Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Phénomènes de M. Night Shyamalan °°°

    Phénomènes - Mark Wahlberg et Zooey Deschanel

    Je crée la rubrique °°° spécialement pour ce film et encore plus particulièrement pour et à cause de M. Shyamalan. Je n’arrive pas à croire que ce même réalisateur qui nous a scotché et mis KO en 2000 avec un « Sixième sens » ébouriffant puisse être à l’origine de cette chose niaise, laide, stupide, mal jouée, mal filmée, ennuyeuse à périr et souvent risible et ridicule. Armé de bonnes intentions écologiques, le scénario disparaît sous un salmigondis de préchi précha, d'invraisemblances et autres niaiseries à la mormoile.

    Je n’aurai donc que trois mots à vous dire : FUYEZ, PAUVRES FOUS !

    Ça commence par une série de morts aussi étranges que suspectes. Evidemment comme d’hab’, c’est New York qui morfle en plein Central Park. Rien ne sera jamais épargné ni pardonné aux New-Yorkais. C’est eux qui trinquent, point, c’est comme ça.

    Direct, c’est moche, filmé et joué avec les pieds. Les ouvriers qui voient leurs collègues se jeter du haut d’un building en construction sont complètement stoïques et impassibles… sauf celui qui est en gros plan qui déverse des jeysers de larmes ! Ce « phénomène » intrigue aussitôt les gens de Philadelphie (normal, ce doit être le syndrome aile de papillon ou un truc de ce genre…) qui ont sans doute des trucs à se reprocher comme les New-Yorkais. Les philadelphiens décident de faire leurs valises et de partir sur les routes, à pied, à cheval, en train. C’est l’exode. Elliott, une tronche en science (il en faudra bien un qui se creuse et donne des explications tous les quarts d’heure… c’est lui qui s’y colle, Mark Whalberg qui fait ce qu’il peut pour sauver le néant mais avec un prénom de klebs, il fait ce qu’il peut effectivement… peu) part avec sa femme (une espèce de poupée Chuckie qui roule des billes, a l’air d’avoir 12 ans, se gratte le bras en attendant les résultats de son test de grossesse etc… et j’apprends, ention et damnafère que cette quiche a tourné dans LE chef d’œuvre 2007 !!!), le meilleur pote et la fille dudit meilleur pote sont là aussi (consternants d’effarement l’un comme l’autre). La femme du pote est partie à Portland acheter une maison de poupée à la fille, parce qu’il n’y a pas de magasins de jouets à Philadelphie (sâchez-le), mais elle les rejoindra plus tard. Ben c’est ça, t’as qu’à croire ! La fille, c’est une pleureuse aux oreilles décollées qui chuchotent quand elle est émue. Moi, elle m’agace. Le père la confie à Elliott et madame et paf le chien, il meurt en route (pas le chien, y'a pas de chien dans le film (étonnant d'ailleurs ?), le père de chou-fleur... c'est lui qui meurt. Essaye de suivre sinon on va pas y arriver !

    En fait les morts suspectes sont des suicides. Donc, si un jour vous voyez votre meilleur pote marcher à reculons, tenir des propos incohérents « Dieu existe »… « Shyamalan est un génie »… « les plantes aiment la castagne »… « ET téléphone maison » etc.., abrégez ses souffrances car il est atteint d’une attaque terroriste irrémédiablement mortelle qui conjugue pollénisation et vitesse du vent (l’âge du capitaine n’est pas dit dans la chanson). Cet état de fait donne l’occasion à M. Night de laisser libre court à ses instincts gore. Nous assistons donc à diverses formes d’autolyses (suicidaires de tous pays prenez en de la graine, il y a 100 % de réussite dans ce film) : sauts dans le vide, plantage d’objets contondants dans l’œil ou la gorge, tranchement de veines, duel bagnole contre platane (c’est le platane qui gagne), défénestration, mort par balle (minable)… et pour le top du top, j’hésite entre ces deux délicieuses formules :

    1. mettez calmement en route une moissonneuse batteuse en plein champ (évidemment cette méthode exige quelques moyens matériels, mais il faut savoir ce qu'on veut dans la vie), allongez-vous tranquillement devant l’engin et attendez…,
    2. rendez-vous au zoo le plus proche, entrez dans la cage aux lions (affamés les lions je vous prie) et laissez-vous grignoter sans broncher !

