Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

aure atika

  • LA VIE D'UNE AUTRE de Sylvie Testud **

    La Vie d'une autre : photo Mathieu Kassovitz, Sylvie TestudLa Vie d'une autre : photo Juliette Binoche, Mathieu Kassovitz, Sylvie Testud, Yvi Dachary-Le Beon

    La Vie d'une autre : photo Mathieu Kassovitz, Sylvie Testud

    Marie se réveille molle et alanguie après une folle et intense nuit d'amour avec son amoureux Paul. En se levant, elle ne reconnaît pas cet appartement immense et luxueux. Elle fait la connaissance de son fils et apprend qu'elle est mariée avec Paul depuis 15 ans mais qu'ils sont sur le point de divorcer. 15 années de la vie de Marie se sont envolées en une nuit sans explication. Que s'est-il passé pendant ces 15 ans ? Manifestement, Paul et Marie ont réalisé ses rêves pour lui, ses ambitions pour elle. Il est en train de devenir un auteur de BD à succès, elle est numéro deux d'une grande entreprise. Mais Marie découvre peu à peu que, même si tout le monde la respecte et l'admire, elle est surtout crainte et n'a aucun ami. Et comme elle se retrouve dans la peau de la jeune femme romantique et amoureuse de 25 ans, elle va devoir reconquérir son Paul chéri qui a un peu de mal à croire en la résurrection de la Marie qu'il a tant aimée.

    Alors je sais, ON va se moquer et on va sans doute me dire "plutôt mourir que d'aller voir ça". Tant pis j'affronterai les ricanements avec stoïcisme. Mais oui, j'ai été émue et j'ai même eu ma larmichette je crois car la Juliette tirerait des larmes à un caillou. Cela dit l'émotion n'arrive que dans le tout dernier quart d'heure qui cesse d'être une farce mais un drame. Revirement total, définitif et beaucoup plus en accord avec le thème du film. Comment fait-on pour changer autant ? Devenir froide, carriériste alors qu'on était juste ambitieuse ? Peut-on avoir été quelqu'un de bien et devenir cette quarantenaire puante que tout le monde salue en longeant les murs ? S'éloigner, se désintéresser de tous les gens qu'on a aimés et qui vous aiment uniquement pour réussir ? Etc.

    Mais pour parvenir à cette jolie dernière partie, il faut résister à la première (néanmoins éclairée par instants par Mathieu Kassovitz, acteur merveilleux, complètement en accord avec son rôle lui !) où Juliette Binoche démontre avec force roulement de billes, démarche de soûlotte et quelques "putains" lâchés par ci par là, qu'elle n'est décidément pas une reine de comédie. Les premières minutes sont catastrophiques, Juliette joue comme Sylvie (Testud) et ça ne lui va pas du tout. Lorsqu'elle découvre son compte en banque, sa BM, la mort de Michaël Jackson, l'Euro, Barack Obama... je n'hésite pas, elle est ridicule. Par contre quand le drame émerge logiquement de cette situation pas ordinaire (comment ne pas passer pour une folle ? que sont devenus les parents ?..), on retrouve Juliette actrice dramatique donc et surtout le film et l'histoire prennent toute leur dimension lorsqu'enfin Paul et Marie se parlent. C'est autour d'eux que Sylvie Testud aurait dû se concentrer et se laisser aller à filmer une grande histoire d'amour en train de se réinventer. Au lieu de cela, elle a batifolé du côté de la comédie sentimentale gentillette avec environnement digne des romcoms américaines. Nan mais je vous jure leur appartement... jamais on n'a vu ça. Si la Tour Eiffel tombe, c'est direct dans leur salon au milieu duquel trône un arbre, un vrai ! Et je ne dis rien de la renaissance de Marie qui réapprend le bonheur sans nom de porter des chaussures à semelles rouges !!! Nul et hors sujet !

    Sinon, donc, je vous le dis, il y a Mathieu Kassovitz, malheureux comme les pierres qui ne comprend rien à rien à ce qui lui arrive. Il est beau, il est charmant, il est touchant, il a tout compris, il est FORMIDABLE !

  • LE SKYLAB de Julie Delpy ***

    LE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménochet, vernadette lafont, cinéma

