Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • 10 X 2 PLACES DE CINE A GAGNER pour

    !cid_37FFB2B1-F278-4A3A-A1A5-65EADE7F4533.jpg

    grâce à DISTRIB FILMS.

    Je précise que ce film à obtenu le Prix du Jury au dernier Festival International du Film Policier de Beaune et qu'il sortira en salles le mercredi 20 avril.

    Synopsis : Par une chaude journée d’été, une bicyclette est retrouvée dans un champ de blé. Une jeune fille a disparu depuis plusieurs jours. Vingt-trois ans plus tôt, au même endroit exactement, était assassinée Pia. Le cauchemar va-t-il recommencer ?

    ....................................

    Pour remporter deux places, il faut trouver le titre d'un film parmi les 10 représentés ci-dessous.

    Comme toujours : UNE SEULE REPONSE à la fois en attendant que je valide, sinon j'extermine.

    Les gagnants sont : sopel, marion, Florence, Pentacarn, king 72, Yohan, manu, Dom, ludo, Ed.

    GAME OVER. Merci.

    1

    7 H 58 CE SAMEDI LA trouvé par sopel

     jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    2

    DEAD AGAIN trouvé par ludo

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    3

    LES FILS DE L'HOMME trouvé par Pentacarn

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    4

    INCEPTION trouvé par Yohan

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    5

    LA ZONA, PROPRIETE PRIVEE trouvé par Ed

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

     

    6

    MEMENTO trouvé par Dom

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar 

    7

    THE KILLER INSIDE ME trouvé par marion

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    8

    UN FRISSON DANS LA NUIT trouvé par King72

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    9

    BRONSON trouvé par manu

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

    10

    AVANT L'AUBE trouvé par Florence

    jeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odarjeu cinema,il etait une fois un meurtre de baran bo odar

  • Before the Devil Knows You're Dead

    SIDNEY LUMET

    25 juin 1924 - 9 avril 2011

    Sidney Lumet

    Rarement une liste de titres de films aura aussi bien résumé une impressionnante et exemplaire carrière qui démarre par un choc unanimement encensé par la critique et le public et porté par un Henry Fonda très en forme, un des "Douze hommes en colère".

    60 années pour réaliser 50 films dont certains inoubliables, à avoir fait tourner un grand nombre d'acteurs prestigieux (Marlon Brando, Anna Magnani, Sean Connery, Joanne Woodward, River Phoenix, Al Pacino, Melanie Griffith, Treat Williams, Paul Newman, Charlotte Rampling, Andy Garcia, Michael Caine, Christopher Reeve, John Cazale, Ethan Hawke, Philip Seymour Hoffman...), et comme je ne suis absolument pas douée pour les hommages posthumes, je ne ferai que citer ceux parmi les 50 films que j'ai vus et évoquer en images quelques-uns de mes souvenirs les plus marquants. Tout en n'oubliant pas de rappeler que son dernier film "7 h 58 ce samedi là" était un des meilleurs films vu en 2007.

    1957 : Douze Hommes en colère(12 Angry Men)

    1959 : L’Homme à la peau de serpent (The Fugitive Kind)

     

    1964 : Point limite (Fail-Safe)

    1965 : La Colline des hommes perdus (The Hill)

    1973 : Serpico

    1974 : Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express)

    1975 : Un après-midi de chien (Dog Day Afternoon)

    1976 : Network, main basse sur la TV (Network)

    1977 : Equus

    1978 : The Wiz

    1981 : Le Prince de New York (Prince of the City)

    1982 : Piège mortel (Deathtrap)

    Michael Caine

    1982 : Le Verdict (The Verdict)

    1986 : Les Coulisses du pouvoir (Power)

    1986 : Le Lendemain du crime (The Morning After)

    1989 : Affaire de famille (Family Business)

    1992 : Une étrangère parmi nous (A Stranger Among Us)

    1999 : Gloria

    2007 : 7h58 ce samedi-là (Before the Devil Knows You're Dead)

     

    Ethan Hawke

     Et ici un exemple du génie de Lumet et d'Al pacino au temps où il était acteur :

  • LA NOSTRA VITA de Daniele Luchetti ***

    LA NOSTRA VITA de Daniele Luchetti LA NOSTRA VITA de Daniele Luchetti LA NOSTRA VITA de Daniele Luchetti LA NOSTRA VITA de Daniele Luchetti

