Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • THE ARTIST de Michel Hazanavicius ****

    THE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinémaTHE ARTIST de Michel Hazavanicius, jean dujardin, berenice bejo, john goodman, malcolm mcdowell, cinéma

    Voici l'histoire de George Valentin star hollywoodienne qui sombre dans l'oubli lorsque vers 1927 le cinéma parlant fait irruption et révolutionne le 7ème art. En parallèle, Peppy Miller, starlette et danseuse gravit à une vitesse prodigieuse tous les échelons de la gloire. Au fil des années la rencontre de George et de Peppy sera contrariée, plusieurs fois différée. Ils vont se croiser, s'ignorer, s'observer, se perdre, se retrouver, l'orgueil de l'un et la délicatesse de l'autre les empêchant de filer le parfait amour qui les a pourtant foudroyés au premier regard...

    Et moi qui aime tant qu'on me raconte des histoires, c'est ici plus la forme que le fond qui donne tout son prestige à cet original objet cinématographique. C'est plutôt gonflé, au moment où on nous assure que l'horrible, insupportable et inutile 3D va à nouveau révolutionner le cinéma de réaliser un film sans parole et en noir et blanc. C'est gonflé et c'est magnifique. Mais quand même, pourquoi oser le faire malgré tout me direz-vous ? Vous en avez de bien étranges questions ? Je dirais que Michel Hazanavicius a bien de la chance d'avoir pu concrétiser un rêve et en profiter pour faire une déclaration d'amour à un acteur, à sa femme et actrice, au cinéma tout entier, et à un  chien aussi peut-être ?... On le savait expert en parodies hilarantes (les OSS 117), on le découvre cinéphile transi et virtuose à rendre un hommage passionné. J'ai entendu dire Laurent Delmas arrête de me faire rire que ce film était "trop" parfait car il n'y manquait rien. Il est vrai qu'il est de bon ton de se plaindre que la mariée est trop belle. Je préfère vous dire que ce film, on s'y love comme on s'installerait confortablement sous la couette pour dévorer un roman d'amour.

    La scène d'ouverture donne le ton, elle est vertigineuse et pourrait être un court métrage à se repasser en boucle. Dans une salle de cinéma comble sur un des boulevards hollywoodiens, des spectateurs très réceptifs assistent à la projection d'un film. Le film que l'on voit est muet, et le film que les spectateurs dans le film regardent est muet également... Derrière l'écran, les acteurs, réalisateur et producteur dont George Valentin très satisfait de sa prestation manifestement, attendent la fin de la projection. Lorsque les mots "THE END" apparaissent, on scrute sur le visage tendu des acteurs la réaction des spectateurs. On ne les entend pas mais on sait que les applaudissements crépitent et la joie des acteurs explosent à son tour. Impossible de retranscrise la magie de cette scène par des mots. A la suite de ce triomphe dont il doutait à peine, tellement sûr de son talent et de l'amour inconditionnel du public George Valentin/Jean Dujardin se livre avec son chien (le meilleur acteur canin de tous les temps !) à un numéro de cabotinage phénoménal. On reconnaît Jean Dujardin mais, cheveux gominés et étroite moustache on retrouve Douglas Fairbanks, Rudolph Valentino, Errol Flynn et plus tard dans une scène d'escalier particulièrement symbolique, j'ai clairement "vu" Clark Gable lorsqu'il déshabille du regard dévisage Scarlett pour la première fois aux Douze Chênes. On comprend sans peine que le Président du jury Robert De Niro ait attribué le Prix d'interprétation à Jean Dujardin qui le mérite 1 000 fois car ce doit être le rêve ultime de tout acteur de pouvoir incarner l'essence même, les origines de leur raison d'être.

