Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

isabelle carré

  • DE GAULLE

    de Gabriel Le Bomin **

    3580661_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Lambert Wilson, Isabelle Carré, Catherine Mouchet, Olivier Gourmet

    Mai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l’Histoire.

    Lire la suite

  • 21 NUITS AVEC PATTIE de Jean-Marie et Arnaud Larrieu **

    21 NUITS AVEC PATTIE de Jean-Marie et Arnaud Larrieu, Isabelle Carré, Karin Viard, André Dussolier, Denis Lavant, cinéma

    Caroline se rend dans le sud ouest de la France pour organiser les funérailles de sa mère, avocate fantasque et frivole dont elle n'avait plus de nouvelles depuis longtemps et qui ne s'est guère occupée d'elle sa vie durant.

    Lire la suite

  • MARIE HEURTIN de Jean-Pierre Améris ***

    131302_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    A l'Institut de Larnay près de Poitiers à la fin du XIXème siècle des religieuses prennent en charge des jeunes filles sourdes. Bien que n'étant pas enseignante, à force d'observation, Sœur Marguerite au fil du temps est parvenue à maîtriser le langage des signes.

    Lire la suite

  • RENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar *

    RENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar, sergi lopez, isabelle carré, cinémaRENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar, sergi lopez, isabelle carré, cinéma

    Judith perd brutalement son boulot d'infirmière pour faute grave mais tellement terrorisée par son mari Roland, colérique et impatient, elle n'ose lui annoncer la nouvelle. Elle continue donc de faire chaque jour comme si elle se rendait au travail. Roland découvre rapidement le mensonge de Judith et tente à plusieurs reprises de l'inciter à se confier à lui mais elle s'obstine dans ses cachotteries. Il se met à la suivre et découvre une femme inconnue qu'il se met à aimer à nouveau et à admirer.

    Que sauver de ce film qui contient pas mal de promesses mais n'en tient aucune et accumule les maladresses sans réellement s'en relever ? D'abord le casting. Evidemment Isabelle Carré peut avec aisance être à la fois cette petite chose fragile et transparente et se transformer en une femme sublime élégante et sexy. Sergi Lopez peut sans conteste exprimer du regard tous les doutes, la rage et l'incompréhension d'un homme qui va de découvertes en surprises. Et même s'il était essentiel que les deux personnages offrent une évidente disparité puisqu'ils vivent chacun de leur côté, lui à courir après une cantatrice qu'il vénère pour en obtenir une interview, elle à mener sa double vie soudainement lucrative, tant de contrastes font que le couple ne "fonctionne" jamais en tant que tel. Isabelle Carré et Sergi Lopez ensemble ça ne marche pas. Jamais on ne parvient à croire, même sans évoquer le délitement actuel de leur couple, qu'ils aient un jour pu tomber amoureux l'un de l'autre. Jamais on ne comprend ce qui les retient l'un à l'autre. Surtout elle. Car lui, au moins a l'avantage de vivre ce qui arrive souvent dans un couple quand l'un des deux découvre que l'autre lui échappe et en souffre, même s'il avait fini par ne plus le voir, ni l'entendre et encore moins l'écouter.

    Beaucoup de choses ne tiennent pas debout et ne mènent à rien. La façon dont Roland découvre que Judith a perdu son travail est consternante. Entendre une conversation qui se déroule en pleine rue grâce à un portable miraculeusement resté allumé, au secours. Surprendre une autre conversation en étant embusqué dans un couloir... pénétrer dans un appartement mystérieusement vidé de ses occupantes à la faveur d'une porte laissée ouverte... chercher un travail de vendeuse et s'entendre dire "vous devriez vous habiller mieux que ça... pour faire envie... vous êtes jolie vous savez ?"... rencontrer un jeune homme suicidaire et avoir avec lui une conversation tellement bêta qu'elle ferait presque sourire... et puis répéter sans cesse les mêmes scènes de "traque", de mystère qui n'en est plus pour personne et de retrouvailles dans l'appartement... pour finalement offrir une fin désespérante qui propose de voir deux paumés qui ne savent quoi faire de leur peau... Non.

