Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrick bruel

  • UN SAC DE BILLES

    de Christian Duguay *

    285393_jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

    Avec Dorian Le clech, Batyste Fleurial, Patrick Bruel

    Synopsis : Dans la France occupée, Maurice et Joseph, deux jeunes frères juifs livrés à eux-mêmes, font preuve d’une incroyable dose de malice, de courage et d’ingéniosité pour échapper à l’invasion ennemie et tenter de réunir leur famille à nouveau.

    Lire la suite

  • PARIS MANHATTAN de Sophie Lellouche °

    Paris-Manhattan : photo Alice TaglioniParis-Manhattan : photo Alice Taglioni, Patrick Bruel

    Alice a deux passions dans la vie. Son métier de pharmacienne et les films de Woody Allen. Depuis ses 15 ans, un poster géant du réalisateur trône en bonne place dans sa chambre et elle entretient avec lui une conversation ininterrompue, lui livrant ses secrets, ses doutes et ses angoisses. Woody lui répond par les aphorismes dont il a le secret, tirés de ses films. Et c'est la voix de Woody qui les énonce. C'est donc très savoureux (pour les Aléniens...) et la SEULE bonne idée du film ! Que dis-je L'IDEE du film. En dehors du plaisir de retrouver la délicieuse Alice Taglioni, d'une maigreur effrayante néanmoins.

    Pour le reste, il s'agit d'une comédie sentimentale tout ce qu'il y a de plus banal. Les années passent et la demoiselle ne trouve pas son alter ego malgré toutes les tentatives de son envahissante famille juive pour tenter de lui présenter un prétendant. Le jour béni où elle s'intéresse à un garçon (Louis-Do de Lencquesaing, je lol) sa soeur lui chauffe sous son nez, se marie avec lui, fait une fille mystérieuse et s'éclate dans des parties carrées dans les hôtels !

    Aux clients de la pharmacie, Alice ne donne pas de médicaments mais des DVD de films de Woody Allen qui vont leur changer la vie comme ils ont changé la sienne ! Elle aidera même un cambrioleur à s'échapper et lui confiera Meurtres Mystérieux à Manhattan, Coups de feu sur Brodway... C'est dire la haute teneur en vraisemblance de l'ensemble. Puis, surgit un installateur de systèmes anti-intrusion, et c'est Patrick Bruel et là, on n'y croit plus du tout, si tant est qu'on y ait cru un peu. Car on sait qu'elle va finir par l'embrasser, mais Patrick n'est pas bon du tout. Il récite ses répliques comme s'il lisait les Confessions de J.J.R et que sa vie en dépendait !

    Quant à la famille d'Alice... Oh je n'en parle pas. Un condensé de clichetons chez les bourges. L'alcoolisme mondain de la mère, l'anxiété juive du père, le conflit avec la soeur... N'en jetez plus, la cour est pleine.

    Que Woody se soit prêté à cette farce pas drôle est un mystère. Mais bon, si on connaissait les films avant de les tourner...

  • LE PRÉNOM de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière ***

    Le Prénom : photo Alexandre de La Patellière, Matthieu DelaporteLe Prénom : photo Alexandre de La Patellière, Matthieu DelaporteLe Prénom : photo Alexandre de La Patellière, Matthieu Delaporte
    Vincent et sa femme Anna enceinte sont invités chez Elisabeth la soeur de Vincent et son mari Pierre. A table, il y aura aussi Claude, un ami de trente ans. A cette occasion Vincent décide de révéler le prénom de son futur enfant, un garçon. Alors qu'Anna tarde à arriver, Vincent décide de tenter de faire deviner le fameux prénom. Lorsqu'il le révèle enfin, c'est un grand bazar !

    Car ce prénom est honteux et scandaleux. Oui un prénom peut porter la honte et le scandale et plus encore. Je vous le laisse découvrir évidemment et vous verrez, il y a de quoi gloser. Il faut dire que donner un prénom à un enfant c'est un peu comme lors d'une finale de coupe du monde de foot ou une élection présidentielle... brusquement tout le monde a un avis sur la question. Sauf qu'ici, vue la nature insolite voire provocatrice du choix, les discussions prennent rapidement un  tour inattendu, et c'est tout simplement tordant... avec néanmoins quelques incursions dans un registre un peu plus grave. Cette discussion un peu animée va être un véritable révélateur, comme si brusquement toute une succession de petites poupées russes s'ouvraient une à une. Chacun va en prendre pour son grade à tour de rôle et les non-dits, les rancoeurs, les rancunes, les bassesses et révélations vont faire surface.

    Quelques tirades bien senties ramèneront forcément le spectateur vers des situations connues même si on est ici en plein vaudeville. D'ailleurs ce film fut une pièce au succès triomphal et ressemble à du théâtre filmé. Les réalisateurs tentent néanmoins à tort et sans grand résultat de sortir à quelques reprises de l'enceinte de ce huis clos jubilatoire où les noms d'oiseaux finiront par voler bas. Bien sûr il y a quelques clichetons sur les bobos, les nouveaux riches, la prof de français cyclothymique brusquement hystérique, le prof de fac en velours côtelé, l'agent immobilier inculte qui a fait fortune (Patrick Bruel, réjouissant !)... mais c'est pour mieux les démonter je trouve. Les acteurs sont rodés comme des formules 1 et balancent leur chapelet de révélations avec délectation.