    Chaque scène est un petit bijou d'émotion, de drôlerie, de finesse et d'inventivité et on passe par toutes les sensations délicieuses qu'un film peut procurer. On prévoit la plupart du temps ce qui va se passer dans la scène suivante mais l'important je le répète n'est pas ce qui est raconté mais bien la manière dont cela est fait et dont les acteurs incarnent des personnages, leurs caractéristiques mais aussi renouvellent la manière de jouer de l'époque, les attitudes, la façon de bouger, d'exagérer mais sans trop en faire pourtant. Ils parviennent sans rouler des yeux ni en ajouter dans l'emphase gestuelle à simuler sans caricaturer ni se moquer. La musique, élément essentiel, presqu'un personnage ajoute au plaisir et à l'enthousiasme, elle est un puissant catalyseur d'émotion.

    Quant au couple d'acteurs qui s'emparent de cette histoire, elle qui entre dans la lumière -très belle-, lui qui en sort, et du film tout entier, ils sont absolument prodigieux et inoubliables, indissociables de ce film qui ne ressemble à aucun autre tout en étant un hommage respectueux et passionné aux premiers films. Jean Dujardin réussit quelques exploits notamment en passant de l'arrogance insupportable à l'humilité la plus bouleversante mais pas uniquement. Le moment où en plein tournage il est de plus en plus paralysé par le doute, l'affolement, l'incompréhension, incapable de tourner une scène et de comprendre ce qui lui arrive alors qu'il est en train de tomber amoureux d'une figurante est vraiment sublime. Le visage de Jean Dujardin est un livre ouvert. Lui si loquace et volubile d'ordinaire est ici un homme sans voix, anéanti et humilié. Il est magnifique.

    Mais il est étrange qu'on n'entende parler pratiquement que de Jean Dujardin alors que Bérénice Bejo est  une formidable Peppy Miller. Mutine, espiègle, gaie, lumineuse et tendre, chacune de ses scènes est une réussite et elle ferait fondre les foules avec un de ses adorables clin d'oeil.

    Et puis les voir danser tous les deux est vraiment la cerise sur le gâteau, un des nombreux moments qui fait battre le coeur et donne envie d'applaudir à tout rompre.

  • DEVENIR JURY DU 29ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU PREMIER FILM D'ANNONAY

    Avant toute chose, laissez-moi vous présenter en avant première mondiale la belle affiche de cette édition 2012 qui sera placée sous le signe de "l'aventure". Nous y découvrons un drôle de gugus mi-Indiana Jones, mi-Homme de Fer (du Magicien d'Oz) équipé d'instruments aussi étranges qu'hétéroclites mais aux caractéristiques éminemment cinématographiques...

    viewer.png

    Il suffit de jeter un oeil sur l'avant goût du programme (aucun titre n'étant encore révélé) pour être assuré que ces dix jours seront une fois encore placés sous le signe de la diversité, des découvertes et de la cinéphilie.

    Au programme de cette 29ème édition :

    - Une sélection compétitive de huit premiers longs métrages inédits en France dans les salles et à la télévision.

    - Une sélection hors compétition des meilleurs premiers films sortis cette année

    - Un week-end consacré à un(e) comédien(ne) en sa présence.

    - Un panorama thématique intitulé À L’AVENTURE.

    - Une sélection de films pour jeune public.

    - Une carte blanche à l’unité fiction d’ARTE

    - Ciné-concert autour du film "Gerry" .

    .............................

    Vous ferais-je l'affront de vous affirmer une fois de plus à quel point ce festival chaleureux, convivial et de qualité exceptionnelle où se mêlent dans une égale ferveur les équipes de films et les spectateurs cinéphiles, devrait devenir l'endroit où se retrouvent une fois l'an tous les amoureux du cinéma ? Non.

    Je vous répète néanmoins que depuis 2005 (année où j'ai découvert le Festival en tant que membre du jury), j'y retourne chaque année pour faire le plein de découvertes, de révélations et d'émotions fortes. Je vous invite donc, si ça vous dit,  à retrouver mes compte-rendus des années précédentes FESTIVAL ANNONAY 2007, FESTIVAL ANNONAY 2008, FESTIVAL ANNONAY 2009, FESTIVAL ANNONAY 2010, FESTIVAL ANNONAY 2011 ).

    Cette année encore j'y serai accréditée et je pourrais vous relater au jour le jour le déroulement du festival et vous parler des films en et hors compétition mais aussi des beaux garçons qui ne manquent jamais de faire le voyage...

