Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sergi lopez

  • LE BEAU MONDE de Julie Lopes Curval **

    363957_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu'à ce qu'elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l'aide à intégrer une prestigieuse école d'arts appliqués.

    Lire la suite

  • TANGO LIBRE de Frédéric Fonteyne ***

    TANGO LIBRE de Frédéric Fonteyne,François Damiens, Sergi López, Jan Hammenecker,zacahrie chasseriaud, cinéma

    La Belgique est un pays différent, énigmatique. Il n'est donc pas surprenant que les cinéastes belges réalisent des films uniques qui moi me fascinent. Ici, JC un gardien de prison appliqué, solitaire et un peu triste prend des cours de tango. C'est la seule fantaisie qu'il s'accorde. Un jour, surprise ! il aperçoit au parloir de la prison où il travaille, sa partenaire d'un soir, Alice. La jeune femme glisse d'une table à l'autre pour rendre visite à son mari et à son amant qui d'ailleurs partagent la même cellule. Forcément, la singularité et la liberté d'Alice attirent JC. Et tout va se compliquer ou s'arranger, ça dépend des points de vue. D'autant qu'Alice a aussi un fils, un ado (Zacharie Chasseriaud, l'ange de Les géants de Bouli Lanners) qui n'entend pas partager encore sa maman avec un troisième larron.

    Frédéric Fonteyne a tout compris. La vie ce n'est pas que des larmes ou que des rires. C'est un mélange des deux, toujours. Et dans son film de parloir et de tango argentin (la danse la plus belle, la plus fascinante du monde) se succèdent la joie, la tristesse et la tension. J'ai vibré à cette histoire insensée, totalement foutraque où il suffit de se laisser porter par l'originalité des personnages pour s'enthousiasmer. Tous les acteurs rivalisent de charme et de tendresse. Quant aux scènes de tango dans la cour intérieure de la prison où des balèzes tatoués s'empoignent pour danser, elles sont euphorisantes !

    Un film qui fait du bien, différent, délirant. Un film belge.

    ..............................

    NB. : pour cause d'actualité personnelle très perturbée... j'ai encore la possibilité de voir des films (heureusement) mais peu de temps et d'énergie pour rédiger des articles conséquents. Néanmoins je continuerai à vous parler des films que je vous recommande ou pas.

  • RENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar *

    RENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar, sergi lopez, isabelle carré, cinémaRENDEZ-VOUS AVEC UN ANGE de Yves Thomas et Sophie de Daruvar, sergi lopez, isabelle carré, cinéma

    Judith perd brutalement son boulot d'infirmière pour faute grave mais tellement terrorisée par son mari Roland, colérique et impatient, elle n'ose lui annoncer la nouvelle. Elle continue donc de faire chaque jour comme si elle se rendait au travail. Roland découvre rapidement le mensonge de Judith et tente à plusieurs reprises de l'inciter à se confier à lui mais elle s'obstine dans ses cachotteries. Il se met à la suivre et découvre une femme inconnue qu'il se met à aimer à nouveau et à admirer.

    Que sauver de ce film qui contient pas mal de promesses mais n'en tient aucune et accumule les maladresses sans réellement s'en relever ? D'abord le casting. Evidemment Isabelle Carré peut avec aisance être à la fois cette petite chose fragile et transparente et se transformer en une femme sublime élégante et sexy. Sergi Lopez peut sans conteste exprimer du regard tous les doutes, la rage et l'incompréhension d'un homme qui va de découvertes en surprises. Et même s'il était essentiel que les deux personnages offrent une évidente disparité puisqu'ils vivent chacun de leur côté, lui à courir après une cantatrice qu'il vénère pour en obtenir une interview, elle à mener sa double vie soudainement lucrative, tant de contrastes font que le couple ne "fonctionne" jamais en tant que tel. Isabelle Carré et Sergi Lopez ensemble ça ne marche pas. Jamais on ne parvient à croire, même sans évoquer le délitement actuel de leur couple, qu'ils aient un jour pu tomber amoureux l'un de l'autre. Jamais on ne comprend ce qui les retient l'un à l'autre. Surtout elle. Car lui, au moins a l'avantage de vivre ce qui arrive souvent dans un couple quand l'un des deux découvre que l'autre lui échappe et en souffre, même s'il avait fini par ne plus le voir, ni l'entendre et encore moins l'écouter.

