Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas cage

  • EFFRACTION de Joël Schumacher °°

    Effraction : photoEffraction : photoEffraction : photo

    Kyle est négociant en diamants. Bonjour le métier tout pourri. Sa femme Sarah ne tient pas une galerie d'art mais est architecte et a conçu leur maison bunker ultra sécurisée. Ils y vivent au milieu de nulle part avec leur fille Avery bien antipathique comme une ado il se doit. Une bande de malfrats cagoulés se présente à la porte et bien sûr, Kyle leur ouvre !!! C'est bien la peine d'avoir des alarmes et des caméras partout si c'est pour ouvrir au premier gus qui se présente et dont il ne voit même pas les visages. Passé ce détail sans lequel il ne pourrait y avoir de film sachez néanmoins que la suite est à l'avenant du prologue et que jusqu'à la dernière seconde on reste médusé par une chose aussi laide et stupide !

    La famille Miller est donc prise en ôtage par quatre voyous qui veulent de l'argent, des diamants, un rein, l'amour... cela fluctue au fur et à mesure que le film avance. Mais Kyle, au lieu d'ouvrir son coffre, résiste et tient tête aux vilains armés jusqu'aux dents.

    Scenario indigent, rebondissements invraisemblables et involontairement risibles, acteurs has been ridicules à la ramasse et que leur réalisateur prend un plaisir certain à torturer, glorification de la légitime défense, célébration de la famille, condamnation de l'adultère... je ne m'éternise pas, j'ai le cerveau liquide ! 

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    Cliquez sur le titre des films pour lire mes articles.

    THE KILLER INSIDE ME de Michaël Winterbottom **** 

    Killer-Inside-Me_poster.jpg

    L'ARBRE de Julie Bertucelli ***

    19472919_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100706_014857.jpg

     

    CELLULE 211 de Daniel Monzon ***

    19474438_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100708_105844.jpg

    LE CAFE DU PONT de Manuel Poirier **

    19470632_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100630_124029.jpg
    19458190_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100603_012106.jpg
    .......................................
    MES COUPS DE COEUR
    caseyaffleck1.jpg
    1636490952.jpg
    Aden-Young1.jpg 
    Gone+baby+Gone+Affleck+Brothers+Photocall+3NzvYs8SQvUl.jpg
    2146100011.jpg
    tumblr_l76qaypdBa1qd6elwo1_500.jpg
  • L'APPRENTI SORCIER de John Turtletaub °

