Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    LENNY AND THE KIDS (Go Get Some Rosemary) de Joshua Safdie, Benny Safdie ***

    19311798_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100316_044227.jpg

    çA COMMENCE PAR LA FIN de Michaël Cohen °

    19282175_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100310_031335.jpg

    PRINCE OF PERSIA : LES SABLES DU TEMPS de Mike Newell°

    19193605_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091104_115144.jpg

    FILM SOCIALISME de Jean-Luc Godard °°°

    19421463_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100415_043854.jpg
    .........................................
    Mon coup AU coeur
    dennis-hopper-rare.jpg
    127517190306111140e73c_l.jpg
    dennishopper2.jpg
    .........................................
    Mon coup DE coeur
    25faces_19-787288.jpg
  • LENNY AND THE KIDS (Go Get Some Rosemary) de Joshua Safdie, Benny Safdie ***

    2010_daddy_longlegs_001.jpg
    19101580_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090506_104557.jpg
    Les divorces c'est comme les histoires d'amour parfois... ça ne se passe pas trop bien et Lenny a écopé d'une garde de ses enfants un peu zarbi. Il peut les voir 15 jours par an... et encore, c'est parce que la mère, dans un élan de générosité le tolère. Mais Lenny qui a un boulot (projectionniste), un logement en plein New-York est sans aucun doute atteint du syndrome de Peter Pan. Son immaturité est son fonds de commerce.
    Voilà donc Sage 9 ans et Frey 7 ans en pension chez leur père qu'ils adorent. Les deux semaines vont se transformer en 15 jours de pure folie où le père plus jeune et irresponsable que ses enfants va commettre énormités, maladresses et aussi quelques imprudences. Il faut dire que la présence de ses enfants ne l'empêche pas de continuer à voir ses amis un peu bargeots, un peu marginaux, une petite amie qui voudrait prendre plus de place dans sa vie, de leur raconter des histoires à dormir debout qui les terrifient, à marcher sur les mains en plein New-York, à insulter le directeur de l'école et j'en passe... Le plus énoooooorme, absolument inexcusable, je vous le laisse découvrir si vous avez la bonne idée d'aller voir ce film.
    Je ne sais si c'est le fait d'avoir vu d'horribles films cette semaine qui me rend plus indulgente avec celui-ci mais il est certain que pas plus la caméra à l'épaule que l'image cracra ne m'ont rebutée bien au contraire. Je ne me suis pas du tout sentie souris de labo mais bien en présence d'un film épatant bricolé avec trois euros six sous plein d'énergie, de sincérité avec une histoire, des vraies personnes qui ont de vrais sentiments à l'intérieur et commettent de bonnes choses et des erreurs aussi.
    Evidemment il n'est pas sûr qu'on ait envie de confier ses propres enfants à Lenny et pourtant, dans son inconséquence et sa folie douce il est capable de véritables moments de grâce et d'intelligence comme celui où pour calmer ses enfants agités au musée aquatique, il leur demande de trouver une particularité devant chaque panneau ou aquarium.
    Et puis parfois derrière le burlesque et l'impertinent surgissent encore des instants d'une justesse inouïe, d'une profondeur incroyable et l'émotion finit par s'installer jusqu'à une scène finale qui ne résout rien et laisse absolument pantois...
    Je n'oublie pas de vous dire aussi que les deux enfants sont comme de vrais enfants, joyeux, turbulents, parfois un peu cons, d'autres fois tout câlins... ce que je pourrais appeler "normaux". En tout cas, à aucun moment je n'ai eu envie de leur dévisser la tête et de leur coller sous le bras.
    Quant à l'acteur qui joue Lenny, il s'appelle Ronald Bronstein, inconnu au bataillon et c'est le genre qui semble être né pour être devant une caméra : beau, drôle, naturel, touchant, agaçant. Dès sa première apparition à l'écran (une chute et un fou rire), il s'en empare, empoigne le film et la cinéphile complètement baba qui a envie de le revoir vite vite vite !