    Bien que parents de deux garçons et que son ventre bien rond laisse présager sans difficulté l'arrivée imminente d'un troisième, Elena et son mari Claudio sont amoureux comme au premier jour et passent tellement de temps dans leur chambre qu'on comprend pourquoi (et comment) ils vont bientôt former une famille nombreuse. Toutes les ruses leur sont bonnes pour essayer de n'être que tous les deux. Claudio est chef sur un chantier et si la vie de ce couple n'est pas royale, il ne s'en sort pas trop mal financièrement. Claudio et Elena passent beaucoup de temps avec leurs enfants mais sont aussi entourés d'amis fidèles et d'une famille chaleureuse avec qui ils partagent les week ends au bord de la mer. Hélas, ce bonheur se volatise brutalement lors de l'accouchement qui se passe on ne peut plus mal puisqu'Elena y trouve la mort. Totalement brisé, Claudio, seul avec ses trois enfants va faire toute une succession de choix étranges et hasardeux.

    Il va avant toute chose croire que dorénavant le bonheur de ses enfants ne pourra passer que par l'acquisition de biens matériels. Il ne va dès lors plus rien leur refuser et se met à dépenser sans compter. Il abandonne son travail, se met "à son compte" et entreprend un chantier avec tout ce que cela comporte d'actes hors la loi : embauche de main-d'oeuvre étrangère au noir, pots de vin entre autre. La mort accidentelle d'un roumain sera même dissimulée à la police. Après le prodigieux Mon frère est fils unique en 2007, Daniele Luchetti s'attarde de manière frontale sur l'Italie berlusocinienne en évoquant les petits arrangements dont Claudio sans état d'âme se rend coupable pour s'en sortir. Les leçons du "Cavaliere" semblent porter leurs fruits et l'appât du gain, le désir de paraître, un racisme sournois mais omniprésent sont les nouvelles valeurs prônées comme gage de réussite. Claudio n'est pas un personnage éminemment sympathique et lorsqu'il sera dans la panade jusqu'au cou et même au-delà, rien ne l'arrêtera pour se sortir des emmerdes colossales dans lesquelles il s'est fourvoyé. Claudio n'est pas un père rassurant. Il court, s'agite, hurle, confie ses enfants, se débat contre l'adversité, le chagrin et mollement contre sa conscience, mais tout ce qu'il fait il ne le fait que pour le bien de ses enfants. On n'arrive donc pas à détester le personnage mû par le précepte du chacun pour soi, mais qui veut surmonter sa peine et sa colère par la réussite.

    Evidemment, la conclusion beaucoup trop artificielle comparée à la montée en puissance de la terreur qui s'empare du spectacteur devant les décisions extravagantes et inquiétantes de Claudio, déçoit un peu. Mais il est à noter que Elio Germano, déjà fabuleux dans Mon Frère est fils unique, a reçu la Palme d'Interprétation à Cannes en 2010 pour ce film ci, et qu'il est une nouvelle fois éblouissant, volcanique et profondément attachant.

  • PHILIBERT de Sylvain Fusée **

    PHILIBERT de Sylvain Fusée, jérémie rénier, alexandre astier, manu payet, élodie navarre, cinémaPHILIBERT de Sylvain Fusée, jérémie rénier, alexandre astier, manu payet, élodie navarre, cinémaPHILIBERT de Sylvain Fusée, jérémie rénier, alexandre astier, manu payet, élodie navarre, cinémaPHILIBERT de Sylvain Fusée, jérémie rénier, alexandre astier, manu payet, élodie navarre, cinéma

    Philibert est un bon garçon d'une vingtaine d'années et il s'est forgé un idéal. Pour lui l'avenir se fera dans l'artichaut lorsqu'il deviendra cultivateur en reprenant l'exploitation de son père. Son autre grand projet est de rester vierge pour épouser la fille qu'il aura choisi par amour. Alors qu'il ferraille joyeusement avec un ami sien, une bien triste nouvelle lui parvient : son père chéri est mourant. Il se rend immédiatement à son chevet et les révélations qui lui sont faites le laissent fort marri. Il ne serait pas fils d'agriculteur mais gentilhomme de bonne naissance dont la mère serait morte en couches. Il répond par ailleurs au joyeux patronyme de Eude Bérendourt de Saint-Avoise. Après réflexion, il préfèrera garder le prénom qu'il porte depuis toujours, mais après avoir préparé son paquetage contenant sa collection de collants moulants multicolores, il se mettra sans délai en route vers la Bourgogne aux fins de retrouver le cruel Duc D'Anjou assassin de son père biologique. En chemin, il croisera la route de Martin, fourbe malandrin qui deviendra finalement son fidèle valet, mais aussi celle d'acortes jeunes filles toujours disposées à courir le guilledou et plus si affinités avec ce jouvenceau qui porte beau et qui aura parfois fort à faire pour résister et conserver sa fleur. Et oui, malgré un physique fort vigoureux, Philibert n'a réellement jamais "donné de joie" à une femme. Inutile de préciser que son périple le conduira à la fois vers le très vilain mais lui permettra également de trouver l'amour. Mais ce ne sont pas tant les péripéties de Philibert qui sont intéressantes mais évidemment la façon dont elles sont racontées.

