Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • HEADSHOT de Pen-Ek Ratanaruang ***(*)

    Un de mes coups de coeur du Festival du Film Policier de Beaune 2012.

    HEADSHOT.jpgHEADSHOT de Pen-Ek Ratanaruang

     

    Synopsis : Dans la Thaïlande où la corruption fait rage, Tul, flic intègre, subit le chantage d'un politicien influent et se retrouve accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Désabusé et mû par un puissant désir de vengeance il est rapidement recruté comme tueur à gages par un groupe mystérieux dont le but est d'éliminer ceux qui se croient au dessus des lois. Au cours d’une mission, Tul reçoit une balle dans la tête. A son réveil, après trois mois de coma, il découvre qu'il voit le monde à l'envers, littéralement. Assailli par les doutes, il décide de quitter cet univers et de mener une existence paisible. C’était sans compter sur sa rencontre avec une jeune femme qui va menacer le fragile équilibre de sa vie.

    Le film tout entier est mené, emporté, supporté sur les épaules (très belles d'ailleurs) d'un acteur sidérant qui vit mille morts, mille tourments, mille vies et se relève. Sa trop grande faiblesse face aux charmes féminins va régulièrement le mettre en péril.

    Prenez le temps (si vous ne l'aviez fait à l'époque) de regarder comment le charmant réalisateur nous avait présenté son film. Un beau moment :

    P4010286.JPG

  • SKYFALL de Sam Mendès ***

    Skyfall : photo Daniel Craig, Naomie HarrisSkyfall : photo Daniel Craig

    James -Ô ! James- est en mission à Istanbul et comme toujours pour une scène inaugurale qui décoiffe, l'Agent Secret est obligé de filer le train à un vilain qui détient une liste vitale pour la survie de l'Agence. Mais cette fois c'est dans un très seyant costume de tergal gris clair qu'il fonce en moto sur les toits du Grand Bazar d'Istanbul puis au "volant" d'un engin de chantier sur un train en marche, écrabouillant aux passages quelques "coccinelles". James mouille et tache la chemise à toutes berzingues. M. suit la scène par satellite depuis son QG pluvieux  londonien, commentée par Eve (je ne vous dis pas le nom de famille de la demoiselle...) chargée de récupérer 007 à l'issue de la mission.

    Sauf que... Eve risque de perdre James de vue et M. ordonne à Eve de tirer.

    Agent touché.

    Laissé pour mort,  mais récupéré par une sirène, James traîne un spleen comac en Turquie, se met minable chaque nuit, joue à la roulette russe (ou approchant) avec un scorpion et essaie de pardonner ou d'oublier que M. l'a trahi, abandonné, abattu. Lorsque le MI6 est mis en pièces par une attaque terroriste visant M., James revient en vrac, en pièces détachées à Londres prêt de nouveau à défendre son pays mais surtout sa chère M. menacée jusque dans son ordinateur par une organisation inconnue et sommée par les hautes instances de l'Etat de prendre sa retraite. Un certain Mallory est déjà prêt à s'asseoir dans son fauteuil tout chaud.

    Vexée comme un pou et nullement surprise que James réapparaisse "où étiez-vous donc passé ?", elle ne lui offre même pas le gîte et le couvert pour se faire pardonner une oraison funèbre honteuse, en plus de sa trahison ! Sa seule explication : les intérêts de la Patrie. Et ça tombe bien, James est fait du même métal. Le pays d'abord. La mission s'il l'accepte, après avoir passé des tests d'aptitudes comme un bleubite, est de découvrir qui a attaqué le MI6 désormais planqué 6 pieds sous terre. Sauf que James, diminué par ses blessures rate les tests. Mais M. n'en est pas à un mensonge près et double zéro sept reprend du service.

    Pour faire court c'est moins bon que Casino Royale (le meilleur de tous les temps selon moi, en comptant les épisodes de ce poilu de Sean, de cette endive de Roger et même de Pierce que j'ai longtemps tenu pour meilleur que les deux précédents !) mais cent mille fois meilleur que Quantum of Solace qui servait à rien, sauf à abuser de Daniel Craig. Cette fois ça ne ressemble pas non plus tout à fait à un James tant ça psychologise (et j'aime ça) à tous les étages mais c'est du très bon néanmoins.

