Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rhys ifans

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    DANS SES YEUX de José Luis Campenella ****

    19282029_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100310_023601.jpg

    L'ELITE DE BROOKLYN de Antoine Fuqua ***

    19378308_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100324_122253.jpg

    IMOGENE McCARTHERY de Alexandre Charlot et Franck Magnier **

    19270841_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100308_042132.jpg

    GREENBERG de Noah Baumbach **

    19204681_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091126_114205.jpg

    COMME LES CINQ DOIGTS DE LA MAIN de Alexandre Arcady **

    19361625_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100322_033220.jpg

    MES COUPS DE/AU COEUR

    ethan-hawke-20050223-27367.jpgricardo_darin.jpg  wesley-snipes.jpg Don Cheadle.jpg

    19251703_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_123251.jpg richard-gere-20050421-36007.jpg

    ben_stiller_03.jpgVincent-Elbaz-TELBA-OH-SIPA-114805_L.jpg

    Soledad_Villamil.jpg86875_d181ccf59fd5878eea6d430de0c8f1f9.jpg20080221PHOWWW00111.jpg

  • GREENBERG de Noah Baumbach **

    19251704_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_123251.jpg

    19251708_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_123252.jpg19251709_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100218_123253.jpg

    Roger Greenberg a séjourné quelque temps dans un hôpital psychiatrique à cause d'une dépression. Il vient de New-York et s'installe pour quelques semaines dans la villa californienne de son frère qui part en vacances avec femme et enfants au Viet Nam. Il va rencontrer Florence jeune femme un peu godiche et paumée et assistante personnelle du frangin chargée d'arroser les plantes et de s'occuper du chien, retrouver un ex amour, un ancien ami avec qui il avait eu le projet de former un groupe de rock et qu'il n'a pas revu depuis des années, faire le point, changer peut-être, évoluer sans doute.
    Greenberg est un garçon plutôt antipathique. A vrai dire pourquoi avoir peur des mots, c'est un sale con et un mufle intégral qui ne pense qu'à lui et dit ce qu'il pense sans se préoccuper jamais de la peine qu'il peut causer aux autres. Mais c'est aussi un "malade", victime de tocs et de crises de panique qui l'isolent du monde des vivants. Le fait qu'il soit interprété par Ben Stiller grand comique devant l'éternel mais aussi capable de beaucoup d'émotion me le rend particulièrement sympathique. Cet acteur fait partie de ces acteurs que je trouve désopilants et touchants, de la même lignée qu'un Steve Carell qui pratiquent cet humour subtile, aiguisé et lucide qui me le rend vraiment proche voire attachant. Evidemment, ce ne serait pas très hollywoodien, voire américain qu'un personnage de comédie (même si elle est plus amère que douce) reste odieux jusqu'à la fin. Notre Roger s'acheminera donc tranquillement vers une forme de rédemption et commencera à ouvrir quelque peu son coeur desséché.
    Par ailleurs, preuve irréfutable entre toutes qu'un coeur bat chez ce misanthrope, il s'occupe avec beaucoup d'attention du chien malade de la famille. En ce qui me concerne, c'est vraiment rédhibitoire qu'un toutou si toumimi soit-il soit le centre d'intérêt de quasiment tous les personnages d'un film. J'affirme devant la SPA et le WWF réunis qu'à l'exception des saletés de moustiques qui viennent se suicider sur mon pare-brise l'été, jamais je ne ferais de mal à une mouche, ni à un boeuf, ni même à un oeuf (je ne manque mange que le blanc)... mais les chienchiens à sa mémère dans les films J'EN PEUX PLUS, et les gloussements de plaisir que chaque apparition des bestioles provoque chez les spectateurs vont me conduire au meurtre à un acte condamnable un de ces jours. Fin de la parenthèse.
    Par la force des choses, notre Roger va voir et revoir Florence, gentille fille qui se remet difficilement d'une récente séparation mais souhaite à tout prix partager toute l'affection dont elle déborde. Contre toute attente, malgré les horreurs qu'il lui dit, sa façon de la repousser, la grande différence d'âge, elle va s'attacher à lui et contourner bravement tous les obstacles. Toutes les tentatives de Roger pour essayer de mener une vie "normale" et communiquer avec son prochain et sa prochaine vont donner lieu à des scènes assez pathétiques tels que les essais de "rapprochement sexuel" de ces deux largués, entre autre.
    Le numéro de fille perdue cheveux gras de Florence gentille et godiche a fini par me lasser. Par contre, j'ai trouvé Rhys Ifans vraiment attendrissant. Mais en hésitant constamment et trop loooooooongtemps entre drame (relativement) et comédie, Noah Baumbach m'a perdue en route !
  • 5 X 2 PLACES DE CINEMA A GAGNER

