Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

johnny depp

  • PIRATES DES CARAÏBES

    LA VENGEANCE DE SALAZAR

    de Joachim Ronning, Espen Sandberg °

    106609.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! 

    Lire la suite

  • 21 JUMP SREET de Phil Lord et Chris Miller **

     21 Jump Street : photo21 Jump Street : photo

    21 Jump Street : photo
    • Ça commence au lycée où Jenko le beau gosse avec des muscles et pas trop de cerveau s'amuse beaucoup à humilier Schmidt le ptit gros gentil comme tout qui se prend pour Eminem et des rateaux par des filles jolies mais plus salopes mufles qu'un wagon de mecs à la troisième mi-temps. Ils se retrouvent à l'école de Police, 7 ans plus tard à la fin de leurs études. Ils deviennent copains comme cochons, d'abord par intérêt et complémentarité puis par réelle amitié. Leur déception est grande d'être au départ des flics à vélo chargés de surveiller les jardins publics. A la suite d'une opération qui foire, leur chef, conscient qu'ils ont conservé un physique et une cervelle d'ados leur confie une mission d'infiltration au sein d'un lycée afin d'intercepter un traffic de drogues. Les voilà donc intégrés dans l'équipe du colérique capitaine Dickson au 21 Jump Street dont les bureaux siègent dans une église au Jésus coréen... Ils reprennent le chemin du lycée. Jenko sûr de redevenir le coq de basse-cour qu'il était et Schmidt convaincu d'être à nouveau un souffre douleurs. Sauf que les codes des ados changent régulièrement et que les deux baltringues vont voir leurs rôles complètement inversés !

      D'abord, sachez que je viens seulement de découvrir qu'il y avait eu 103 épisodes de 21 Jump Street la série en plusieurs saisons et que je n'en ai pas vu UN SEUL ! Oui. C'est possible. Moi Johnny Depp je l'ai découvert dans Crying Baby et ce fut le choc, et en souvenir de cette époque, je souhaiterais qu'à présent il se ressaisisse !

      Bon, ce film ne sert strictement à rien sauf à bien se poiler. Et je ne m'en suis pas privée, malgré les baisses de rythme régulière et une fin qui n'en finit plus de finir. Mais tant pis. Il n'y avait ni punks, ni filles maltraitées et ça fait du bien de rire bêtement. Alors sachez que c'est totalement pipi caca bite couilles vomi... mais cette fois ci, c'est bien passé. Une autre fois je pourrais dire qu'un film pipi caca bite couilles vomi c'est insupportable, mais pas aujourd'hui. C'est comme ça.

      Bizarrement Jonah Hill est un peu en service minimum, mais il est agréable de constater que Tatum Channing est capable de jouer autre chose que l'endive dans des bluettes à l'eau de rose

       

      ATTENTION CA VA SPOILER 

    •  Passer la souris ci-dessous si vous souhaitez lire.

    • J'aurais aimé ne pas le savoir mais hélas je le savais. Johnny Depp apparaît pour une scène dans ce film. En fait il apparaît plusieurs fois mais on ne peut le savoir qu'à la fin... Et c'est une bonne nouvelle, il est beau, il vieillit bien, il est drôle... et il JOUE LA COMEDIE... Et ça c'est une grande nouvelle. Il peut encore faire autre chose que rouler les yeux et tituber. Il est donc absolument urgent que ce garçon abandonne pour quelque temps (je ne dis pas qu'il faut renier ses amitiés quand on en a, mais qu'il oublie un peu) TIM BURTON et les Pirates. Merci.

  • DARK SHADOWS de Tim Burton *

    Dark Shadows : photo Johnny DeppDark Shadows : photo Eva GreenDark Shadows : photo Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Tim Burton

    En 1772, pour avoir brisé le coeur d'une sublime mais cruelle sorcière, Barnabas Collins industriel chanceux en affaire comme en amour, est transformé par la jalouse en vampire et condamné à "non-vivre" enterré et enchaîné dans un cercueil. Brrrrrrrrr. Deux ans cents plus tard le cercueil est ouvert malencontreusement par des ouvriers et notre vampire assoiffé par deux siècles d'abstinence zigouille sans autre forme de procès ses libérateurs. Il s'empresse de rejoindre son domaine tout surpris de le découvrir en bien piteux état. Il y retrouve quelques-uns de ses descendants vaguement décadents et en tout cas ruinés mais tout contents de voir leur ancêtre apparaître. D'autant plus qu'il promet de leur rendre la splendeur d'antan et de faire revivre l'entreprise familiale. C'est compter sans la haine inapaisée d'Angélique (la sorcière) qui est responsable de la faillite des Collins et ne cesse de se venger d'avoir été abandonnée.