    Hélas le film de Sylvain Fusée ne tient pas les promesses délirantes du premier quart d'heure et ne cesse de souffrir de regrettables baisses de régime. Il faut dire qu'il doit être assez difficile de tenir le rythme effréné et hilarant du début. Néanmoins, il serait dommage de bouder cette fanfaronnade et lorsque les aventures de Philibert reprennent du poil de la bête, on assiste à un véritable feu d'artifice de drôlerie tant les dialogues approximativement moyen-âgeux sont délicieux et les situations cocasses. Et puis, reconnaissons à Jérémie Rénier de s'en être donné à coeur joie pour notre plus grand plaisir, à jouer ce bellâtre un peu couillon au point de se déclarer volontaire pour être galérien. A la fois parodie et hommage aux films de cape et d'épée, ce Philibert est un peu comme une madeleine qui évoque l'époque folle où Jean Marais, Gérard Barray et Jean-Claude Drouot donnaient aux bécasses telles que moi la liberté de rêver au Prince Charmant autrement qu'en dessins animés. Jérémie Rénier d'une blondeur enfantine, au sourire ultra bright est un très très drôle et bien joli Philibert qui a par ailleurs l'excellente idée de perdre régulièrement TOUS ses vêtements. Je sais que ça peut en ramener certaines à la vie...

  • JE N'AI RIEN OUBLIE de Bruno Chiche ***

    19669894_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110215_120520.jpg19669900_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110215_120559.jpg19669905_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110215_120601.jpg19669906_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110215_120601.jpg19669904_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110215_120600.jpg

    Conrad est un grand garçon d'à peu près 60 ans qui commence à yoyoter de la cafetière. C'est en fait l'alzheimer qui s'insinue peu à peu. Du coup, il ne se souvient pas de ce qu'il a fait deux secondes avant mais se trouve par contre envahi des souvenirs de sa petite enfance. C'était le temps béni  où il était l'ami, le quasi frère de Thomas qui aujourd'hui le rejette. Cette mémoire sélective qui va puiser trop loin dans le passé,  n'est pas du goût d'Elvira matriarche presque octogénaire qui règne sur le domaine et la famille Senn et qui semble cacher quelques secrets. Conrad, qui a toujours vécu aux crochets de cette famille, leur a servi de jardinier, de gardien, d'homme à tout faire n'est plus le bienvenu depuis qu'il a mis accidentellement le feu à une maison de vacances de la tribu. Alors qu'Elvira a organisé en très grandes pompes le mariage de son petit fils et héritier chéri Philippe avec Simone, jeune beauté un peu perdue qui va essayer de s'intégrer au clan, Conrad fait irruption pendant la fête tel l'éléphant dans un magasin de porcelaine. Sa maladie l'empêchant de vivre seul désormais, Elvira décide, à la stupéfaction de tous, de l'héberger dans une "petite" maison au fond du domaine. Curieusement, la jeune mariée délaissée puis trompée par son goujat de mari et Conrad vont devenir amis. Pensant l'aider à faire travailler sa mémoire, Simone va en fait contribuer à faire ressurgir un passé que certains cherchaient à effacer ou mieux, à ne pas connaître. 

    Il ne faut pas être extralucide ou fin psychologue pour comprendre le fameux secret qui pèse sur certains membres de la famille. D'ailleurs, les explications finales fumeuses et alambiquées sont tellement compliquées qu'elles m'ont laissé comme un arrière goût d'à peu près et l'impression d'avoir même loupé une révélation... Malgré cela, ce film étrange, tantôt léger, tantôt inquiétant m'a profondément troublée. Il règne dans cette grande demeure aristocrate où Elvira (Françoise Fabian d'une beauté diabolique et d'une incroyable cruauté) impose sa loi, une atmosphère souvent pesante où l'on sent bien que l'hypocrisie et les mensonges sont une seconde nature pour chacun. Pour Thomas (Niels Arestrup, beau, charmant et souriant comme rarement jamais..) boire et se saoûler lui permet d'oublier et notamment d'oublier pourquoi il boit. Il élude l'évocation de son mariage échec et de son divorce avec Elisabeth (Nathalie Baye, douce et désenchantée) qui a préféré la sécurité en le choisissant lui plutôt que Conrad qu'elle a aussi aimé. Thomas repousse Conrad, préférant se persuader que sa maladie le rend gâteux. La relation qui naît entre Conrad et Simone (Alexandra Maria Lara, belle et digne) réserve de beaux moments de complicité. Et c'est finalement elle qui va, en toute innocence, réveiller le passé infâmant.

