Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jonathan zaccaï

  • CORNOUAILLE de Anne le Ny **

    Cornouaille : photo Jonathan Zaccaï, Vanessa ParadisCornouaille : photo Vanessa Paradis

    Odile vit une relation compliquée à Paris avec Fabrice. Comprendre que le garçon est très marié et très père de famille. La mort d'une tante qui lui lègue la maison de famille bretonne va éloigner un temps la jeune femme de la capitale. Bien décidée à vendre la jolie bâtisse aux volets qui claquent avec vue sur la mer au plus vite et retourner à la ville, Odile va finalement reprendre contact avec ses racines, revivre ses traumas d'enfance, rencontrer des indigènes, retrouver Loïc son ami d'enfance !

    Et tout cela sans même un petit air de biniou qui aurait pourtant été le bienvenu tant il colle parfaitement au climat, à la faune et à la flore environnantes. Mais Anne Le Ny préfère se concentrer sur l'aspect des contes et légendes qui abondent dans une Cornouaille qu'elle impose délibérément ici comme mythique. Hélas l'aspect fantasmagorique voire fantastique d'une réalisation un peu amorphe ne semble pas maîtrisé. On a du coup un peu de mal à "croire" aux rêves significatifs d'Odile ainsi qu'aux apparitions de fantômes censés apporter des révélations sur l'histoire de sa famille. Dommage, car les bonnes intentions (qui ne font pas forcément les bons films) sont là. Ansi que l'interprétation sensible et efficace de Vanessa Paradis qui porte le film grâce à sa belle et intense présence. Jonathan Zaccaï se sort impeccablement d'un personnage antipathique (preuve qu'il est un excellent acteur !) qui oscille, tergiverse, hésite sans qu'on comprenne toujours bien pourquoi. Quant à Samuel Le Bihan, il est hélas ectoplasmique.

    Et puis les films qui assènent péremptoirement que la famille, les racines sont essentielles et indispensables "on est tous liés les uns aux autres tu ne le savais pas ?" dit le personnage fantôme de la tante, m'agacent un peu !

    Reste qu'Anne Le Ny nous donne la sensation de nous emmener gentiment vers une fin banale, convenue et prévisible et pas du tout. C'est un bon point. Et puis la Bretagne, celle où nous sommes tous frères et soeurs (puisqu'on à Quimper... ah ah ah !) est sublime par tous les temps.

    Mais pour retrouver l'univers humain et hyper sensible de la réalisatrice, mieux vaut se tourner vers ses deux premiers films Ceux qui restent et Les invités de mon père.

  • SI TU MEURS JE TE TUE de Hiner Saleem ***

    SI TU MEURS JE TE TUE de Hiner Saleem, jonathan zaccaï, cinéma, Golshifteh Farahani, Özz Nüjen,Nazmi KirikSI TU MEURS JE TE TUE de Hiner Saleem, jonathan zaccaï, cinéma, Golshifteh Farahani, Özz Nüjen,Nazmi KirikSI TU MEURS JE TE TUE de Hiner Saleem, jonathan zaccaï, cinéma, Golshifteh Farahani, Özz Nüjen,Nazmi Kirik

    Philippe sort de prison. On ne saura pas pourquoi et d'ailleurs on l'oubliera vite. Pas Philippe (c'est l'iirésistible Jonathan Zaccaï les filles !), mais qu'il sort de prison. Il trouve ou possède déjà un petit appart pas loin de la gare du Nord qu'il loue à Geneviève ex beauté vieillissante et pianiste à ses heures, qui réclame parfois son loyer à corps et à cris. Mais surtout à corps... Sur le zinc d'un bistrot où il aime venir écluser des ballons de rouge, Philippe rencontre Avdal, kurde qui parcourt l'Europe à la recherche d'un criminel irakien. Entre ces deux solitudes avinées naît une amitié comme un coup de foudre. Philippe héberge Avdal sans logement. Ce dernier raconte son désir de s'installer en France où il attend d'ailleurs sa fiancée Siba restée provisoirement au pays. Les deux garçons s'entendent comme larrons en foire mais Avdal meurt brusquement d'une crise cardiaque et Philippe se retrouve seul au monde à ne savoir que faire du corps de son ami. En France vous avez 5 jours pour vous décider à vous occuper de votre défunt sinon les autorités compétentes se chargent de le jeter à la fosse commune. Et là, c'est Maurice Bénichou qui l'explique sans la moindre diplomatie, et c'est drôle. Malgré ses efforts pour tenter de joindre la famille d'Avdal et alors que Siba est en route pour la France, Philippe le fait incinérer. C'est compter sans les règles et traditions musulmanes qui ne brûlent pas ses morts.