    Ce qui change c'est que James est tout diminué. Daniel Craig a dû renoncer à dormir pendant au moins quinze jours pour avoir la tête qu'il a au début du film ! Après, ça s'arrange au niveau des valoches sous les yeux et comme il est plusieurs fois torse nu, on peut constater que, exceptées les égratignures, tout va bien pour lui et pour nos yeux merci ! Et puis James prouve que tout ce qu'il fait, ce n'est pas pour jouer les gros bras aux quatre coins de la planète, il aime son pays, il est prêt à mourir pour lui mais aussi à se sacrifier pour M. plus impitoyable et dure que jamais, qu'il aime comme sa maman et qui le lui rend d'une bien étrange façon. C'est très beau quand ils sont tous les deux à s'appliquer consciencieusement à ne pas montrer leurs sentiments réciproques. Mais on n'est pas dupes on sait qu'ils s'aiment. Mais M. a eu d'autres préférences jadis. Et James a été enfant... Alors Sam Mendès ressort l'Aston Martin, la musiquette des années 60 et propose un nouveau Q (Ben Wishaw, IMPECCABLE !), fort en thème et en informatique, chargé de proposer des gadgets à James. Et comme le réalisateur n'est pas un manchot, les décors sont parfois à couper le souffle de beauté (Istanbul, Macau, l'île abandonnée...), il assure dans les scènes d'actions époustouflantes alors pourquoi, mais POURQUOI a t'il chargé son film d'une demi-heure de blabla en trop ?

    Je termine par le dossier : James et les garçons femmes, le sexe, l'amour tout ça ! Il est l'homme d'une seule femme, il l'a dit et démontré dans Casino Royale et il le prouve, il demeure fidèle à feue Vesper Lynd. Quel homme ! Néanmoins, James n'en est pas moins homme avec des besoins mais il préfère les brunes c'est évident. Et voilà que Javier Bardem, déguisé en vilain Silva s'est teint en blonde pour tenter de le faire changer d'avis. Après s'être fait chatouiller par Le Chiffre/Madds Mikkelsen,

    James se fait de nouveau attacher sur une chaise pour endurer les délicates carresses de Javier et nous fait la révélation la plus inattendue qui soit...

    Skyfall : photo Daniel Craig, Javier Bardem

  • STARS 80 de Frédéric Forestier, Thomas Langmann ***

    Stars 80 : photo Jean-Luc LahayeStars 80 : photo Jeanne MasStars 80 : photo Emile & Images, Gilbert Montagné, Jean Schultheis, Jean-Luc Lahaye, Jean-Pierre Mader

    Oui je sais ce que vous allez me dire ! Alors ne me le dites pas. Je suis déjà suffisamment surprise de mettre *** à un film au générique duquel se trouvent : Images, Gilbert Montagné, Sabrina et les autres ! J'ai eu beau réfléchir, je suis d'accord avec moi-même pour maintenir ma décision. Parce que ce film c'est de la dynamite et absolument pas ce que j'imaginais ce que ce serait. Alors tant pis si j'assume avec difficultés et si je perds le peu de crédibilité que j'avais déjà en tant que cinéphile qui vénère un acteur/réalisateur qui parle à une chaise et vote républicain, qui a péri d'ennui devant le dernier spectacle de Carax, est restée de marbre (voire pire) face à Perdre la raison, trouve que Matthew McConaughey est triplement un excellent acteur, adore presque tous les super héros... Bon, je ne vais pas faire le tour de toutes mes tares et lacunes cinématographiques.

    J'ai aimé ce film.

    Pire.

    Ce film m'a embarquée alors que je ne m'y attendais pas. J'y allais, sans avoir vu la bande-annonce, me disant qu'il s'agissait sans doute d'une espèce d'émission de télé, de show, de spectacle... où des chanteurs has been tentaient de faire acteurs en poussant la chansonnette et que j'y ai traîné Jules un peu à reculons avec des pieds de plomb. C'est dire si ce n'était pas gagné. Nonobstant ces réticences, je n'étais pas contre le fait d'écouter un peu du top 50 des années 80, époque curieuse qui me semble antédiluvienne, ringarde ou vintage c'est selon. Epoque révolue donc, où je regardais beaucoup la télé et écoutais beaucoup la radio.

