il lui prépare des petits plats en abondance pour qu’elle reprenne des forces, qu’elle ne semble pas avoir perdues. On a du mal à comprendre comment cette fille a l’impudence d’être si froide, imperturbable et insensible à toutes les attentions et à l’intérêt que son père lui prodigue avec patience et douceur. Et alors que cet homme si sociable, est abordé dans les trains, les avions, dans la rue par tout le monde prêt à écouter les histoires de sa vie qu’il raconte inlassablement : l’amour pour sa femme, pour sa fille, son métier passionnant « constructeur de fusées »… il est rejeté par sa fille qu’il agace au-delà de tout. Elle en vient même à s’inventer des réunions et des sorties factices pour éviter le tête à tête du repas du soir. Plus il s’inquiète pour elle, plus il l’entoure et souhaite la rassurer en lui parlant de son enfance à elle, plus elle s’éloigne. Lorsqu’elle a la chance qu’il lui révèle pourquoi elle porte le prénom qu’elle porte (magnifique histoire), là encore, elle tranche cinglante « je la connais déjà cette histoire ». Qu’a-t-il bien pu lui faire pour qu’elle ne pardonne rien ? On le saura ; ça pourrait être décevant… ça l’est d’ailleurs, un court instant mais le réalisateur balaie cette légère contrariété en prouvant qu’au-delà de ce qui sépare cette fille et ce père, l’éloignement, leurs cultures, leurs façons de vivre, leurs langages (Ylan dira qu’  « en chinois, il est impossible d’exprimer des émotions »), les générations, il y a surtout les non-dits, les malentendus et la malveillance de certains. On ne peut pas parler alors de réconciliation, mais d’une sorte d’apaisement qui soulage mais ne console pas. Car contrairement au proverbe qui assure qu’il n’est jamais trop tard. Si, un jour il est trop tard, et pour toujours. Alors il faudrait que les filles et leurs pères se parlent, car le père sait des choses que les mères ne savent pas. C’est aussi ce que nous dit ce beau film, simple, pur, douloureux, d’une profondeur rare et inouïe. Un film fait pour les filles qui ont un père, forcément, et les pères qui ont une fille. Pour qu’ils cessent enfin de croire que la mère est la confidente idéale alors qu’elle ne fait souvent que l’éloigner de cette relation, la plus étrange et improbable qui soit…

    C’est aussi un film sur la difficulté et bizarrement la facilité de communiquer. Comme s’il était plus simple de se livrer à un parfait inconnu. A cet égard les rencontres dans un parc avec une vieille femme iranienne, elle aussi exilée mais qui affirme « j’adore l’Amérique », sont des moments d’une douceur et d’une force incroyables. Deux mondes à nouveau se heurtent et s’expliquent tranquillement et se comprennent.

    Ce film est un peu le prolongement ou le négatif du « Premier jour du reste de ma vie », un film sur les traditions, la famille/je vous « haime », en plus intimiste, moins démonstratif, mais tout aussi essentiel, providentiel. Un film émouvant, délicat, humain, intense, déchirant, à fleur de peau… qui parle ou devrait parler ou parlera peut-être au plus profond du cœur de l’enfant que l’on est encore et du vieillard que l’on deviendra peut-être…

  • Sparrow de Johnnie To ***

    SparrowSparrowSparrow

    4 frères, champion de la lame de rasoir exercent le délicieux métier dilettante de pickpocket dans les rues de Hong-Kong. Celui qui semble le plus futé des quatre, Kei, arpente également les rues de la ville à vélo avec son appareil photos (un Roller FLex, à faire pâlir les amateurs j'imagine, qu’il protège comme un enfant). Un jour, dans son viseur, apparaît Chun Lei, jeune femme frêle et sublime au regard affolé. Les trois autres frères vont, eux aussi croiser la route de Chun Lei.

    Ce n’est pas un hasard et, en trouvant la femme, les ennuis peuvent commencer !

    Véritable promenade ludique et parfois burlesque dans l’œuvre de Johnnie To (à peine verra t’on une minuscule goutte de sang et quelques bastons vite expédiées), ce film qui distille un léger suspens est une bouffée d’air frais qui se regarde et s’écoute. Certaines scènes au rythme jazzie sont orchestrées comme des ballets… et celle des parapluies est un modèle dont on rêve qu’elle ne s’arrête pas. C’est d’une esthétique très très appuyée et sans doute revendiquée et on a le sentiment que Johnnie To fait une déclaration d’amour à sa ville dont il nous fait arpenter les boulevards, les ruelles, les toits, les escaliers très montmartrois et nous donne l’envie de prendre un billet pour Hong Kong. Le mince scénario permet néanmoins aux quatre frangins de se débattre tant bien que mal dans des déboires de plus en plus périlleux, animés qu’ils sont de protéger cette mystérieuse et fascinante jeune femme en danger !