    grâce à Sophie de Sorties cinéma pour :
    19413058_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100407_024358.jpg
    Ajustez vos binocles et donnez moi le titre du film que vous reconnaissez.
    Une seule réponse par personne. Merci.
    Courage.
    LES GAGNANTS SONT : sopel; zapette, Dom, mister Loup et Foxart.
    GAME OVER.
    1
    467795819_6.jpg
    GILBERT GRAPE trouvé par Dom
    000-3.jpg
    2
    460912883_14.jpg
    L'ASSASSINAT DE JESSE JAMES PAR LE LACHE ROBERT FORD trouvé par Mister Loup
    2007_the_assassination_of_jesse_james_by_the_coward_robert_ford_037.jpg
    3
    639160643_11.jpg
    LES TROIS PETITS COCHONS trouvé par Marion
    18949183_w434_h_q80.jpg
     
    4
    176636836.jpg
    A BORD DU DARJEELING LIMITED trouvé par zapette
    G146891111588715.jpg
    5
    1808265901_14.jpg
    7 h 58 ce samedi là, trouvé par Mister Loup, bien aidé par Marion
    7h58cesamedila.jpg
    6
    285712845_7.jpg
    WILBUR trouvé par Mister Loup
    WILBUR-Photo-Main.jpg
    7
    744982653_4.jpg
    ROCCO ET SES FRERES trouvé par Foxart
    alain-delon.jpg
    8
    1559892075.jpg
    LE REVE DE CASSANDRE trouvé par Marion
    cinefagos-cassandras-dream001.jpg
    9
    1823001060_7.jpg
    MON FRERE EST FILS UNIQUE trouvé par Mister Loup
    image_sorties_id.jpg
    10
    1262218301_2.jpg
    LA NUIT NOUS APPARTIENT trouvé par sopel
    la-nuit-nous-appartient-we-own-the-night-28-11-2007-12-10-2007-2-g.jpg

    Synopsis : Los Angeles. En attendant mieux, Florence Marr, qui rêve de devenir chanteuse, travaille chez les Greenberg comme assistante personnelle. Autrement dit, elle s’acquitte pour eux des tâches du quotidien les plus rébarbatives… Lorsque Philip Greenberg emmène sa femme et ses enfants en voyage à l’étranger, Florence a soudain plus de temps pour elle. Ce qui ne l’empêche pas de venir s’occuper du chien de la famille et de passer voir, par la même occasion, Roger, quadragénaire en visite chez son frère Philip. Tout aussi paumé que Florence, Roger a passé plusieurs années à New York où ses projets n’ont pas abouti. Il revendique désormais son droit de ne «rien faire»… Touchée par sa fragilité, Florence se rapproche peu à peu de cet homme en qui – curieusement – elle se reconnaît. Il se noue alors entre eux une relation improbable…