    Il y a donc deux vrais acteurs (voire trois si je compte Bruno Lochet) Anconina (formidable) et Timsit, deux braves types, Vincent et Antoine un chouilla losers mais obstinés et fans des années 80. Ils tentent de survivre en produisant des sosies dans des spectacles. Leur affaire prend l'eau de toute part et avant que leur banquier ne les lâche définitivement, ils décident après avoir retrouvé un vieux 45 Tours de contacter les chanteurs qui ont été les vedettes d'un seul titre et ont complètement sombré dans l'oubli, de les réunir et de monter un spectacle en souvenir des années 80. Contre toute attente, Peter & Sloane, François Feldman, Début de soirée, Cookie Dingler, Images... (oui je sais, ça envoie du bois) acceptent. Mais le rêve ultime serait de faire participer la star des stars de ces années là, qui hélas vit aux Etats-Unis : Gilbert Montagné !

    Le choc passé de constater qui a morflé (Sloane, Cookie...) et qui pas (Jeanne Mas (fragilissime), Jean-Luc Lahaye...), on s'habitue, on craque, on fond, on s'attendrit et on rit. Franchement. Et contrairement à ce que je craignais, on ne rit pas D'EUX mais avec et grâce à eux. Car même si le scenario est une success story sans l'ombre d'une anicroche dans le parcours, les apprentis acteurs, ex-gloires d'un jour ou d'une saison, armés d'un solide et savoureux sens de l'humour posent sur leur parcours un regard inattendu, sans concession et sans la moindre nostalgie. Ils sont drôles à évoquer ce qui, en plus de leur titre unique, a fait leur gloire : les déboires sentimentaux de Peter et Sloane, le quasi anonymat de Début de soirée dont on ne sait jamais qui est qui, tout comme celui de Cookie Dingler qu'on prend pour Michel Delpech etc... C'est difficile à exprimer mais c'est à mourir de rire, mais jamais ce n'est méchant donc jamais gênant.

    Tout le monde a l'air de se marrer et faire une fête du feu de dieu et le public de toutes les villes de France qui remplit les Zénith suit comme un seul homme. Et dans la salle, je mets quiconque au défi de ne pas agiter les gambettes sous le siège. Impossible de résister à ces chansons qu'on connaît par coeur (sauf Voyage Voyage*... seule la fille aux cheveux zarbis peut la chanter). La séquence à New-York, très Blues Brothers avec Gilbert Montagné en prédicateur gospel m'a sciée. J'avais envie de sauter partout et qu'elle ne s'arrête plus. Une comédie musicale dans le film. Euphorisante.

    Evidemment, acteur c'est quand même un métier et certains chanteurs ont du mal à exister... Mention spéciale à Jean Schulteiss, souriant comme un ravi de crèche, qui ne se donne même pas la peine de "jouer". On le pose, il se met au piano et vas-y mon toc toc, c'est reparti comme en 14 :

     "Je me fous, fous de vous, vous m'aimez
    Mais pas moi, moi je vous voulais mais
    Confidence pour confidence
    C'est moi que j'aime à travers vous"...

    Par contre la prestation de Jean-Luc Lahaye... et là je me pince encore deux jours après à me demander si c'est bien moi qui vais dire ce que je vais dire... m'a complètement mise KO. En parrain (musique de Nino Rota comprise), cuir, chaînes et chemise léopard, complètement alaindelonisé (il parle de lui à la troisième personne), il est exceptionnel. Il se pointe et clame "Jean-Luc Lahaye est dans la place", il récite par coeur son "livre" Cent familles, persuadé d'être LA star, distribue des bisous à des filles qui se pâment, "t'as quel âge ?" lance t'il à une jeunette, "non j'rigole" ajoute t'il. Il est tordant, drôle à un point que vous devez avoir du mal à imaginer ! Sur scène, c'est une bête, dans l'histoire il est le bad boy qui vient mettre avec bonheur un peu de piment dans cette sucrerie pleine de tendresse et de bons sentiments. Il est bien meilleur que certains acteurs confirmés. Une présence, quelque chose en plus quoi...

    Même si c'est éphémère, on sort de la salle avec une pêche d'enfer, un sourire jusqu'aux oreilles et bon sang ça fait un bien fou toute cette énergie !