  • DENNIS HOPPER

    17 mai 1936 - 29 mai 2010

    photo_1269642542813-1-0.jpg
    dennis_hopper_1971.jpg

    Plus vraiment jeune, mais pas vraiment vieux non plus (et le portrait craché de mon beau-père pour ne rien vous cacher...), si je devais le résumer d'un mot, je dirais peut-être "excessif" tant il semble que sa vie ait été marquée par tous les abus, de tabac, d'alcool, de drogues, de femmes mais c'était aussi et surtout un artiste : acteur, réalisateur, poète, peintre et photographe.

    5 mariages, 4 enfants et 150 films... sa carrière commence avec Nicholas Ray et "Johnny Guitar", vous vous rendez compte ? Puis il rencontre son idole James Dean et partage deux fois l'affiche avec lui dans "La fureur de vivre" et "Géant". Il croise aussi la route de John Wayne.

    Mais c'est en devenant réalisateur du désormais cultissime "Easy Rider" en 1969 au côté de Peter Fonda et Jack Nicholson qu'il va marquer à tout jamais Hollywood et le cinéma mondial. Ce film différent tant sur le plan de la narration que de l'esthétique, libre et atypique, un symbole pour la génération hippie, va permettre aux réalisateurs de rompre avec les diktats des studios hollywoodiens.

    Je ne sais pas faire les oraisons funèbres tant il est difficile d'évoquer quelqu'un en quelques mots. Alors je ferai simple, c'était un grand acteur, différent, un peu fou... Bien sûr il fut Billy, l'Ami américain, Frank Booth  le psychopathe mais j'avoue que le photographe halluciné d'Apocalypse now m'avait particulièrement impressionnée.

  • ÇA COMMENCE PAR LA FIN de Michaël Cohen °

    19418159_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100413_042658.jpg

    Chez les Cohen/Béart on ne doit pas rigoler tous les jours. Mais un jour Michaël, mari d'Emmanuelle dans la vraie vie a eu envie de la filmer dans tous ses états. Et aussi de se filmer lui et puis elle, et eux ensemble, dans tous leurs ébats ! Dans les toilettes des cafés... debouts dans la rue, lui tourné contre le mur et elle s'humectant le doigt... sur le bureau où elle travaille... parfois dans un lit. Pourquoi ? Pourquoi ce film ? Pour déclarer à la femme qu'il aime qu'il l'aime ? Pour nous démontrer à quel point il l'aime ?

    Histoire d'amour dans le désordre, avec un début, un milieu et une fin, quoique, pas sûr. Des bribes de dialogues, des insultes, des soupirs. Des départs, des retrouvailles. Des colères, de la jalousie. Des tentatives de suicides. Du grand n'importe quoi filmé n'importe comment. Et nous, pauvres spectateurs, réduits à l'état de voyeurs, que devons-nous faire de ce spectacle d'un couple qui ne cesse de dire qu'il s'aime puis qu'il se déteste comme jamais ?

    Emmanuelle, parfaitement mal habillée et coiffée/décoiffée a pourtant de véritables éclats, de rire, d'humeur, d'agacement qui prouvent qu'elle s'offre toute à ce film et à son homme qui joue (pas très très bien) l'homme du film, mais elle le porte toute seule le film, bravement avec ses excès de douceur, de brusquerie et de violence.

    La question demeure néanmoins, où est le film dans ce numéro d'exhibitionnistes ?

  • LEÇON D'ANATOMIE de Benoît Gautier

    Je vous ai déjà parlé de Benoît Gautier.

    Mais si, c'est lui là en-dessous (celui avec un peu des cheveux)

    Sur son CV est écrit : Auteur, scénariste, metteur en scène, biographe, journaliste de cinéma. Il habite ici où il parle (très bien) du cinéma et aussi un peu quand il a le temps. Il aime les belles femmes, les jolis garçons mais aussi et surtout le cinéma et le théâtre. Et justement, en juillet prochain, il sera en Avignon où il présentera avec

    BAFDUSKA THEATRE

    Bien Assis au Fond DUn Sofa Keski Arrive?

