Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anthony hopkins

  • THOR de Kenneth Branagh ***

     thor de kenneth branagh,natalie portman,chris hempsworth,cinéma,anthony hopkinsthor de kenneth branagh,natalie portman,chris hempsworth,cinéma,anthony hopkinsthor de kenneth branagh,natalie portman,chris hempsworth,cinéma,anthony hopkins

    thor de kenneth branagh,natalie portman,chris hempsworth,cinéma,anthony hopkins

    Plein d'années avant J.C. Thor fils d'Odin (Père de toute chose excusez du peu) est un guerrier asgardien sur le point d'hériter du trône de son papounet vieillissant. Jane est scientifique sur terre, précisément au Nouveau-Mexique en l'an 2011 de notre ère et aimerait bien trouver le pont d'Einstein-Rosen en mirant de près des aurores boréales.

    Comment vont-ils se rencontrer et roucouler tendrement ? Vous le saurez en allant voir Thor The Advenger (chapître II) mais en attendant il vous faut faire connaissance sans plus tarder avec Thor le guerrier, garçon à la fois très impétueux et d'une douceur inouïe. Son frère Loki et son papa Odin (donc) voudraient bien réussir à calmer ses ardeurs guerrières, mais ce mariole ne peut s'empêcher de faire le malin et déclenche une guerre contre les vilains géants de glace. Excédé par l'ardeur et la désobéissance de son fils, Odin le bannit.

    Thor a des super pouvoirs et surtout un super marteau qui peut faire très très mal. Mais en l'envoyant sur Terre (la punition ultime) son papa n'oublie pas à la fois de lui confisquer le marteau ET les super pouvoirs et le plante en plein désert (le marteau) en précisant "que celui qui sera digne de le posséder réussise à l'extraire de la pierre" ou un truc comme ça, un peu comme la mythique Excalibur d'Arthur immobilisée dans un rocher.

    Thor tombe sur Terre et percute la camionnette de Jane venue en plein désert admirer d'étranges phénomènes météorologiques. C'est LA rencontre... mais Thor n'est pas un garçon facile qui couche au premier rencard !

    La première fois que j'ai vu la bande-annonce de ce film, je me suis pensé "quelle daubasse ça va être !", la deuxième fois, idem... sauf que là j'ai vu que le réalisateur était Kenneth Branagh et même si j'ai illico pensé "quel rapport ?" je me suis également dit que j'irais sûrement voir le film. Oui. Parce que Kenneth et moi c'est une grande et belle histoire. D'amour, évidemment. Lorsqu'il est venu présenter sa prestigieuse, prodigieuse et merveilleuse "Flûte enchantée" à la Mostra de Venise, j'y étais. Et Kenneth, je l'aime, depuis la nuit des temps, et plus précisément depuis "Dead again". Un film de Kenneth Branah ne PEUT donc JAMAIS être mauvais, même s'il s'agit des aventures d'un musclor sans cerveau. Me suis-je dit, donc.

    J'avais tort et j'avais raison. Un film de Kenneeeeeeeeeeeeth ne PEUT JAMAIS être mauvais MAIS ici, non seulement musclor a des muscles (c'est le minimum), mais il a aussi un coeur ET un cerveau, et de bonnes manières. Et cerise sur le tirelipimpom, l'acteur Chris Hemsworth n'a pas oublié d'en être un et ne se contente pas d'être un super héros désincarné. Très bonnes nouvelles donc.

    Chez Kenneth tout est bon, même la 3D, vraiment pas indispensable mais pas désagréable. Les décors de la planète Asgard sont beaux, les batailles inspirées de celles du Seigneur des Anneaux (LA référence) suffisamment dosées pour ne pas lasser, les personnages annexes sont évidemment limités à un seul trait de caractère et on reconnaît vite fait à ses sourcils qui est le très vilain mais le super héros qui perd son gros marteau est suffisamment subtil, décalé lorsqu'il débarque sur terre avec ses bonnes manières envers les filles et le coup de poing facile contre les garçons, mais pas ballot pour un sou. Ce qui fait qu'on s'intéresse fort et sans jamais bâiller à ses aventures.