    Comment résister à ce "petit" film plein de charme, de drame mais d'un burlesque insensé qui parvient constamment à maintenir l'équilibre entre drame et joie ?

    Peut-on rire de tout ? Oui. Surtout quand une urne, même funéraire passe de main en main autour d'une table, le père du défunt ne parvenant pas à supporter la vision de son fils en cendres, et finit par revenir à son point de départ. Oui lorsqu'une porte qui claque fait sursauter jusqu'au plafond Philippe qui accompagne son ami au crématorium. Oui lorsque Philippe transvase le contenu de l'urne dans un récipient plus petit et s'en éclabousse ! Oui lorsqu'encore Philippe ne sait où poser l'urne sans être hanté par des apparitions du mort. Et pourtant les larmes ne sont jamais loin car on a eu le temps de s'attacher à celui qui disparaît du film au bout d'un quart d'heure mais dont il ne cessera d'être question. Et puis, Philippe et plus tard Siba dévastée de chagrin doivent faire leur deuil de leur ami et fiancé et malgré cela le burlesque affleure constamment.

    Pour trouver aide et soutien, Philippe et Siba se sont rapprochés de la communauté kurde de Paris. Là encore on tombe sur une bande de zozos pas catholiques et musulmans quand ça les arrange, menée par un Ozz Nüjen (Mihyedin) au poil dru, absolument tordant lorsqu'il dit à Philippe qui s'étonne de le voir pleurer alors qu'il lui raconte l'histoire d'Avdal qu'il n'a pas connu "dès qu'un kurde meurt, je pleure", associé au non moins hilarant Nazmi Kirik qui se définit comme "kurde démocrate optimiste". Les deux rivalisent d'absurde et de comique lorsqu'ils se mettent à draguer la sublime Siba qui ne laisse personne insensible, à la mode kurde, en lui offrant des fruits. "Je suis content que tu aies mangé ma mandarine" jubilera Mihyedin. D'autres répliques telles que "ta gueule, toi, tu as brûlé un kurde" m'ont fait hurler de rire... mais j'étais la seule dans la salle. Apparemment, on peut rire de tout mais pas avec tout le monde !

    Le pittoresque prendra une tournure plus angoissante lorsque le père d'Avdal débarquera pour à la fois tenter de récupérer le corps de son fils et remettre Siba dans le droit chemin (la ramener au pays) mais qui malgré la mort de son fiancé décidera de rester en France. Le poids des traditions, de la religion, la soumission des femmes dans certaines cultures prendront du plomb dans l'aile grâce à Siba, jeune femme libre, moderne et cultivée !

  • QUARTIER LOINTAIN de Sam Garbarski **

    19571465_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101027_052058.jpg19571467_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101027_052058.jpg19571469_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20101027_052113.jpg

    Thomas se rend dans l'indifférence générale de ses proches (sa femme, ses deux filles) à un Festival de B.D. dont il est un des auteurs invités. Manifestement las de tout, de sa vie, de son métier, en panne d'inspiration pour créer à nouveau, il ne se sent pas plus concerné lorsqu'un lecteur fan lui confie regretter qu'il ait abandonné son personnage vedette. Au retour, il se trompe de train, s'endort et se réveille miraculeusement à la gare du village où il a passé son enfance. Tout y semble plus ou moins déserté et après avoir traversé son ancien quartier, Thomas se rend au cimetière sur la tombe de sa mère morte 20 ans plus tôt. Il y est pris d'un curieux malaise et se réveille dans la peau de l'adolescent de 14 ans qu'il fut. Il veut profiter de cette aubaine pour tenter de modifier le futur car c'est justement l'année de ses 14 ans que son père a brusquement disparu pour ne plus jamais donné de nouvelles !