    Le Skylab ("laboratoire du ciel") a été la première station spatiale américaine lancée le 14 mai 1973. Elle devait se désintégrer au-dessus de la Terre le 11 juillet 1979 en rentrant dans l'atmosphère. Certains prédisaient que la station devait tomber sur l'ouest de la France. Et c'est justement dans la maison familiale de Bretagne que se rendent Ernestine et ses parents pour rejoindre le reste de la famille à l'occasion de l'anniversaire de la grand-mère.
    Aucun suspens et ce n'est évidemment pas le sort de la station Skylab qui intéresse Julie Delpy même s'il en sera régulièrement question et dont de nombreux débris finiront par s'écraser sur l'Ouest de l'Australie. La réalisatrice choisit de se replonger dans une journée en famille à l'aube des années 80. Et on plonge avec elle, égrénant avec délice des souvenirs et des images comme s'il s'agissait de notre propre famille. Et je dois dire qu'il ne manque pas grand chose à l'évocation d'un dimanche à la campagne. Alors soit Julie est une espionne, une voyeuse car il me semble que nous avons tous peu ou prou vécu les mêmes micro événements qui constituent la vie infernale d'une "famille", soit, alors que nous nous croyons tellement uniques, nous sommes tous effroyablement identiques dès lors que nous constitutions ce groupe éminemment déconcertant qu'est la famille. Même si aujourd'hui ce mot, cette "notion", cette abstraction me paraîssent toxiques et néfastes, il n'en demeure pas moins que les bains d'adolescence ou d'enfance font un bien fou. Il faut dire que le soin du détail matériel apporté à cette reconstitution d'une époque, "le bon vieux temps" donc, est impressionnant. Et tant pis si c'est réac' et vieux con de le dire !
    Le film de Julie Delpy ne sent pas la poussière. Il semble peut-être dater de l'époque dont il parle, mais il sent bon l'enfance, les vacances et les souvenirs.
    Réunir pour un même repas une mamie qui a eu six enfants qui se sont mariés et ont fait des enfants à leur tour, cela fait deux tablées (les enfants d'un côté, les adultes de l'autre) assez conséquentes de tatas, de tontons et de cousins qui arrivent en 2 CV, en Simca 1000, en 4L et même en train. Il y a donc tout un panel d'humanité qui va du tonton fasciste, au "bon" para qui regrette les guerres, au sportif en short qui a évidemment amené son ballon pour un foot digestif, en passant par la tata instit' qui procrée en batterie, la tata bègue complètement à côté de la plaque, l'autre qui vote à droite, une autre féministe, sans oublier les artistes gauchistes, le tonton dépressif et suicidaire... et pendant ce temps là, les moutards jouent dans la grange, vont à la plage, connaissent quelques émois, quelques frayeurs aussi.
    Et les acteurs dans tout ça ? Ils sont en vacances, à la fête et ils nous réjouissent, nous font bien rire aussi à être ces prototypes d'une autre époque, d'un autre siècle. Certains, tel Vincent Lacoste, n'hésitent pas à jouer à fond la carte du ridicule en étant ce boutonneux auquel les filles ne résistent pas malgré (ou à cause de ?) le paquet de clopes dans son slip de bains. Denis Ménochet est impressionnant en ex para traumatisé par toutes les guerres... Ils nous rappelent les expressions (la "première patacul" m'a particulièrement fait rire, ou les "moutons sont des animaux à poils laineux..." mais je suis une bonne nature), les chansons de Sardou à Ferré...
    Tout cela est bien bon et ensoleillé.
    Et le casting de moutards est épatant !
    De toute façon Julie Delpy, je l'aime d'amour et celui qui s'avisera d'en dire le moindre mal sera banni à tout jamais de ce blog. Vivement son prochain film.
  • COPACABANA de Marc Fitoussi ***

    19442036_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100503_024044.jpg
    19339092_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100318_055301.jpg
    Babou n'a jamais réussi à garder, ni un homme ni un boulot. Cela dit elle s'en moque éperdument. Ce qui la rend vraiment optimiste, ce sont ses rêves de voyages passés et à venir. Sa destination idéale ultime est le Brésil et entendre un air de samba la met en joie. La seule chose qui la chagrine un peu et qu'elle confie à son seul ami, Patrice, dans la même galère sociale qu'elle, c'est que sa fille de 22 ans Esmeralda jadis si complice, s'éloigne d'elle. Le jour où Esmeralda lui annonce qu'elle va se marier et que sa présence au mariage n'est pas souhaitée pour ne pas lui faire honte, Babou est profondément peinée. Elle décide alors de prouver à sa fille qu'elle est capable de trouver un travail qui lui permettra de lui offrir un beau cadeau. Babou trouve donc un poste de vendeuse d'appartements en multi propriété sur la côte belge en plein hiver...
     