    *Au dessus des vieux volcans
        Glissent des ailes sous les tapis du vent
        Voyage Voyage
        Eternellement
        De nuages en marécages
        De vent d'Espagne en pluie d'Equateur
        Voyage voyage
        Vol dans les hauteurs
        Au d'ssus des capitales
        Des idées fatales
        Regarde l'océan 
         Voyage voyage 
        Plus loin que la nuit et le jour
        Voyage
        Dans l'espace inoui de l'amour
        Voyage voyage
        Sur l'eau sacrée d'un fleuve indien
        Voyage
        Et jamais ne reviens 

       
        Sur le Gange ou l'Amazone
        Chez les blacks chez les siks chez les jaunes
        Voyage voyage
        Dans tout le royaume
        Sur les dunes du Sahara
        Des îles Fidji au Fuji-Yama
        Voyage voyage
        Ne t'arretes pas
        Au d'ssus des barbelés
        Des coeurs bombardés
        Regarde l'océan 


        Au dessus des capitales
        Des idees fatales
        Regarde l'océan
        Voyage voyage...    

  • ASTÉRIX ET OBÉLIX AU SERVICE DE SA MAJESTÉ de Laurent Tirard **

    Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Edouard Baer, Gérard Depardieu
    Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Fabrice LuchiniAstérix et Obélix : au service de Sa Majesté : photo Edouard Baer, Gérard Depardieu
    A la tête de ses légions bas du bulbe, César continue d'envahir le monde. Son choix se porte sur une île aux rites bizarres : Britania. Même si la victoire est aisée, comme pour la Gaule, César tombe sur un os. Un village d'irréductibles résiste mais s'épuise peu à peu. La Reine des bretons se voit donc contrainte à contre coeur d'envoyer son fidèle serviteur Jolitorax chercher de l'aide en Gaule et surtout de rapporter la fameuse potion magique qui permet encore et toujours aux gaulois de tenir tête à César. Astérix et Obélix sont chargés d'escorter Jolitorax et de remettre eux-mêmes à la Reine un tonneau de potion. Evidemment il y aura plein d'embûches en chemin d'autant que les deux comparses sont flanqués d'un compagnon peu ordinaire en la personne de Goudurix, un ado dans toute sa splendeur dont ils sont chargés de faire l'éducation. Et puis, surprise, Astérix et Obélix vont se brouiller un temps,  ils vont devoir prouver qu'ils ne sont pas "deux hommes qui vivent ensemble avec un petit chien", l'un d'eux va tomber amoureux, Obélix va pouvoir baffer quelques romains et toute cette sorte de choses... comme disent les bretons !
    Mais ce qui compte ici ce sont les acteurs, davantage au service de leurs personnages que d'une histoire dont on n'a en gros, que faire. Si l'on excepte quelques passages sans intérêt, la conversion de Dany Boon en gentleman, la cuite carabinée des légionnaires, le personnage agaçant de Pindépis... il faut bien reconnaître que ce quatrième épisode des aventures filmées des deux gaulois est l'un des plus marrant (loin derrière l'opus Chabat évidemment). J'ai donc bien ri de voir énumérer les préjugés que les anglais et les français ont les uns envers les autres (entre autre, les anglais boivent de l'eau chaude et les français puent...), d'entendre l'accent délicieux et excessifs des acteurs français qui jouent des anglais et surtout leurs répliques traduites littéralement comme par un site de traduction en ligne gratuit, que certaines expressions soient prises au pied de la lettre (un gentleman ne doit jamais courir).
    L'idée de mettre dans les pattes des deux compères un troisième luron est excellente et Vincent Lacoste nous refait son numéro très con mais très réaliste d'ado insupportable dont on ne peut rien tirer. Fabrice Lucchini en César c'est du nanan, pour lui comme pour nous. Une fois encore, alors qu'on l'imagine peu en toge et coiffé de lauriers, il donne l'impression d'improviser chacune de ses répliques. Cet acteur est étonnant au point de se fondre dans chaque rôle comme s'il l'inventait et d'y imprimer sa forte personnalité. Guillaume Galienne est plus vrai que vrai en gentleman qui ne veut pas trahir sa bonne éducation. Les filles sont plutôt bien servies et aussi drôles que les garçons ; Catherine Deneuve en reine imperturbable, Valérie Lermercier en chaperon rigide et Charlotte Lebon en jeune première (même si elle hérite de la robe la plus moche qui soit)... Le casting luxueux réserve plein de bonnes surprises et quelques apparitions inattendues.
    Il semble par ailleurs qu'avec Edouard Baer on retrouve le vrai tempérament d'Astérix. Celui d'un petit bonhomme sûr de lui, de son charme, imbu de sa personne, donneur de leçons et un chouilla méprisant. Evidemment il reste toujours le plus courageux dès qu'il faut défendre l'opprimé et cela même sans potion magique. L'acteur parvient comme personne à faire ressortir le côté un peu pathétique et ridicule du personnage.
    Et Gérard Depardieu fait plus que jamais de cet Obélix un couillon empoté, naïf et immature mais invariablement fidèle en amitié. Tout en lui exprime la douceur et la gentillesse, sa voix, sa démarche, son regard, son sourire. Et c'est extravagant que ce soit avec un tel personnage de BD qu'il nous offre sa composition la plus discrète, modeste  mais aussi la plus touchante depuis bien longtemps !

