Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

olivier gourmet - Page 2

  • LE TEMPS DES AVEUX de Régis Wargnier **(*)

    014962_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Cambodge, 1971. Passionné par la culture khmère, François Bizot, ethnologue français marié à une cambodgienne travaille à la restauration des temples d’Angkor. En pleine jungle, il est capturé avec deux assistants cambodgiens et détenu pendant plusieurs mois par les Khmers rouges.

    Lire la suite

  • GRAND CENTRAL de Rebecca Zlotowski **

    20534616_20130702111026946_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Synopsis : De petits boulots en petits boulots, Gary est embauché dans une centrale nucléaire. Là, au plus près des réacteurs, où les doses radioactives sont les plus fortes, il tombe amoureux de Karole, la femme de Toni. L’amour interdit et les radiations contaminent lentement Gary. Chaque jour devient une menace.

    Lire la suite

  • L'EXERCICE DE L'ETAT de Pierre Schoeller ****

    l'exercice de l'etat de pierre schoeller,olivier gourmet,michel blanc,zabou breitman,cinéma

    l'exercice de l'etat de pierre schoeller,olivier gourmet,michel blanc,zabou breitman,cinémal'exercice de l'etat de pierre schoeller,olivier gourmet,michel blanc,zabou breitman,cinéma

    Quelques jours dans la vie du Ministre des Transports (Olivier Gourmet, très ministre des transports...) et de son directeur de cabinet, homme de l'ombre indispensable et insaisissable (Michel Blanc : indispensable et insaisissable). Le sujet n'a rien de glamour et cependant ce film est passionnant de bout en bout. Je crois que jamais je n'avais vu si bien, si intelligemment et si précisément relaté le mystère que dissimule le quotidien de nos hommes politiques. Pas de grandes révélations ici mais la surprise de découvrir le "travail" au jour le jour. Les traîtrises, les manipulations et surtout la frénésie d'avoir à traiter mille "dossiers" simultanément. Pour la première fois, j'ai ressenti réellement de la sympathie vis-à-vis de ces hommes qui sacrifient leur vie privée. Mais ma compassion et ma sympathie se sont vite apaisées puisque la plupart du temps il s'agit surtout d'assouvir leur goût et leur soif de pouvoir. Passionnant quand même, vraiment. Et sans temps mort, pas de "gras" non plus (contrairement au film vu hier) avec des scènes inutiles, maladroites ou pataudes qui s'attardent et s'éternisent. Tout ici trouve sa place.

    Cela commence par une scène très Eyes Wide Shutienne dont je ne vous dirai rien et qui frappe avant tout par les sons, les bruits et la musique. Rapidement, on découvre un ministre des transports insomniaque dont les rêves confondent sexe et politique. Encore ??? et non finalement, ouf, il ne sera pas question ici des égarements sous la ceinture des hommes politiques friands de stagiaires ou femmes de chambre. Il s'agit d'un type plutôt énigmatique, d'ailleurs sa conseillère en communication (Zabou Breitman enfin très bien !) lui dit "tu es flou, tu n'as pas d'histoire", qui n'hésite pas à mouiller la chemise et affronter des travailleurs grévistes en colère, même s'il craint pour son beau costume. Un homme qui a des convictions, des certitudes et quelques opinions : "non, je ne serai pas l'homme de la privatisation des gares" et qui finira par être rattrapé en quelques jours par la machine à broyer du pouvoir et qui comprend vite que pour conserver son poste il faut se résoudre à toutes les compromissions, quitte à renier ses idéaux. A sa femme il dira : "tu ne m'aimerais pas si tu me connaissais". Cette réplique fait froid dans le dos. Le personnage de ce ministre interprété avec une intelligence et un brio fous par Olivier Gourmet (ô César !!!) semble être tour à tour pantin manipulé et victime consentante.