    Car oui,  ce Festival propose une compétition dotée de prix et il demeure le seul Festival en France où le jury est composé de cinéphiles sous la Présidence d'un réalisateur. En conséquence, je vous encourage vivement à affûter votre prose et votre clavier et à vous porter candidats. 8 d'entre vous seront élus et vous le ne regretterez pas. Il vous suffit de suivre les indications suivantes :

    devenir jury du 29ème festival international du premier film d'a 

  • DE BON MATIN de Jean-Paul Moutout ***

    19799023_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110819_023905.jpg19799034_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110819_023946.jpg19799031_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110819_023933.jpg

    Comme chaque matin Paul, cadre dans une banque qui subit de plein fouet les effets de "la crise", se prépare pour à aller au travail. Les gestes sont les mêmes, la toilette, le rasage, le brossage minutieux des dents, un baiser sur l'épaule de sa femme encore endormie et il quitte sa banlieue proprette. Sauf que ce matin là, contrairement aux autres, Paul prend le bus en sachant qu'il va commettre l'irréparable. En arrivant dans la banque située dans une tour où se croisent sans se voir tous ces cadres affairés, Paul va accomplir ce qu'il a minutieusement préparé. Froidement il tue son responsable direct puis il abat de dos un jeune collègue qui tentait de s'enfuir. Les deux hommes ont peu à peu réduit Paul au silence et au désoeuvrement. Ce long et lent travail de sape à coup de harcèlement psychologique et pour cause de restructuration est venu à bout des nerfs de Paul, ce type consciencieux et sans histoire qui fait partie de cette génération d'hommes qui tend à disparaître. De ceux qui passent une grande partie de leur existence, négligeant souvent leurs proches, à se consacrer à un travail qu'ils aiment, persuadés que la reconnaissance viendra en son temps.

    Le réalisateur ne cherche évidemment pas à justifier l'acte de Paul mais à démontrer comment un homme tranquille travailleur scrupuleux en arrive à cette terrible extrémité. Alternant flash-backs et retour au présent, Paul enfermé dans son bureau de verre attend patiemment la suite des événements non sans avoir crié à ses collègues terrifiés et stupéfaits : "c'est ce que vous vouliez non ?" Il se souvient de l'arrivée de la crise, des pertes de la banque, des collègues injustement voire illégalement poussés vers la sortie et de sa progressive mise au placard. Il réalise également s'être parfois un peu trop éloigné de sa femme pourtant aimante et compréhensive et de son fils (composé de tous les ingrédients constitutifs d'un ado, portes qui claquent incluses)...

    L'entreprise est un univers froid, glacé, fait de verre, de murs et de portes. A l'intérieur on peut écrabouiller et anéantir les plus faibles.  "L'ambiance" du film est sinistrement réaliste. On s'y croirait. L'arrogance du chef de service (Xavier Beauvois, impeccable) à la fois hautain et familier, la rapacité d'un jeune loup tout imbu de lui-même mais pas vraiment hostile qui accepte la "formation" de son aîné avec une condescendance écoeurante ajoutent au réalisme. Qui a un peu "fréquenté" l'entreprise se reverra plongé en pleine horreur. Pour y avoir séjourné de longues années sans jamais avoir pu m'y intégrer, ce film m'a vraiment donné la nausée. Rien ne change et le monde du travail est une machine qui broie l'être humain au lieu de l'épanouir.

    Jean-Pierre Darroussin, acteur parfait, se livre corps et âme à ce film et à ce rôle. Voûté, abattu, incrédule, il laisse la caméra de Jean-Paul Moutout se balader sur son corp nu où les premiers signes de vieillissement, le gras, les taches, apparaissent. C'est aussi ainsi que l'entreprise anéantit les hommes. En reléguant ceux qui n'ont plus cet atout pourtant ô combien éphémère : la jeunesse. Comme si être jeune était une qualité. L'expérience, le savoir faire, la connaissance n'ont pas leur place ici.