    1 villa Courtalon 10000 Troyes

    03 25 75 50 07 / 09 52 66 19 59

    www.sylvainsavard.com

     

    une pièce de Larry Tremblay qu'il met en scène, avec dans le rôle principal, la comédienne Micky Sebastian. La pièce sera accueillie par le théâtre

     La Tache d’Encre du 8 au 31 juillet au Festival OFF d’Avignon 2010.

    En outre pour ce spectacle Benoît et la compagnie franco-canadienne BAFDUSKA THÉÂTRE se trouvent actuellement dans une dynamique de recherche de mécènes pour la production de cette création. Donc, si vous souhaitez devenir mécène de :

    4440_75648729298_596204298_1609649_140963_n.jpg 

    contactez Sylvain Savard (en lui cliquant dessus).

    Cette pièce est un monologue qui raconte l’histoire de Martha, professeur de science et femme de ministre. Mutilée après une mammectomie, mais aussi meurtrie dans son cœur, l’héroïne ausculte son histoire d’amour auprès d’un homme de pouvoir. Sur scène, elle dissèque l’envers du décor autour d’un mannequin de vitrine, symbole du mari de Martha.

    La maltraitance conjugale, le combat face à la maladie, la désillusion amoureuse sont les thèmes de ce texte pourtant décapant malgré la douleur de son sujet. Ironique et émouvant, caustique et palpitant, mais sans jamais céder au pathos, cette pièce a été créée en juin 2009 en résidence théâtrale à La Maline de l’île de Ré. Il a aussi fait l’objet de deux représentations exceptionnelles au Centre culturel canadien à Paris.

     

    Parce que la critique et le public ont acclamé d’emblée ce spectacle et son interprète. Parce que Leçon d’anatomie encore méconnue en France a été jouée dans le monde entier par de grandes actrices (Glenn Close a approché Larry Tremblay pour acquérir les droits de la pièce pour Hollywood). Parce que le personnage de Martha peut devenir un grand rôle du répertoire contemporain. Parce que Micky Sebastian a choisi ce texte pour faire son retour sur les planches après dix ans de présence sur le petit et le grand écran. Parce que Larry Tremblay est un auteur québécois vivant. Parce que son nom est associé à celui de BAFDUSKA THÉÂTRE depuis quelques années, l’équipe artistique croit de toutes ses forces au succès de ce projet lors de son rendez-vous avignonnais.

    C'est pour toutes ces bonnes raisons que la générosité est sollicitée pour apporter une aide financière dans ce cadre artistique. Selon les prévisions budgétaires, la compagnie doit réunir la somme de 12 000 € pour l’entière réalisation de ce spectacle en juillet 2010. Cependant, sachez que cette demande de mécénat n'est pas exclusive et qu'en retour de la générosité :

    - votre don fera l’objet d’une réduction d’impôts substantielle et proportionnelle au montant versé à la compagnie ;

    - le logo de votre société apparaîtra sur tous les supports de communication (affiches, flyers, dossiers presse…) ;

    - des invitations seront disponibles pendant le Festival d’Avignon OFF pour les membres de votre entreprise ;

    - en cas d’autres formes de don et de visibilité de votre part, nous étudierons avec le plus grand intérêt chacune de vos propositions.

    Vous pouvez parcourir le dossier artistique de Leçon d’anatomie, des photos, visionner des extraits du spectacle en cliquant ICI puis en vous rendant dans la rubrique BAFDUSKA THEÂTRE. 