    ATTENTION ! WARNING ! HARTUNG ! AMES SENSIBLES NE LISEZ PAS LA SUITE.

    En effet, ici interviennent deux extraits de dialogues que je vous livre in extenso :

    1er dialogue :

    -          Elliott, faut que je te parle !

    -          Oui !

    -          Tu sais, les coups de fil que je reçois que je te dis toujours c’est personne quand tu me demandes c’est kiki t’appelle !

    -          Oui !

    -          C’est quelqu’un

    -           !!!

    -          C’est un collègue !

    -           ???

    -          C’est Joey !

    -          J’ai mangé un tiramisu avec Joey l’autre jour !

    2ème dialogue :

    -          Machine ? Faut que je te parle !

    -          Oui !

    -          Tu sais l’autre jour, je suis allé à la pharmacie et la pharmacienne était drôlement jolie !

    -          Oui !

    -          Je lui ai demandé du sirop alors que j’avais pas mal à la gorge, et même pas je toussais !

    -           !!!

    -          Ben tu vois, j’ai failli acheter une bouteille de sirop alors que j’étais même pas malade !

    -           ???

    -          Le sirop !!!

    - Oui ?

    - Il coûtait 6 dollars !    

    AMES SENSIBLES, VOUS POUVEZ REPRENDRE VOTRE LECTURE.

    Ce film est donc, vous l’avez compris, un film route (un road movie si vous préférez) et grâce soit quand même rendue à Shyamalan, les fuyards n’ont pas décidé de se rendre en Californie mais juste de Philadelphie à la banlieue de Philadelphie… c’est vous dire le niveau de gamberge des philadelphiens, mais au moins, on a qu’une heure et demie à souffrir. Imaginez qu’ils aient traversé les Tas Unis tiens, on était beaux ? En route, à un carrefour providentiel au milieu de nulle part, ils croisent plein de gens qui se sauvent : un couple barge qui aime les hot-dogs avec de la moutarde, un bleubite deuxième classe obligé de se prendre pour un général et donner des instructions, des jeunes, des enfants, des gens quoi ! Tout le monde crève, même une pauvre vieille qu’en a rien à foutre du monde qui le lui rend bien et qui brusquement se met à marcher à reculons etc… mais pas notre couple vedette et la gamine à tête de choux (rapport aux oreilles !). Eux ils continuent à marcher droit devant, tête haute, « tant qu’à crever, crevons debout ! ».

    Un premier épilogue s’envase dans la guimauve la plus sirupeusement écoeurante… et puis notre Shyamalan a finalement retrouvé une bobine. « Tiens si je tournais un autre épilogue avec ma bobine que j’ai retrouvée ? » qu’il s’est dit, et là, il règle son compte à la France.

    Shyamalan, t’es con ou quoi ??? Y’avait plus qu’en France qu’il te restait quelques fans ! T’es grillé mon gars. De toute façon, envisage une reconversion, vends ton matos, t’es vraiment plus digne de toucher une caméra !

     

    Moralité : choisissez bien vos partenaires de Tiramisu.

  • Les orphelins de Huang Shui de Roger Spottiswoode **

    Les Orphelins de Huang Shi - Chow Yun-Fat et Jonathan Rhys-Meyers
    Les Orphelins de Huang Shi - Michelle Yeoh

    Dans les années 30, la Chine est divisée par une guerre civile entre nationalistes et communistes. Les japonais en profitent pour envahir le pays. Un reporter anglais, George Hogg échappe de peu au massacre de Nankin et se retrouve isolé dans un orphelinat où tentent de survivre une soixantaine d’orphelins terrifiés et plus ou moins traumatisés, eux aussi rescapés et une vieille femme. La rencontre d’une infirmière américaine et d’un chef de partisans communistes va changer la vie du journaliste. Les enfants risquant d’être enrôlés de force dans l’armée, George décide de les emmener dans un endroit où ils seront en sécurité… L’étrange troupe va parcourir 1 000 kms à pied !