    C'est doux, profond, lumineux, sombre et cruel, parfois même envoûtant et ce casting singulier mais harmonieux où chaque interprète brille d'intensité est sans doute l'un des attraits essentiel de ce film classique et raffiné. Mais pas seulement... Et puis il y a Gérard Depardieu, fragile comme un oiseau, de plus en plus calme, doux et léger à mesure qu'il se dilate...

  • SUCKER PUNCH de Zack Snyder °

    Mince !!!! Zack Snyder est un garçon tout ce qu'il y a de plus choupinou, et je ne le savais pas.

    Non mais matez-moi ça les filles, est-ce qu'on en croquerait pas ?

    Zack-Snyder3_preview.jpg

    Jamais je n'aurais imaginé qu'un aussi joli garçon et vous savez comme j'aime les jolis garçons ! puisse commettre ceci et cela !!! Et non content... voilà qu'il récidive et moi comme une couille, j'y fonce tête première.

    Cela dit, j'ai bien cru  pendant 10 minutes... bon allez je peux être généreuse et je vous concède un quart d'heure, que j'étais en train de mirer un film qui allait dépoter car je dois dire que ces quelques minutes sont tout simplement prodigieuses et renversantes. Dans une grande demeure plus sinistre tu meurs de trouille, deux petites filles bien tristes perdent leur maman chérie. Le corps de la défunte fume encore que l'ignoble beau-père avec la tête prête à l'emploi pour leur faire bien des misères est tout véner que la totalité des biens soit léguée aux petites. Il prend un air menaçant qui glace le sang. Tout ceci se passe sans un mot de dialogue et c'est beau, c'est triste, c'est fort et on tremble pour les gamines ! Alors que la plus petite des deux... paf... l'ogre entend faire subir le même sort à la seconde qui essaie de lui échapper. Mais l'affreux la fait enfermer dans un hôpital psychiatrique où la petite spécialité consiste en une lobotomie. ça calme ! Toutes les filles sont enfermées là parce qu'elles ont subi des horreurs à l'extérieur. De victimes elles sont devenues coupables mais redeviennent victimes dans cet endroit où les gardiens les maltraitent. La salle où les pensionnaires se retrouvent chaque jour s'appelle "Le théâtre" et effectivement une psychiatre (avec un accent débile) tente de leur faire mettre en scène ce qu'elles ont vécu. Jusque là c'est encore très bien et je me disais qu'on allait assister aux efforts que ces filles sans défense fournissent pour tenter par leur imaginaire de se détourner de leur nouveau calvaire... et là alors que nous n'en sommes qu'à un quart d'heure du commencement, tout se gâte et part en sucette. La petite Baby Doll (la vraiment pas terrible du tout Emily Browning à l'expression unique d'effroi)19485250_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100729_124519.jpg

    convainct ses nouvelles copines dont l'adorable Jena Malone 19695570_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110316_104638.jpg

    et les insignifiantes Abbie Cormish, Jamie Chung et Vanessa Hudgens qu'elles peuvent s'évader de cet enfer. Elles ont cinq jours pour le faire avant que Baby Doll ne soit lobotomisée (ou violée... cela dépend du "monde" dans lequel elle se trouve !!!), l'objet servant à l'opération barbare et le kiki de High Roller/Jon Hamm représentent l'un et l'autre ce qui doit pénétrer Babie Doll. Ah c'est fin !!! Mais j'ai oublié de vous dire qu'on était dans un film freudien. Et là, sachez le... Babie Doll et ses consoeurs, les petites coquines, vont s'imaginer être les pensionnaires d'un cabaret pas bien reluisant où la psychiatre devenue à la fois chorégraphe et mère maquerelle va les entraîner à monter des numéros destinés à séduire un public de porcs libidineux et affamés de chair fraîche. Dans ce deuxième univers pas plus rutilant que le premier les minettes vont à nouveau s'échapper pour devenir des machines de guerre qui vont affronter des dragons, des morts-vivants nazis, les orques du Seigneur des Anneaux, des samouraïs géants et je dois en oublier en route pardonnez-moi.