    Définitivement empreint d'une intense nostalgie ce film donne une envie folle de pouvoir comme le personnage de Thomas, d'un coup de baguette magique, replonger un temps dans son enfance. Et pas forcément pour en changer quoi que ce soit mais pour ressusciter un peu cette période sacrée. Si cette possibilité insensée et inespérée de revenir en arrière ne permet pas forcément à Thomas de modifier le cours des événements, il peut au moins dans son corps d'enfant mais avec sa mémoire d'adulte de 50 ans revoir ses parents et sa petite soeur, les aimer, les comprendre plus et mieux, parler enfin à la fille qu'il n'avait jamais osé aborder. Il pourra également définir le sens des priorités absolues et finalement admettre que la vie n'est pas nécessairement plus belle et réussie ailleurs et que non, on n'est pas obligés de répéter les mêmes conneries que ses parents. Qu'ils ne sont pas non plus obligatoirement responsables de tout et qu'il est possible de prendre son destin en mains.

    La reconstitution des années 60 est idéale ainsi que les rapports entre les êtres à une époque où les enseignants comme les parents ne s'embarrassaient guère de psychologie pour élever et éduquer les enfants. C'est un film fragile, sensible et délicat comme l'interprétation de Jonathan Zaccaï, Alexandra Maria Lara et du jeune Léo Legrand, et qui donne très envie à l'instar de son héros, d'effectuer ce voyage dans le temps.

  • L'ÂGE DE RAISON de Yann Samuell °

    19454616_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100526_103157.jpg
    19454619_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100526_103158.jpg
    19454613_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100526_103156.jpg
    Margaret est une working girl accomplie, wonderbra et dents qui rayent le parquet inclus ! Elle partage sa vie et son travail avec un working boy anglais qui pense comme elle que vie réussie, poésie et harmonie riment avec profit, boni et tutti frutti. Le jour de ses 40 ans, un vieux notaire vient lui apporter les lettres qu'elle s'était écrite à l'âge de raison de 7 ans. A croire qu'elle ne se faisait déjà pas confiance à l'époque puisque ces lettres ont pour but de lui remettre l'horloge biologique à l'heure au cas ou elle se serait perdue et ne serait pas devenue la princesse, l'exploratrice intergalactique ou la chasseuse de baleines qu'elle s'était promise d'être. Margaret s'appelle en fait Marguerite (parce que sa maman aimait les fleurs... elle ne devait pas savoir que ces fleurs sentent le pipi) et a décidé entre temps de ne plus jamais penser à son enfance qui n'a pas été rose bonbon tous les jours. Papa est parti et maman a essayé de lui cacher ainsi qu'à son petit frère que dans la vie, il y a des vilains huissiers qui emportent la télé mais que c'est pas trop grave si on a mis des assiettes de côté. Margaret avait un ami aussi, Philibert et ils se sont promis de s'aimer toujours, de se retrouver au casou ainsi que le trésor qu'ils ont enterré ! Margaret/guerite va d'abord résister puis se laisser séduire par le doux parfum d'enfance au chocolat que ses courriers colorés exalent...
     