  • Mr Nobody de Jaco Van Dormael ***

    Mr. NobodyMr. NobodyMr. NobodyMr. NobodyMr. Nobody
    Mr. NobodyMr. Nobody

    En 2092 Nemo Nobody a 118 ans et il est le dernier humain vivant sur terre, les autres étant programmés pour être «semi immortels». Considéré à juste titre comme un cas unique, Nemo, alité et mourant est filmé 24 h/24 afin que la population puisse suivre en direct ses derniers instants. Un journaliste parvient à l’approcher et recueillir le récit de sa vie, de ses vies…
    Lorsqu’il a 8 ans Nemo vit avec ses parents qui se sont beaucoup aimés mais ne se supportent plus et se séparent. Sur le quai d’une gare, ils exigent du petit garçon qu’il fasse ce choix déchirant de rester avec son père ou partir avec sa mère.
    L’avenir et la vie toute entière de Nemo vont dépendre de cette décision brutale mais décisive.
    Le réalisateur s’intéresse davantage, et c’est tant mieux, aux vies sentimentales possibles de Nemo son héros. Au fil de tous les hasards et coïncidences décortiqués dans un incessant va et vient entre les différentes histoires et les différents âges du personnage (8 ans, 15 ans, 34 ans et 118 ans) mais jamais de façon chronologique, le réalisateur nous immerge totalement dans toutes les alternatives qui feront de la vie de Nemo un rêve ou un cauchemar, une réussite ou un échec ! Et le personnage explore ainsi quelques façons d’aimer, par dépit, par compassion, par amour, par devoir…

    Les cœurs d’artichaut, les romantiques, les midinettes, les rêveurs, les sentimentaux ont toutes les chances il me semble de se laisser happer par ce film, les autres risquent de le trouver naïf, inutile ou prétentieux… en fait je ne sais comment ils le trouveront et je m’en fiche car vous avez compris dans quelle catégorie je me situe.
    D’autant qu’au-delà de l’aspect narratif, le réalisateur nous plonge dans de multiples univers et multiplie les trouvailles visuelles qui ne sont pas toujours inédites mais font néanmoins de ce film une véritable curiosité envahie de bonnes surprises. Tantôt kitsch, vintage, réaliste ou d'anticipation, les différentes époques sont particulièrement soignées. Il n’est pas non plus impossible de refaire un petit tour mélancolique voire nostalgique du côté de sa propre histoire tant il joue sur les odeurs, les gestes, les souvenirs et mille détails de l’enfance qui marquent ou conditionnent la vie future de chacun.
    Puis vient le temps des amours enfantines et adolescentes, le temps des promesses et des serments impossibles à tenir ou qu’on tient quoiqu’il en coûte.
    L’atout supplémentaire et essentiel tient au casting, à l’excellence de l’interprétation et au charme XXL des différents interprètes autant des enfants, des adolescents que des adultes. Je citerai en priorité Toby Regbo (Némo à 15 ans) passé inaperçu dans le dernier Harry Potter mais étonnant de romantisme et de maturité ici, la désormais incontournable mais parfaite Juno Temple, Rhys Ifans très émouvant dans le rôle du père, mais aussi les trois femmes de Nemo, la délicieuse et délicate
    Linh Dan Pham fragile et touchante Jeanne épousée par dépit et donc sacrifiée, Sarah Polley très émouvante dans le rôle pas facile et pas très valorisant d’Elise l’épouse dépressive que Némo aime au-delà de tout, protège et tente d’aider, et puis Diane Kruger qui est Anna, peut-être la plus aimée de toute, celle qu’il perd, qu’il retrouve peut-être ou pas… Allez voir !
    Et puis évidemment Jared Leto qui ne se contente pas d’être un très joli garçon mais se plie admirablement aux exigences de ce rôle multiple et décline avec conviction toutes les incertitudes, la complexité et la fragilité de ses personnages. Il nous entraîne et nous étourdit parfois en nous démontrant que la vie est émaillée de choix décisifs qui l'enrichissent, l'embellissent ou la gâchent, que parfois on aimerait ralentir le temps et d’autres fois l’accélérer… C'est tout simple, mais c'est beau !