    19478717_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100719_042034.jpg
    19426384_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100420_103652.jpg
    19312808_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100316_053100.jpg
    La fée Morgane et Merlin L'Enchanteur n'ont pas eu le temps de voir ou de lire Harry Potter, ils sont trop occupés à essayer de se mettre minables pour être le plus grand sorcier de tous les temps. C'est la vilaine et moche Morgane qui a le dessus et qui occit Merlin. Les trois sous-fifres de Merlin sont eux aussi en bisbille, car les deux garçons Balthazar et Horvath sont amoureux de Veronica (Monica Bellucci MDR) qui préfère Balthazar. Du coup, plus personne n'est copain avec personne. Veronica se sacrifie et bouffe Morgane. Elles se retrouvent enfermées toutes les deux dans une poupée gigogne, tandis que Balthazar atterrit dans une amphore. Balthazar parcourt le monde pendant un millier d'années à la recherche du "Premier Merlinien" qui sera chargé de... chargé de... Il sera chargé, zut, z'avez qu'à y aller vous. Et puis aussi, il voudrait bien libérer sa chérie tout ça ! Du taf dans le grimoire en somme !
    En 2010 (je vous épargne l'épisode 2000) il trouve (manque de bol pour nous) cette quiche de Dave censé être celui qu'il cherche vu que la bague qui ne peut appartenir qu'à l'élu s'aggripe à lui ! La preuve. Le Dave, c'est  une tronche en physique mais pas une flèche en drague. Evidemment il vit avec son meilleur copain, un black obèse très con et très libidineux (est-ce que TOUS les américains ont ce genre de potes, ou c'est juste pour les films ?) qui ne sert strictement à rien et évidemment pas à être drôle même si son rôle est étudié pour, j'en suis sûre.
    Après quelques hésitations à grand renfort de grimaces, répliques et pitreries dénuées de la moindre originalité donc absolument pas amusantes, Dave consent à devenir une spice de Padawan de Balthazar. Après tout, si ça peut aider à pécho ! Tout se résoud évidemment et sans la moindre surprise en 1 h 50 absolument affligeante farcie de rebondissements sans intérêt et invraisemblables et d'effets spéciaux datant des Frères Lumière. Of course (c'est pour pas répéter évidemment) en allant voir ce genre de films on est censé savoir qu'on ne va pas résoudre la quadrature du cercle ! Mais il arrive parfois qu'on y passe un bon moment.
    Ici, je n'ai pu que me désoler de voir une toute jolie et talentueuse demoiselle Teresa Palmer (mix de Naomi Watts et de Scarlett Johanson) jouer les faire valoir, un ex acteur Alfred Molina continuer à creuser la tombe de sa carrière, un autre nous régaler d'une énième fantaise capillaire rendez-nous Sailor...
    Mais le pire du pire n'est rien à côté d'avoir à supporter l'exécrable, déplorable, horripilant et moche Jay Baruchel ou Bachurel peu importe, ce qui relève carrément de l'héroïsme. Quel acteur désastreux ! N'y a t'il pas une sorcière bienveillante qui puisse le transformer en crapaud, en statue de sel... A TOUT JAMAIS ?
    ........................
    Faites un effort pour le jeu ICI, j'ai encore simplifié !

  • KICK ASS de Matthew Vaughn***

    19403595_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100326_030026.jpg
    19403598_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100326_030027.jpg
    19403600_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100326_030027.jpg
    Un jour à peu près comme les autres, Dave Lizewski, adolescent pas très épanoui (comprendre : va t'il "pécho" ?) mais fan de comics se demande tout haut pourquoi aucun être humain ne se décide enfin à faire super héros dans sa vie. Ses copains tentent de le décourager en l'assurant que pour être super héros il faut au moins UN super pouvoir mais Dave prétend que Batman n'en a aucun, simplement un super costume ! Décidé malgré tout à lutter contre le crime, il se commande une combinaison de plongée moche/verdâtre et se transforme en Kick Ass. A la suite d'un malentendu et d'une vidéo diffusée sur You tube et vue par des millions d'yeux, Kick Ass devient un brave aux yeux des américains. Evidemment, ce grand pouvoir implique de grandes responsabilités... et voilà notre crétin racho plongé au coeur même de la mafia new-yorkaise, au prise avec de vrais tueurs qui ne plaisantent pas et qui veulent sa peau. Heureusement, sa rencontre avec Big Daddy et sa gamine de 11 ans, nom de code Hit Girl, deux autres fêlés surarmés, surentraînés qui cherchent à venger la mort de leur épouse et mère va changer la donne...
    Contre toute attente, je n'aurais qu'un mot pour résumer ce film : FORMIDABLE ! Bien sûr, il va sans doute ravir les geeks mais pas seulement j'imagine et j'espère. Alors que les Watchmen atteignait des sommets de bêtise pas drôle et d'ennui épais (pardon chéri), j'ai trouvé ces super héros absolument irrésistibles. Mais surtout deux, voire une. J'y reviendrai.
    La seule réserve que je ferais tient à la longeur du machin qui en plein milieu s'égare un peu trop longtemps en digressions sans intérêts sur la vie, les états d'âme et les questionnements existentiels des ados dont je me fous éperdument (comprendre : vont t'ils "pécho" ou bien ?) avec les deux copains (faut-il obligatoirement qu'ils soient débiles et moches ???) mais pour le reste c'est tellement vicelard, irrévérencieux, drôle et totalement insolent que j'applaudis des quatre fers. Oui, je fais ce que je veux. Et puis c'est cinéphile aussi et la bande son est tellement emballante qu'on a envie de s'agiter en rythme et de se lever, le doigt sur la couture du pantalon lorsque Elvis se met à chanter son American Trilogy (pour mémoire, cliquez sur le King). C'est dire.
    Le Kick Ass de l'histoire Aaron Johnson (avec un h) est vraiment pas mal du tout. Mais ce qui me fait faire la ola moi, c'est Nicolas Cage, et je vous assure, ça me fait tout bizarre d'écrire ça. En papa poule et gâteau qui appelle sa mouflette de 11 ans "ma poupée", qui lui achète des armes de destruction massive pour son anniv', qui lui balance des bastos gros calibre dans le buffet pour tester son gilet pare-balles, qui l'entraîne façon warrior à n'avoir peur de personne et à dégommer tout ce qui bouge, il est sensationnel. Complètement décalé et bien allumé.
    Mais le top du top, c'est la minette justement. Vous pouvez imaginer une petite gonzesse de 11 ans, belle comme un coeur, un mélange de Nikita qui n'aime que son papa et de Mathilda (la copine de Léon) sans pitié, qui affronte toute seule comme une grande tout un gang de mafieux plus armés et blindés qu'un arsenal et qui fait plus de morts qu'une guerre civile ? Non ? Et bien allez voir ce film. Même le chef des méchants, son pire ennemi rêverait de l'avoir pour fille !
    Pour moi ce film, c'est pas Kick Ass, c'est Hit Girl.