    Mais qu'est-ce que c'est que ce machin ? Et à qui est-il destiné ? Mystère ! Quelles couleuvres le réalisateur essaie t'il de nous faire avaler ? Peut-être veut-il prouver à ces cinq enfants auxquels ce film est dédié pauvres gosses qu'il ne s'opposera pas à leurs rêves de princesses et de pilotes de courses ! Alors pourquoi mais pourquoi ce film censé nous faire prendre un bon bain de revenez-y, tenter nous aider à faire ressurgir l'enfant qui sommeille en chacun de nous est-il aussi agaçant, bête et dénué de toute nostalgie ? Pourquoi aussi tenter de nous faire gober qu'une fille qui mène trois conversations de front, traite ses subalternes comme des esclaves, court sans cesse entre les avions et les voitures de location pour honorer ses rendez-vous à tous les coins de la planète, souhaite être Calife à la place du Calife, parle 36 langues au moins... devient par l'opération du saint d'esprit une mère Teresa préoccupée d'humanitaire ?
    Et je ne parle même pas des scènes totalement incongrues telles celle où Marguerite court avec sa robe de soirée ("j'ai pris une taille 36, je vais encore être en apnée toute la soirée"...) sous une pluie battante et se rend au dîner complètement dégoulinante, celle où elle court (encore) avec ses talons aiguilles à contre sens sur un escalator, sans parler non plus (non, je n'en parle pas) de celle, summum de la niaiserie incompréhensible où elle casse des piles d'assiettes avec son chéri pour simuler une scène de ménage !!!
    Et pourtant les acteurs ne sont pas à blâmer, Michel Duchaussoy est tout ce qu'il y a de plus charmant, le chéri est un acteur anglais vraiment formidable, la petite fille est adorable... Et puis bien sûr, il y a Sophie plus belle, plus mince, plus élégante que jamais et capable d'exprimer avec une aisance confondante tous les sentiments et sensations qui font vibrer un être humain. Les larmes et les éclats de rire jaillissent d'elle comme par miracle. Elle est parfaite tout le temps mais quand va t'on enfin la voir dans un rôle, dans un film, avec un scenario, un personnage, un vrai ?

  • MA SEMAINE AU CINEMA

    SOUL KITCHEN de Fatih Akin ***

    19243059_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100203_060136.jpg

    LA REVELATION (STORM) de Hans Christian Schmid***

    19284127_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100311_023925.jpg

    WHITE MATERIAL de Claire Denis **

    19242801_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100203_052936.jpg

     

    BLANC COMME NEIGE de Christophe Blanc **

    19231757_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062659.jpg

    .......................................

    MES COUPS DE/AU COEUR

    2007_after_the_wedding_001.jpg
    venice-09-adam-bousdoukos-moritz-bleibtreu.jpg
    venice13-600x400.jpg
    christophe_lambert_reference.jpg
    christophe_lambert_greystoke.png
    Ne ratez pas les "velus de la semaine", ici même !
  • BLANC COMME NEIGE de Christophe Blanc **

    19231766_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062746.jpg19231772_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062809.jpg
    19231761_jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100122_062744.jpg
    "Avant de finir dans la neige avec une balle dans le ventre"... Maxime avait tout pour être heureux. Il était le brillant et très reconnu gérant d'une concession de voitures de luxe. Il avait une superbe maison, une femme sublime (mais beaucoup trop grande pour lui) et une petite fille aussi transparente que sage, et réciproquement. La seule ombre à ce tableau idéal ? Ses deux frères, branleurs de première qui ne font que le solliciter pour de l'argent et qu'il traite avec le mépris paternaliste de ceux qui sont persuadés avoir réussi. Le jour où son associé se fait assassiner, Maxime n'a plus d'autre choix que d'appeler ses frangins à la rescousse ! Ils se retrouvent donc tous les trois, soudés comme jamais depuis longtemps pour affronter une bande de malfaisants en costumes, armés jusqu'aux dents et très châtouilleux de la gâchette. Maxime a beau tenter d'expliquer aux vilains qu'il n'est pas responsable des bêtises que feu son associé a commises, les affreux à fort accent étranger n'ont qu'un argument : "tu répares et tu payes". Ou l'inverse.
    Je pourrais rester sans voix et sceptique devant l'abracadabrantitude de cette histoire dont les péripéties en cascade s'achèvent dans la poudreuse d'un pays nordique (oh la la, j'ai déjà oublié lequel), mais je ne peux nier que j'ai passé un bien bon moment sans me faire de noeud au cerveau. Même si je regrette que la dernière image soit si brusque et furtive que je ne suis pas sûre d'en avoir saisi toute la substantifique...
    Deux raisons au plaisir de voir ce film : d'une part l'action endiablée qui ne se relâche jamais et les rebondissements en série qui ne laissent pas le temps de souffler, d'autre part le casting et l'interprétation.
    Tout le monde est bon ou très bon. Même Louise Bourgoin... bien meilleure que dans "La fille de Monaco", même s'il n'y a pas encore de quoi crier au génie. Olivier Gourmet et Jonathan Zaccaï sont les frangins, caricaturaux certes, mais vraiment formidables. Quant à François Cluzet, il sait comme personne jouer le cake très sûr de lui et finalement sombrer dans l'angoisse d'être dépassé par une histoire qu'il ne comprend pas et dont il ne maîtrise rien. Il parvient mieux que quiconque à jouer ce monsieur tout le monde qui, devant une situation extraordinaire, ne baisse pas les bras et fonce...