  • LES ÉMOTIFS ANONYMES de Jean-Pierre Améris ****

    19598492_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101124_103725.jpg19598483_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101124_103702.jpg19598475_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101124_103636.jpg

    Jean-René et Angélique ont deux points communs, mais ils ne le savent pas encore. Ils sont l'un et l'autre atteints d'hyper émotivité et entretiennent une passion pour le chocolat. Pour tenter de combatte ces émotions qui les paralysent, ils ont chacun une méthode pas toujours performante mais qui leur permet néanmoins de tenter de s'insérer dans le monde. Jean-René va régulièrement voir un psy tandis qu'Angélique participe aux réunions des émotifs anonymes qui fonctionnent sur le même principe que les alcooliques anonymes. C'est leur enthousiasme pour le chocolat qui va dans un premier temps les rapprocher puisque Jean-René est patron d'une chocolaterie sur le déclin. Il est à la recherche d'un commercial qui boosterait les ventes. Angélique est une chocolatière talentueuse mais lorsqu'elle se présente pour le poste elle n'ose évidemment pas révéler qu'elle n'a aucune disposition pour la vente mais elle est engagée. Attirés l'un par l'autre, ils vont combattre séparément puis ensemble leur "handicap" pour essayer peut-être de se construire un avenir commun.

    C'est un film délicieux, tendre, drôle et émouvant. Un film qui ne se "la pète pas", qui ne s'impose pas de façon tonitruante mais se déguste et se savoure comme une sucrerie, une gourmandise. Et pourtant tout est loin d'être rose dans la vie des deux personnages que chaque situation nouvelle et inconnue paralyse littéralement. Car il ne s’agit pas ici de l’émotion qui dérange un peu ou qui attendrit mais bien de celle plus asphyxiante capable de troubler et d’affoler jusqu’à l’évanouissement. Cela paraîtra sans doute incongru voire invraisemblable à ceux qui contrôlent tout. C’est pourtant une réalité, ces êtres dépassés, débordés par leur sensibilité existent bien et c’est évidemment parce qu’il connaît bien le problème pour en être un spécimen représentatif que le réalisateur s’est permis de le traiter sur le mode de la comédie sentimentale. Et la plongée de Jean-Pierre Améris dans le monde de la comédie qu’il aborde pour la première fois en 7 films est une totale réussite. Bien que jusque là les thèmes qu’il évoquait tournaient autour du deuil souvent ou de la place que chacun cherche à trouver, il reconnaît que c’est ce film là qui est le plus intime et le plus personnel. Réussir à rire et à faire rire de ces gens qui rougissent, transpirent, bafouillent, perdent leurs moyens et leur crédibilité sans se moquer est pour lui un véritable pari qu’il remporte haut la main. Lui qui ne pouvait sortir de chez lui sans regarder par l’entrebâillement de la porte si personne n’arrivait, qui ne parvenait à entrer dans une salle de classe s’il était en retard, qui a toujours « souffert » de sa grande taille hors normes qui fait qu’alors qu’il souhaiterait disparaître est le premier que l’on remarque et j’en passe… a trouvé le ton et la forme justes pour faire de Jean-René et Angélique deux personnages touchants, aimables voire poétiques et non ridicules ou dramatiques.

    Le côté décalé, un peu désuet du film qui fait évoluer les personnages dans une chocolaterie absolument inconcevable aujourd’hui est parfaitement assumé et délibéré. L’histoire se place pourtant dans le contexte social des difficultés inhérentes aux petites entreprises malgré l’aspect artisanal de l’entreprise et la profession pas courante de chocolatière d’Angélique. Les tonalités chaudes avec dominantes de rouge et de vert et les tenues éclatantes d’Angélique évoquent à la fois les comédies musicales, d’ailleurs Isabelle Carré comme Benoît Poelvoorde nous enchanteront chacun d’un intermède musical, ou sentimentales telle que « The shop around the corner ».