  • IN ANOTHER COUNTRY de Hong Sang-Soo ***

    In another country : photo Isabelle Huppert, Yumi JungIn another country : photo Isabelle Huppert, Yu JunsangIn another country : photo Hyehyo Kwon, Isabelle Huppert

    Une jeune femme et sa mère se retrouvent "coincées" dans une petite station balnéaire de Corée pour une affaire familiale embarrassante dont nous ne saurons finalement rien. Pour tromper son ennui, la jeune femme décide d'écrire les scenarii de courts-métrages. Et nous, spectateurs, découvrons au fur et à mesure le contenu de ces futurs films. Il s'agit de l'histoire de trois femmes différentes, interprétées néanmoins par la même actrice. Pour chaque histoire, trois points communs, le prénom de la femme : Anne, sa nationalité : française et le lieu : la station balnéaire de Mohang-Ni.

    La première Anne est une réalisatrice renommée venue rendre visite à un de ses collègues réalisateur corréen Joongsoo. L'homme est marié et sa femme enceinte de leur premier enfant le soupçonne d'être attiré par Anne. Elle n'a pas tort. Anne et Joongsoo ont jadis échangé un baiser qui a eu plus de signification pour le garçon que pour Anne. La deuxième est la femme mariée d'un riche industriel et elle vient rejoindre son amant coréen qui se fait attendre. Cette Anne somnole et rêve de retrouvailles. La troisième enfin, tente de se consoler de son récent divorce en voyageant avec une amie coréenne qui lui présente un moine bouddhiste.

    Difficile de parler de ce film singulier. Il peut surprendre voire agacer parce qu'il ne va nulle part et l'on pourrait croire qu'il se contente de divaguer sur trois situations relativement proches. En ce qui me concerne, j'ai été surprise mais conquise tant ces variations sur l'errance immobile d'une femme seule et déracinée sont originales et intrigantes. Hong Sang-Soo utilise les mêmes personnages autour d'Anne, les mêmes acteurs autour d'Isabelle Huppert. Il reprend certaines scènes à l'identique mais d'un point de vue différent et propose comme point d'orgue la sortie des flots d'un beau "lifeguard" un peu bas de plafond mais objet de tous les fantasmes de la française.

    Et tout cela tourbillonne autour du rêve, du plaisir et du désir. C'est charmant, doux, élégant, séduisant. Une véritable confiserie filmée en plan fixe et large, un régal. Et aussi et surtout c'est vraiment très drôle. Entendre l'anglais approximatif du lifeguard qui comprend difficilement ce que Anne lui demande et sera incapable plus tard de déchiffrer le message qu'elle lui écrit, voir trottiner Isabelle Huppert toute frêle derrière son amant, comprendre que l'homme coréen est un obsédé sexuel, regarder ce joli monde parfois éloigné par la barrière de la langue se torpiller au Soju (sorte de saké coréen mais proche de la vodka paraît-il) est un régal de tous les instants. Et l'on sort de la salle tranquille et bienheureux d'avoir vu un beau film drôle et paisible. Et de retrouver Isabelle Huppert comme on l'aime, vivante, fantasque farfelue, drôle !

  • TALONS DE 12 ET LOOKS SPÉCIAUX A LA MOSTRA

    Vous l'avez peut-être oublié ou vous n'avez osé me le rappeler (étant donné les événements) mais je vous avais promis quelques reportages "off" de la Mostra del Cinema di Venezia.
    Personnellement je trouve que ces talons disgrâcieux font le pied et le mollet particulièrement moches et la démarche incertaine !

    P8310012.JPGP8310013.JPG

    mais le talon fin, racé, élégant n'empêche ni (éloignez les enfants) la varice (oui c'est cruel) :

    2.JPG

    P8310019.JPG

    ni le furoncle (oui c'est dégueu) !