    En fait, j'ai compris que Zackounet rêve de faire une comédie musicale, mais il n'ose pas trop et en plus il a choisi cinq comédiennes qui ne savent ni chanter ni danser... Et j'en ai la preuve : chaque fois que l'on nous dit "attention, Baby Doll va danser et vous allez voir ce que vous allez voir... ce que vous allez voir, vous ne l'avez jamais vu"... Et effectivement, tous les personnages regardent Baby Doll et ils font des grands yeux comme ça tout émerveillés et s'exclament "mais comment fait-elle ça ?"... sauf que nous pauvres mortels, on ne la voit pas danser. C'est d'un drôle ! Et à la fin du film, il place les chutes de bobines ratées où ça danse mais le générique passe dessus, et du coup on voit rien. Donc, en guise de comédie musicale, Zack nous fait un jeu vidéo tout pourri avec trois niveaux auxquels on accède par l'opération du sain d'esprit, ainsi soit-il. ça farte, ça déménage à tous les étages, ça dézingue, en accéléré, au ralenti, dans les airs sur une BO pourrave de titres connus (d'Annie Lenox, Queen ou Björk...) recyclés en  zim boum bam. C'est bruyant, assommant, ennuyeux au possible. C'est bourrin, laid et plutôt ridicule.

    Pardon Zack, mais je t'en prie : sois beau et FERME LA, jette ta caméra, tes écrans verts et passe au monde suivant !

  • A GAGNER : DEUX EXEMPLAIRES DU HORS SERIE STUDIO CINE LIVE

     

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

     

    dans lequel, petits veinards, vous retrouverez, sous la plume passionnée de Xavier Leherpeur le récit de la vie et de la carrière d'Elizabeth Taylor, star absolue, femme et actrice libre, scandaleuse, humaine et généreuse dont le destin fut rapidement scellé par une mère vampirique, obsédée par l'idée de faire de sa fille une princesse adulée du monde entier. Dès ses premiers mois Sara Taylor cherche à déceler chez sa petite Elizabeth le moindre signe d'un éventuel talent précoce...

    La légende, c'est Elizabeth elle-même qui s'est chargée de l'écrire dans et hors de ses films.

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    Il y a longtemps que je ne vous avais demandé de reconnaître à qui appartiennent de jolies mirettes. Alors, allez-y gaiement !

    Que ceux qui ont déjà le magazine ou que ça n'intéresse pas attendent que les deux exemplaires soient gagnés pour jouer. Et comme toujours UNE SEULE REPONSE A LA FOIS, en attendant que je valide. Merci.

    La 11ème paire ne compte pas, c'est juste pour le fun.

    LES GAGNANTES SONT : MARINE et ALICIA.

    GAME OVER. MERCI.

    1

    JOANNE steak WOODWARD trouvée par Marine

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    2

    PAULETTE GODDARD trouvée par Fred

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    3

    DEBORAH KERR trouvée par Fred

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    4

    DEBORAH KERR trouvée par caro

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    5

    TIPPI HEDREN trouvée par caro

     hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    6

    JUDY GARLAND trouvée par caro

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    7

    NATALIE WOOD trouvée par Alicia

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    8

    OLIVIA DE HAVILLAND trouvée par caro

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    9

    SUSAN HAYWARD trouvée par Fred

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    10

    JUNE ALLYSON trouvée par Fred

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema

    11

    PAUL NEWMAN trouvé par tous !

    hors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinemahors serie studio cinelive,elizabeth taylor,jeu cinema,

  • TOUS LES SOLEILS de Philippe Claudel °

    tous les soleils de philippe claudel,stefano accorsi,cinématous les soleils de philippe claudel,stefano accorsi,cinématous les soleils de philippe claudel,stefano accorsi,cinéma

    Veuf depuis que sa petite Irina a 6 mois, Alessandro ne s'est jamais réellement consolé de la mort de sa jeune épouse et se consacre exclusivement à son travail de professeur de musique baroque et à l'éducation de sa fille qui a aujourd'hui 15 ans. Non seulement il est un peu dépassé par l'adolescence de la demoiselle qui lui reproche comme le font toutes les filles de cet âge de ne pas la laisser grandir tranquillement mais aussi, il héberge depuis de nombreuses années son frère aîné, mollement anarchiste qui ne fait rien d'autre qu'attendre en robe de chambre la chute de Berlusconi... C'est d'un drôle !