    Et cependant le monde est impitoyable très rapidement. Pour illustrer cette évidence, le réalisateur place en début de film une très belle scène muette où dans le bus Paul observe une petite fille de 8 ou 9 ans qui pleure silencieusement. Elle se rend à l'école comme Paul se rend au travail. Peut-être est-elle en train de vivre le même cauchemar fait de blessures à l'âme et d'humiliations quotidiennes.

  • REMISE DU GRAND PRIX CINEMA DES LECTRICES DE ELLE : POLISSE de Maïwenn

    C'était donc hier soir qu'avait lieu la remise du Prix amplement mérité à Maïwenn pour son film plébiscité : "POLISSE". Et comme je vous sais avides de détails glamours croustillants, j'espère ne pas vous décevoir.
    Sur l'invitation (très jolie et originale) ci-dessous, j'ai dissimulé un détail avec une cuillère en argent car j'imaginais que simplicité pouvait rimer avec chic et style d'autant que le magazine Elle n'est quand même pas ce qu'il y a de plus loqueteux...

    PA110060.JPGPA110061.JPG

    Mais non, il n'y avait que ce genre d'outils :

    et le champagne (que je n'ai pas bu car je n'aime pas) donnait des brûlures d'estomac et j'ai dû sortir ma boîte de maalox avant la fin de la soirée pour secourir des malheureux. Oui, je suis une pharmacie ambulante (un coup de pompe, une allergie, un vertige ? Tapez SOS Pascale sur votre clavier (appel non surtaxé) !).

    Avec beaucoup de discernement et surtout grâce à à cause d'elle, nous sommes arrivés avec une demi-heure de retard sur l'heure prévue sur le bristol, et nous avons bien fait car c'était loooooooooooong comme un jour sans pain cette attente avant de pouvoir revoir le film.

    Ceux qui me connaissent ou suivent ce blog depuis des années ou moins, connaissent mon enthousiasme, mon euphorie et mon exaltation dès lors qu'il s'agit de vivre puis de relater des événements à haute teneur cinématographique (voir mes Festivals d'Annonay, de Cabourg, de Paris Cinéma, de Lyon (que j'ai raté bêtement cette année... je vous raconterai peut-être quand la plaie sera cicatrisée...) etc. Cette fois, au plaisir de croiser en vrai des personnalités telles que toute l'équipe féminine du film Polisse et surtout de pouvoir revoir le film se mêlent la déception et l'étonnement d'avoir vécu une soirée sans charme, froide (malgré le plaisir de rencontrer Jane et de retrouver Charlotte, des élues parmi les plus de mille qui avaient postulé) un peu comme si elle avait été improvisée à la dernière minute. Je n'avais pas d'attente particulière. Le ressenti est que c'était froid et parfois même un peu bricolé et amateur !

    Là où nous avions été 50 pendant le week end de septembre où nous avions vu les films, nous étions sans doute plus de trois cents venus par un prompt renfort et par le fait que nous pouvions inviter une personne de notre choix ! J'avais choisi "qui vous savez" qui (et personne ne peut s'en douter car il arbore une chevelure quasi onctueuse de nouveau-né) souffre toujours de quelques problèmes et effets secondairement indésirables aux multiples chimios. Lorsqu'il a demandé un verre d'eau, un charmant garçon terrorisé lui a dit "je n'ai pas le droit mais je vous le donne discrètement". C'est là que le chef du pauvre garçon lui est tombé dessus à bras raccourcis pour le sermonner vertement et sans doute le faire brûler en Place de Grève dès la fin de la soirée... "Qui vous savez" s'est donc senti obligé (pour venir au secours du gentil) d'expliquer la raison de sa demande (UN VERRE D'EAU). Malades et handicapés du monde : faites en sorte que votre maladie se voit bien pour attirer la compassion !

    Ensuite, les "filles" du film étant toutes arrivées, elles ont dû subir le passage obligé du "photo call" et comme j'avais mon appareil photo je me suis jointe aux photographes!!! Je crois que je n'ai jamais entendu autant d'âneries en un aussi court laps de temps. Déjà, lorsque je me suis pointée avec mon minable Olympus, j'ai tout de suite été avisée que je dérangeais...

    grand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinéma

    Je ne vois pas en quoi et j'ai donc continué à prendre des photos alors qu'un photographe hyper intelligent se déplaçait délibérément pour être devant mon objectif !