    Un film différent, souvent drôle, envoûtant dès la séquence d’ouverture et qui ravira les photographes.

  • A swedish love story de Roy Andersson **

    A Swedish Love Story - Ann-Sofie Kylin et Rolf SohlmanA Swedish Love Story - Ann-Sofie Kylin et Rolf Sohlman

    Pär croise le beau regard d’Annica. Ils ont 15 ans. Ils vont se chercher, hésiter puis s’aimer. Près d’eux, autour d’eux : des adultes complètement à côté de la plaque. Ça se passe en Suède et c’est, forcément, différent.

    Est-ce un mal de tête persistant qui m’a fait (un peu) passer à côté de ce chef d’œuvre annoncé datant de 1969 ? Ce que je ne peux nier c’est que ce film singulier qui alterne bruit et fureur puis calme et douceur ne ressemble à aucun autre, même s’il y plane l’ombre de Bergman. Suède oblige sans doute. Il y a avant tout une ambiance, une façon de filmer ou de sous-entendre que les sentiments vont à la dérive, qu’on finit forcément seul et mal dans sa peau. Le réalisateur était encore tout jeune (27 ans) lorsqu’il a filmé cette histoire d’amour adolescente pure, sincère, forte, belle et passionnée. On y croit, on s’y retrouve. Plus rien ne compte, plus rien n’existe, on abandonne les copains et les après-midi à jouer au flipper et à fumer des clopes, à faire le mariole sur sa mobylette. Il n’y a plus rien d’autre que l’Autre, son regard, son sourire et ses bras. Le moindre de ses gestes est magie, la moindre de ses paroles est rêve. On s’abandonne à la musique qui décrit si précisément cet état hors du monde. Les deux jeunes acteurs, excellents, nous replongent sans résistance dans ce bienfaisant bain d’adolescence.

    Imbriquée dans cette histoire miraculeuse, il y a celle, en périphérie, beaucoup plus sombre des adultes. Ils sont tous moches, ridicules, grotesques et surtout désespérément tristes voire dépressifs. Ils donnent cette impression tenace d’avoir raté leur vie. Et on tremble pour nos deux sublimes tourtereaux plein d’espoir et de promesses. On ne parvient pas à douter qu’ils vont devenir des vieux cons. C’est triste.

  • Gomorra de Matteo Garrone****

    GomorraGomorraGomorra

    Oubliez tout ce que vous savez ou avez cru savoir sur la Mafia. Ici pas de destin tragique de grandes « familles » qui s’aiment et s’entretuent dans de beaux costumes sur mesure et de somptueuses villas invraisemblables. Ici on ne voit pas, ou à peine, les « parrains » qui tirent les ficelles, juste un vieux chnoc subclaquant qui soupire au fond de son lit de mourant que l’euro a fait bien du tort à la caisse… On plonge les mains dans la merde au milieu des petites frappes, des seconds couteaux, de ceux qui font le sale boulot à grands coups d’intimidation, de peur, de violence, de sang… Ici on emploie de jolis mots, honneur, famille, trahison dont on ne connaît pas le début du sens qu’ils ont. Armes au poing, c’est la guerre, pour le pouvoir et surtout pour l’argent.

    Dès la scène d’ouverture, le réalisateur nous immerge au cœur de la « Cité des voiles » monstre bétonné qui ressemble davantage à une prison qu’à un immeuble d’habitations, et sans doute issue d’un des esprits malades et mégalos des architectes urbanistes des années 60. Dans cet entrelacs de couloirs et de passerelles, on découvre des appartements ou des pièces vides, d’autres murées. Des gens y vivent, y survivent, au cœur de cette immense et insensée grande surface européenne, plaque tournante de la vente de drogue au détail !!! A chaque étage sont placées des sortes de sentinelles, en général des mineurs, chargées de repérer les intrus : la police ! Quelques cartons explicatifs nous révèleront entre autre au générique que la mafia, la Camorra réalise un chiffre d’affaires de 500 000 €uros par jour, qu’une personne est assassinée environ tous les trois jours, que l’emplacement des nouvelles constructions à l’endroit des mythiques Twin Towers est en partie financée par  elle, etc…

    Mais avant d’en arriver là, on survole en apnée, le parcours et le destin de quelques personnages dont on sait que la plupart ne sont pas acteurs mais réellement issus de cette cité maudite !