    Avec un tel sujet : l’histoire VRAIE d’un authentique héros, quasiment un saint, on devrait assister à un film ample, épique et bouleversant. Il n’en est rien ou presque. Si l’épopée est parsemée de péripéties, si le rythme romanesque ne faiblit guère, si surtout les paysages sont d’une beauté saisissante à chaque plan, l’émotion n’est jamais au rendez-vous. Il y a des pertes, des morts, des suicides, des actes de bravoure, et tout laisse étrangement froid. On ne comprend jamais comment le déclic s’est fait dans la tête du journaliste qui au départ ne cherchait que le scoop à ramener en occident. Comment et pourquoi devient-on un héros ? L’idylle sentimentale providentielle ne tient pas trop la route non plus. Cela tient-il au fait que le couple vedette soit d’une étrange fadeur et n’ait pas l’étoffe et le romantisme échevelé que leur aventure exige ? L’histoire est forte et le film a le mérite de nous la faire connaître. J’aime les super héros impossibles mais aussi les héros réels de la vraie vie et l’étonnante expédition, la naïveté et l’abnégation de George Hogg méritaient un bien meilleur traitement. Restent des paysages littéralement à tomber de beauté, des enfants formidables, le grand Chow Yun Fat et l’aristocratique Michelle Yeoh, impeccables !

    Photos de 'Les Orphelins de Huang Shui'
  • Les insoumis de Claude-Michel Rome **

     

    Les Insoumis - Richard Berry, Bernard Blancan, Moussa Maaskri, Pascal Elbé et Aïssa Maïga
    Les Insoumis - Bernard Blancan, Moussa Maaskri, Pascal Elbé et Aïssa Maïga
    Les Insoumis - Bernard Blancan, Moussa Maaskri, Pascal Elbé et Aïssa Maïga

    Le Capitaine Vincent Drieu, flic surdoué mais brisé par un drame personnel et professionnel est volontairement muté dans un commissariat pourri près de l’étang de Berre. Il se retrouve face à une équipe démotivée, menée par une femme, commissaire, enceinte et qui ne demande qu’une chose à ses collaborateurs, qu’ils ne fassent pas de vague en attendant la démolition du commissariat prévue pour dans trois mois. C’est compter sans Drieu, cow-boy incorruptible qui entend bien ne plus laisser la mafia locale mener la ville.

    On ne peut nier que la première scène lorgne du côté de « Heat » avec l’attaque d’un fourgon qui emmène un prisonnier au tribunal. C’est nerveux, violent, radical, pyrotechnique et percutant. La suite sera (parfois) plus calme mais réservera quand même de belles surprises mouvementées et notamment la longue scène finale où tous les membres du commissariat sont obligés de s’enfermer pour résister à l’attaque d’une véritable troupe surarmée. Avant d’en arriver au dénouement qui hélas est complètement aberrant et bâclé, il convient de ne pas bouder son plaisir devant un film ambitieux et efficace.