    Mon Kenneth s'applique donc très consciencieusement à la tache et s'en sort avec bien plus que les honneurs et les félicitations du jury en nous présentant torse nu ce nouveau venu au cinéma mais issu de la prolifique maison d'Editions Marvel. Il y imprime sa patte et son humour et ne néglige pas ses acteurs dont Natalie Portman charmante petite chose de 40 kilos face au colosse Chris Hemsworth. Il aura sans doute désormais fort à faire pour se débarrasser de son armure mais déploie des atouts dont les bovins Statham, Butler, Worthington (si j'en oublie merci de me le signaler !) sont dépourvus et se montre suffisamment drôle et futé malgré d'improbables narines pour qu'on s'y attache.
    Regardez comme ce garçon est attachant :

    thor de kenneth branagh,natalie portman,chris hempsworth,cinéma,anthony hopkins

    A suivre...

  • LE RITE de Mikaël Hafstrom °°°

    19679178_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110222_121833.jpg19640626_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_041826.jpg19640636_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110119_041950.jpg

     

    Michael est un garçon tout ce qu’il y a de plus choupi, le genre qui (à première vue) fait saliver la donzelle (pour rester correcte). Il fait un drôle de boulot pour aider papa à son entreprise de Pompes Funèbres : il coud les bouches des morts pour pas qu’ils claquent des dents. Total self control le minot. Michael est aussi étudiant et c’est là que ça se gâte, vu qu’il est séminariste, moi je dis que c’est un foutu gâchis pour l’évolution de l’espèce. Michael a un papa très traumatisé depuis qu’il a peint les ongles de sa femme morte en rouge en lui psalmodiant le talmud au creux de l’oreille. Il a transmis le traumas au fiston et lui laisse deux choix de carrière : curé ou toiletteur de macchabées.

    A deux doigts de renoncer à prononcer ses vœux… Non, je me trompe. Juste avant de faire le grand plongeon dans le vide, il envoie une lettre à son chef de religion et lui dit (en gros hein !) « la religion, la foi, Dieu, Jésus, Marie, Joseph, l’âne* et le bœuf je m’en cogne le coquillard. Je renonce, je reprends ma liberté, mes photos tout ça ! »… *quoique l’âne… mais nous y reviendrons en son temps. En gros il envoie une lettre de démission et Truman Capote la refuse. On ne sait ni comment ni pourquoi. Une intuition de curé sans doute, un troisième œil, une longue vue, un sens ultime… un truc qui fait affirmer au chef que notre Michounet le bellâtre (qui se révèle rapidement être une endive d’envergure) est une tronche en psychotrucs et qu’il devrait se rendre derechef au Vatican. Avec un peu de bol, il arriverait sans doute à temps pour le casting du Calendario Romano 2012Au lieu de ça il va à des cours d’exorcismes et là encore, alors qu’on ne sait pas pourquoi, il est aussitôt repéré pour être celui qui comprend tout et qui est pile poil adéquat pour aller rendre visite au Père Lucas qui est THE référence en matière d’exorcisme. Et là notre Michael fait « pffffff ! exorcisme my ass, même pas ça existe, c’est rien que des fous de la tête qui font rien qu’à se rendre intéressants pour faire croire qu’ils sont possédés et tout ça ! Ces gens là c’est pas un curé et de l’eau bénite qu’il leur faut. C’est un psy et du prozac ! ».

    Jusque là, je me disais que bon ben, c’est sûr ça casse pas quatre pattes à un canard mais ça se laisse voir et peut-être que pour une fois on va découvrir un américain qui face caméra va nous dire « je ne crois pas en dieu ! même pas peur ». Tu parles Charles. J'appréciais aussi qu'il n'y ait pas une musique zim boum qui fait sursauter parce que précisément, il ne se passe pas grand-chose. Et paf, le chat, juste à ce moment, Michy Chou arrive chez le Padre et un chat lui saute en plein dessus ou presque avec un grand coup de cymbale qui me fait décoller et me projeter trois sièges sur le côté ! A partir de là, pas une porte ne va s’ouvrir sans que le préposé aux percussions vienne nous en mettre plein les oreilles et me faire frôler l’arrêt cardiaque.