    Un autre tour de force de ce film est de brouiller quelques pistes. Tantôt on se croit dans un gouvernement de gauche, tantôt de droite. Le Président est appelé "le Père" et c'est lui qui au final décide de tout et du sort de chacun sans qu'aucune contradiction ne lui soit opposée : "Gilles n'est pas dans la liste, ce n'est pas un oubli, on veut du sang neuf...". Pfiou. Vous verrez, ça fait mal ! 

    Une scène chez le chauffeur personnel du ministre des transports, chômeur de longue durée à qui l'on octroie un stage qu'il paiera très très cher... est un sommet remarquable qui symbolise la rencontre entre la France d'en bas (les travailleurs) et le ministre qui a le pouvoir mais qui connaît peu la réalité. C'est une infirmière qui exprime sa colère, le manque de moyens dans les hôpitaux, mais ça aurait tout aussi bien pu être une prof ou une "hôtesse de caisse", à un ministre goguenard parce qu'éméché. La conclusion est simple, brutale et réaliste : "aujourd'hui vous êtes Ministre des Transports, demain vous serez Ministre de la Poste", et le ministre de répondre hilare : "Ministre de la poste ? ça n'existe pas !"

    Ne vous laissez pas rebuter par l'affiche, le titre et le thème du film. Je vous garantis deux heures passionnantes, trépidantes, surprenantes avec quelques scènes choc, que vous aurez envie de revivre rapidement en sortant de la salle. Je vous garantis aussi la découverte d'acteurs au sommet : Oliver Gourmet fascinant, pas moins, Michel Blanc surprenant (la scène dans son appartement au son du discours d'André Malraux "eeeeeeeeeennntre iciiiiiiiiiii Jean Mouliiiiiiiiiiin !" est sublime) touchant, à la fois modeste et imposant avec son personnage toujours "droit dans ses bottes", raffiné, efficace, inflexible et Zabou Breitman impressionnante (tous les autres sont très bien aussi).

    Courez, pauvres fous ! 

  • LEGITIME DEFENSE de Pierre Lacan **

    19640250_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110543.jpg19640251_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110544.jpg19640255_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_110601.jpg

    Du jour au lendemain la vie de Benoît père tout récent d'un bébé tout mimi, va basculer. L'agence de détective privé de son père a été cambriolée et le bonhomme demeure introuvable. Le quotidien grisouille tendance tristouille de Benoît va se trouver boosté par une succession de faits en cascade qui vont le contraindre à protéger sa petite famille et la jouer finaud en démêlant le passé récent et plus ancien de son papa qui n'est peut-être pas aussi reluisant qu'il l'avait jusque là imaginé. Les flics, des enveloppes emplies de photos compromettantes, une malette qui a disparu avec papa, des vilains bien sadiques prêts à tout pour récupérer leur bien, une jeunette éprise d'un monsieur de trois fois son aîné, une patronne de pompes funèbres responsable d'un trafic étrange vont désormais faire partie de l'ordinaire de Benoît. Il a beau répéter à qui veut l'entendre que les affaires de son très décevant papa lui étaient totalement étrangères, personne ne l'entend crier.

    Je passerai allègrement et sans honte sur le titre et l'idée qu'il suppose. Que serait le pauvre monde si chacun décidait de rendre justice soi-même ? On n'est pas au far west quand même ! Et puis je voudrais bien vous y voir. Ne vous transformeriez-vous en machine de guerre si l'on menaçait de jeter votre poupon avec l'eau du bain ? Cet obstacle allègrement franchi, je dois dire que ce film lacanien où le moi serait traité comme un miroir empreint de structuralisme où la réalité sociale serait appréhencée comme un ensemble formel de relations*, est un polar à la française déjà vu mais pas désagréable. Le type ordinaire plongé dans des situations inextricables et pour le moins extraordinaires qui le transforment en terminator, ce n'est pas une nouveauté. Mais ce qui en fait le petit plus c'est le choix de l'acteur principal. Il est évident que Jean-Paul Rouve avec sa tête de gentil, son physique ordinaire, sa nonchalance, sa façon inimitable de dire qu'il ne comprend rien à ce qui se passe parce qu'il ne comprend VRAIMENT rien à ce qui se passe, rendent ses mésaventures bien flippantes encore plus crédibles. Evidemment, certaines complications (inutiles) en cours de route perdent un peu le spectateur mais un montage habile nous aide à partager le désarroi de Benoît.