    Je vous livre quelques bribes de... comment peut-on appeler cela... conversations ?

    Un photographe : "c'est qui celle-là ?

    - un autre : Naidra Ayadi.

    - 'tain t'as bien appris ta leçon toi !"

    grand prix cinéma ELLE, Maïwenn, Polisse, cinéma

     Naidra Ayadi

    grand prix cinéma ELLE, Maïwenn, Polisse, cinéma

    Emmanuelle Bercot, Sandrine Kiberlain, Karine Viard, Naidra Ayadi, Marina Foïs.

    - Un photographe : "oh les filles ! vous êtes bonnes !!!

    - les autres : ah ah ah !

    - encore un autre : ah, vous êtes bonnes, t'es drôle toi !"

    grand prix cinéma ELLE, Maïwenn, Polisse, cinéma

    Marina Foïs.

    Un photographe : et maintenant on fait quoi ?

    - un autre :  ben on attend Maïwenn !!!

    - Maïwenn Leroy ? La chanteuse ???

    - ah ah ah ah !!!

    - nan, Maïwenn, la réalisatrice*, celle qui a fait le film.

    - euh, elle s'appelle pas Arwen la chanteuse ?

    - Et c'est sûr qu'elle va venir ?"

    *une réalisatrice est une personne qui fait des films.

    grand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinéma

    Karine Viard, Maïwenne, Valérie Toranian (directrice de la rédaction de ELLE), un petit bout de Sandrine Kiberlain.

    Un photographe : "et maintenant, i s'passe quoi ?

    - ben c'est open bar !!!"

    Ensuite s'en est suivi le fameux "cocktail dînatoire" qui a été rincé en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire par les incontournables "professionnels" qui ne quittent pas la table où sont étalés les amuse-bouche et l'ont donc toujours pleine (la bouche). C'était inabordable à moins de priser particulièrement les bousculades et grâce à "qui vous savez" et Jane qui a bravé la foule j'ai pu déguster un morceau de tranche de jambon enroulé sur un biscuit apéro et un toast avec un truc qui était bon à l'intérieur ! J'ai bu un verre de rouge aussi, parce qu'on ne se refait pas et que bizarrement les boissons sont toujours plus accessibles.

    Mais le plus beau restait à venir et bien que je sois la première à savoir, craindre et dire que les talents d'orateur ne sont ni innés ni évidents (j'évite donc de prendre un micro), je peux assurer que les deux discours ou présentations qui ont été faits étaient assez pauvres, consternants et involontairement risibles.

    J'en ai quand même conclu que les lectrices de Elle de Lyon et Nantes n'étaient pas plus bêtasses que celles de Paris puisqu'elles avaient choisi le même film. D'ailleurs, il semblerait que quelle que soit la ville, les mêmes films ont été classés dans le même ordre (si j'ai bien compris). Pourtant bien que très surprenant tant il est évident qu'on ne peut apprécier et parler d'un film que si on est professionnel... il avait été choisi aussi des films légers ou des comédies pour les 150 cinéphiles présentes au cas où certains films seraient trop difficiles !!! N'étant ni de Paris, ni de Lyon, ni de Nantes, je me sens encore plus exclue vous pensez ! Mais que suis-je ? Provinciale, c'est certain.
    Enfin, le prix a été remis... ou plutôt le non prix, puisqu'il n'y avait ni trophée, ni morceau de papier... ni rien ! Et Maïwenn a enfin pu monter sur scène avec toute son équipe (féminine puisqu'hélas aucun garçon n'avait fait le déplacement !) et parler de son film. Il a été remis à chacune des actrices et à la réalisatrice un bouquet de roses blanches (qui m'a rappelé Berthe Sylva) emballé dans un papier kraft. Bouquet qui leur a été ôté quasi immédiatement tant il devait faire moche sur la photo !