    Et puis, arrive (sous vos applaudissements) celui que l’on attendait tous et par qui le vilain périra : ANTHONY HOPKINS !!! Et dieu me chatouille, ce film est l’occasion pour moi de me remémorer la carrière de l’incontournable terreur et de me demander pourquoi je ne l’avais pas fait plus tôt pour me dire que finalement ce type (je veux dire cet acteur) est une imposture, un charlatan. Plus de quarante ans de carrière et plus du double de films et quoi ??? Quatre films en ce qui me concerne où il domine le casting de sa belle présence : « Elephant man », « Le silence des agneaux », « Retour à Howards Ends » et « Les vestiges du jour ». Depuis, quoi ? Rien. C’est quand même pas bézef. Même si Woody laissait espérer un grand retour l’année dernière. Erreur supplémentaire avec ce Rite et ce n’est sans doute pas le Thor à venir qui va arranger le bousin. Tonino estime t’il qu’il suffit de faire de très gros yeux, de plisser le front et de sourire en coin pour qu’on se prosterne en entonnant le kyrie ? Caricature de sa propre caricature, il n’est que grimaces, singeries et excès en tout genre et tout ça avec néanmoins une économie de mouvements exemplaire. Sauf lorsqu'il fout une mandale en pleine rue à une gamine qui lui demandait de bénir sa poupée. Je l'avoue, j'ai péché, j'ai ri ! Dès lors tout ce qu'Anthony Hopkins fait n’est qu’un pitoyable, pathétique et grotesque numéro de cirque. Dans un premier temps, il exorcise (ou tente d’exorciser) une gamine mise enceinte par son père (il s’en passe de belles à Rome !) devant les yeux interloqués de Michaël qui semble bien déçu que ce ne soit pas plus spectaculaire. Devant la mine déconfite du jeunot, notre vieux briscard de Père Lucas explique : « et oui, pas de tête qui tourne et de vomi vert !!! ». Diantre, fichtre, foutre et palsembleu, y'aurait-il un chouille d'humour dans ce film ? Et « ta mère, elle suce des queues en enfer ? » a-t-on envie de lui rétorquer puis lui prouver que nous aussi on a nos lettres en cinéphilie de l’enfer !

    Cette simple petite réplique qui a l'air de ne pas y toucher a l’avantage de nous faire croire que nous avançons vers un renouveau de l’art de traiter le possédé au cinéma. Erreur monumentale car au contraire, dès lors le film ne va plus rien faire d'autre que de tenter inlassablement de copier le modèle du genre absolument indépassable, jusque dans la petite malette très Père Merrin et une arrivée dans la pénombre derrière une grille.. pour s’enfoncer inexorablement jusqu’à s’engloutir dans un néant d’ineptie et de nullité comme on n’en voit peu.

    Après que le démon ait eu gain de cause sur la pauvre fille violée, nos deux curetons se rendront chez une maman fort déconfite que son petit garçon se soit réveillé un beau matin avec le dos et le torse lacérés. Ce n’est que l’œuvre d’un equus asinus (ou âne noir du Berry) à l’œil vermillon-sanglant qui hantera plus tard les hallucinations de Michaël. Le grand show d’Anthony à ce moment vaut tous les navets de la création. Et ce n’est rien encore à côté de son air docte et menaçant lorsqu’il va sortir de sa manche un tout petit crapaud vert de peur et le brandir à la face de tous les incrédules. J’en conclus que si le diable est un âne ou un crapaud, dieu est un cygne ou une libellule. Qui pourra me contredire ?