    La partie qui évoque la vie du commissariat est particulièrement réussie. D’une part par son environnement, autour de l’Etang de Berre, le paysage est assez apocalyptique et donne un sens à cet espace de non-droit sinistré. Elle permet d’autre part à de beaux personnages de prendre vie bien qu’ils soient assez nombreux et aussi à des femmes, ce qui est rarissime, dans un film de cow-boys souvent prêts à dégainer. Si Richard Berry est idéal en flic désabusé à qui on ne la fait pas, il ne surprend pas et son « trauma » personnel (entièrement réglé par téléphone) laisse relativement indifférent. C’est dans sa relation avec chaque membre de l’équipe de bras cassés qu’il va d’abord surprendre, déranger puis séduire que son histoire est la plus convaincante. Il va rendre leur dignité et leur compétence à des flics réduits à remplir la « main-courante » sans intervenir ou à consoler les vieilles dames à qui on a volé le sac. Aïssa Maïga, toujours dynamique et impliquée se dévoue corps et âme à son chef, dès lors qu’elle peut l’admirer. Pascal Elbé, le plus récalcitrant finira par retrouver les valeurs d’un boulot qu’il a aimé grâce à un chef qu’il respecte. Bernard Blancan est un flic fatigué mais intègre qui y croit encore à condition d’être mené par un patron juste et vertueux. Sans oublier Moussa Maaskri et Guilaine Londez particulièrement convaincants eux aussi. Tout ce petit monde joue du flingue et de la réplique qui tue avec beaucoup de punch et donne au film son intérêt et son énergie. Un film efficace qui dépote !

  • Sagan de Diane Kurys *

    Sagan - Sylvie Testud

    La vie, la mort, les amours, les emmerdes de Sagan… et quelques pages d’écriture de celle qui devint un mythe et dont la carrière commença par la sortie du livre jugé scandaleux « Bonjour tristesse ».

    On ne peut que reconnaître deux atouts imparables à ce film : la performance miraculeuse de Sylvie Testud et l’envie qu’il donne de (re)lire de toute urgence toute l’œuvre de Sagan.

    Bizarrement le film laisse une impression très mitigée de malaise et de déception, comme s’il était poussiéreux, inadapté et surtout l’insondable tristesse qu’il dégage, malgré les quelques tentatives pour faire sourire, laisse complètement anéanti.

    Sagan était une femme gaie qui aimait faire la fête et ne savait que faire une chose : écrire. Elle n’attendait qu’une chose de ses amis (nombreux) : qu’ils soient heureux ! Dès la parution de « Bonjour tristesse » elle devient millionnaire alors qu’elle n’a que 18 ans. Elle passera sa vie à dilapider tout l’argent qu’elle gagne, aux jeux, dans l’achat de luxueuses voitures, de maisons et surtout en s’entourant d’une cour de pique-assiette qu’elle entretient, loge, nourrit, sort. Elle s’en fiche, elle est généreuse, elle ne sait pas compter, elle veut qu’on l’aime.

    Deux mariages, un enfant (renié… pourquoi ?), ses relations homosexuelles, ses beuveries, son accident de voiture qui l’a rend pour toujours accro à la drogue, son arrestation… tout le film n’est qu’une succession de pages people ou scandaleuses. C’est un peu comme si on feuilletait en accéléré 50 ans de « Paris Match » et c’est assez écoeurant car si on se rend compte à quel point cette femme était adorable et imprévisible, on cerne peu sa personnalité complexe et son génie d’écrivain. Les plus beaux (et rares) moments sont ceux où en voix off, elle « écrit » ses plus belles pages. Pour le reste, toute une galerie de marionnettes plus caricaturales les unes que les autres se succèdent auprès d’elle pour l’abandonner finalement.

    Mais au centre de ce tourbillon de fêtes, de séductions et de défaites, il y a Sylvie Testud à la tête d’un rôle colossal qu’elle a empoigné, petite brindille au corps anorexique, comme possédée par l’écrivain. Elle est incroyable, troublante car on ne peut qu’insister sur la ressemblance confondante avec son modèle. Sans maquillage outrancier, sans latex qui enlaidit et dénature, juste par le mystère d’une mèche blonde qui balaye le front, d’une démarche qui devient de plus en plus hésitante avec les années, d’une façon de se caresser le sourcil, de se plaquer les cheveux dans la nuque nerveusement, et d’une voix sans pareil et surtout d’un débit hypernerveux, inquiet et impatient, elle devient Sagan, gaie, excessive, timide, attachante, touchante.