    Je pense qu'il est heureux que Maïwenn vive une grande et sincère histoire de fidélité depuis 10 ans avec ELLE qui l'a soutenue et encouragée dès ses débuts car cette soirée manquait totalement de la moindre ferveur.

    grand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinémagrand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinéma

    Emmanuelle Bercot, Naidra Ayadi, Maïwenn, Valérie Toranina, Karine Viard, Sandrine Kiberlain, Marina Foïs, Florence Ben Sadoun.

    Ensuite nous avons revu le film, certains l'ont découvert. Et à la deuxième vision cela reste le grand film fort, drôle et très émouvant que j'avais vu. Et c'est bien cela l'essentiel.

    Dès le 19 octobre, vous pourrez à votre tour le découvrir sur les écrans, et c'est évident vous lui ferez un triomphe.

    grand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinéma

    A présent, nous profitons de notre super appart., si calme qu'on se croirait à la campagne, avec vue sur les toits de Paris.

    grand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinémagrand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinémagrand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinémagrand prix cinéma elle,maïwenn,polisse,cinéma

  • JOHNNY ENGLISH LE RETOUR

    10 X 2 places à gagner grâce à Studio Canal pour ce film qui sortira le mercredi 19 octobre

    19761979_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110617_102705.jpg

    Synopsis : Ayant pris quelques années pour vivre retiré dans une région reculée d’Asie, Johnny English, le meilleur agent du MI7, en a profité pour perfectionner ses compétences uniques. Lorsque ses supérieurs apprennent que la vie du Premier ministre chinois est menacée, ils décident de le rappeler pour déjouer le complot. Si le monde a besoin de lui, Johnny English est prêt à reprendre du service… plus déjanté et déchaîné que jamais. À seulement quelques jours de la conférence internationale, English va devoir faire appel aux derniers gadgets hightech et à ses méthodes singulières pour enrayer l’infernale machination impliquant les Russes, la CIA et même le MI7… Enchaînant bourdes et catastrophes, Johnny English va tout tenter et même plus pour sauver le monde…

     

    J'ai fait un peu de découpage et de coloriage, et pour gagner ces places, vous devez :

    Donner la réponse à la question ET trouver le titre d'un film.

    Règles du jeu :

    - Une seule réponse à la fois (c'est à dire 2 réponses MAIS sous le même numéro !).
    - On ne rejoue que lorsque j'ai validé la réponse.

    Les gagnants sont : sploutche, zapette, sopel, alicia, Mister Loup,  titine, kupee, Isa, marion, sine64.

    GAME OVER. Merci.

    ........................

    J'ai purement et simplement supprimé les commentaires des deux personnes qui se livraient une petite guéguerre de cour de récré sur le thème "je l'ai dit prem's". Je pourrais dire que ce genre de choses ne m'intéressent pas mais il est plutôt vrai qu'elles m'agacent progigieusement. J'en ai plus qu'assez de devoir faire le gendarme sur ce blog, assez de ceux qui se plaignent et/ou réclament.

    J'offre des places de cinéma, cela ne me rapporte strictement rien si ce n'est quelques visites supplémentaires le lundi. J'ai mis en place des règles du jeu d'une simplicité biblique. Si vous vous trompez, tant pis, repassez la semaine suivante. Je n'attends ni remerciements ni reconnaissance éternelle, je ne vous demande pas de me dire bonjour, merci, au revoir mais putain de bordel comportez vous correctement !

    1

    Qui souhaite que Johnny English prenne le premier vol ?

    Le MI7

    LA RECRUE trouvé par sine64

    johnny english de oliver parker jeu cinéma johnny english de oliver parker jeu cinéma

    2

    Qui est-il vital d'avoir avec nous ?

    "il est vital d avoir avec nous un grand guerrier"

    AGENTS SECRETS trouvé par sopel

    johnny english de oliver parker jeu cinéma johnny english de oliver parker jeu cinéma

    3

    Que sait tenir Johnny English ?

    Une batte.

    FROM PARIS WITH LOVE, trouvé par sploutche

    johnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

    4

    A quelle organisation appartient Johnny English ?