    Le jeune Toto n’a que douze ans et met le doigt dans l’engrenage après avoir subi une épreuve initiatique assez hallucinante. Malgré sa gueule d'ange et sa tentative de réflexion à un moment, il assurera la relève à n’en pas douter. Marco et Ciro, deux têtes brûlées décérébrées refusent d’entrer dans le système. Ils s’estiment capables d’affronter l’organisation à eux seuls, complètement intoxiqués d’avoir trop regardé en boucle « Scarface », d’en connaître le moindre dialogue par cœur et de se prendre pour Tony Montana. Un des deux est, assez justement, comparé à De Niro. Don Ciro, comptable grisâtre chargé de porter la « paye » des employés, nous prouvant ainsi que fournir de bons et loyaux services à la mafia, même pendant 40 ans, n’assure pas une retraite dorée à l’abri du besoin. Pasquale tailleur mal payé qui travaille en cachette pour les Chinois et voit son travail récompensé par le fait que Scarlett Johansonn porte une de ses créations à la Mostra de Venise. Et Franco qui avec sa belle prestance se charge de faire disparaître les déchets toxiques des industries. Plus personne ne pouvant ou ne voulant faire ce sale boulot, il recrute des enfants qui conduisent les camions…

    Certains personnages ne sortent évidemment pas indemnes de leur appartenance de près ou de loin à cette organisation, mais le spectateur non plus. La dernière scène sidérante rabaissant l’humain au rang de déchet laisse absolument figé.

    Ce film effrayant, angoissant, alarmant qui parle d’une partie des responsables de la gangrène de ce monde pourri, indifférents à certaines catastrophes écologiques est un choc brutal, écoeurant mais utile.

  • La fille de Monaco d’Anne Fontaine *

    La Fille de Monaco - Fabrice Luchini et Roschdy ZemLa Fille de Monaco - Roschdy Zem, Louise Bourgoin et Fabrice Luchini

    Chargé de la défense d’une meurtrière à Monaco, l’avocat d’assise Bertrand se voit imposer la présence d’un garde du corps, Christophe, pendant la durée du procès. Très médiatique, Bertrand fait la connaissance de la Miss Météo Audrey lors d’un passage à la télévision locale. Il va tomber sous le charme et l’emprise sexuelle de cette bombe pas farouche et très opportuniste !

    Je ne sais si quelqu’un trouvera la réponse à la très subtile et raffinée question posée sur l’affiche, ce qui est certain c’est qu’après un démarrage assez prometteur le film long et répétitif malgré sa raisonnable durée (1 h 35 mn) endort prodigieusement et ce n’est pas la fin pas très finaude qui réveille !!!

    Je ne la connaissais ni d’Eve ni d’Adam pour cause d’absence de Canal + à la maison, mais pour que Louise Bourgoin soit mon amie et que je puisse me faire une opinion sur ses qualités d’actrice il faudra qu’elle se dévoile en se dévoilant moins… si vous voyez ce que je veux dire. Ici, à part quelques répliques assez drôles qu’elle balance énergiquement, on constate surtout que la nature peut être cruelle… mais pas avec elle, qu’elle a des jambes d’un mètre 30 chacune, des cheveux en cascade parce qu’elle le vaut bien, un ventre plat et de jolis seins moulés dans des robes cousues sur elle (environ 3cm² chaque robe !). Avec le même genre de prestation, Isabelle Adjani avait fait des miracles dans « L’été meurtrier ». Ici l’encéphalogramme reste plat, d’autant que la belle se répand en affirmant « j’aime le sucre et le gras… de dos je ressemble à un travelo…etc ». C’est ça, on va te croire !

    Bref, ce qui accroche vraiment ici, en ce qui me concerne évidemment, ce sont les deux garçons. Leur rencontre, leurs tête à tête, leurs face à face, chacune de leur scène est un régal. C’est bien entre le volubile intellectuel et l’ex loubard taciturne que les étincelles ont lieu. L’histoire de ce trio étant tarte à souhait et complètement invraisemblable, c’est vraiment sur ces deux grands acteurs qu’on s’attarde et c’est leur couple qui est la belle et grande idée du film. Fabrice Luchini est charmant, drôle, séduisant, fragile et j’en passe. Il m’étonne, il m’épate toujours. Ecouter ses répliques est toujours un festin : « ça va trop vite. Je vous assure, ça va beaucoup trop vite ! ». J’adore. Roschdy Zem n’a plus rien à prouver depuis longtemps mais il est parfait, d’abord muré dans son silence et son travail d’APR (Agent de Protection Rapprochée), il lâche un peu ses fêlures. Il est impressionnant, beau, inquiétant et drôle.

    Pour les garçons, donc.