    Je vous fais grâce de la suite et de la transformation du Père Lucas ainsi que du retournement de situation aussi soudain qu’inattendu de notre Michaël qui va finalement laisser quelques baveuses désolées sur le carreau.

    Il n’y a rien de pire que les films cons et prétentieux et celui-ci remporte la palme haut la main. Il ne démontre rien, n’explique rien, ne justifie rien et se dédouane lâchement du moindre point de vue en apposant le désormais indispensable cachet vu à la télé « histoire vraie » ! C’est un peu court jeune homme.

    Si vous souhaitez vous documenter davantage sur le sujet et le film. Je vous recommande une sain(t)e lecture ici-même.

    .....................................

    Souvenir de Venise 2009

    le rite de mikaël hafstrom,anthony hopkins,colin o'donoghue,alice braga,cinémale rite de mikaël hafstrom,anthony hopkins,colin o'donoghue,alice braga,cinémale rite de mikaël hafstrom,anthony hopkins,colin o'donoghue,alice braga,cinéma

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    Pour retrouver mes avis, cliquez sur le titre des films.

    YOU WILL MEET A TALL DARK STRANGER de Woody Allen ****

    19489294.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100805_043600.jpg

    LAISSE MOI ENTRER de Matt Reeves **

    (pas eu le temps et le courage de faire l'article mais c'est pas mal du tout...)

    19178055_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091002_110538.jpg

    SANS QUEUE NI TÊTE de Jeanne Labrune **

    19517835_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100929_045614.jpg

    TOUT VA BIEN, THE KIDS ARE ALL RIGHT de Lisa Chodolenko *

    19497067_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100820_060902.jpg

    AO, LE DERNIER NEANDERTAL de Jacques Malaterre °°

    19445640_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100510_012753.jpg

    MES COUPS DE COEUR

    isabelle_huppert.jpgjulianne-moore-091608-450p.jpgMark_Ruffalo_450711.jpg 

  • YOU WILL MEET A TALL DARK STRANGER de Woody Allen ****

    19421423.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100415_042950 (1).jpg

    19500914.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_105810.jpg

    19500919.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100901_105821.jpg

    C'est à Londres que se situent les aventures à la fois quotidiennes, ordinaires et extraordinaires de 8 personnages dont les destinées vont se croiser,  converger ou s'éloigner. Un septuagénaire se réveille un matin terrifié à l’idée de mourir bientôt. Il quitte sa femme vieillissante pour une bimbo blonde et sans cervelle alors qu’une « cartomancienne » prédit à la délaissée qu’elle va rencontrer un sombre et bel inconnu… La fille de ce vieux couple perd les pédales, amoureuse de son patron qui ne la remarque pas, alors que son mari, écrivain raté se met à lorgner sur la fenêtre de l’appartement d’en face où une jolie fille en rouge, pas loin de convoler, joue de la guitare… 

    Des histoires de couples, d'amour, de sexe, de désir, d'ambition, de déceptions... des erreurs, des quiproquos, des malentendus, des infidélités, des injustices. Beaucoup d'incertitudes, de tergiversations, de lâcheté, de cruauté. Le tout enrobé, pimenté, entortillé, noyé dans un flot de paroles fiévreuses mais toujours d'une justesse et d'une utilité incontestables. Oui, les personnages de Woody parlent beaucoup. Ils s'expliquent, se justifient. C'est rythmé, nerveux, vigoureux, pétillant avec toujours, au bord de l'éclat de rire, cette inquiétude propre au petit bonhomme assez génial qu'est ce grand réalisateur. Dans cette frénésie de dialogues, de rebondissements en tout genre dont un ABSOLUMENT GENIAL, véritable pirouette inattendue qui concerne Josh Brolin l'écrivain et un de ses amis victime d'un accident... et cet autre où un mari (Josh Brolin encore) emménage chez une splendeur (la sublime Freida Pinto) qu'il a longuement observée depuis la fenêtre de son appartement et qui se retrouve à observer la femme qu'il a quittée (Naomi Watts) depuis son nouvel appartement. En un plan vraiment astucieux et magistral, sans effet ni parole cette fois, il nous démontre la bêtise des hommes (en tant qu'humanité) qui s'obstinent toujours à imaginer, que l’herbe verte ou la vraie vie est ailleurs... 