    1.JPG

    P9020033.JPGP9020034.JPGP9020045.JPGP9030006.JPGP9060082.JPGP9020049.JPGP9090035.JPGP8310027.JPGP8310026.JPGP8310057.JPGP9020031.JPG

    à suivre,

    quelques acteurs sur tapis rouge !

  • PAPERBOY de Lee Daniels **(*)

    Paperboy : photo John Cusack, Matthew McConaugheyPaperboy : photo Matthew McConaughey, Nicole Kidman, Zac EfronPaperboy : photo John Cusack

    En 1969, dans un coin paumé et très moite de la Floride, le shérif a été assassiné. Ce n'était pas un type bien mais néanmoins pour tout crime il y a un coupable. Et Hillary Van Wetter a la sale tête et le comportement de l'emploi. Chasseur d'alligators, il a toujours la machette à la main. Dans le couloir de la mort, il entretient une correspondance torride avec Charlotte, poupée blonde plus très fraîche mais naïve et sentimentale qui a deux obsessions : ses cheveux (pas facile d'avoir le brushing nickel par ces chaleurs !) et les courriers qu'elle échange avec différents détenus à travers les Etats-Unis. Elle finit par déclarer qu'Hillary est "son homme" et entend faire éclater la vérité sur son innocence. Pour reprendre l'enquête, elle engage Ward Jansen, reporter au Miami Times qui entend se refaire une popularité avec cette affaire. Il sera aidé dans la tâche par son ami Yardley et son petit frère Jack qui tombe instantanément sous le charme de la peu farouche Charlotte.

    Deux atouts fondamentaux dans ce film, les acteurs qui mettent le paquet pour casser leur image et l'atmosphère poisseuse, acqueuse, suitante imposée par le climat subtropical humide et chaud. L'histoire et l'enquête arrivent en troisième position. D'ailleurs, quitte à céder au délit de sale gueule, dès que l'on découvre Hillary (John Cusak, méconnaissable, véritable repoussoir, méchant jusqu'à l'os) on a beaucoup de mal à croire à son innocence. Ce qui compte ici, ce sont les personnages, les rapports qu'ils entretiennent et l'effet que produit sur eux le peu de variations climatiques. Il fait chaud, on étouffe. Que faire sinon éventrer des crocodiles ou baiser ? Pendant que les blancs tentent à peine de réprimer ou de céder à leurs plus bas instincts, les noirs luttent ou subissent le racisme latent, rampant, omniprésent. Il y a donc du sexe, de la haine, de la violence et du sang à Lately/Floride. Et même un petit côté Delivrance, tant il saute aux yeux que, même s'ils ne sont pas des virtuoses du banjo, les inquiétants membres de la famille d'Hillary que l'on visite au coeur de marais inaccessibles, se reproduisent entre eux !

    Plus l'enquête avance moins la culpabilité d'Hillary fait de doute. Mais on s'en moque un peu. On préfère observer et voir évoluer cette étrange faune accablée par la chaleur qui triche et dissimule des secrets. Les deux frères sont au coeur de la tourmente qui émerge peu à peu. Matthew McConaughey dont j'espère qu'il n'a cette fois plus à prouver quel acteur étonnant il est. Après Magic Mike et Killer Joe, il dévoile avec beaucoup plus de sobriété une autre facette de ses multiples personnalités. Zac Efron est épatant et ne se contente pas de jouer les beaux gosses torse nu la plupart du temps. Beaucoup d'émotion émane de son personnage. Les relations d'amour qu'il entretient avec son frère et sa nourrisse noire sont très touchants. John Cusak est parfait. Un salaud aussi irrécupérable doit être aussi jouissif à interprétrer par l'acteur qu'à découvrir par le spectateur.

    Je suis hélas moins convaincue par la prestation de Nicole Kidman. En Barbie défraîchie, naïve, fleur bleue et spontanée, elle est d'une vulgarité aux antipodes de ses rôles de grande gigue élégante et bourgeoise. Mais les trois scènes bien trash dont elle est "l'objet" (dont une (hilarante) qui renvoie Sharon Stone dans ses 18 mètres) ont l'air d'être parachutées là comme pour dire "regardez-moi, je suis Nicole Kidman et je pisse sur Zac Efron !" (entre autre). Elle semble crier "OSCAR" à chacune de ses apparitions et c'est agaçant. Qu'est devenue Virginia Woolf ?