    Le Prénom est contre toute attente une excellente surprise parce que les acteurs sont tous formidables (Guillaume de Tonquédec est une révélation !), les dialogues vifs et intelligents et qu'on rit très fort et beaucoup et que ça fait du bien. Quant aux prénoms, moi qui en entends treize à la douzaine par jour... je suis obligée de constater qu'effectivement les parents sont parfois inconscients ou en veulent à leurs enfants. Entre ceux qui veulent faire original à tout prix au risque d'être simplement ridicules, ou prétentieux, ceux qui vont obliger leurs enfants à épeler leur prénom toute leur vie à cause d'une orthographe improbable, ceux qui cèdent à la mode (aaaah que de Léa !!!) ceux qui affligent leur progéniture d'un prénom droit sorti d'une série américaine et j'en passe mais on n'a que l'embarras du choix pour se moquer ou s'indigner. Et finalement, chacun fait comme il veut et surtout "des gens qui ont appelé leurs moutards Myrtille et Apollin n'ont de leçon à donner à personne..."

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    DANS SES YEUX de José Luis Campenella ****

    19282029_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100310_023601.jpg

    L'ELITE DE BROOKLYN de Antoine Fuqua ***

    19378308_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100324_122253.jpg

    IMOGENE McCARTHERY de Alexandre Charlot et Franck Magnier **

    19270841_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100308_042132.jpg

    GREENBERG de Noah Baumbach **

    19204681_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091126_114205.jpg

    COMME LES CINQ DOIGTS DE LA MAIN de Alexandre Arcady **

    19361625_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100322_033220.jpg

    MES COUPS DE/AU COEUR

    ethan-hawke-20050223-27367.jpgricardo_darin.jpg  wesley-snipes.jpg Don Cheadle.jpg

    19251703_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_123251.jpg richard-gere-20050421-36007.jpg

    ben_stiller_03.jpgVincent-Elbaz-TELBA-OH-SIPA-114805_L.jpg

    Soledad_Villamil.jpg86875_d181ccf59fd5878eea6d430de0c8f1f9.jpg20080221PHOWWW00111.jpg

  • COMME LES CINQ DOIGTS DE LA MAIN de Alexandre Arcady **

    19435996_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100422_063533.jpg
    19418199_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100413_043708.jpg
    19436001_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100422_063536.jpg
    Dans la famille Hayoune il y a la mère, juive et donc très très envahissante avec ces 5 grands garçons. Enfin 4... mais 5 quand même. Les cinq garcons sont Dan (Patrick Bruel) l'aîné, patron d'un restaurant, divorcé puis remarié à Linda dont il est maladivement jaloux, Jonathan (Pascal Elbé) pharmacien marié et père de plusieurs enfants dont un pas encore né, Julien (Eric Caravaca) prof de lettres dans un lycée de banlieue, et le plus jeune Mickaël (Mathieu Delarive il fait très chaud brusquement bougez pas je vais ouvrir la fenêtre) qui ne cherche pas de boulot mais gagne et perd beaucoup d'argent en jouant au poker. Oui, il en manque un parce que le dernier c'est David (Vincent Elbaz), le vilain petit canard, parti il y a longtemps, qui a fait de la prison et revient brusquement se réfugier auprès des siens, blessé et poursuivi par un gang de trafiquants à qui il aurait volé de l'argent.
    Il y a du bon et du moins bon mais le plus l'emporte sur le moins et franchement je trouve que ce film ne vaut pas le dénigrement et l'éreintement qu'il subit dans les critiques déchaînées. Il s'agit avant tout d'un film de divertissement qui réserve son lot de surprises et de rebondissements.
    Le plus gênant est qu'on oscille constamment entre le crédible (la vie de famille) et l'invraisemblable (les frères qui se transforment en justiciers) et que du coup il n'est pas toujours aisé de se situer.
    Arcady dépeint les liens indéfectibles qui unissent ces frères si différents voire opposés dans leur façon de vivre et leurs comportements. Ils sont juifs et attachés à des degrès divers aux nombreuses célébrations exigées par la religion. Les scènes d'exposition où l'on découvre chaque frère dans sa vie relativement aisée sont très réussies mais l'on pressent que la belle apparence va se fissurer. Le retour de David va changer la tournure des évèvements et modifier l'attitude de chacun. Dès lors l'objectif sera de s'unir pour venger le père mort il y a quinze ans, découvrir des secrets enfouis, cachés par la mère,  démasquer et punir les traitres.
    "Comme les cinq doigts de la main" peut être un polar nerveux et efficace avec des intrigues convaincantes. Il se fait beaucoup plus poussif dès qu'il s'approche de certains aspects, et comme souvent dans ces films de "garçons", ce sont les filles qui trinquent et pas qu'un peu. Judith El Zein en mère pondeuse accro à l'avenue Montaigne est bien ridicule. Caterina Murino en éternelle pleureuse, pleure et Lubna Azabal, flic de choc en talons aiguilles a beau traiter ses collègues de cons, ne m'a pas convaincue.
    Les garçons s'en sortent mieux même si Patrick Bruel confond parfois chef de famille et parrain de la mafia. C'est Vincent Elbaz qui m'a le plus convaincue, sans doute parce qu'il est le canard boîteux de cette famille qui semblait jusque là très propre sur elle.
    Et Mathieu Delarive évidemment car il a des arguments non ?