    Olivier Gourmet aiguise encore un peu plus son numéro bien huilé de chanmé imperturbable et nous gratifie d'un lancer de nourrisson dans l'eau froide pas piqué des hannetons. Gilles Cohen va finir par se rendre indispensable. Et puis quel plaisir d'entendre Jean-Paul Rouve dire à son INSUPPORTABLE femme (du film) : "pour une fois tu vas m'écouter".

    *est-il besoin de vous préciser que cette phrase ne veut STRICTEMENT rien dire ? C'est JUSTE pour GENRE me faire mousser.

  • VENUS NOIRE d'Abdellatif Kechiche °

    19545806_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101021_123414.jpg19500847_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_102901.jpg19509489_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100914_105656.jpg

    Plus personne aujourd'hui n'ignore l'histoire de Saartjie Baartman dont la vie fut un roman d'une cruauté sans nom que personne n'aurait osé écrire. Née en Afrique du Sud à la fin du 18ème siècle, elle perd ses parents puis son unique enfant. Elle fut amenée en Europe par un "afrikaaner" chez qui elle avait été esclave ou servante... En raison d'une morphologie inhabituelle (hypertrophie des hanches, des fesses et des organes génitaux), son "maître" fit d'elle un phénomène de foires qui réjouira d'abord les londoniens lors de spectacles avilissants où la jeune femme enchaînée dans une cage doit simuler une bête sauvage ! Elle sera vendue plus tard à un montreur d'ours qui l'emmènera en France et l'exploitera encore davantage en la livrant à la prostitution où elle servira d'objet sexuel aux fantasmes des parisiens dans des bordels ou lors de soirées privées. La science s'intéressera également à son corps hors normes. Elle sera observée sous toutes les coutures, mesurée, comparée. Au-delà de sa mort même Saartjie sera disséquée, son cerveau et ses organes génitaux conservés dans du formol pour être étudiés et un moulage de son corps entier sera réalisé puis exposé. Un zoologue chirurgien dont je tairai le nom pour ne pas lui faire de promo post-mortem a donc grâce à cette femme qui n'était en fait qu'une grosse femme... pu établir de belles théories racistes en comparant son visage à celui d'un orang-outang et ses fesses à celles d'un mandrill et déclarant l'infériorité définitive de cette "race"... au "crâne déprimé et comprimé". N'en jetez plus, la cour est pleine !

    Et puis pour nous conter cette sordide histoire, il y a ce film, et ce film est une horreur. Non pas que je tente de jouer les pucelles effarouchées en prétendant que l'esclavage infâme et poisseux de cette femme soit insupportable à regarder. Ce qui est insupportable c'est l'insistance deux heures et demi durant du réalisateur à nous placer ad nauseam dans le rôle obscène du voyeur qui n'a finalement rien à se reprocher. Car les scènes d'exhibition, d'humiliation, de soumission et tous les mots en ion qui évoquent l'avilissement d'un être humain par d'autres, sont multipliées, répétées, ressassées jusqu'à épuisement. Le réalisateur fait si peu confiance aux spectateurs qu'il lui rabâche jusqu'à plus soif ce que peut être l'exploitation d'un être humain faible et naïf par d'autres aveuglés par les seules ambitions mercantiles. C'est donc dans toutes les positions, à quatre pattes, à plat ventre, jambes écartées, en fumant, en buvant... que le calvaire de Saartjie, le plus souvent nue (pauvre Yamina Torres dont c'est le premier rôle !) et totalement passive, abrutie par l'alcool, nous est servi. Les indéniables talents de chanteuse et de danseuse de la demoiselle sont hélas pratiquement étouffés. Le plus surprenant est que bien que jusque là je tenais Abdellatif Kechiche pour un incroyable directeur d'acteurs, il réussisse l'exploit de ne jamais nous rendre Saartjie sympathique et émouvante ! Et puis il y a Olivier Gourmet qui fait son numéro "regardez comme je suis un grand acteur !". Mais franchement, le voir faire son cinéma avec un godemichet... ça a l'air de bien l'éclater. Moi, ça ne m'a pas convaincue...