    Quel ennui, quelle mollesse, quelle nonchalance ! Alors oui, l'univers baroque, gothique, fantastique et féérique de Tim Burton est là et on ne peut nier la splendeur des décors. Mais un film ne peut se limiter à cela. Et les mésaventures de Barnabas s'étirent de façon bien monotones malgré le déploiement d'intrigues multiples et de personnages d'une fadeur exceptionnelle. Sans parler de la prestation de certains acteurs à la limite de l'amateurisme (Chloé Moretz exaspérante, Jonny Lee Miller fadasse et inutile, Jackie Earle Haley grotesque, Michelle Pfeiffer grimaçante...).

    On rit aussi et marier vampirisme et humour n'est pas commode sans tomber dans la parodie, mais je suis d'accord avec cette dame qui lit dans les bande-annonces, TOUT, absolument TOUT est montré dans la BA, les meilleurs moments et notamment ceux où l'on rit. Alors à ceux qui n'ont pas de CARTE ILLIMITEE, je recommande la bande-annonce, très bien faite, très attirante mais totalement mensongère puisque si prometteuse et vous fais ainsi économiser entre 9 et 11 euros (suivant les régions et les cinémas)

    Je ne vais donc pas m'éterniser à parler d'un film aussi décevant parce que ça me rend malade que Tim Burton dégringole ainsi avec un opus aussi misérable ! Bien sûr, il y a une scène hot entre Johnny/Barnabas (on se demandait d'ailleurs si cet acteur était encore sexué !) et Eva/Angélique, le vampire tue pour se nourrir (audacieux non ?), néanmoins rendez-nous Sweeny Todd, Sleepy Hollow, Edward, Charlie ou les Noces Funèbres ! Rendez-nous Tim Burton !
    Quid de Johnny Depp allez-vous me dire ? Peu de choses. Son maquillage, son costume, son allure sont splendides. Mais il n'est plus qu'une créature abandonnée consentante à son créateur. Et ses mimiques indignes du grand acteur qu'il m'avait semblé qu'il était. C'était quand déjà ?

    P.S. : Eva Green est sublime, vénéneuse, cruelle, belle, drôle. Vivement un GRAND rôle !

  • PIRATES DES CARAÏBES : LA FONTAINE DE JOUVENCE de Rob Marshall °

    pirates des caraÏbes : la fontaine de jouvence de rob marshall,johnny depp,penelope cruz,jeffrey rush,cinéma

    pirates des caraÏbes : la fontaine de jouvence de rob marshall,johnny depp,penelope cruz,jeffrey rush,cinéma

    Voici le synopsis officiel : Dans cette histoire pleine d’action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu’il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d’amour ou cette femme n’est-elle qu’une aventurière sans scrupules qui cherche à l’utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu’elle l’oblige à embarquer à bord du Queen Anne’s Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu’il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé...

    Autant de questions sans forcément de réponses et dont on se fout éperdument.

    Je ne vais pas me fatiguer à faire un résumé alors que le réalisateur ne se donne pas la peine de faire un film. Un pirate sans bateau c'est comme un réalisateur sans caméra et je spoile vous le dis tout net, le "Black Pearl" est au fond d'une bouteille et pour l'en faire sortir il faut faire comme ça avec les doigts... ah ah ah !  Ce film est d'un ennui mortel qui s'installe très rapidement au bout d'environ un quart d'heure. Au début, pleine d'espoir et d'ouverture d'esprit j'étais tout à fait disposée à aimer ou au moins à passer un bon moment. Ce moment est INTERMINABLE et dure 2 heures et 20 mn qui en paraissent 10 fois plus. Johnny/Jack commence par enchaîner les cascades à travers les rues de Londres tel Jean Marais ou Belmondo. D'emblée, voir ce marin sans bateau est une curiosité. Et puis, rapidement l'incohérence, l'agitation vaine, les trahisons, les je-suis-dans-ton-camp et puis non-j'y-suis- plus, le blabla sans queue ni tête ni intérêt, l'Astrid souffroteuse etc... ont eu raison de mon indulgence. J'avoue j'ai souri : trois fois pas une de plus, et chaque fois c'était à cause de/grâce à Johnny, mais je ne me souviens même plus pourquoi.