    Johnny english appartient à l'organisation MI7

    MAX LA MENACE trouvé par Alicia

    johnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

    5

    Que cachent certains Etats voyous d'Asie ?

    des armes nucléaires,

    RED trouvé par Mister Loup

    johnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

    6

    Qui tient le rôle de l'Agent Thomton ? 

    Gillian Anderson

    GOLDFINGER trouvé par zapette

    johnny english de oliver parker jeu cinéma johnny english de oliver parker jeu cinéma 

    7

    Par quoi le réalisateur Oliver Parker a t'il débuté sa carrière ?

    Il a commencé sa carrière par le théâtre (en cumulant les rôles de commédiens et en étant metteur en scène)

    BONS BAISERS DE HONG KONG trouvé par titinejohnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

    8

    Qu'est-ce qui doit dominer le corps

     L'esprit doit dominer le corps.
    LE GORILLE VOUS SALUE BIEN bien trouvé par Kupee

    johnny english de oliver parker jeu cinéma johnny english de oliver parker jeu cinéma

    9

    Que faut-il endurcir ?

    Ce qui est tendre.
    L'OEIL DU MONOCLE trouvé par marion

    johnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

    10

    Depuis combien de temps Johnny English vit-il retiré du monde ?

    5 hivers

    CASINO ROYALE trouvé par Isa

    johnny english de oliver parker jeu cinémajohnny english de oliver parker jeu cinéma

  • A LA DEMANDE GÉNÉRALE

    d'une seule personne, je vous révèle en avant première mondiale que c'est, sans surprise car ce film s'impose sans restriction mais de façon totalement justifiée, le film de Maïwenn

    Photos-Cannes-2011-Maiwenn-mutine-sur-le-tapis-rouge-avec-l-equipe-de-son-film-Polisse_paysage_202x200.jpg

    affiche-Polisse-2010-1.jpg

    Polisse-affiche-1.jpgPolisse-affiche-2.jpg

    qui a remporé le GRAND PRIX CINÉMA de ELLE.

    C'est donc sans aucun remords que je vous abandonne à nouveau pour me rendre au pince fesses à la soirée de remise de ce Grand Prix, accompagné d'un cocktail dînatoire je vais encore crever la dalle, en présence du tout-Paris, de l'équipe du film et de personnalités du cinéma parlant, et qui sera suivi de la projection du film que j'ai très très hâte de revoir.

  • SAMARABALOUF et tri sélectif

    Il y a peu de films ici en ce moment vous allez me dire. Oui je vais vous répondre.

    Il n'empêche qu'il reste un jeu à finir ici (j'ai tout simplifié pour des raisons de facilité) et j'ai pu constater que quand il n'y a rien à gagner, certains ne viennent même pas ! Pfff, j'ai fait. En fait j'en suis venue à penser qu'il y avait des "professionnels des jeux" sur Internet qui se fichent comme d'une guigne de gagner des places de cinéma ou des carambars et que leur seule raison est de "gagner". J'ai pensé aussi que certains aimaient jouer quoiqu'il leur arrive (marion etc...) et qu'une pauvrette ne gagne QUE lorsqu'il n'y a rien à gagner. Puis j'ai refermé la parenthèse.

    Par contre, Julos et moi sommes allés à un concert de Ouf, les SAMARABALOUF i s'appellent, du jazz manouche qu'ils disent mais pas vraiment j'ai trouvé. C'est surtout, des "oufs" comme leur titre l'indique qui font de la musique avec trois instruments et qui m'ont donné la confirmation que la guitare c'est L'INSTRUMENT absolu qui peut tout, qui sait tout... Un très bref extrait vu que ça faisait du bruit dans la turne :

    samara.jpg

    Mais surtout en ce moment, c'est grand chambard dans la carrée, le genre de remue-ménage qui fait mettre les coins au milieu pour réaménager la casbah et dans la catégorie "on fait une bibliothèque" on trouve des pièces de collec' :