  • GOD BLESS AMERICA de Bob Goldthwhait ***

    God Bless America : photo Joel Murray, Tara Lynne BarrGod Bless America : photo Joel MurrayGod Bless America : photo Joel Murray, Tara Lynne Barr

    En peu de temps Frank accumule la poisse. Divorcé? sa fille (une peste XXL) refuse de le voir au motif qu'elle s'ennuie chez lui. Il est fichu à la porte de son boulot après avoir été accusé (à tort) de harcèlement sexuel par une collègue. Il est en proie à de violentes crises de migraines. Ses voisins lui pourrissent la vie par leurs nuisances sonores et leur sans-gêne et, cerise sur le clafoutis, son médecin lui annonce sans ménagement qu'il est atteint d'une tumeur au cerveau inguérissable. Vautré devant sa télé qui diffuse des programmes affligeants Frank zappe d'une chaîne à l'autre et décide de mettre fin à ses jours. Au moment d'appuyer sur la détente, une idée germe dans son cerveau chahuté à la vision d'une émission de télé réalité consternante où une gamine de 16 ans capricieuse, colérique, détestable, (auto-)proclamée "reine du lycée" filmée 24 h/24 clame "les gens m'aiment car je suis riche et belle". Franck décide donc de partir en guerre contre la bêtise humaine. Vaste programme. Après avoir volé la voiture de ses exécrables voisins, armé, il se rend au lycée de la prétendue princesse et le carnage commence... Roxy, une lycéenne délurée, en révolte contre le système elle aussi, assiste réjouie à l'expédition punitive ! Finalement convaincu par la jouvencelle de ne pas se suicider Frank l'embarque dans son périple justicier.

    Le premier massacre donne le ton, il s'agit d'un rêve... Frank rêve d'exterminer ses insupportables voisins dont un bébé qui a le tort de hurler beaucoup et d'avoir la morve au nez. La bouillie qui jaillit sur les murs et la pauvre mère persuadée qu'un type ne tirerait pas sur un nourrisson donnent le ton, on est là pour rigoler. Cela n'empêchera pas de réfléchir un peu sur les pourquoi et les comment d'une société gangrénée entre autre par l'usage intensif de programmes débilitants et humiliants diffusés par une télévision de plus en plus écoeurante.  Mais il est dommage que le réalisateur n'assume pas le côté immoral, discutable voire contestable du traitement de son propos ce qui l'aurait rendu vraiment dérangeant. Car s'il est vrai que régulièrement des tarés s'érigent en redresseurs de torts et tirent sans discernement sur des "innocents", Bob Goldthwhait nous rend ses deux justiciers éminemment sympathiques. Alors on suit ce jeu de massacre en souriant et en faisant mine de s'offusquer "non, ils ne vont pas oser !"... mais heureusement, ils osent ! L'homme triste entre deux âges et la toute jeune fille survoltée trouvent mille et une raisons de tirer dans le tas, scandalisés que cette civilisation qui prétend évoluer compte si peu de gens civilisés. Alors tout y passe : les racistes, les cathos intégristes, les mal embouchés qui mangent du pop corn au cinéma, un présentateur intolérant... Et la quasi généralisation du port d'armes aux Etats-Unis est évoquée.  Mais là où le réalisateur et ses deux acteurs se "lâchent" complètement c'est dans la condamnation sans appel d'un reality-show, équivalent de feue notre Star'Ac où des candidats convaincus de leur talent viennent beugler leurs rengaines. L'humiliation et les moqueries cruelles dont fait l'objet un garçon obèse, débile et inaudible rend Frank particulièrement vindicatif et le carnage final met un point final granguignolesque à la sanglante cavale.

    Tary Lynn Barr, délicieuse et implacable petite poupée et Joel Murray (le frère de Bill) nounours nonchalant à l'incessante loghorrhée forment un couple improbable mais parfaitement réussi. La question de la pédophilie est résolue en une scène incroyablement belle et pure où le bonhomme qui a une morale, explique à la gamine qui considère leur aventure comme celle des Bonnie and Clyde du troisième millénaire, qu'il ne la désirera jamais puisqu'elle n'est qu'une petite fille. Une évidence. Par contre qu'elle devienne un sniper très doué et sans état d'âme ne le perturbe nullement. Jubilatoire.