    Je crois que je suis lassée de voir Jack/Johnny tituber, faire moult grimaces et rouler des yeux comme des billes ! Plus de surprise. Et je ne me fatigue pas non plus à vous parler des 28 fins différentes, le réalisateur tout à son nouveau joujou ne parvient pas à conclure. Rien non plus à propos de la 3D si ce n'est que j'espère vite fait que ce truc (la 3D) va faire flop quitte à passer pour une pauvre ringarde ! Zéro magie. Rien. Next. Pouah. Beurcke.

  • RANGO de Gore Verbinski ***

    rango de gore verbinski,johnny depp,cinémarango de gore verbinski,johnny depp,cinémarango de gore verbinski,johnny depp,cinéma

    Un caméléon de compagnie s'ennuyait ferme chez ses propriétaires. Plutôt froussard et n'ayant de toute façon pas trop d'occasions de démontrer son courage, mais doté d'une imagination débordante il s'inventait des histoires dans lesquelles il était un brave. A la suite d'un accident de la route (trop long à vous expliquer), le caméléon se trouve éjecté d'une voiture et erre en plein désert de Mojave. Il se traîne péniblement jusqu'à la bien nommée ville de Dust (Poussière) où les étrangers tels que lui ne sont pas les bienvenus. Contraint de détourner l'hostilité des autochtones et remettant en marche son talent de conteur imaginatif, il s'invente un pseudo RANGO et des aventures où sa bravoure et ses exploits forcent l'admiration. Nommé shérif par le Maire de la ville, Rango est chargé d'identifier et de combattre les prédateurs qui terrorisent Dust dont un serpent maléfique lui-même inquiété par un faucon.

    Bien qu'on ne puisse oublier que Dust la ville est peuplée exclusivement de reptiles, rongeurs, amphibiens, batraciens et autres cloportes (ce qui n'est pas toujours très ragoûtant), il n'en demeure pas moins que Rango le film est un western un vrai. En tout cas une parodie voire un hommage aux grands westerns et plus encore aux fameux westerns spaghetti où l'on parle avant de dégaîner, où l'on s'observe longuement avant de tirer. Le film est également truffé de références pas uniquement westerniennes et le cinéphile peut se régaler à les retrouver : Les Sept Mercenaires, Il était une fois dans l'Ouest, Las Vegas Parano, Le Seigneur des Anneaux, Arizona Dream... Par ailleurs les thèmes brassés et la lenteur de la progression de l'action font que ce spectacle souvent délirant me semble davantage destiné aux adultes ou aux grands enfants ! On peut même y déceler des considérations politiques éminemment actuelles telles l'écologie, la peur de l'autre/étranger et la manipulation des masses. En effet, Dust est une ville dont les habitants sont épuisés par le manque d'eau. Le précieux liquide est d'ailleurs la denrée rare et inestimable placée comme épargne dans un coffre à la banque. L'eau est distribuée parcimonieusement chaque mercredi suivant un rituel immuable. Mais alors que le "peuple" se déssèche, le Maire semble toujours mystérieusement prospère lui qui a compris que dans l'adversité il lui faut un modèle à admirer. Les habitants, menés par la jolie et ardente Fève et Rango devenu plus combattif vont peu à peu se révolter contre leur condition.

    Merveilleux film d'animation en 2D (halleluyah !) Rango est bouillonnant de vivacité, d'inventivité et d'humour. Dans des décors si beaux et réalistes qu'ils ont parfois l'air d'être vrais, les protagonistes bénéficient d'un doublage voix luxueux. Johnny Depp est Rango le héros. Il exécute une nouvelle fois son grand numéro de déjanté au point qu'on arrive parfois à l'imaginer sous le caméléon. Il est entouré de Isla Fisher, Abigail Breslin, Ned Beatty, Harry Dean Stanton, Bill Nighy, Alfred Molina, Ray Winstone. Et c'est savoureux. Timothy Olyphant ayant la charge emblématique (et réussissant une imitation à s'y méprendre) de doubler L'Esprit de L'Ouest alias l'Homme sans Nom, alias... je vous laisse deviner. 

  • THE TOURIST de Florian Henckel Von Donnersmarck *(*)

    19598509_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101124_104713.jpg19598521_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101124_104735.jpg19559769_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101026_095130.jpg

    Supposons que vous soyez un homme et qu'une créature de rêve vienne s'installer en face de vous alors que vous prenez le train en gare de Lyon, direction Venise et vous propose de l'inviter à dîner. Que faites-vous ? Et bien, vous vous laissez mener par le bout du nez (et plus si affinités) par la Princesse, et sans discuter encore ! C'est exactement ce qui arrive à Frank, petit prof de mathématiques américain qui voyage à travers l'Europe pour se remettre d'un chagrin, d'amour évidemment. Venise avec la plus belle femme du monde, faudrait être fou pour faire le difficile. Mais évidemment la belle Elise n'est pas une femme de tout repos...