  • PRINCE OF PERSIA : LES SABLES DU TEMPS de Mike Newell °

    19454727_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100526_110223.jpg
       
    19275854_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100309_122735.jpg
    Parfois les films produisent des jeux vidéos, parfois c'est l'inverse. Et c'est le cas ici. Donc, autant vous dire que jamais de jamais je n'avais entendu parler de ce jeu, de ce Prince mais de Jake, oui. Et comme vous pouvez le constater par vous-mêmes, son coach sportif n'a pas volé son salaire. Mais en dehors de Jake, qu'est-ce qui pourrait sauver ce film ? Rien. J'ai beau chercher. Donc il n'y a ici que les beaux yeux tristes de Jake et son sourire ultra brite que si tu mets pas tes lunettes pour le regarder, tu deviens aveugle !
    Il s'agit d'un moutard des rues orphelin qui un jour tient tête à des soldats devant les yeux émerveillés du bon roi Sharaman qui du coup l'adopte, tellement le minot c'est trop un rebelle. Et hop, comment devenir Prince sans plier les genoux ? Sauf que le roi a un frère et deux fils et qu'on se doute que l'affaire ne va pas se faire sans qu'il y ait grave du mou dans la corde à noeuds.
    10 ans plus tard, Dastan -c'est son nom- se traîne dans la poussière et fait des bagarres avec ses copains les soldats, pendant que ses deux autres frères font des trucs de soldats aussi mais en plus  propres, avec des couteaux, des casques et pas torse poil.
    Une cité très belle et très sainte fabrique des armes de destruction massive, les iran Perses menés par le roi, les frangins et tout le toutim s'en vont faire la guerre à la cité qui est gouvernée par une Princesse des Mille et Une nuits,qui ne sait pas se laver toute seule, maquillée comme une voiture volée avec un smookie eyes et du gloss de pintade plein sa face ! Elle prie mais elle a un caractère de cochonne alors les frangins disent : "on va lui montrer ce que c'est qu'un homme un vrai !". Sauf qu'avant qu'elle se mélange l'adn avec le Dastan (bien qu'elle soit d'abord promise à Garsiv, mais comme il a déjà plusieurs meufs il passe son tour),faut poireauter à peu près deux heures. Bien fait pour moi. C'est là que j'ai compris que c'était un film pour moutards (au-dessus de 9 ans et demi, passez votre chemin) et que pour la danse des 7 voiles, on est de la revue.
    Bon au début, la Princesse et le Prince i font rien qu'à se faire des niches et à se disputer, en se faisant des mines comme ça et comme ça, et que je te prends ton couteau, et que je te le pique, et que je te le cache, et que j'appuie sur le bouton, et que je remonte le temps, et que je vide le sable magique, et que je te plante dans le désert, et que non c'était pour rire, et que je te sauve, et que je te fiche un coup de bâton sur la tête... STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOP !
    Bon faut dire que la dague magique est toute choupie mais si t'as pas le pantalon de cuir pour la mettre dedans, y'a pas non plus de quoi en faire une pendule à treize coups. Les pendules à treize coups, macache bono, ça sert à queud. Mais quand même, la dague a le pouvoir de faire remonter le cours du temps et d'inverser les événements donc. ça peut être utile. Mettons, pour rire, tu peux te suicider et si quelqu'un appuie sur le bouton qui libère le sable, pan, t'es plus mort !!! Cool non ?
    Y'a quoi aussi ?  Ah oui, y'a Alfred Molina (l'acteur) i s'amuse comme un foufou à faire le zoophile. C'est rare dans une carrière de dire à un acteur : "t'auras un torchon sur la tête, une dent en or et tu aimeras les animaux plus que ta mère". La dépression nerveuse qu'il nous fait pas face caméra quand on lui pique ses dindons !!! Pas grave, il lui reste les chevaux et les poules. Y'a aussi des moches et des vilains avec ou sans pustules. Et puis y'a Ben Kingsley, l'autre acteur dans son grand numéro pathético ridicule mais super bien rodé de "je-continue-de-flinguer-ma-carrière-j'fais-c'que-j'veux-j'suis-noble".
    Bon, vu que le titre c'est PRINCE OF PERSIA, deux points, les sables du temps... j'imagine qu'il peut y avoir PRINCE OF PERSIA, deux points, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants... Mais faut faire fissa avant que les tablettes de Jake se transforment en chocolat fondu.
    Sinon, le ptit Jake a l'air de bien s'amuser à faire des trucs de ouf dans les airs en bravant les lois de l'apesanteur. Les autres se prennent grave au sérieux. Il y a plein plein plein de combats dans le sable, dans les airs et la poussière et des effets spéciaux qu'on voit bien à l'oeil nu. C'est tout jaune et ôcre, preuve qu'il fait très chaud.
    Ah et puis une dernière chose, je trouve ça amusant les films qui se font leurs propres reproches... à plusieurs reprises des personnages disent à l'insupportable princesse (Gemma Aterton, bouche de poisson regard vide, on peut l'empêcher de sévir s'il vous plaît ? merci.) : "tu peux pas la mettre en veilleuse ta boîte à camembert ?". Il est vrai qu'on a souvent envie de lui coller n'importe quoi dans la bouche pour qu'elle se taise définitivement. Cette Raymonde la Science atteinte de diarrhée verbale assez impressionnante ne cesse de disserter sur le pourquoi du comment de tout et de rien.
    Au secours !