    Et au milieu de ce fatras assez écoeurant, une pépite cependant : Elina Löwensohn ! Chapeau.

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    SOUL KITCHEN de Fatih Akin ***

    19243059_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100203_060136.jpg

    LA REVELATION (STORM) de Hans Christian Schmid***

    19284127_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100311_023925.jpg

    WHITE MATERIAL de Claire Denis **

    19242801_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100203_052936.jpg

     

    BLANC COMME NEIGE de Christophe Blanc **

    19231757_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062659.jpg

    .......................................

    MES COUPS DE/AU COEUR

    2007_after_the_wedding_001.jpg
    venice-09-adam-bousdoukos-moritz-bleibtreu.jpg
    venice13-600x400.jpg
    christophe_lambert_reference.jpg
    christophe_lambert_greystoke.png
    Ne ratez pas les "velus de la semaine", ici même !
  • BLANC COMME NEIGE de Christophe Blanc **

    19231766_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062746.jpg19231772_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062809.jpg
    19231761_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062744.jpg
    "Avant de finir dans la neige avec une balle dans le ventre"... Maxime avait tout pour être heureux. Il était le brillant et très reconnu gérant d'une concession de voitures de luxe. Il avait une superbe maison, une femme sublime (mais beaucoup trop grande pour lui) et une petite fille aussi transparente que sage, et réciproquement. La seule ombre à ce tableau idéal ? Ses deux frères, branleurs de première qui ne font que le solliciter pour de l'argent et qu'il traite avec le mépris paternaliste de ceux qui sont persuadés avoir réussi. Le jour où son associé se fait assassiner, Maxime n'a plus d'autre choix que d'appeler ses frangins à la rescousse ! Ils se retrouvent donc tous les trois, soudés comme jamais depuis longtemps pour affronter une bande de malfaisants en costumes, armés jusqu'aux dents et très châtouilleux de la gâchette. Maxime a beau tenter d'expliquer aux vilains qu'il n'est pas responsable des bêtises que feu son associé a commises, les affreux à fort accent étranger n'ont qu'un argument : "tu répares et tu payes". Ou l'inverse.
    Je pourrais rester sans voix et sceptique devant l'abracadabrantitude de cette histoire dont les péripéties en cascade s'achèvent dans la poudreuse d'un pays nordique (oh la la, j'ai déjà oublié lequel), mais je ne peux nier que j'ai passé un bien bon moment sans me faire de noeud au cerveau. Même si je regrette que la dernière image soit si brusque et furtive que je ne suis pas sûre d'en avoir saisi toute la substantifique...
    Deux raisons au plaisir de voir ce film : d'une part l'action endiablée qui ne se relâche jamais et les rebondissements en série qui ne laissent pas le temps de souffler, d'autre part le casting et l'interprétation.
    Tout le monde est bon ou très bon. Même Louise Bourgoin... bien meilleure que dans "La fille de Monaco", même s'il n'y a pas encore de quoi crier au génie. Olivier Gourmet et Jonathan Zaccaï sont les frangins, caricaturaux certes, mais vraiment formidables. Quant à François Cluzet, il sait comme personne jouer le cake très sûr de lui et finalement sombrer dans l'angoisse d'être dépassé par une histoire qu'il ne comprend pas et dont il ne maîtrise rien. Il parvient mieux que quiconque à jouer ce monsieur tout le monde qui, devant une situation extraordinaire, ne baisse pas les bras et fonce...