    Ce film lumineux, plein de drames, de folie, de douceur et d'humour est un grand grand cru qui m'a rappelé l'époque bénie des "Annie Hall" et "Manhattan", pas moins. C'est totalement euphorisant de voir qu'un réalisateur de cette trempe et de cet âge puisse encore innover tout en imprimant son incontestable et tellement reconnaissable virtuosité. Et beaucoup d'allégresse aussi, de délicatesse pour démasquer les failles et fêlures humaines et nous démontrer la vanité, la fragilité des illusions, des apparences. 

    Quant à la direction d'acteurs, elle est à l'image du reste, virtuose et irréprochable. Woody tire le meilleur de cette toute nouvelle troupe d'acteurs qui se montrent tous à la hauteur de l'honneur et du bonheur de travailler avec lui. L'inconnue Lucy Punch, véritable fantasme ambulant, tout en jambes, en cheveux, en minceur qui a comme son nom l'indique beaucoup de vigueur et de vitalité est LA révélation irrésistible de cette histoire pleine de bruit et de fureur, "much ado about nothing", "très dramatique et très comique", (comme nous le disait Woody en personne et en français en juillet dernier où il a fait l’ouverture du Festival Paris Cinéma) où il est également question de réincarnation et de vies antérieures... Mais grâce soit encore rendue à Woody de permettre à Anthony Hopkins de redevenir le merveilleux acteur qu'il a su être, sans excès ni cabotinage. 

    La musique qui accompagne, dès le générique, est comme toujours un régal permanent...

    Mon seul regret est que Woody s'estime désormais trop vieux pour s'accorder des rôles dans ses propres films. Mais sinon, bravo, bravo et encore bravo et une standing ovation !

     

    Si vous ne l'aviez pas vue en juillet, voici la petite vidéo que j'avait faite de Woody à la soirée.

  • FESTIVAL PARIS CINEMA - 1 - WOODY...

    Voilà j'y suis, pour 13 jours... après six éprouvantes heures de route et quelques déboires et difficultés à obtenir une connection qui me permettra de rester en contact avec vous, je pense que je vais pouvoir autant que possible vous relater au jour le jour ce qui se passe dans la capitale pour l'instant accablée de chaleur. Mais qu'importe si le brushing ne tient pas et si le smooky eyes coule, nous sommes quelques uns à être moites de bonheur mais soyez rassurés : on s'hydrate !

    La soirée d'ouverture du Festival Paris Cinéma a donc eu lieu comme prévu au Cinéma Gaumont Capucines près de l'Opéra et en tant que membre du jury des blogueurs (innovation cette année pour cette 8ème édition ; Aude, Anne, Alexandra, "piliers" du Festival, merci et encore merci !), j'étais vraiment très très bien placée... Près de moi Marisa Berenson, Rosanna Arquette (vraiment très jolies toutes les deux), agréables et souriantes  (mon homme est d'ailleurs tombé amoureux de Rosanna qui lui a touché la main et fait le plus beau sourire du monde...), Tom Novembre, Lisa Sednaoui, Eric Reinhardt, Valérie Donzelli...

    J'ai retrouvé Sandra M. qui comme moi fait partie de ce jury, et comme moi est ravie (elle fait tout comme moi en fait) comme si c'était Noël, et fait la connaissance d'Anne-Soizic. Je regrette que les autres membres du jury présents ne se soient pas joints à nous, mais nous aurons très prochainement l'occasion de faire connaissance.

    P7010013.JPG
    P7010014.JPG

    Le film projeté en avant première ce soir, qui sortira en salle le 6 octobre prochain est

     "You will meet a tall dark stranger" **** de Woody Allen.