  • Prédictions d’Alex Proyas **

    PrédictionsPrédictions - Nicolas Cage

    En 1959, les enfants d’une classe d’école primaire de Boston-States-Unis mettent des messages dans une « capsule temporelle » qui sera ouverte lors d’une cérémonie par les élèves de la même école 50 ans plus tard. En 2009 donc. C’est le petit Caleb, orphelin de mère et fils d’un père statisticien (ça tombe hyper bien) qui hérite du message chiffré de Melinda, petite fille pâlotte et perturbée qui avait une étrange façon de se faire une manucure !

    John le père va rapidement découvrir que ces séries de chiffres sont en fait des dates, avec latitude/longitude et nombre de victimes de toutes les catastrophes des 50 dernières années (11 septembre 2001 compris)… et que les trois dernières séquences annoncent des pépins à venir. Comment faire pour éviter le bordel terminal alors que d'étranges bonshommes viennent murmurer à l'oreille de votre rejeton un peu dur d'oreille, that are the fucking questions ?

    Le premier et le dernier quarts d’heure sont à extraire de ce film catastrophe patapouf où même les scènes de traumas familial ne nous sont par épargnées : la mère/épouse morte, le père qui arrive systématiquement en retard pour aller chercher le moutard à l’école, le même qui, coupable, regarde sa montre en se tapant le front : « merde, j’ai oublié la fête de Caleb !!! », la mésentente père/fils, le copain qui ne croit pas les histoires abracadabrantesques etc…

    Même si les effets spéciaux des catastrophes en cascades sont nickel chrome (pour comprendre le nouveau procédé utilisé, renseignez-vous !), tout est prévisible et vu archi vu et Nicolas Cage fait son job en réfléchissant et en courant beaucoup.

    Et pourtant, j’ai comme l’impression qu’Alex Proyas est passé pas loin de réussir un beau grand film. La scène d’ouverture située en 1959 est intrigante à souhait et rappelle davantage l’univers thriller horrifique style Guillermo del Toro (toutes proportions gardées évidemment, pas la peine de me tomber dessus à cinéphilie raccourcie !) qu’un blockbuster. Quant au dernier quart d’heure ésotérico biblique et totalement improbable sans doute, il m’a néanmoins laissée complètement baba, jusqu’à quel sacrifice est-on capable d’aller pour tenter de sauver son enfant ? En tout cas, pour une fois qu’un réalisateur va au bout de son hypothèse de départ, c’est dommage de bouder son plaisir… même si, je le répète, entre le quart d’heure initial et le quart terminal, il est difficile de ne pas un peu gigoter sur son siège !