    PA030001.JPG

    PA030002.JPGPA030003.JPGPA030006.JPGPA030007.JPGPA030008.JPGPA030009.JPG

  • LE SKYLAB de Julie Delpy ***

    LE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménocher, cinémaLE SLYLAB de Julie Delpy, eric elmosnino, noemie lvoski, alert delpy, valérie bonneton, aure atika, denis ménochet, vernadette lafont, cinéma

    Le Skylab ("laboratoire du ciel") a été la première station spatiale américaine lancée le 14 mai 1973. Elle devait se désintégrer au-dessus de la Terre le 11 juillet 1979 en rentrant dans l'atmosphère. Certains prédisaient que la station devait tomber sur l'ouest de la France. Et c'est justement dans la maison familiale de Bretagne que se rendent Ernestine et ses parents pour rejoindre le reste de la famille à l'occasion de l'anniversaire de la grand-mère.
    Aucun suspens et ce n'est évidemment pas le sort de la station Skylab qui intéresse Julie Delpy même s'il en sera régulièrement question et dont de nombreux débris finiront par s'écraser sur l'Ouest de l'Australie. La réalisatrice choisit de se replonger dans une journée en famille à l'aube des années 80. Et on plonge avec elle, égrénant avec délice des souvenirs et des images comme s'il s'agissait de notre propre famille. Et je dois dire qu'il ne manque pas grand chose à l'évocation d'un dimanche à la campagne. Alors soit Julie est une espionne, une voyeuse car il me semble que nous avons tous peu ou prou vécu les mêmes micro événements qui constituent la vie infernale d'une "famille", soit, alors que nous nous croyons tellement uniques, nous sommes tous effroyablement identiques dès lors que nous constitutions ce groupe éminemment déconcertant qu'est la famille. Même si aujourd'hui ce mot, cette "notion", cette abstraction me paraîssent toxiques et néfastes, il n'en demeure pas moins que les bains d'adolescence ou d'enfance font un bien fou. Il faut dire que le soin du détail matériel apporté à cette reconstitution d'une époque, "le bon vieux temps" donc, est impressionnant. Et tant pis si c'est réac' et vieux con de le dire !
    Le film de Julie Delpy ne sent pas la poussière. Il semble peut-être dater de l'époque dont il parle, mais il sent bon l'enfance, les vacances et les souvenirs.
    Réunir pour un même repas une mamie qui a eu six enfants qui se sont mariés et ont fait des enfants à leur tour, cela fait deux tablées (les enfants d'un côté, les adultes de l'autre) assez conséquentes de tatas, de tontons et de cousins qui arrivent en 2 CV, en Simca 1000, en 4L et même en train. Il y a donc tout un panel d'humanité qui va du tonton fasciste, au "bon" para qui regrette les guerres, au sportif en short qui a évidemment amené son ballon pour un foot digestif, en passant par la tata instit' qui procrée en batterie, la tata bègue complètement à côté de la plaque, l'autre qui vote à droite, une autre féministe, sans oublier les artistes gauchistes, le tonton dépressif et suicidaire... et pendant ce temps là, les moutards jouent dans la grange, vont à la plage, connaissent quelques émois, quelques frayeurs aussi.
    Et les acteurs dans tout ça ? Ils sont en vacances, à la fête et ils nous réjouissent, nous font bien rire aussi à être ces prototypes d'une autre époque, d'un autre siècle. Certains, tel Vincent Lacoste, n'hésitent pas à jouer à fond la carte du ridicule en étant ce boutonneux auquel les filles ne résistent pas malgré (ou à cause de ?) le paquet de clopes dans son slip de bains. Denis Ménochet est impressionnant en ex para traumatisé par toutes les guerres... Ils nous rappelent les expressions (la "première patacul" m'a particulièrement fait rire, ou les "moutons sont des animaux à poils laineux..." mais je suis une bonne nature), les chansons de Sardou à Ferré...
    Tout cela est bien bon et ensoleillé.
    Et le casting de moutards est épatant !
    De toute façon Julie Delpy, je l'aime d'amour et celui qui s'avisera d'en dire le moindre mal sera banni à tout jamais de ce blog. Vivement son prochain film.