    Ce film doit TOUT à Sylvie Testud mais ne rend pas hommage à Françoise Sagan réduite ici à une fêtarde désespérée.

    Il faut également remercier, féliciter et rendre grâce à Chantal Neuwirth et à Sylvie Testud encore, qui dans le « spectacle » final de l’agonie rendent, par la force de leurs regards, toute sa dignité à une scène qui aurait sombré dans un mauvais pathos sans le talent de ces deux actrices.

    Un film d’une grande, profonde et insondable tristesse !

  • JCVD de Mabrouk el Mechri ***

    JCVD - Jean-Claude Van Damme
    JCVD - Jean-Claude Van Damme

    Jean-Claude Van Damme rentre en Belgique pour tenter de se refaire le moral en berne. Aux Etats-Unis, il est en procès contre son ex femme pour la garde de sa fille, ses finances sont au plus bas, les projets ne se bousculent pas… et sitôt entré au pays, le voilà au cœur d’une prise d’otages dans une poste où il venait retirer de l’argent.

    Au centre de ce thriller parfois flippant, parfois franchement drôle, il y a JCVD, la « movie star » comme il se nomme lui-même, qui joue son propre rôle. La prise d’otages se transforme vite en show télé car des centaines de curieux veulent voir leur idole en vrai ! Quant à JC, il joue de sa notoriété pour faire l’intermédiaire entre les preneurs d’otages (dont un fan absolu) et la police qui croit que c’est lui qui est à l’origine du délit.

    C’est incroyable de croire connaître si bien un acteur alors qu’en parcourant sa filmo, je pense n’avoir vu aucun de ses films. Il faut dire que jusque là, JCVD se faisait davantage remarquer pour ses aphorismes délirants que pour ses qualités d’acteur. Mais l’ennemi de JCVD, c’est JCVD lui-même, personnage musclé et sans cervelle qui a eu ce qu’il a voulu (la gloire) mais qui apparemment n’en peut plus. Il ne renie rien, ne crache pas dans la soupe qui l’a fait vivre, mais balance deux trois vérités qui ressemblent à des règlements de compte, l’abandon de John Woo qui lui devrait d’être venu à Hollywood, son remplacement dans un futur projet par Steven Seagal et le manque d’inspiration de son agent…

    Si le film, objet hybride qui oscille entre fiction et réalité est loin d’être déplaisant avec notamment l’impayable acteur belge François Damien dans le rôle de l’inspecteur et une esthétique chébran très soignée, le grand intérêt, la grande et bonne surprise c’est évidemment Jean-Claude Van Damme himself. Loin de chercher la performance ou le contre emploi, de tenter de nous faire le coup de son « Ciao Pantin », l’acteur semble être lui-même, rien de plus, mais surtout rien de moins. Avec son regard triste et fatigué qui nous dit à chaque plan à quel point il a morflé, il parvient également à nous montrer de quelle auto-dérision il est capable en évitant toute surenchère dans les effets «actor’s studio ». JCVD est sobre, touchant, sincère et drôle. Lorsque le moment tant attendu arrive dans la dernière partie du film où il se confie seul face caméra avec son phrasé et ses tournures inimitables, il livre tout en vrac, s’épanche, se dévoile et révèle tout, son ascension, sa gloire, les femmes, les films, sa chute dans la drogue, sa descente aux enfers… et il a ces mots assez surprenants et vraiment désarmants : « voilà, ce film c’est pour moi… », c’est-à-dire pour que je m’en sorte. Mais ce n'est pas seulement dans cette belle scène qu'il prouve qu'il est un acteur. 

    Ce film sincère, oui je décide de dire et de croire qu’il est sincère, est celui d’un garçon adorable, séduisant, vraiment attendrissant et aware, qui révèle de vraies qualités d’acteur, qui prouve que le regard énamouré que son réalisateur pose sur lui peut lui permettre de déployer son talent et qui crie "aimez-moi !". Irrésistible.