     C'est déjà formidable de pouvoir voir le film d'un de mes réalisateurs préférés si longtemps avant sa sortie dans de si prestigieuses conditions... mais le cadeau inestimable de cette soirée est que Woody en personne était là, cool, souriant, tranquille, drôle... accueilli par Charlotte Rampling, présidente du Festival et Bertrand Delanoë, maire de Paris.

    Un bonheur.

    P7010028.JPG P7010035.JPG 

    LE FILM

    C'est à Londres que se situent les aventures à la fois quotidiennes, ordinaires et extraordinaires de 8 personnages dont les destinées vont se croiser,  converger ou s'éloigner.

    Des histoires de couples, d'amour, de sexe, de désir, d'ambition, de déceptions... des erreurs, des quiproquos, des malentendus, des infidélités, des injustices. Beaucoup d'incertitudes, de tergiversations, de lâcheté, de cruauté. Le tout enrobé, pimenté, entortillé, noyé dans un flot de paroles fiévreuses mais toujours d'une justesse et d'une utilité incontestables. Oui, les personnages de Woody parlent beaucoup. Ils s'expliquent, se justifient. C'est rythmé, nerveux, vigoureux, pétillant avec toujours, au bord de l'éclat de rire, cette inquiétude  propre au petit bonhomme assez génial qu'est ce grand réalisateur. Dans cette frénésie de dialogues, de rebondissements en tout genre dont un ABSOLUMENT GENIAL, véritable pirouette inattendue qui concerne Josh Brolin l'écrivain et un de ses amis victime d'un accident... et cet autre où un mari (Josh Brolin encore) emménage chez une splendeur (la sublime Freida Pinto) qu'il a longuement observée depuis la fenêtre de son appartement et qui se retrouve à observer la femme qu'il a quittée (Naomi Watts) depuis son nouvel appartement. En un plan vraiment astucieux et magistral, sans effet ni parole cette fois, il nous démontre la bêtise des hommes (en tant qu'humanité) qui s'obstinent toujours à imaginer que la vraie vie est ailleurs...

    Ce film lumineux, plein de drames, de folie, de douceur et d'humour est un grand grand cru qui m'a rappelé l'époque bénie des "Annie Hall" et "Manhattan", pas moins. C'est totalement euphorisant de voir qu'un réalisateur de cette trempe et de cet âge puisse encore innover tout en imprimant son incontestable et tellement reconnaissable virtuosité. Et beaucoup d'allégresse aussi, de délicatesse pour démasquer les failles et fêlures humaines et nous démontrer la vanité, la fragilité des illusions, des apparences.

    Quant à la direction d'acteurs, elle est à l'image du reste, virtuose et irréprochable. Woody tire le meilleur de cette toute nouvelle troupe d'acteurs qui se montrent tous à la hauteur de l'honneur et du bonheur de travailler avec lui. L'inconnue Lucy Punch, véritable fantasme ambulant, tout en jambes, en cheveux, en minceur qui a comme son nom l'indique beaucoup de vigueur et de vitalité est LA révélation irrésistible de cette histoire pleine de bruit et de fureur, "much ado about nothing", "très dramatique et très comique ", où il est également question de réincarnation et de vies antérieures... Mais grâce soit encore rendue à Woody de permettre à Anthony Hopkins de redevenir le merveilleux acteur qu'il a su être, sans excès ni cabotinage.

    La musique qui accompagne, dès le générique, est comme toujours un régal permanent...

    Bravo, bravo et encore bravo et une standing ovation !