    Beaucoup de choses ne tiennent pas debout et ne mènent à rien. La façon dont Roland découvre que Judith a perdu son travail est consternante. Entendre une conversation qui se déroule en pleine rue grâce à un portable miraculeusement resté allumé, au secours. Surprendre une autre conversation en étant embusqué dans un couloir... pénétrer dans un appartement mystérieusement vidé de ses occupantes à la faveur d'une porte laissée ouverte... chercher un travail de vendeuse et s'entendre dire "vous devriez vous habiller mieux que ça... pour faire envie... vous êtes jolie vous savez ?"... rencontrer un jeune homme suicidaire et avoir avec lui une conversation tellement bêta qu'elle ferait presque sourire... et puis répéter sans cesse les mêmes scènes de "traque", de mystère qui n'en est plus pour personne et de retrouvailles dans l'appartement... pour finalement offrir une fin désespérante qui propose de voir deux paumés qui ne savent quoi faire de leur peau... Non.

  • LA PROIE de Eric Valette **

    LA PROIE de Eric Valette, cinéma,LA PROIE de Eric Valette, cinéma,LA PROIE de Eric Valette, cinéma,

    En prison pour un braquage, Franck Adrien partage sa cellule avec Jean-Louis Maurel jeune homme détenu pour viol sur mineur alors qu'il clame son innocence. Il ne souhaite pas échanger avec son co-détenu mais le jour où Jean-Louis est victime de violences avec l'approbation des gardiens, Franck intervient. Lorsque Jean-Louis est relâché, sa victime s'étant rétractée, il en profite pour semer des indices et rendre Franck responsable de tous ses crimes. En effet, Jean-Louis est bien un serial killer qui apprécie les petites jeunes filles de 16 ans. Mais il est aussi marié à une illiminée qui rêve d'enfant. ça tombe bien Franck a laissé une femme et une petite fille toute mimi mais aphasique et va s'en occuper... Lorsque Franck comprend que sa famille est en danger, il s'évade de prison.  Poursuivi par une jolie fliquette freinée par sa hiérarchie mais qui sent bien qu'il est trop facile de croire qu'il est responsable de la série de meurtres et semé par le serial qu'il doit retrouver, Franck a fort à faire.

    Cette proie se regarde comme on lirait un polar en se disant "je l'ai déjà lu" voire "quand on en a lu/vu un, on les a tous lus/vus", mais sans déplaisir et sans ennui. Pas beaucoup de surprises donc et même des invraisemblances qui se ramassent à la pelle (l'évasion par exemple), mais du nerf, du muscle et du mouvement. On ne doute pas un instant de l'épilogue mais l'énergie est contagieuse.

    Albert Dupontel est (quasi) immortel et intouchable : qu'il saute du haut d'un pont sur un train en marche, qu'il prenne en courant l'autoroute en sens inverse, qu'il encaisse une balle dans le buffet, qu'il soit suspendu à un arbre et saute dans le vide, qu'il traverse une fenêtre et s'écrabouille sur une camionnette providentiellement garée là (j'en oublie sans doute !), il se relève avec quelques égratignures et repart de plus belle. L'instinct de survie et surtout l'urgence de sauver sa fille sont plus forts que tout. Bébert ne va pas couiner pour quelques bobos. En outre, nous trouverons ici un maton bien sadique, un chef de police bien borné... mais le tirelipompon revient quand même et sans hésitation à Catherine Murino mauvaise actrice s'il en est, qui joue ici une chômeuse en fin de droit (il n'est pas interdit de rire !) et qui semble toujours décorée pour fouler le premier tapis rouge qui se présenterait sous son pied. Quand elle balbutie : "je ne peux plus payer le loyer et l'orthophoniste !", je n'étais pas loin du fourire. Pardon.