    Plein de choses dans ce film résolument optimiste, entre drame et comédie sociale. Pour Babou, quitter les briques rouges de Tourcoing pour la mer du Nord ne pose aucun problème. Galérer ici ou là, pour elle c'est pareil puisque son paradis c'est le Brésil. Pour moi, c'est l'occasion une fois encore de constater que le plat pays et la mer qui va avec me font toujours le même effet électrisant. Surtout cette plage là précisément, encore plus mystérieuse et mélancolique l'hiver, désertée de ces touristes, avec ses couleurs qui varient parfois d'un instant à l'autre... Mais revenons à Babou qui va faire l'ingrate expérience des "commerciaux" de l'immobilier. D'autant plus difficilement qu'elle sera chargée au début de "rabattre" les clients vers les vendeurs qui pourront concrétiser les ventes. Elle fera aussi la découverte de ses chefaillons impitoyables, de collègues distantes et envieuses parce que soucieuses de garder leurs postes. Elle croisera la route d'un gentil ouvrier flamand mais trop romantique pour elle, comprendra les raisons de sa fille, ses craintes en l'avenir mais sans jamais se détourner de son bel enthousiasme, de sa soif d'évasion et de liberté.
    Le plus grand bonheur pour moi est de retrouver grâce à ce film une actrice que j'avais tant aimée et qui m'avait bien déçue ces dernières années avec des rôles qui sonnaient faux de femme rigides, dures, autoritaires... Ici, elle est Babou sorte de marginale un peu anar, un peu vulgaire, grande gueule avec un grand coeur. Drôle, généreuse, maternelle, un peu cruelle aussi, elle nous arrache des rires, des sourires et des larmes comme rarement depuis longtemps.
    La scène où elle souffle à son futur gendre au téléphone ce qu'il doit dire à sa fille pour la récupérer, est un grand moment de ce qu'une grande actrice peut offrir au cinéma je trouve.

  • Mademoiselle Chambon de Stéphane Brizé *

    Mademoiselle ChambonMademoiselle Chambon

    Jean est un maçon consciencieux dans son travail, tendre avec sa femme et son fils, aux petits soins avec son vieux papa. Jean est un mec bien.

    Un beau jour il croise le regard et les taches de rousseur de Véronique la jolie et gentille institutrice de son fils.

    Que va-t-il se passer ? Rien, ou pas grand-chose sauf que l’équilibre rassurant de la famille va vaciller mais pas trop et tout le monde va être malheureux.

    Jean/Vincent Lindon maçonne, on y croit. Cet acteur peut tout faire de toute façon.

    En pique-nique avec son fils et sa femme (Aure Atika, très juste, à sa place, évidente), Jean s’interroge sur le complément d’objet direct. C’est drôle, c’est touchant, on y croit. Quand il dit « relis un peu l’énoncé des fois ? », c’est à la fois à se tordre et poignant. Il sait faire ça Vincent Lindon, passer plusieurs sensations, plusieurs émotions dans une seule réplique.

    Jean/Vincent lave les pieds de son vieux père (même si c’est un crève-cœur de voir Jean-Marc Thibault tout vieux), il élève la voix pour se faire entendre sans jamais s’agacer de devoir tout répéter, et on y croit toujours.

    Lorsqu’il rencontre Melle Chambon, on y croit encore ou plutôt les incorrigibles romantiques sentimentaux (comme moi) qui sont venus voir une histoire d'amour y croient.

    Ah l’amour difficile, l’amour contrarié ou impossible, les jamais, les toujours ; au cinéma ça peut même donner la merveille des merveilles… dont le bruit court que Stéphane Brizé l’avait en tête ! Je n’ose le croire.

    Mademoiselle Chambon c’est Sandrine Kiberlain, très jolie, très douce (trop !) mais presque sans réactions parfois, sans énergie. Elle est l’institutrice itinérante dont on sent qu’elle est le vilain petit canard de sa famille. Elle poserait bien un peu ses valises puisqu'elle s'imagine qu'avec Jean dont elle fait chavirer le coeur, ça va être possible.

    Donc Jean et Véronique se plaisent. Donc, ils se regardent, s’effleurent, soupirent, se regardent, se tournent le dos, s’évitent, se regardent… Leurs yeux sont souvent humides mais pas les nôtres car s’il ne se passe rien entre eux, et qu’ils sont même maître dans l’art de l’intériorisation, il ne se passe rien non plus dans le regard et le cœur de la spectatrice que je suis. A un moment, j’ai eu envie de me lever et de leur dire « bon sang, PARLEZ-VOUS, deux grandes personnes consentantes comme vous devraient parler… ça peut aider !!! ».

    Je me disais aussi (un film où on a autant le temps de réfléchir c’est pas bon signe !) que je ne comprenais sûrement rien au désir, à la sensualité, tout ça. Est-ce que Mademoiselle Chambon a envie de sentir les grosses mains calleuses de Jeannot sur sa peau douce ? Est-ce que Jean veut apprendre le violon ? Rien, on ne sait rien, on ne comprend rien ! Je dois dire que s’il y a bien un endroit où cela ne me dérange pas de ne pas savoir c’est bien au cinéma. Mais entre ne rien savoir/comprendre de ce qui (ne) se passe (pas) entre les personnages et ne rien ressentir, il y a un monde non ?

    Si.

    Plus languissant que langoureux ce film décevant, sans émotion sur une rencontre ratée est raté.