  • FILM SOCIALISME de Jean-Luc Godard °°°

    19426107_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100419_055845.jpg
    19083817_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20090401_104506.jpg
    Est-ce que balancer des images et des mots sur un écran suffit à faire un film, un pamphlet, parler d'une révolte, d'une colère, d'un espoir, évoquer le désordre et l'échec ? Moi je dirais que non, mais à vous de voir !
    Ce film socialisme c'est du bruit - du son - de la musique - des images - des mouvements - des couleurs - Gaspar Noé est un apprenti - du bleu - beaucoup de bleu - la croisière ne s'amuse pas - le rêve des états est d'être seul - le rêve des individus est d'être deux - Staline - nkvd - Hitler - nazi - débarquement en Afrique du sud - Hollywood inventé par les juifs - holocauste - mon coeur n'est pas dans ma bouche - revoir l'Europe heureuse - pourquoi tu ne nous aimes pas Flo ? - garage Martin - n'utilisez pas le verbre être - on distribue au lieu de produire - 4 août - des choses comme ça - il faudra un programme - à cause de la lumière - à cause de l'obscurité - j'accueille un paysage d'autrefois - le silence est d'or - j'attaquerai aussi le soleil si un jour il m'attaquerait - l'espace se meurt - démocratie et tragédie sont nées à Athènes - X + 3 = 1 - la personne à venger c'est Jésus Christ - Odessa - hélas - alors Cassandre tu vas être raisonnable...
    Et qu'on ne vienne pas me dire que cette note n'est pas constructive. Allez plutôt voir ce film.
    MOI J'EN AI MA CLAQUE DE FAIRE SOURIS DE LABO POUR RÉALISATEURS TORTURÉS !
    No comment,
    comme dit JLG. 
     
    Et comme je ne suis pas du genre à vous faire rater un chef-d'oeuvre sous prétexte que j'y suis complètement hermétique, voici l'avis de ceux qui ont tout compris, aimé et qui donnent envie :
     
    CRITIKAT - Arnaud Hée :
    Inégal et passionnant, Film Socialisme, méditation filmique ardue et émouvante, porte la contradiction d'un cinéaste toujours plus isolé et mélancolique, mais terriblement présent et contemporain : parmi nous.

    LES INROCKUPTIBLES -  Jean-Marc Lalanne !

    Sans tellement modifier sa langue ou sa méthode, le cinéma de Godard s'est rebranché sur le contemporain. (...) Le socialisme du film commence par là : la constitution d'une république des images, iconoclastement égalitaire, où le copyright est aboli, où les dénivelés statutaires qui séparent chacune d'elles sont comblés par le collage. (...) C'est de toute façon plus encore dans sa pratique que dans ses visions que le film éblouit.

    CHARLIE HEBDO - Jean-Baptiste Thoret :

    Un grand moment de "cinéma pur".

    EXCESSIF - Jean-Baptiste GUEGAN :

    Dense et sublime, expérimental et difficile.

    L'HUMANITE - Michel Guilloux :

    Cet art de la citation, d'oeuvres de la pensée, picturales, musicales, dites, montrées ou sonores, n'est pas nouveau chez Godard, disons qu'il atteint, à l'image de son propos, un point de non-retou

    LIBERATION - Gérard Lefort :

    (...) sur le territoire de ces lieux communs, il construit un nouveau chromatisme qui les transforme du dedans, crée des thèmes, développe en force une forme gorgée du dernier cri (de souffrance) des moyens modernes de la communication (fil à la patte des mal nommés portables qui, telle la drogue, nous fixent), autant dire un formidable nomadisme.