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    LA VIDA LOCA de Christian Poveda***

    la-vida-loca-19120-299850536.jpg

    HORS DE CONTRÔLE de Martin Campbell**

    19183630_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091015_114913.jpg

    VALENTINE'S DAY de Garry Marshall*

    19227040_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100118_010126.jpg

    LE MAC de Pascal Bourdiaux*

    19208669_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091204_045024.jpg

    WOLFMAN de Joe Johnston °°

    19212745_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20091216_111615.jpg
    ..................................................................
    MES COUPS DE ET AU COEUR
    Todd Phillips
    Christian%20Poveda.jpg
  • WOLFMAN de Joe Johnston °°

    WolfmanWolfmanWolfman

    Lawrence Talbot arrive trop tard. Son frère chéri adoré s'est fait épluché et taillé en pièces par on ne sait qu(o)i. Sans doute par un enfoiré de voleur de poules de gitan dont la tribu a élu camping non loin de là dans de jolies roulottes qui ressemblent à celle de Kiri le Clown (voir ci-dessous pour ceux qui se rappellent pas bien).

    1240976523585.jpg

    C'est donc contraint, forcé et très triste (voir première photo) qu'il revient dans l'accueillant manoir familial, sombre bâtisse pleine de trophées de chasse très choupinous et de feuilles mortes qui traînent par terre, sis (le manoir) dans le croquignolet hameau de Blackmoor comme son nom ne l'indique pas. C'est l'occasion pour Lawrence de retrouver son père. Et on voit tout de suite et même au premier regard qu'entre les deux, ça ne va pas être la lune de miel. Il faut dire que le père quand sa femme chérie (tu parles Charles) est morte de suicide, a fait enfermer le Lawrence dans un asile psychiatrique (aux méthodes bien choutes aussi comme nous le verrons plus tard). Pourquoi pas, après tout quand ya pas de place en crèche faut bien leur trouver un endroit aux moutards. On n'a pas quatre bras non plus. Donc dans la famille trucmuche, c'est l'hécatombe et ça ne va faire que continuer !
    Dans une chambre de la maison aux 96 fenêtres, Gwen se morfond de chagrin qui ne dure qu'un instant. C'était la fiancée du mort mais comme elle est pas bien regardante question frangins, elle se consolera avec Lawrence en faisant des ronds dans l'eau. Des ricochets on appelle ça. Et Benicio il explique bien comment il faut faire pour bien les réussir d'une part et surtout ne pas les rater d'autre part. Et il met les mains pour expliquer, ça aide. En fait il faut faire comme ça avec le caillou, un peu comme une fronde quoi et aussi donner un indispensable coup de rein d'avant en arrière. J'étais bête avant. Je savais pas. Maintenant je sais. Tout est dans le coup de rein.

    Bon, après Mr Elrond/Smith arrivematrix8.jpg

     

     elrond3.jpg

    déguisé en Scottland Yard hugo-weaving-wolfman.jpg.

    Comme il a déjà enquêté sur Jack L'Eventreur, les bestioles qui dézinguent le péquenaud, ça le connaît. Même pas peur. Tout de suite, il soupçonne les deux du chateau sans doute à cause de leur maison pas sympathique et du fait qu'ils ont un esclave sihk à turban mais pas toujours, ce qui tendrait à prouver que ce n'est pas un vrai car je me souviens que dans un film le sihk ne pouvait pas retirer son turban sous peine de malédiction.

    Inutile de vous faire un dessin celui qui dessoude façon puzzle en mettant les tripes à l'air de tout ce qui bouge, quand il décapite pas avec ses ongles/couteaux c'est le Loup Garou de la banlieue de Londres. Bon. Et la lycanthropie c'est comme la vampiropathie, si t'es mordu, tu te lougarouises. 2663024044_1.jpg

    Mais QUE à la pleine lune, sauf que pas de bol, à Blackmoor la pleine lune revient plus vite qu'une nuée de sauterelles, à peine le temps de dire "tarte aux myrtilles" que c'est déjà la pleine lune d'après, celle qui suit la précédente. Très jolie d'ailleurs la lune, baignée dans un halo ouaté de brume cotonneuse. Mais bon en même temps, faut bien l'admettre, si la pleine lune revenait pas si souvent, y'aurait pas de film.