    Je dois bien le reconnaître, ce film ne casse pas trois pattes à un canard boiteux et il est absolument surprenant de voir que le réalisateur qui nous avait scotchés au mur avec son film "La vie des autres", ait cédé aux sirènes hollywoodiennes. D'autant que pour ceux qui ont vu "Anthony Zimmer" dont il est le remake, la "surprise" sera complètement émoussée. Ce film possède deux atouts imparables, pour ne pas dire implacables. Le premier est Venise, ville miracle que j'ai déjà déjà parcourue en long, en large, en travers, à pieds, en vaporetto, de nuit, de jour, en automne, en été ou au printemps... oui, je sais jamais en hiver, ça manque. Cette ville, je l'aime à la folie, je m'y sens chez moi et Florian Henckel Von Donnersmarck la filme amoureusement en altitude ou au ras des canaux. Cette ville est fascinante, envoûtante et magnétique. 

    Question casting international, il y a du lourd et ce, même en dehors du couple star. Rien moins que Timothy Dalton, Bruno Wolkowitch, Paul Bettany, Rufus Sewell, Clément Sibony, Julien Baumgartner, François Vincentelli, Alessio Boni... Donc, vous le voyez, beaucoup de jolies choses à regarder. Mais  malgré tous ces beaux garçons réunis dans la même bobine, un rêve, aucun ne parvient à éclipser l'astre solaire qu'est Angelina Jolie. Le réalisateur semble même se venger de ne pouvoir serrer la merveille dans ses bras et réussit l'exploit de rendre notre Johnny (il a grossi non ?) fade comme jamais il ne l'a été. Pour une fois qu'il ne tournait pas un film pour moutards !!! Affublé d'un pyjama à rayures lors d'une longue scène de poursuite sur les toits, puis d'une veste blanche le faisant ressembler à un serveur du Caffè Florian sur la Piazza San Marco, alors que la lumière divine arbore robe et coiffure de Reine, il ne se hisse jamais à la hauteur de la classe de sa partenaire.

    Vous l'avez compris, Angelina Jolie, je l'aime d'amour. Elle est la perfection incarnée. Tout est irréprochable chez elle, le visage, le profil, la silhouette, l'allure et quand elle marche on dirait qu'elle flotte. Rares sont les occasions de voir à l'écran une actrice de cette beauté sidérante, avec un tel port de reine, sublime comme une belle au bois dormant, d'une élégance folle. Trois robes et trois coiffures à tomber achèvent de mettre en valeur son chic naturel.

     Mais le film, franchement !!!

    Rien.  

    Alors pour Venise et pour Angelina !

    ...............................................

    Il reste encore trois places à gagner pour "Les émotifs anonymes" de Jean-Pierre Améris : ICI !