  • Partir de Catherine Corsini ****

     Kristin Scott Thomas, Catherine Corsini dans Partir (Photo) Sergi López, Catherine Corsini dans Partir (Photo) Yvan Attal, Catherine Corsini dans Partir (Photo)

    Tout semblait aller pour le mieux entre Suzanne et Samuel : lui chirurgien, elle souhaitant se remettre à son travail de kiné après avoir élevé leurs deux enfants devenus ados dans une grande maison du sud de la France. Et puis, pour aménager le futur cabinet de Suzanne c’est Ivan, ouvrier espagnol qui intervient. L’attirance réciproque entre la « bourgeoise » et le « prolo » ne tarde guère à se manifester

    Qui aurait cru qu’à partir d’une trame aussi mince, on ne sombrerait pas une nouvelle fois, une fois de trop dans le banal trio amoureux assorti d’une petite historiette de différences de classes sociales ? C’est pourtant le cas et Catherine Corsini réinvente littéralement le triangle improbable où il y a forcément un personnage de trop. Mais elle s’y prend très habilement en ne cautionnant pas l’adultère, en ne faisant pas du mari trompé l’homme monstrueux à abattre, ni de l’amant un parti idéal. La réalisatrice nous parle de l’Amour, le seul, le vrai. Celui qu’on n’attend pas, qui vous foudroie quand on s’y attend le moins, qui bouleverse tout sur son passage, les certitudes, les habitudes, qui transforme la vie, fait rajeunir, rend heureux quand il est partagé. Et c’est le cas ici.

    Hélas, un tel amour ne concerne pas toujours uniquement les deux amants, mais peut également chahuter, ébranler voire détruire l’entourage proche. C’est aussi le cas ici.

    Ne sachant mentir et ne parvenant pas à cacher cette liaison, Suzanne la révèle à Samuel qui dans un premier temps s’effondre de chagrin et multiplie les attentions pour reconquérir sa femme. Manifestement stupéfaite de redécouvrir les sentiments de son mari, elle va promettre de renoncer à son aventure. Provisoirement bien sûr car le manque de l'être aimé va rapidement devenir envahissant.

    Suzanne va finalement décider de vivre sa vie comme elle l’entend, de s’affranchir définitivement de ce mari qu'elle finira par avoir en horreur et dont elle dépend à tout point de vue. Elle va s’imaginer qu’en 20 ans de vie commune elle a acquis quelques biens. C’est compter sans l’habileté machiavélique de Samuel qui va user des seules armes qui lui restent pour tenter de faire à nouveau revenir sa femme. Il va utiliser ses relations, ses influences politiciennes pour couper les vivres à Suzanne, faire en sorte qu'elle et Ivan ne trouvent plus de travail.

    Et c’est bien là toute la nouveauté de ce qui aurait pu n’être qu’un vaudeville de plus avec jalousie exacerbée. C’est beaucoup plus difficile de vivre le parfait amour quand on a plus un sou en poche. Et ici, ce n’est pas la passion elle-même qui détruit ou contrarie les amants mais les conditions et surtout les contretemps et complications pour la vivre.

    Cela dit Suzanne et Ivan s’aiment sincèrement et Suzanne est plus forte que sa frêle apparence le laisse supposer…

    Yvan Attal se tire admirablement du rôle peu enviable du mari trompé qui après le chagrin entend bien ne pas se laisser faire. Il affiche d’abord la belle assurance de celui à qui tout a réussi aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle puis se met à vaciller dès qu’une pièce de son bel édifice lui échappe.

    Sergi Lopez discret, fragile et rassurant, a la séduction moelleuse dans son œil de velours et son accent onctueux. Irrésistible.

    Mais c’est Kristin Scott Thomas qui est la lumière chatoyante de ce film bouleversant qui s’embrase au moindre de ses regards. Elle est constamment d’une justesse et d’une crédibilité insensées. Lors d’une de ses rencontres avec Ivan, elle ne parvient pas à le quitter alors qu’elle doit rentrer chez elle, elle lui demande en riant « il faut que tu me chasses, sinon je ne pourrais pas partir ! » ; il finit pas lui dire « va t’en, rentre chez toi ». Le regard implorant, douloureux d’enfant paniqué qu’elle a à cet instant est tout simplement bouleversant et inoubliable. C'est grâce à de tels moments que je comprends pourquoi j'aime autant les acteurs. Comment font-ils parfois pour aller chercher de telles émotions qui traversent l’écran, vous saisissent et vous étreignent le cœur ?

    Kristin Scott Thomas est plus que belle. C’est fou ce que les femmes au sourire triste peuvent être plus belles que les autres ! Elle a une classe folle. Elle est radieuse et bouleversante à l’image de ce film d’amour émouvant.