    Je crois qu'il faut que je me rende à l'évidence une bonne fois pour toutes, ce genre de film n'est pas pour moi. ça prend pas, ça veut pas. Rien à faire. Mais des fois j'y vais quand même parce que je me souviens qu'une fois j'en ai vu un et j'ai trouvé que c'était un chef d'oeuvre. "Dracula" ça s'appellait. Mais il y avait Monsieur Coppola aux manettes. Ceci expliquant peut-être cela. Et puis le monsieur se payait le culot, en plus de faire et de réussir au-delà de toute attente un film de "genre", de nous raconter une histoire d'amour à mourir de plaisir et portait au sommet  de la sexitude un acteur, en lui faisant dire un truc dans le style "Vous m'aimez alors ?", sauf que là c'était "Voyez moi, maintenant" 039_9741gary-oldman-posters.jpg... Dieu m'tripote si ce moment là ne m'a pas rendue folle. Il lui faisait faire plein d'autres choses aussi, très jolies avec ses dents, entre autre talent.

    D'ailleurs pour ceux qui ont l'oreille sensible, ils pourront s'apercevoir que la musique du Wolfman ci devant est copiée-collée sur celle du Dracula. Foi de moi.

    Sauf qu'ici au lieu de nous présenter un héros sulfureux et énigmatique, le réalisateur s'est contenté de chercher à faire sursauter le spectateur par des moyens bas de gamme (et de plafond).

    Exemple :

    Benicio s'approche d'une poignée de porte au ralenti dans un vacarme de violons stressés...

    La poignée de la porte tourne...

    Coup de cymbale à vous précipiter sur les genoux de votre voisin.

    La porte s'ouvre et..................

    R.I.E.N.

    J'en ai vraiment soupé et jusque là de ces effets à la mormoille que même un enfant de 3 ans il explose de rire en hurlant "tu m'prends pour un autre dugenou... on le sait que là il va rien se passer !". Parfois je me demande si des réalisateurs aussi besogneux que l'autre là dont je vais m'empresser de ne pas me souvenir du nom vont parfois au cinéma pour oser nous resservir une telle soupe réchauffée d'incongruités et nous prendre pour des canards sauvages. Y'en a marre. Vous allez me dire, parfois c'est meilleur réchauffé, mais pas la soupe !

    Les violons suivis des cymbales : terminé, basta, j'en peux plus ! raus. Sans moi. C'est dit.

    Question ambiance, chapeau bas madame la marquise. Il ne manque pas un froufrou, pas une chemise à jabot. Les murs et les rues de Londres (oui on y va faire un petit tour avec le LoupLoup qui fait houhouououou !) suintent élégamment. Le tout est baigné dans une atmosphère tout entière passée au filtre vert marécage. Les dialogues sont au niveau : "aaaaaaaaaaaaah, il n'y a pas de remède. Que Dieu nous vienne en aide... Allez bon, si en fait, y'a un remède !". Mais les loups garous c'est comme les Highlanders si j'ai bien compris, il ne peut en rester qu'un. Devinez qui c'est qui sera dans "Wolfman II le retour de la vengeance qui tue à Blackmoor" ?

    Non, je dirai rien.

    Question interprétation, on a du lourd aussi. J'espère qu'il n'y a pas de cinéma au paradis des génies parce que le pauvre Charlot aurait de quoi se retourner dans son éternité tant sa fille est ridicule ici. Parfois il faut savoir s'arrêter à temps ou revenir à bon escient, ou pas. Anthony Hopkins a définitivement décidé de se Hannibalecteriser et dans un même élan de saborder puis de couler sa carrière. Cet acteur est devenu la pire engeance d'insupportable cabotin qui soit. Car moi je dis que le cabotinage bien fait, ça PEUT être délicieux. Benicio Del Toro lui, sera beaucoup pardonné car il est ici tellement absent que c'est à peine si on le remarque. C'est la pauvre petite Emily Blunt qui est à plaindre. Elle est vraiment de plus en plus belle et de plus en plus formidable mais elle pourra rayer cette petite chose ridicule de sa filmo.

    C'est dit.
    ça soulage.