  • WHEN YOU'RE STRANGE de Tom Di Cillo ***

    19427142_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100420_040528.jpg
    19427137_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100420_040512.jpg
    Jim Morrison n'aurait pas dû être chanteur. Ce n'est pas ce qu'il voulait. Il s'intéressait avant tout au cinéma et à la poésie qu'il écrivait. C'est par la voix de Johnny Depp que Tom Di Cillo, grands fans, nous raconte l'histoire, l'ascension fulgurante et la carrière éphémère de ce groupe mythique The Doors, qui s'effondre en pleine gloire à la mort prématurée à 27 ans de son chanteur, le très charismatique Jim Morrison. C'est au cours de retrouvailles avec un ami perdu de vue, Ray Manzarek (celui qui sera toujours au clavier) qu'ils en viennent à parler musique. Impressionné par les textes de Jim, Ray lui propose de monter un groupe de rock. Rapidement John Densmore et Robby Krieger rejoindront le groupe.
    Evidemment, on n'apprend pas grand chose qu'on ne sait déjà sur ce groupe mais le réalisateur s'appuie sur une quantité de documents d'archives vraiment impressionnante qu'on n'a peu ou jamais vus et c'est évidemment passionnant de mettre des images sur la légende. Des extraits de concert, des enregistrements, des interviews, des passages à la télévision émaillent ce documentaire qui évoque également l'histoire des Etats-Unis dans les années soixante qui commencent par un coup de feu : l'assassinat de John F. Kennedy. Seront également évoqués la guerre au Viet-Nam, le mouvement hippie contestataire de la jeunesse qui effraie tant les adultes, les assassinats de Bob Kennedy, puis de Martin Luther King, de Sharon Tate, la mort de Jimmy Hendrix, de Janis Joplin, tous les deux à 27 ans. Ces morts bouleverseront énormément Jim Morrisson qui dira "le troisième ce sera moi". Il avait raison.
    Le nom du groupe a été choisi par Jim qui y tenait beaucoup. The Doors fait référence à une citation de William Blake : 
    "Si les portes de la perception étaient nettoyées toute chose
    apparaîtrait à l'homme telle qu'elle est infinie"
    tirée de The Marriage Of Heaven And Hell.
    Entre chaque document, on découvre de larges extraits du film que Jim Morrison était en train de réaliser en 1970 et dont il était l'acteur principal. Sans explication, on le voit errer à travers les Etats-Unis au volant d'une voiture, traversant de grandes étendues désertiques, seul.
    Mais le fil conducteur du film comme de la vie de Jim Morrison c'est la drogue, LSD puis cocaïne, et l'alcool dont il ne se débarrassera jamais. Son aptitude à l'autodestruction semblait insurpassable et rares sont les concerts où il s'est présenté sobre ou dans un état 'naturel'. Toujours au bord de l'évanouissement ou de l'over-dose, il a d'abord chanté dos au public par timidité et puis rapidement conscient de l'emprise qu'il avait sur les gens, de son pouvoir de séduction il s'est mis en scène lui-même, offrant son corps et son visage d'ange aux foules de fans proches de la transe. Sa voix grave, sombre constamment au bord de la brisure alternait les envolées rocks délirantes et les récitatifs souvent improvisés.
    Bien que jalonnée de provocations et de moments pas très glorieux (certains concerts sont écourtés parce que Jim Morrisson s'effondre ou parce que la police est obligée d'intervenir pour un soi-disant attentat à la pudeur qui ne sera jamais prouvé mais qui l'affectera énormément...), on ne peut nier que quelque chose se passe au sein de ce groupe. Quelque chose de magique, prestigieux et comme surnaturel qui fait que ces quatre là ont une relation absolument unique. Bien que toujours en retrait par rapport au chanteur au physique avantageux, les trois autres n'en prennent jamais ombrage et sont toujours là pour le soutenir et tenter de l'aider à se relever dans tous les sens du terme. Et puis au-delà de tout, c'est la musique et ce qu'ils font de leur formation classique, de leur amour du jazz et du blues qui les rend intimement attachés, attentifs et fidèles les uns aux autres. C'est la musique et leur puissance créatrice qui les maintiennent au-dessus des excès de Jim qui sombre et s'autodétruit sans limite et sans fin.
    Mais ce dont ce film vraiment épatant fait le plus prendre conscience c'est de la notion de temps. Ce groupe qui disparaît à la mort de son chanteur en 1971, n'a eu qu'à peine 4 ans et demi d'existence ! Et pourtant, il a vendu 80 millions d'albums et 40 ans plus tard, il s'en vend encore 1 million  par an. Qui d'autre peut prétendre un tel palmarès ? Car en si peu de temps, ils sont parvenus à devenir et à rester l'un des groupes les plus importants, singuliers, influents et inimitables de tous les temps. De ceux que l'on reconnaît dès qu'on entend les premières mesures.
    Quant au chanteur, Jim Morrison, au physique et à la voix si particuliers, il est une icône indétronable, comme l'emblême d'une génération rebelle et perdue, un poète tourmenté, un intellectuel écorché, inapte au bonheur et à la vie, qui n'a jamais trouvé sa place mais dont les textes et la voix sublimes sont immortels.
    jim-morrison3.jpg
    Une version époustouflante, complètement planante (bien qu'écourtée...) où Jim tient debout (à peu près) !

  • MA SEMAINE AU CINEMA et ailleurs...

    CHRISTOPHE*****

    aimer-ce-que-nous-sommes-christophe_reference.jpg

    L'ARNACOEUR de Pascal Chaumeil ***

    arnacoeur.jpg

    ALICE AU PAYS DES MERVEILLES de Tim Burton ***

    19200926_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091118_125737.jpg

    L'IMMORTEL de Richard Berry **

    l-immortel-18224-982363645.jpg
     

    BUS PALLADIUM de Christopher Thompson **

    19238491_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100127_052230.jpg

    .................................................

    MES COUPS DE/AU COEUR

    P3190166.JPG

    johnny_depp_reference.jpg
    969302975.jpg 
    jean-reno-20060301-112414.jpg