  • Simon Konianski de Michal Wald ***

     Jonathan Zaccaï, Nassim Ben Abdeloumen, Micha Wald dans Simon Konianski (Photo) Nassim Ben Abdeloumen, Popeck, Micha Wald dans Simon Konianski (Photo)

    Simon a 35 ans, il est au chômage, sa femme dont il est toujours amoureux l’a fichu dehors, il se retrouve contraint de venir vivre provisoirement chez son père Ernest. Parfois Simon a la garde d’Hadrien, son petit garçon de 6 ans passionné par les histoires de déportation de son grand-père, et particulièrement du Kapo Michal. Rien ne va vraiment bien pour Simon donc qui forme avec son père un « couple » typiquement juif : qui s’adore mais ne se comprend pas et ne cesse de se crier dessus. Régulièrement la famille se réunit pour un repas où sont également présents l’oncle Maurice traumatisé et persuadé que la Stasi va venir l’arrêter et la Tante Mala qui parle énormément. Simon en a plus qu’assez de ces histoires de camps de concentration et de conflit du moyen orient. Il est d’ailleurs taxé de pro-palestinien par ses proches…

    A la suite d’un évènement inattendu, toute la famille doit se rendre en Ukraine.

    Le road-movie qui démarre la seconde partie du film conduira les héros qui vivent en Belgique, à travers l’Allemagne remplie de nazis, et la Pologne bourrée d’alcoolos.

    C’est drôle, et même très drôle souvent et parfois l’émotion se mêle aux rires. Simon visitera même malgré lui le camp où son père a été déporté. Forcé de récupérer son fils qui y est entré contre son avis, l’émotion est vive de visiter ce camp désert où le silence qui pèse des tonnes fait travailler l’imagination. Le réalisateur désamorce cette soudaine gravité et il est impossible de ne pas exploser de rire lorsque Simon court après son fils en criant : « on ne court pas dans les camps ! ».

    Dommage qu’il y ait quelques temps morts car ce film poéticomique semble du coup se chercher parfois. C’est vrai qu’on comprend que le fil du rasoir doit être inconfortable pour tenter de ne choquer ou de ne blesser personne. En tant que « goy » respectueuse et parfois hantée par cet inconcevable et infâmant épisode de l'histoire, j’ai trouvé vraiment touchant, audacieux et réussi de mêler dans un même film des mots et des idées plus ou moins tabous, plus ou moins sacrés, plus ou moins maudits. Bravo à Michal Wald de n’en esquiver aucun.

    Jonathan Zaccaï, Popeck et le petit garçon Nassim Ben Abdemoulen sont tout simplement formidables, ensemble ou séparément. Mais toute la galerie de « vieux » ex-déportés, rescapés est impeccable aussi.