  • Si ça vous amuse,

    faites comme moi, tentez de répondre à ces quelques questions vraiment casse-tête et comme moi (peut-être) soyez persuadés que les réponses pourraient être très différentes demain ou après-demain !!!

    1. A quel film devez-vous votre premier souvenir de cinéma ?

      Question impossible à résoudre puisque j’ai été élevée dès mon plus jeune âge à coups de westerns (genre que je vénère toujours aujourd’hui…) mais je crois que j’ai senti qu’il se passait vraiment quelque chose en voyant (je l’ai revu 800 fois depuis) « La sirène du Mississipi » de François Truffaut. Belmondo en victime consentante ravagé d’amour et Marion-Catherine, je ne m’en lasserai jamais !

     
     
     
    1. Quel est le chef-d’œuvre officiel qui vous gonfle ?

      « La passion de Jeanne d’Arc » de Carl Theodor Dreyer. Je sais qu’après une telle révélation je ne pourrai plus me prétendre cinéphile aux yeux de quiconque, mais le regard épouvanté de Falconetti : définitivement non !

     
     
    1. Quel classique absolu n’avez-vous jamais vu ?

    « Stalker » d’Andrei Tarkovski… là aussi, je risque d’être vouée aux gémonies… mais je n’ai pas dit mon dernier mot… 

     
     
    1. Quel est le film unanimement jugé mauvais que vous avez « honte » d’aimer ?

    « Armageddon »… j’aime quand Bruce sauve le monde et qu’il meurt à la fin. Je pleure.

     

    Armageddon
     
     
    1. Quel est le film que vous avez le sentiment d’être la seule à aimer ?

      « Est Ouest » de Régis Wargnier. J’ai l’impression que personne ne le connaît. C’est une merveille.

    Est-Ouest
     
     
     
    1. Quel film aimeriez-vous faire découvrir au monde entier ?

      « Le cahier » de Samira Makhmalbaf

    Le Cahier
     
     
     
    1. Quel film montreriez-vous en boucle à votre pire ennemi pour le torturer ?

    Je n’ai pas trouvé car les films que je déteste pourraient plaire à mon ennemi et je ne souhaite en aucun cas qu’il prenne du plaisir… Par contre, pour me torturer moi, il suffirait de me passer en boucle « La Môme ».

    La Môme
     
     
     
    1. Quel film pourriez-vous regarder tous les jours ?

    "An affair to remember" de Leo Mc Carey, quand Cary Grant découvre la "supercherie, qu'il s'appuie contre la porte, qu'il ferme les yeux et aaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhh !!! C'est reparti, les grandes eaux !

    Elle et lui
     
     
     
    1. Quel film faut-il voir pour y découvrir un aspect essentiel de votre personnalité ?

    « 2001 l’odyssée de l’espace » de Stanley Kubrik…

    2001 : l'odyssée de l'espace
     
     
     
    1. Un film a-t-il déjà influé sur le cours de votre vie ?

      Pas un mais plusieurs, régulièrement… quand je vois des films tels que « Une vérité qui dérange », « Le cauchemar de Darwyn », « Ezra », « Haïti chérie »etc… je me demande toujours pour quelle cause il serait plus « juste » de s’engager !

    Une Vérité qui dérange
     
     
     
    1. Quel film vous a-t-il fait verser vos plus grosses larmes ?

    « Million dollar baby » de Clint Eastwood

    Million Dollar Baby
     
     
     
    1. Quel film vous a procuré votre plus forte émotion érotique ?

    « La fureur du dragon » quand Bruce Lee pousse ses petits cris « wiiiiiiiiiiiiiii aaaaaaaaaayaaaaaaaaaaa » je ne me tiens plus !

    Bruce Lee - La Fureur du dragon
     
     
    1. Quels films emporteriez-vous sur une île déserte ?

    « Sur la route de Madison » de Clint Eastwood – « Le bon la brute et le truand » de Sergio Leone – « Autant en emporte le vent »… et oui !