    Jamais encore je crois il ne m'avait été donné de voir le spectacle assez désespérant d'un très bon acteur aussi seul au monde se débattre avec infiniment de talent d'ailleurs, pour sauver un film. Hélas même si Stefano Accorsi n'a nullement à rougir de sa prestation, bien au contraire, ce film est d'une niaiserie et d'une platitude à pleurer, répétant à l'envi quelques gags répétitifs (le frère en pyjama/peignoir par exemple... heureusement l'odorama n'a pas été inventé mais faisons confiance à James Cameron, et les copains lourds de chez relous !!!)

    Evidemment, c'est gentillet et sans cynisme, ça pourrait être divertissant et rafraîchissant... mais c'est franchement tellement balourd, et voir ce (beau) garçon entouré d'une bande d'amis assez crétins : le dragueur moche comme un pou qui collectionne les filles de l'Est et se moque de leur accent dès qu'elles ont le dos tourné, le juif moche comme deux poux et bête comme un caillou et accessoirement chirurgien !!!, le gaffeur moche comme une armée de poux qui ne sert à rien qu'à être lourd, c'est fatigant, usant, pas drôle, pas drôle et pas drôle. Chacun est comme il arrive parfois limité à un seul et unique trait de caractère, qui plus est pas bien glorieux. Je ne vois pas qui rêverait d'avoir de tels amis d'autant que manifestement TOUS les week-ends passés ensemble (puisqu'ils ont eu la bonne idée d'acheter une maison délabrée en commun) semblent être une épreuve ! Qui plus outre, et non des moindres, TOUS les acteurs qui jouent les amis sont plus mauvais les uns que les autres. Il faut dire que la direction ne semble pas être le fort de Philippe Claudel. Il n'est pour cela qu'à voir l'une des premières scènes où les fameux (doigts comme des crochets pour représenter des guillemets) amis attendent patiemment que l'autre ait achevé de dire sa réplique pour démarrer la sienne. Ce qui fait que dès le départ le film sonne faux et creux !

    Heureusement les quelques scènes où Alessandro et sa fille (la tout à fait juste et charmante Lisa Cipriani) sont ensemble ou s'affrontent offrent de bien jolis moments de tendresse ou de complicité. Hélas leur relation est parasitée par l'entourage et les personnages annexes, dont celui du frangin parasite qui s'efforce de trouver une femme à son frère par le biais d'internet et qui donne de bien étranges conseils à la factrice..

    Par respect pour sa carrière, je ne dirai rien de l'apparition ectoplasmique d'Anouk Aimée, par contre je me permets de suggérer à Clotilde Coureau de continuer à faire princesse comme métier...

    Dans ce film, il y a donc Stefano Accorsi (ET C'EST TOUT, ABSOLUMENT TOUT) au charme incontestable qui parvient malgré ce scenario bas de plafond à faire exister un père, un frère, un ami, un futur fiancé, un prof comme on aurait rêvé en avoir. Oui, un prof qui se met à danser la tarentelle sur le bureau en plein cours et qui a le sourire de Stefano Accorsi, mille fois oui. Et en plus il chante ! Et bien ! Ah que ce bel acteur mérite mieux !

    Cela dit, loin de moi l'envie de vous faire louper un chef d'oeuvre, il y a plein de gens qui aiment :

    LE FIGAROSCOPE -  Marie-Noëlle Tranchant

    (...)une chronique chaleureuse où Philippe Claudel décline les saveurs de ce que les anciens auraient appelé une vie bonne : la musique, l'affection, l'amitié, la fantaisie, l'altruisme lui donnent un équilibre, une harmonie légère qui repousse les ombres.

    JOURNAL DU DIMANCHE - Carlos Gomez

    Un film chaleureux qui tourne le dos au cynisme ambiant.

    LE PARISIEN - Alain Grasset

    Dialogues ciselés, situations cocasses et justes, interprétation au diapason, Clotilde Courau formidable, on sort de cette comédie sur l'amour, l'amitié, la mort, vraiment très heureux.

    TELE 7 JOURS - Viviane Pescheux

    (...) une charmante comédie familiale, constellée de situations cocasses (...).    

    TELERAMA - Guillemette Odicino

    Philippe Claudel rend un hommage modeste et enjoué à la comédie italienne, aux films de copains façon Yves Robert et à... la tarantelle, danse traditionnelle qui rythme ce sympathique feel good movie.