    Il est évident que le choix des deux acteurs pour les rôles d’Angélique et Jean-René, écrits pour eux, est l’atout déterminant du film. En plus de former un couple tout à fait convaincant , ils possèdent l’un et l’autre ce mélange presque enfantin de force, de détermination prêts à braver l’impossible pour se trouver et aussi d’infinie fragilité qui leur font perdre tous leurs moyens avec gravité et conviction. Ils développent également une nature comique qui ne nous surprend pas de la part de Benoît Poelvoorde évidemment, mais qui est plus inattendue de la part d’Isabelle Carré. La voir et l’entendre s’exclamer « ô tiens ? » lorsqu’elle est rejointe au restaurant par Jean-René alors qu’ils ont rendez-vous est tout à fait tordant. Quant à Poelvoorde, filmé avec amour et admiration, il s’offre et nous offre plutôt de jolies scènes de séduction qui le rendent absolument irrésistible et beau notamment lorsqu’il arrive au restaurant justement et lorsqu’il chante.

    Vous l’avez compris, vous trouverez de multiples et bonnes raisons de vous précipiter en salle dès demain (C’EST UN ORDRE) pour voir ce film délicat, drôle et délicieux. Et pour vous donner une raison supplémentaire, dégustez le clip du morceau « Big jet Lane » d’Angus et Julia Stone, la douce B.O. qui reprend des images des Emotifs Anonymes et laissent supposer que Jean-René et Angélique sont heureux…

  • LES EMOTIFS ANONYMES de Jean-Pierre Améris ***

    Vendredi, j'étais à l'avant-première du prochain film de Jean-Pierre Améris qui sortira le 22 décembre dans toutes les bonnes salles françaises. Je vous en reparlerai plus précisément aux alentours de cette date. En attendant, Jean-Pierre accomplit un Tour De France marathonien (oui, à pieds !) en compagnie de Rania de Studio Canal, qui prendra fin le 23 décembre. Si vous voyez donc ce film à l'affiche en avant-première dans votre ville, je vous invite, vous encourage et vous ordonne  de vous y rendre. Cela vous permettra de rencontrer ce réalisateur qui a choisi de nous parler de son handicap paralysant (l'hyper émotivité) sur un mode burlesque et tendre avec deux acteurs (Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré) parfaitement au diapason et qui ne sont peut-être pas aussi éloignés que l'on croit de leurs personnages. Jean-Pierre en est à son 7ème film et il s'agit ici de sa première comédie. Plutôt habitué aux histoires sombres qui évoquent le deuil, la mort, la maladie... il est agréablement surpris de découvrir qu'il peut aussi faire rire ! J'espère qu'aux alentours de Noël ce film charmant, plein de douceur et de chocolat vous ravira et si ce n'est pas le cas NE REMETTEZ PLUS LES PIEDS ICI.

    La salle était comble et contrairement à ce qui arrive fréquemment, à l'issue du film, absolument personne ne l'a quittée pour assister au débat.

    PB260022.JPG

    Jean-Pierre avait le soleil dans les yeux, alors du coup, il fait comme ça :

    PB260043.JPG

    Comme beaucoup de timides, émotifs étou étou, il parle beaucoup avec de grands gestes qui font comme ça :

    PB260053.JPGPB260041.JPG

    PB260010.JPG

    Parfois, il réfléchit, alors il se gratte le front en faisant comme ça :

    PB260055.JPG

    Parfois, quand il a trop chaud et qu'il devient encore plus émotif, il préfère regarder l'ombre de la personne qu'il l'interviewe. C'est étrange :

     

    PB260067.JPG

    Mais je vous garantis que l'écouter parler cinéma est toujours PASSIONNANT. Il trouve toujours le mot juste et la moindre réponse aux questions les plus banales est intéressante, et drôle.

    Donc, foncez voir le film et rencontrer son réalisateur ensuite. Je vous garantis une rencontre que vous n'oublierez pas. Et allez lui dire bonjour après en disant que vous venez de ma part (vous aurez un chocolat Jeff de Bruges), comme il est très poli, il vous dira bonjour aussi.

    J'ai oublié de me prendre en photo avec lui parce qu'après j'ai squatté la table VIP... et parce que je suis polie aussi, j'ai même bu du champagne alors que je déteste ça. 

    Studio, repérages, Lyon, choix des acteurs :

     Candy et les intentions :

    Jean-Pierre et la chocolaterie :