    Sur la route de Madison
     
     
     
    1. Quel film attendez-vous avec la plus grande impatience ?

    « The changeling » de Clint Eastwood. En février 2009, je crois !

    The Changeling - Angelina Jolie
  • Loin de Sunset Boulevard d’Igor Minaiev ***

    Loin de Sunset Boulevard
    Loin de Sunset Boulevard

    Au début des années 30 à Moscou, la relation d’Alexandre Mansourov, réalisateur réputé et Konstantin Dalmatov son assistant, est découverte par les autorités. L’homosexualité est légalement réprimée et pour exercer à son tour son métier de cinéaste Konstantin doit, à la mort de Mansourov conclure un pacte avec le Régime. Sitôt signé un document qui peut faire de lui un collaborateur du gouvernement « en cas de besoin », toutes les portes lui sont ouvertes. Il lance la carrière de la très talentueuse et très seule actrice Lidia Polyakova. Ils décident l’un et l’autre de vivre ensemble, de se marier pour rapprocher leurs solitudes et sauver les apparences. Ce second pacte fait de Konstantin un homme respectable hétérosexuel.

    La relation platonique impressionnante de complicité, de tendresse et de respect entre Konstantin et Lidia est au centre du film même si elle n’en est pas le thème essentiel. Ce qui en fait le cœur, c’est la création dans un pays où Lénine avait fait du cinéma le premier des arts pour sa capacité à éduquer les masses, le tournage des films dans le film toujours réjouissant sur grand écran. Le genre de prédilection de Konstantin sont les comédies musicales. Il tourne donc des films flamboyant, follement gais et optimistes qui vantent le bonheur et la chance de vivre en URSS. A l’époque tous les films devaient recevoir l’assentiment de Staline et pas un ne sortait sur les écrans sans être passé par le Kremlin. On apprend qu’Eisenstein a dû en détruire un des siens. Le contraste entre ce que filme Konstantin, vif, coloré et joyeux est en contradiction permanente avec la peur perpétuelle que ressentent le réalisateur et son actrice, peur de cesser brusquement de plaire. Toute l’équipe est d’ailleurs soumise à ce climat de doute, d’incertitude et de suspicion face à une administration tyrannique toujours prompte à remplacer, déplacer, déporter ! Konstantin et Lidia sont triomphalement reconnus dans tout le pays jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus supporter cette chape sur leur métier et leur vie…

    Entre allégresse, tristesse et inquiétude le film voyage avec virtuosité. C’est romanesque, historique, éblouissant et douloureux. C’est russe. Et un film russe (aussi hollywoodien !) au titre aussi merveilleusement subtil, est un objet suffisamment rare pour qu’on s’y attarde, même si au final ce qui reste en mémoire est la chaste relation indéfectible des deux personnages principaux, amis, complices, alliés envers et contre tout.

  • Affaire de famille de Claus Drexel **

    Affaire de famille - André DussollierAffaire de famille - André Dussollier (photo exclusive)Affaire de famille - Miou-Miou (photo exclusive)

    Une famille de province sans histoire, le père, la mère, la fille mais sans beaucoup d’affinités et de choses à se dire découvre un sac de sport rempli de billets de banque. Jusque là, le père ressassait ses rêves de gloire footbalistique passée (il a failli entrer chez « les verts » dans les années 70 et les vieux de mon âge se souviendront « qui c’est les plus forts, évidemment c’est les verts… »), la mère s’occupe d’un magasin ringard de souvenirs dans la banlieue de Grenoble, et la fille ado ronchon, ronchonne. Tout cet argent va contraindre ce trio à faire tout et n’importe quoi. Cachotteries, mensonges, trahisons, chacun va chercher à berner l’autre volontairement ou pas, jusqu’à l’arrivée d’un policier, l’inspecteur Mort Vivant, d’un loubard à scooter et de ce fichu sac qui ne va cesser de changer de mains sans qu’on s’aperçoive de rien.