    MARIANNE - Danièle Heymann :

    Godard, dans son kaléidoscope chromatique, politique, irritant et exaltant, a mis à l'abri tout le langage des images.

    TELERAMA - Jacques Morice :

    Son film suscite plus une impression de nostalgie que de désespoir. Le tout dans une clarté qui rappelle Eloge de l'amour, son dernier bon film, vieux de neuf ans déjà. (...) Il semble ne plus chercher l'affrontement (...) et on le sent prêt à passer le relais. (...) Etre un poisson des abysses et regarder vers le haut : c'est la profondeur délivrée du langage, dont Godard a toujours rêvé. Enfin une image de paix.

  • QUE LA PALME SOIT

    allée à un réalisateur thaïlandais qui fait des films étranges et qui répond au doux prénom de Apichatpong à tes souhaits ne va pas nous empêcher de jouer sans rien avoir à gagner non mais quoi !
    palme.jpg

    Par contre si vous voulez connaître le palmarès avec les impressions et les sensations du dedans, des photos floues vues d'avion, des vidéos avec des voisins qui gloussent, de l'émotion et du texte anti-twitt complètement IN THE MOOD, c'est ici que ça se danse.

    Et puis, M6 a consacré quelques minutes à Sandra et son blog et ça se passe ici en dessous :

    http://video.fr.msn.com/watch/video/festival-de-cannes-des-etoiles-sur-la-toile/13qdoe8j7

    .....................................................

    Sinon, pour jouer c'est simple, retrouvez le titre de chaque film d'après ces petits morceaux d'affiches. Une seule réponse à la fois par personne. Vous pouvez rejouer quand j'ai donné la réponse (MÊME SI VOUS AVEZ BON...). Pourquoi je me fatigue encore à expliquer moi ?

    Plus que la réponse 4 à trouver, et la semaine prochaine, les affaires vont reprendre avec des places de cinéma à gagner !

    GAME OVER. MERCI.

    1

    1.jpg

    LA BELLE HISTOIRE trouvé par Mister Loup

    00791358-photo-affiche-la-belle-histoire.jpg

    2

    2.jpg

    AMEN trouvé par Ed

    3388334507677.jpg

    3

    3.jpg

    JESUS DE NAZARETH trouvé par Fred

    1530005887.jpg

    4

    12.jpg

    LE MALIN trouvé par Fred

    00793944-photo-affiche-le-malin.jpg

    5

    4.jpg

    LE PETIT MONDE DE DOM CAMILLO trouvé par marion

    18771043.jpg

    6

    6.jpg

    TERESE trouvé par Dieu... (et réciproquement d'après ce qu'on m'a dit).

    hoi6qymg.jpg

    7

    7.jpg

    JESUS CHRIST SUPERSTAR trouvé par fog

    JesusChristSuperstar.jpg

    8

    8.jpg

    LA DERNIERE TENTATION DU CHRIST trouvé par marion

    laderniretentationduchrist.jpg

    9

    9.jpg

    LA PASSION DU CHRIST trouvé par fog

    PASSION1.jpg

    10

    20.jpg

    LE CHRIST S'EST ARRÊTE A EBOLI trouvé par Fred

    cristo_si_e_fermato_a_eboli.jpg
  • MA SEMAINE AU CINEMA ET AILLEURS...

    Cliquez sur les titres pour retrouver l'article.

    BERNARD BLANCAN, SANDRA M., IN THE MOOD FOR CANNES, FESTIVAL TOUT çA...

    large_485156.jpg

    NUIT EN OR DU COURT MÉTRAGE

    2009-06-18-nuits-en-or-2009-affiche-fr.jpglogorama-1.jpg

    L'ENFANCE DU MAL de Olivier Coussemacq **

    19416411_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100412_030831.jpg

    COPIE CONFORME de Abbas Kiarostami *

    19439947_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100428_125334.jpg

    SI J'AVAIS ETE PRESIDENTE DU JURY A CANNES (de 1946 à 2009)

    palme.jpg

    et ne ratez pas les Palmes de Fred (elle y a passé des jours et des nuits...).

    CHRISTOPHE

    P5210134.JPG