    Voilà typiquement le genre de film qui n’a d’autre ambition que de distraire (j’espère que j’ai bon !) et qui réussit parfaitement son pari. Il fait du bien et on en sort plutôt en grande forme. Car même si le scénario n’a rien d’exceptionnel : où est ce satané argent ? le réalisateur a eu la bonne idée de nous raconter l’histoire trois fois selon le point de vue de chacun des membres de la famille. Comment ont-ils découvert la chose ? Comment l’ont-ils interprétée en fonction de ce qu'ils ont vu ? Quel rôle jouent-ils vraiment chacun, ensemble ou séparément ? C’est vivant, enlevé, drôle, sans prétention et l'épilogue douloureux me fait penser qu'un tel sac tombé du ciel serait le bienvenu...

    Miou Miou et André Dussolier s’amusent manifestement sans jamais sourire car ils sont champions l’un comme l’autre dans l’art de manier le second degré avec un air parfaitement abruti.

  • Ezra de Newton I. Aduaka ***

     

    Ezra

    Ezra n’a que 9 ans lorsqu’un matin débarquent dans son école une horde de types effrayant qui embarquent manu militari tous les garçons. Ezra sera comme ses compagnons, embrigadés et entraînés au fin fond de la jungle pour commettre les pires atrocités. On retrouve Ezra quelques années plus tard. Il a réussi à échapper à ses tortionnaires sauvages et doit faire face à un tribunal international de réconciliation nationale organisé par l’ONU. Le jeune homme par ailleurs, complètement traumatisé vit dans un centre de réhabilitation psychologique. Au tribunal, qui n’est pas là pour juger, mais pour comprendre et aider les anciens enfants soldats et permettre le pardon et la compréhension, Ezra doit faire face à sa sœur. Lors d’une nuit d’enfer et de cauchemar, complètement drogué et alcoolisé, il aurait lui-même tué ses propres parents et coupé la langue de sa sœur… Ezra ne se souvient de rien.

    Le film, très beau, très bien fait réussit l’exploit d’être à la fois une fiction et un témoignage implacable sur une réalité qui frappe encore actuellement l’Afrique sans que le reste du monde s’en émeuve. Il y aurait encore aujourd’hui 300 000 enfants soldats. Ici, dans ce pays imaginaire, pas de luttes de classes, de religions ou de « races » mais simplement l’appât du gain et les réserves d’or convoitées. Les scènes de tribunal et de la vie d'Ezra et de ses jeunes compagnons dans la jungle et des actes qu'ils commettent alternent. Les premières permettant quelque peu au spectateur horrifié de "digérer" les secondes révoltantes, insupportables...

    Les deux acteurs principaux, le frère et la sœur, non professionnels, sont extraordinaires.

    Voici comment le réalisateur parle de son film :

    « Ces enfants ont connu l'enfer pour valoriser le prix des diamants, de l'huile, pour permettre à Wall Street de se maintenir à flot. Tout cela m'affecte profondément, et c'est ce qui a nourri Ezra. Le reste, c'est du cinéma".

    Je suis fasciné par la mémoire. Comment elle fonctionne, comment elle oublie ou se souvient, ses différentes strates, comment nous la reconstruisons, consciemment ou non, comment nous nous arrangeons avec elle. Ezra est porteur de tout cela. Sur un plan symbolique, je crois qu'Ezra, c'est nous. Tout le monde. Nous avons tous été effrayés par la violence institutionnalisée, drogués par les médias trop peureux. Comme Ezra, nous avons tous été trompés. Oui, Ezra est semblable à toute une génération d'enfants qui, comme lui, ont pris conscience que pendant qu'ils mourraient de faim ou à la guerre, une poignée de gens avides en profitait. Et ce qu'il y a d'ironique, c'est qu'ensuite, ce sont les mêmes gens, à travers leurs institutions, qui viennent les juger... Les guerres dans le monde peuvent être évitées, mais seulement si toutes les vies valent le même prix. »